flashfondationeditorsbulletinspublications

INFO-TURK

A non-government information center on Turkey

Un centre d'information non-gouvernemental sur la Turquie

43rd Year / 43e Année
Avril
 
2017 April
N° 464
53 rue de Pavie - 1000 Bruxelles
Tél: (32-2) 215 35 76 - Fax: (32-2) 588 69 53
Chief Editor /Rédacteur en chef: 
Dogan Ozgüden

Responsible editor/Editrice responsable:

Inci Tugsavul
Human Rights
Pressures on  media
Kurdish Question
Minorities
Interior politics
Armed Forces
Religious affairs
Socio-economics
Turkey-Europe
Turkey-USA
Regional Relations
Cyprus and Greece
Migration

Site searchWeb search

powered by FreeFind

Titres des évènements du mois
Titles of this month's events

Droits de l'Homme / Human Rights

Erdogan ravive le spectre de la peine de mort

Le Parlement valide la prolongation de l'état d'urgence
Des milliers de soutiens du non manifestent à Istanbul

Erdogan évoque un nouveau référendum sur la peine de mort
Ouverture d'une enquête contre 17 personnes installées aux Etats-Unis

Grève de la faim dans les prisons turques
Magistrats, avocats et journalistes européens dénoncent la persécution en Turquie
Prison avec sursis pour un footballeur kurde accusé de "propagande"
HDP’s Prison Commission: 76 Prisoners on Hunger Strike
45 juges et procureurs démis en Turquie

Révélations sur la traque mondiale des gülenistes
Urgent dossier on hunger strike by political prisoners
37 Students Detained in İstanbul While Commemorating Kızıldere Massacre

Pression sur les médias / Pressure on the Media

Un éditeur d'un site d'information arrêté

Rome demande la libération d'un journaliste arrêté en Turquie

16 Journalists including Ahmet and Mehmet Altan Facing 3 Life Sentences
Un journaliste français bloqué à l'aéroport par la police en Turquie
Les députés européens solidaires des journalistes turcs emprisonnés
'No' Statements by 250 Artists against constitutional amendment
Lourdes peines requises contre des journalistes critiques

New Detention Order for Released Journalists
Le journaliste germano-turc détenu en Turquie se tourne vers la justice

Kurdish Question / Question kurde

L'attentat à Diyarbakir revendiqué par la branche armée du PKK

 Incendie au centre culturel kurde à Nante
Erdogan appelle les Kurdes Irakiens à ôter leur drapeau à Kirkouk
Le leader kurde Demirtas va entamer une grève de la faim

Minorités / Minorities

Rassemblement devant le monument commémoratif à Bruxelles le 24 avril
New Book on Assyrian, Greek, Armenian Genocide Published
L'inteview avec Dogan Özgüden de la revue Regards
Alfortville : incendie criminel à l’église évangélique arménienne
Le nationalisme, boussole et consolation pour compenser la Perte

Politique intérieure/Interior Politics

L'opposition va contester le référendum devant une haute cour
L'Autorité électorale rejette les recours, des militants arrêtés

L'opposition turque veut l'annulation du référendum, Ankara rabroue l'UE
Des observateurs étrangers déplorent des conditions inéquitables

Victoire étriquée d'Erdogan, l'opposition conteste
Erdogan, le "Chef" veut un pouvoir incontestable
Turquie: Erdogan, une victoire à la Pyrrhus

Erdogan, la course effrénée au pouvoir (PORTRAIT)
Comment Erdogan veut étendre son pouvoir - Etienne Copeaux
"Oui" ou "Non" ? La Turquie déchirée avant le référendum
Meeting de séduction d'Erdogan à Istanbul à une semaine du référendum

Le chef de l'opposition parle d'un "coup sous contrôle" le 15 juillet

Forces armées/Armed Forces

3 soldats morts dans une attaque dans le sud-est
Erdogan promet de nouvelles opérations en Syrie
L'armée turque va maintenir sa présence militaire en Syrie
La Turquie annonce la fin de son opération militaire dans le nord de la Syrie

Affaires religieuses / Religious Affairs
 

Abattage: Le Consistoire israélite demande de ne pas copier l'occupant nazi

L'Exécutif des musulmans opposé à l'étourdissement de l'animal avant l'abattage rituel

Erdoğan seeks to create a neo-Ottoman empire
L'Allemagne enquête contre l'ancien président de la Diyanet-Belgique
Les imams turcs, espions politiques d’Ankara

Socio-économique / Socio-economic

ETUC statement on the outcome of the Turkish referendum

C3/OL-Besiktas: des incidents éclatent avant le match classé à haut risque
 Highest Inflation Rate Over 8.5 Years: 11.29%
La justice turque suspend les activités de Booking.com

Relations turco-européennes / Turkey-Europe Relations


Erdogan évoque la tenue d'un référendum sur l'adhésion à l'UE
L'UE presse Erdogan de chercher un "consensus national"
UE-Turquie: le référendum turc, dernier acte avant la rupture?
Le ministre allemand des Finances évoque un risque de dictature en Turquie

Erdogan: La candidature à l'UE "sur la table" après le référendum
L'Europe, un "continent en train de pourrir" pour Erdogan
Erdogan appelle les Turcs d'Europe à répondre aux "petits-enfants du nazisme"
262 détenteurs de passeports officiels turcs veulent l'asile en Allemagne

L'Autriche met en garde sa minorité turque contre les voyages en Turquie

Turquie-USA-OTAN / Turkey-USA-NATO

Erdogan dit qu'il rencontrera Trump mi-mai aux Etats-Unis

Trump félicite Erdogan pour sa victoire au référendum
Erdogan: Les frappes américaines "insuffisantes", d'autres mesures requises
 La Turquie lâchée de toutes parts

Relations régionales / Regional Relations

L'Irak convoque l'ambassadeur turc après des propos d'Erdogan
Poutine félicite Erdogan pour sa victoire au référendum
L'Arabie salue le "succès" du référendum en Turquie

La minorité turque de Bulgarie divisée sur Erdogan
Ankara prépare une offensive terrestre en Irak

Chypre et la Grèce / Cyprus and Greece

Turkish language still far away from official EU status
Chypre: une loi source de tensions avec la partie turque amendée

Immigration / Migration

Que sera la prise de position des partis belges, notamment du PTB?

Un avocat kurde est empêché de quitter la Turquie vers la Belgique

"Les ressortissants d’origine turque, un réservoir électoral pro-Erdogan"
Fief d'Erdogan: 3 Turcs sur 4 en Belgique ont voté pour le régime dictatorial!
Manifestation à Bruxelles contre le régime Erdogan
Epineux problème en Flandre : Mosquées de la Diyanet

Erdogan: l'homme qui menace l'Europe
Zuhal Démir: "Il y a un noyau dur de fanatiques turcs en Belgique"
Turquie – Union européenne : tout avait si bien commencé
Des Turcs de Belgique vivent cachés, dans la crainte d’être enlevés
Espionnage turc: l'Allemagne enquête sur 20 personnes
Les Pays-bas s'inquiétent pour 10 binationaux retenus en Turquie

Pourquoi Erdogan séduit les musulmans de Belgique?
Nouvelles demandes d'asile en provenance de Turquie en Belgique

Le président de la Diyanet de Belgique Halife Keskin était-il güleniste?
Un élu belgo-turc ne condamne pas Erdogan
L'extrême droite turque active en Belgique

Des Kurdes venus voter pour le référendum ont été poignardés
Des blessés lors d'incidents devant le consulat de Turquie à Bruxelles


Droits de l'Homme / Human Rights

Erdogan ravive le spectre de la peine de mort

"Ce que Georges, Hans ou Helga peuvent dire ne nous intéresse pas", rugit le président turc Recep Tayyip Erdogan. "Ce qui compte pour nous, c'est ce que disent Ayse, Murat, Mehmet ou Hatice. Ce que dit Allah!"

Opposer des noms européens à des noms turcs, pour finalement invoquer celui d'Allah, est devenu un procédé rhétorique classique de M. Erdogan pour rejeter les mises en garde européennes contre le rétablissement de la peine de mort en Turquie.

En dépit de ces avertissements, le président turc affiche depuis plusieurs mois sa détermination à franchir le pas, même si une telle mesure sonnerait le glas de la demande d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne.

Certains analystes estimaient pourtant qu'après le référendum du 16 avril sur le renforcement de ses pouvoirs, M. Erdogan baisserait le ton sur ce sujet et que la peine de mort était pour lui surtout un argumentaire destiné à rallier les électeurs nationalistes.

M. Erdogan a douché leurs attentes le soir-même du référendum après l'annonce de sa victoire étriquée. Lors d'un discours devant des milliers de ses supporteurs scandant "idam" ("exécution", en turc), il a affirmé qu'un référendum serait organisé sur la peine capitale si le Parlement ne la rétablissait pas.

- 'Voici la corde' -

La peine capitale a été complètement abolie en 2004, dans le cadre du processus d'adhésion à l'UE, deux ans après l'arrivée au pouvoir du parti de M. Erdogan, l'AKP.

Bruxelles affirme que l'abolition de la peine de mort est l'une des préconditions essentielles à l'adhésion et le Conseil de l'Europe, dont la Turquie est membre depuis 1950, en a fait une obligation pour les nouveaux membres.

"Il va sans dire que si vous voulez rétablir la peine de mort, vous ne pouvez pas être membre du Conseil de l'Europe", a répété jeudi son secrétaire général Thorbjoern Jagland.

A son accession au pouvoir en 2003, M. Erdogan avait pourtant refusé de recourir à la peine capitale en dépit des pressions des nationalistes.

Ce fut notamment le cas avec Abdullah Öcalan, le chef du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), bête noire d'Ankara, arrêté en 1999 et dont la condamnation à mort a été commuée en prison à vie.

Le chef du parti ultranationaliste MHP, Devlet Bahçeli, avait à l'époque brandi une corde lors d'un meeting pour appeler M. Erdogan à exécuter M. Öcalan. "Voici la corde! Pendez-le si vous le pouvez!" avait-il crié en jetant le noeud coulant à la foule qui l'écoutait.

Plus d'une décennie plus tard, M. Erdogan salue désormais publiquement la volonté de M. Bahçeli de faire rétablir la peine capitale.

La victoire serrée de M. Erdogan au référendum de dimanche signifie qu'il va devoir continuer à compter sur le soutien de M. Bahçeli qui l'a appuyé pendant la campagne, selon Marc Pierini, expert de l'organisme Carnegie Europe.

"Des questions comme le rétablissement de la peine de mort et la rupture des liens avec l'UE sont des ingrédients-clé du discours politique des deux partis", explique M. Pierini.

- 'Graves conséquences' -

Certains responsables turcs estiment que la peine capitale doit être rétablie afin de punir les putschistes présumés impliqués dans le coup d'Etat avorté du 15 juillet mené par des militaires factieux.

Mais la question reste sensible dans un pays marqué par plusieurs coups d'Etat, et nombreux sont ceux qui ne veulent pas rouvrir les plaies du passé.

Le pendaison de l'ancien Premier ministre Adnan Menderes avec deux de ses ministres dans la foulée du coup d'Etat de 1960 est souvent invoquée par M. Erdogan pour critiquer cette ancienne Turquie dans laquelle l'armée était toute-puissante.

D'autres exécutions ont suivi le coup d'Etat militaire de 1971, puis celui de 1980.

La dernier supplicié est le militant de gauche Hidir Aslan, exécuté le 25 octobre 1984.

"Cette nation a vu par le passé les graves conséquences de la peine de mort, et les réactions que cela a provoqué", dit à l'AFP Faruk Logoglu, ancien ambassadeur turc à Washington. "La société doit revenir à la raison. La peine de mort signifierait la fin automatique des relations avec l'UE. Le prix serait trop élevé", estime-t-il.
(AFP, 21 avril 2017)

Le Parlement valide la prolongation de l'état d'urgence

Le Parlement turc a approuvé mardi la reconduction pour trois mois supplémentaires de l'état d'urgence en vigueur depuis le putsch manqué de juillet, a rapporté l'agence de presse progouvernementale Anadolu.

Le Conseil national de sécurité, puis le Conseil des ministres, s'étaient prononcés lundi soir en faveur d'une telle prolongation de ce régime d'exception qui sinon aurait dû arriver à expiration mercredi.

L'état d'urgence a déjà été reconduit deux fois, en octobre et en janvier, après avoir été initialement promulgué le 20 juillet, cinq jours après la tentative de coup d'Etat.

Plus de 47.000 personnes ont été arrêtées et des dizaines de milliers limogées ou suspendues dans le cadre de ce régime d'exception, ce qui a suscité de vives critiques des pays occidentaux.

Dimanche, le "oui" a obtenu 51,4% des suffrages à un référendum sur un accroissement des pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan, selon des résultats officieux.
(AFP, 18 avril 2017)

Des milliers de soutiens du non manifestent à Istanbul

Au moins deux mille personnes sont descendues dans les rues à Istanbul lundi soir pour contester le résultat du référendum sur l'extension des pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan, passé à une courte majorité la veille.

"Côte à côte contre le fascisme", scandaient environ 2.000 personnes en arpentant les rues de Kadiköy sur la rive asiatique d'Istanbul, se dirigeant vers le siège du Haut-Conseil électoral (YSK). Un millier de personnes étaient simultanément réunies à Besiktas, sur la rive européenne, un autre quartier résolument laïc et anti-Erdogan de la métropole.

Le résultat du scrutin, remporté avec 51,4% des voix, a été immédiatement contesté par les deux principaux partis de l'opposition, le CHP (social-démocrate) et le HDP (prokurde), qui ont dénoncé des "manipulations" pendant le scrutin, annonçant leur intention de demander le recomptage des voix.

En cause, la décision du YSK de considérer comme valides les bulletins non marqués du sceau officiel des autorités électorales. L'opposition y a vu une manoeuvre rendant possibles des fraudes.

A Besiktas, les manifestants brandissaient des tracts sur lesquels il était inscrit "Nous avons raison, le non gagnera".

Au cours de leur marche, ils scandaient "le non n'est pas fini", et "le non a gagné", des slogans qui circulent largement sur les réseaux sociaux.

Dans les rues où passaient les manifestants, aux fenêtres des appartements, les gens tapaient sur des casseroles avec des ustensiles de cuisine, en signe de solidarité.

La police est restée globalement discrète lors de ces manifestations tout en mettant en garde contre l'utilisation de slogans jugés insultants.

D'autres manifestations de ce type, plus petites, ont eu lieu un peu partout en Turquie. Les médias turcs ont rapporté que 13 personnes ont été interpellées à Antalya, dans le sud du pays.
(AFP, 17 avril 2017)

Erdogan évoque un nouveau référendum sur la peine de mort

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est dit prêt à organiser un référendum sur le rétablissement de la peine de mort, après s'être déclaré victorieux d'une consultation populaire sur un renforcement de ses pouvoirs dimanche.

Répondant à une foule à Istanbul qui criait "peine de mort", M. Erdogan a dit qu'il allait "maintenant discuter de cela avec (le Premier ministre Binali) Yildirim". Si l'opposition soutient le rétablissement de la peine capitale, "alors j'approuverai" cette mesure, a-t-il affirmé, si elle ne le soutient pas, "alors nous organiserons un nouveau référendum".
(AFP, 17 avril 2017)

Ouverture d'une enquête contre 17 personnes installées aux Etats-Unis

Les autorités turques ont lancé une enquête à l'encontre de 17 personnes installées aux Etats-Unis, dont l'ancien chef de la CIA John Brennan, soupçonnées de liens avec le putsch manqué du 15 juillet dernier, a rapporté samedi l'agence progouvernementale Anadolu.

L'enquête a été ouverte par le parquet d'Istanbul après qu'un groupe d'avocats turcs a porté plainte contre eux, les accusant de liens avec la confrérie guléniste, à qui Ankara impute le putsch manqué, selon Anadolu.

La liste des personnes poursuivies compte des citoyens américains qui ont été impliqués dans les affaires turques et des citoyens turcs résidant aux Etats-Unis.

Parmi elles figurent l'ex-procureur fédéral Preet Bharara, forcé à la démission par Donald Trump le mois dernier, l'ancien directeur de la CIA John Brennan, l'ancien cadre de la CIA Graham Fullet, ainsi que quelques universitaires.

Sont également poursuivis les citoyens turcs Faruk Taban, président de la Turkic American Alliance (TAA), et Talha Saraç du Turkish American Business Network, ajoute Anadolu.

Ils sont accusés de "tentative de renversement de l'ordre constitutionnel", "tentative de renversement du gouvernement turc" et "appartenance à un groupe terroriste armé", poursuit l'agence turque.

Anadolu explique que certains de ces suspects se sont retrouvés une première fois sur une île au large d'Istanbul le jour même du putsch manqué, et une autre dans un restaurant à Istanbul deux jours plus tard.

Ankara a appelé plusieurs fois à l'extradition de Fethullah Gülen, installé en Pennsylvanie, considéré comme le cerveau du putsch manqué mais qui nie catégoriquement toute implication.

Des responsables turcs sous-entendent régulièrement que les Etats-Unis ont joué un rôle dans le putsch manqué, ce que Washington dément fermement.
(AFP, 15 avril 2017)

Grève de la faim dans les prisons turques

La grève de la faim des prisonniers politiques dans les centres pénitenciers turcs a atteint un point critique. Lancé dans la prison de haute sécurité de Sakran (Izmir) le 15 février 2017 pour attirer l’attention sur les graves violations des droits humains dans les prisons, l’isolement imposé au leader du PKK Abdullah Öcalan et les politiques répétées de violence et de guerre mises en œuvre par Erdogan et le gouvernement AKP en tant que réponse à la question kurde, le mouvement de grève de la faim s’est rapidement propagé aux autres prisons à travers toute la Turquie.

• A la date du 10 avril 2017, près de 187 prisonniers politiques, dont 37 femmes, mènent une grève de la faim illimitée dans 20 établissements pénitentiaires.

• Par ailleurs, depuis le 15 mars, des grèves de la faim par rotation de 5 jours sont menées par de nombreux autres prisonniers politiques, en solidarité avec le mouvement de la grève de la faim illimitée.

• Tandis que les autorités pénitentiaires restent sourdes aux revendications des prisonniers politiques, les pressions et les mauvais traitements à l’encontre des grévistes de la faim augmentent dangereusement, constituant des menaces pour leur santé et leur vie.

Remarques:

Le présent rapport est fondé sur les données recueillies par les Députés du HDP, l’Association des Droits de l’Homme (IHD), l’Initiative de Solidarité avec les Prisons (ZDI), la plateforme des Avocats Libertaires (ÖHP), l’Association des Avocats progressistes (ÇHD), l’Union des Médecins turcs (TTB), et plusieurs autres organisations non gouvernementales agissant pour les droits des prisonniers, ainsi que sur des informations vérifiées publiées par les médias. Le comité sur les prisons du HDP s’engage à informer régulièrement l’opinion publique nationale et internationale sur la grève de la faim et les conditions de détention dans les prisons. (Note d’information par HDP, 10 Avril 2017)

Magistrats, avocats et journalistes européens dénoncent la persécution en Turquie

Le Conseil des barreaux européens (CCBE), la Fédération européenne des journalistes (FEJ) et l'Association européenne des magistrats (AEM) ont fermement condamné vendredi "la persécution générale" exercée contre leurs homologues en Turquie par le régime du président Erdogan.

"Après la tentative de coup d'État du 15 juillet 2016, le gouvernement turc a déclaré l'état d'urgence et adopté 21 décrets-lois. Des milliers de juges, procureurs et des centaines de journalistes et d'avocats ont été licenciés, détenus ou arrêtés. Une censure généralisée des médias a été mise en place et des centaines d'organisations de la société civile ont été fermées", rappellent les associations dans un communiqué.

Selon elles, "à l'heure actuelle, environ 2.000 juges et procureurs (sur les 4.088 destitués), 350 avocats et 150 journalistes et professionnels des médias sont (toujours) en détention et 867 autres avocats sont poursuivis".

"La plupart d'entre eux sont ciblés uniquement pour avoir exercé leurs activités professionnelles, sur la base de prétendu soutien à des organisations terroristes. Dans de nombreux cas, ils sont détenus sans avoir été inculpés (...) Lorsque les tribunaux turcs délivrent des mandats d'arrêt, ils ordonnent le gel des biens, rendant les détenus incapables de subvenir aux besoins de leur famille", expliquent les représentants des avocats, magistrats et journalistes européens.

"Les décrets-lois adoptés portent atteinte au droit de la défense. Dans les affaires relatives à la législation antiterroriste, les détenus n'ont pas accès à un avocat au cours des cinq premiers jours de garde à vue, ce droit pouvant être suspendu pendant six mois", dénoncent les organisations. Et "lorsque l'accès à un avocat est autorisé, le secret professionnel est violé. En outre, plusieurs organisations non gouvernementales ont exprimé leurs inquiétudes au sujet des mauvais traitements infligés fréquemment aux détenus".

Les trois organisations exhortent le pouvoir turc à "restaurer un système judiciaire indépendant" et à "garantir la liberté d'expression et des médias". Elles lui demandent de "respecter ses engagements internationaux sur la protection des droits de l'Homme et de libérer leurs confrères "détenus de manière indue".

Le FEJ revendique la représentation de plus de 320.000 journalistes à travers 71 syndicats et associations dans 43 pays, l'AEM celle d'associations indépendantes nationales des juges de 44 pays et le CCBE celle de plus d'un million d'avocats européens des barreaux de 45 pays.
(AFP, 7 avril 2017)

Prison avec sursis pour un footballeur kurde accusé de "propagande"

Un footballeur kurde né en Allemagne a été condamné jeudi par un tribunal turc à une peine d'un an et demi de prison avec sursis pour "propagande terroriste", a rapporté l'agence de presse progouvernementale Anadolu.

Deniz Naki, attaquant du club d'Amedspor (3e division), est en outre soumis à une période probatoire de cinq ans, a décidé le tribunal lors de ce procès en appel, a précisé Anadolu.

Naki était accusé de "propagande" pour avoir critiqué sur les réseaux sociaux les opérations des forces de sécurité turques contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un groupe classé "terroriste" par Ankara et ses alliés occidentaux.

Il avait également appelé à la fin des combats qui ensanglantent le sud-est à majorité kurde de la Turquie lors d'une interview. La commission disciplinaire de la fédération turque avait qualifié cette initiative de "propagande idéologique" contraire à "l'esprit sportif".

Le joueur âgé de 27 ans, suspendu par son club et contraint de payer une lourde amende, avait été acquitté lors d'un premier procès en novembre.

"Le premier tribunal avait décidé de m'acquitter. Repartir d'ici avec un tel résultat, c'est triste", a réagi Naki, cité par l'agence de presse Dogan. "Je suis un amoureux de la paix. Je continuerai de porter ce message et je suis prêt à en payer le prix", a-t-il ajouté.

Le conflit kurde, qui oppose les forces de sécurité turques au PKK, a fait plus de 40.000 morts depuis 1984.

Le gouvernement islamo-conservateur turc, qui a promis "d'éradiquer" le PKK, a multiplié ces derniers mois les poursuites pour "propagande terroriste" contre les critiques de sa politique et les soutiens à la cause kurde, journalistes, opposants ou simples citoyens.
(AFP, 6 avril 2017)

HDP’s Prison Commission: 76 Prisoners on Hunger Strike

Peoples' Democratic Party's (HDP) Prison Commission Information Desk has published a report on the hunger strike, which has been launched by the prisoners sitting in İzmir Şakran Prison arrested or convicted in the trials of Kurdistan Workers' Party (PKK) and Kurdistan Free Life Party (PJAK), suggesting the strikes has spread to other prisons as well.

In the report based on data acquired by HDP MPs, Human Rights Association (İHD), Initiative for Solidarity with Dungeons, Libertarian Jurists Platform (ÖHP) and Civil Society Association in Execution System (CİSST), the commission declared that in six different prisons, 76 prisoners 17 of whom are women, are on an indefinite and non-rotating hunger strike and in several other prisons definite and rotating hunger strikes have been going on since March 15.

How many prisoners on strike in which prisons?

According to the report, the prisons in which the indefinite and non-rotating hunger strikes continue and the number of days the prisoners carry out the hunger strike are as follows:

* 5 women prisoners from Şakran Hospital are on 44th day, 7 prisoners from Şakran T4 Prison on the 12th, 8 others on the 33th and 12 prisoners from Şakran T2 and T3 prisons are on the 47th day of the hunger strike

* 7 women prisoners from Sincan Women's Prison on the 39th day

* 10 prisoners in Tekirdağ Prison on the 26th day of the hunger strike

* 5 women prisoners in Tarsus Women's Prison on the 20th day of the hunger strike

* 10 prisoners in Bolu type-F Prison on the 6th day and

* 11 prisoners in Hatay type T Prison on the 3rd day of the hunger strike.

Arrested HDP MPs are also on hunger strike

HDP Co-Chair Selahattin Demirtaş and party's Hakkari MP Abdullah Zeydan who also went on a hunger strike due to "unlawful practices in Edirne Prison and no step being taken to stop hunger strikes" on March 31 had ended the strike on April 1 "within the scope of mutual commitments made with good intentions to solve the problems".

The report has informed that three more arrested MPs went on a hunger strike "since there had been no act of goodwill in 45 days for the prisoners since the beginning of their hunger strike.
(BIA, April 3, 2017)

45 juges et procureurs démis en Turquie

Les autorités turques ont démis de leurs fonctions lundi 45 nouveaux juges et procureurs, dernier épisode de la purge opérée dans le secteur de la justice depuis le coup d'Etat manqué de juillet, ont rapporté des médias d'Etat.

Depuis le 15 juillet, au moins 113.000 personnes ont été interdites d'exercer, renvoyées de fonctions publiques ou détenues en raison de liens supposés avec le groupe accusé d'avoir essayé de renverser le président Recep Tayyip Erdogan.

Le prédicateur musulman Fethullah Gulen, installé de longue date aux Etats-Unis, est accusé d'avoir fomenté ce putsch, ce qu'il nie.

Selon le quotidien Hurriyet, plus de 4.000 procureurs et juges ont été renvoyés depuis juillet en raison de leurs liens supposés avec son mouvement que les autorités "organisation terroriste Fethullah".

Parmi les nouvelles personnes suspendues par le Conseil suprême des juges et procureurs (HSYK) figurent les trois juges qui avaient ordonné la libération de 21 suspects dans un procès sur la "structure médiatique" de Gulen la semaine dernière, a indiqué l'agence officielle Anadolu.

Les prévenus en question n'avaient pas été libérés à la suite d'un appel contre cette mesure, et de nouveaux mandats d'arrêt lancés contre eux, a précisé Anadolu.

Vingt-neuf suspects, dont le chanteur populaire Atilla Tas, sont actuellement jugés, accusés de faire partie d'un groupe terroriste armé, selon Hurriyet.

Parmi ces prévenus on compte plusieurs journalistes de différents médias, et un homme accusé d'utiliser un compte Twitter sous le pseudonyme Fuat Avni. Ce compte avait notamment publié des révélations gênantes sur l'entourage du président Erdogan.
(AFP, 3 avril 2017)

Révélations sur la traque mondiale des gülenistes

diyanet
(Pour le PDF complet du document, cliquer sur l'image)


Des dizaines de rapports confidentiels, révélés par Mediapart et ses partenaires du réseau de médias européens EIC, démontrent que les responsables religieux et les diplomates turcs ont espionné dans le monde entier les sympathisants supposés de la confrérie Gülen, accusée par le président Erdogan d'avoir fomenté le coup d'État manqué de juillet 2016. Au moins trente-huit pays sont concernés, dont la moitié des États de l'Union européenne.

 « Grâce à la forte présence de notre pays en Autriche, le pouvoir de cette organisation décline de plus en plus. Leur cou est brisé. » C’est la conclusion d’un rapport envoyé à Ankara par le consulat de Turquie à Salzbourg. L’« organisation » en question est la confrérie religieuse de Fethullah Gülen, accusée (sans preuves) par le président turc Recep Tayyip Erdogan d’avoir fomenté le coup d’État manqué de juillet 2016. Depuis lors, l’homme fort d’Ankara a lancé une impitoyable chasse aux sympathisants réels ou supposés du mouvement Gülen. En Turquie, où une purge massive s’est traduite par plus de 45 000 arrestations et la suspension de 130 000 fonctionnaires. Mais aussi à l’étranger.

Des dizaines de documents confidentiels, que révèlent aujourd'hui Mediapart et ses partenaires du réseau European Investigative Collaborations (EIC), confirment que la Turquie a bien utilisé ses imams, mosquées et conseillers aux affaires religieuses basés dans ses ambassades et consulats pour espionner les sympathisants gül.nistes dans le monde entier.

Cette surveillance clandestine de la diaspora turque, entamée fin septembre 2016, a touché au moins 38 pays sur tous les continents. Une bonne moitié des pays de l’Union européenne est concernée : la Belgique, les Pays-Bas, l’Allemagne en ses différents Länder, la Grande-Bretagne, la Suède, la Finlande et la Norvège, le Danemark, la Suisse, l’Italie, la Pologne, la Roumanie et la Bulgarie. L’opération a également été menée en Asie centrale, en Afrique, en Arabie saoudite, jusqu’en Australie et au Japon. On ignore si la France a été visée, aucun rapport concernant notre pays ne figurant dans nos données.
( YANN PHILIPPIN, Mediapart, 1 avril 2017)

Urgent dossier on hunger strike by political prisoners

Hunger strikes by political prisoners in Turkish prisons are spreading as more members of the Kurdistan Workers’ Party (PKK) continue joining the 26 prisoners in Izmir whose indefinite hunger strike began on 15 February.

PKK and PAJK (Kurdistan Free Women’s Party) convicts in many prisons across Turkey began a month long rotational hunger strike on 15 March, according to Kurdish news agencies.

Participating in the hunger strike for five days each, prisoners are demanding an end to the isolation of PKK leader Abdullah Ocalan and other inmates in Imrali Prison, the end of human rights abuses in prisons and the end of the destruction of Kurdish cities and villages in southeastern Turkey.

The hunger strikers are also demanding the reestablishment of necessary conditions for “the restart of the negotiations for a peaceful and political solution to the war in Kurdistan,” according to lawyer Deniz Kaya, speaking to ANF news agency.

The general hunger strike will continue until 15 April, however the 26 prisoners in Izmir’s Sakran Prison will continue the strike indefinitely until their demands are met by the government, Mesut Kaya, the brother of Necdet Kaya, one of the 26 convicts whose protest has began 30 days ago, said.

70 political prisoners from Van prison, including 10 inmates who joined the hunger strike on 8 March, were transferred to an unknown prison on 16 March to break the hunger strike, reported ANF.

A 67 day hunger strike by hundreds of prisoners in 2012 was brought to an end after Turkish authorities lifted the isolation on Abdullah Ocalan, who then called for an end to teh strike. The protest paved the way for negotiations and a 2-year ceasefire and solution process between the Turkish government and PKK. (KNK, March 31, 2017)

37 Students Detained in İstanbul While Commemorating Kızıldere Massacre

Attempting to commemorate the Massacre in Kızıldere* on its 45th anniversary, 37 students who were members of the Federation of Opinion Clubs (FKF) in İstanbul University have been taken into custody.

According to the information provided by students who witnessed the incident, the undercover police officers at the university campus have intervened and special security guards of the university have joined in as soon as the students started chanting slogans.

A student among the detainees reported that there had been no battery and the students were in good health.

*Kızıldere is a village in Tokat province in Black Sea region of Turkey. On March 30, 1972, Mahir Çayan, Hüdai Arıkan, Cihan Alptekin, Nihat Yılmaz, Ertan Sarıhan, Ahmet Atasoy, Sinan Kazım Özüdoğru, Sabahattin Kurt, Ömer Ayna and Saffet Alp were killed in a raid by soldiers upon kidnapping three foreign hostages in order to prevent the execution of Deniz Gezmiş, Hüseyin İnan and Yusuf Aslan, the founding members of the revolutionary socialist organization People's Liberation Army of Turkey who were captured and sentenced to death following the military memorandum on March 12, 1971".
(BIA, March 31, 2017)

Pression sur les médias / Pressure on the Media

Un éditeur d'un site d'information arrêté

Un site d'information turc a rapporté qu'un de ses éditeurs avait été arrêté jeudi pour avoir remis en cause la "légitimité" de la victoire du oui au référendum sur les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan.

Ali Ergin Demirhan, éditeur du Sendika.Org affilié aux syndicats, a été arrêté à l'aube lors d'une opération policière au siège du site d'information à Istanbul.

M. Demirhan est accusé d'"organisation de protestations sur les réseaux sociaux visant à montrer le résultat du référendum comme illégitime" ainsi que d'"incitation à la haine" et "insulte à un représentant de l'Etat", écrit Sendika.

Les policiers ont saisi le disque dur de l'ordinateur de M. Demirhan et son téléphone portable, selon la même source.

"Le oui ne sera pas légitimé, Sendika.Org ne se taira pas", a affirmé le site dans un message posté en ligne après l'arrestation de son employé.

Mercredi, la police turque avait arrêté 16 militants de gauche à Istanbul à la suite de manifestations contestant la victoire du oui au référendum organisé dimanche, selon un parti politique et un avocat. Au total, 38 mandats d'arrêt ont été émis.

Des manifestations quotidiennes qui ont mobilisé des milliers de personnes ont eu lieu dans des quartiers d'Istanbul connus pour leur opposition au président Erdogan depuis l'annonce de sa victoire étriquée.

Des observateurs internationaux ont remis en cause l'équité du scrutin et les deux principaux partis d'opposition ont réclamé son annulation.

Par ailleurs, six personnes ont été arrêtées dans la ville d'Izmir (ouest), accusées d'avoir publiquement insulté M. Erdogan le soir du référendum.
(AFP, 20 avril 2017)

Rome demande la libération d'un journaliste arrêté en Turquie

Le ministère italien des Affaires étrangères a demandé la libération d'un journaliste, Gabriele Del Grande, arrêté le 9 avril par les autorités turques alors qu'il se trouvait près de la frontière syrienne pour interroger des réfugiés.

"Le ministère et l'ambassade d'Italie suivent le cas de Gabriele Del Grande avec une extrême attention, depuis le début, en liaison permanente avec sa famille", indique le ministère dans un communiqué.

Il précise que "grâce à l'action de sensibilisation menée par l'Italie depuis le début de cette affaire, M. Del Grande a pu s'entretenir mardi avec ses proches. Mais évidemment cela ne suffit pas, et le ministère demande sa remise en liberté, dans le plein respect de la loi".

Selon les médias italiens, Gabriele Del Grande, 34 ans, se trouvait à la frontière turco-syrienne en train d'interroger des réfugiés syriens lorsqu'il a été arrêté par les autorités turques.

Il aurait ensuite été emmené dans un centre d'identification et d'expulsion à Hatay, au sud de la Turquie, avant d'être transféré dans celui de Mugla, plus à l'ouest.

Au cours de la conversation qu'il a pu avoir avec sa famille, rapportée mercredi par La Repubblica, il indique avoir "engagé une grève de la faim et invite tout le monde à se mobiliser pour que ses droits soient respectés".

"Je vais bien, on ne m'a pas touché un cheveu mais on m'a confisqué mon téléphone portable et mes affaires, bien que rien ne me soit reproché", explique-t-il en précisant que ses papiers sont en règle et qu'il ne lui a pas été permis de faire appel à un avocat.

Originaire de Lucques (Toscane), Gabriele Del Grande est notamment l'auteur d'un documentaire sur les réfugiés syriens et palestiniens présenté à la Mostra de Venise en 2014. Il prépare actuellement un livre sur la guerre en Syrie et la naissance de groupe Etat Islamique.
(AFP, 19 avril 2017)

16 Journalists including Ahmet and Mehmet Altan Facing 3 Life Sentences

An indictment has been drafted for the 17 suspects arrested as a part of the Fethullahist Terrorist Organization (FETÖ) investigation including Ahmet Altan, his brother Prof. Dr. Mehmet Altan, journalist Nazlı Ilıcak and the then Editor-in-Chief of the closed Zaman daily.

The indictment covering “Role of FETÖ’s media elements in the coup attempt” prepared by prosecutor Can Tuncay from İstanbul Chief Public Prosecution Department for Terror and Organized Crimes consists of 247 pages.

President Recep Tayyip Erdoğan, Presidency of the Grand National Assembly of Turkey and the 65th Government are mentioned as plaintiffs in the indictment on the grounds that they had been offended by the crime. 

The indictment demanding three life sentences for the 16 defendants out of 17 in total six of which are arrested, 10 others are fugitives has been submitted to the İstanbul 26th High Criminal Court.

In case the indictment is approved, the suspects will begin standing trial in 15 days.

According to Ümit Türk’s report from Doğan News Agency (DHA), the suspects are subjected to the following crimes:

Ahmet and Mehmet Altan, Nazlı Ilıcak

Three aggravated life sentences was demanded for Mehmet Altan, Ahmet Altan and Nazlı Ilıcak on charges of “Attempting to abolish the Grand National Assembly of Turkey or to prevent the parliament from performing its duties”, ““Attempting to abolish government of Turkey or to prevent it from performing its duties”, and “Attempting to abolish the Constitutional order”.

Furthermore, these three figures face jail term from 7.5 to 15 years in prison on charge of “Committing crime on behalf of an armed terror organization though not being a member of it” for “committing crime on behalf of the FETÖ”.

Dumanlı, Uslu and Opçin...

Three aggravated life sentences was demanded for closed Zaman daily former editor-in-chief Ekrem Dumanlı, former Taraf daily columnist Emre Uslu and journalist Tuncay Opçin on charge of “coup attempt”.

Besides, from 15 to 22.5 years in prison was demanded for the three figures on charge of “Being manager of an armed terror organization”, and Uslu also faces up to 3 years in prison for “inciting people to hate and animosity”.

Samanyolu, Zaman and Today's Zaman managers and workers...

Three aggravated life sentences was demanded for Samanyolu TV’s runaway representative to Washington Şemseddin Efe, Today’s Zaman daily former editor-in-chief runaway suspect Bülent Keneş, Professor Osman Özsoy, Zaman daily Israel correspondent runaway suspect Abdulkerim Balcı, vice editor-in-chief runaway Mehmet Kamış and manager Faruk Kardıç, the daily’s visual director Fevzi Yazıcı, Police Academy academic member Şükrü Tuğrul Özşengül, Zaman daily brand director Yakup Şimşek, daily’s culture and art section writer Ali Çolak on charge of “coup attempt”.  (BIA, April 15, 2017)

Un journaliste français bloqué à l'aéroport par la police en Turquie

Olivier Bertrand, journaliste pour le site français Les Jours, a été arrêté mercredi à l'aéroport d'Istanbul où il est retenu par la police avant une expulsion vers la France, a indiqué jeudi son employeur qui "proteste contre cette nouvelle entrave à la liberté de la presse".

Ce journaliste, qui avait déjà été arrêté en Turquie en novembre, était retourné dans le pays pour couvrir le référendum, dimanche, sur une réforme constitutionnelle visant à renforcer les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan.

Mais "les policiers lui ont indiqué qu'il faisait partie d'une liste d'+indésirables+, sans justifier ni préciser le cadre légal de cette interdiction d'entrer en Turquie", déplore le site d'informations dans un communiqué.

Il a été arrêté "peu après son arrivée à l'aéroport Sabiha Gokcen d'Istanbul" et "est retenu au commissariat de l'aéroport en attendant d'être expulsé vers la France demain", détaille le communiqué.

Olivier Bertrand avait été interpellé par la police turque en novembre lors d'un reportage dans la région de Gaziantep et détenu pendant trois jours avant d'être expulsé "sans motif, et sans qu'une interdiction de territoire ne lui soit jamais notifiée, ni à lui, ni aux autorités françaises", poursuit le site, ajoutant que "depuis, la Turquie n'a toujours pas avancé d'explication à cette arrestation arbitraire".

"Les Jours protestent contre cette nouvelle entrave à la liberté de la presse en Turquie", où "228 journalistes turcs sont en prison et 149 médias ont été fermés".

Cette "situation alarmante" "rend plus que jamais indispensable le travail des journalistes étrangers sur le régime autoritaire de Recep Tayyip Erdogan", estime Les Jours. "Olivier Bertrand travaille depuis plus d'un an sur la Turquie, une enquête au long cours pour Les Jours racontant la bascule du pays vers une dictature. Nous sommes déterminés à poursuivre ce travail", poursuit le site.
(AFP, 13 avril 2017)

Les députés européens solidaires des journalistes turcs emprisonnés

A l’initiative de Reporters sans frontières (RSF), des membres du Parlement européen entament une campagne de soutien aux journalistes turcs emprisonnés. Les eurodéputés écologistes lancent le mouvement ce 5 avril 2017 en écrivant au caricaturiste Musa Kart, incarcéré sans jugement depuis plus de cinq mois et qui risque jusqu’à 29 ans de prison.

A ce jour, des représentants de trois groupes politiques du Parlement européen se sont joints à la proposition de RSF d’écrire à des journalistes emprisonnés en Turquie. L’organisation publie ci-dessous le courrier que les députés écologistes adressent ce 5 avril au caricaturiste Musa Kart. Eva Joly et les coprésidents du groupe Verts/ALE, Ska Keller et Philippe Lamberts, le signent au nom des membres de la formation. Des députés socialistes (S&D), de la gauche radicale (GUE/NGL), ainsi que d’autres groupes contactés par RSF, doivent leur emboîter le pas dans les semaines à venir.

“Par cette lettre nous voulons vous témoigner notre solidarité, vous rappeler que vous n’êtes pas seul, vous dire que votre regard acéré sur l’actualité manque cruellement au moment où la Turquie se mue en régime autoritaire, écrivent les députés verts. Tenez bon Musa ! Même à des milliers de kilomètres, même encore inconnus pour vous, nous sommes à vos côtés, attachés à la liberté, à la presse libre et à une Turquie démocrate.”

Avec une centaine de journalistes derrière les barreaux, la Turquie est aujourd’hui la plus grande prison du monde pour les professionnels des médias. La plupart, arrêtés dans le cadre de l’état d’urgence consécutif à la tentative de putsch du 15 juillet 2016, n’ont pas encore été jugés. Des dizaines de journalistes sont soumis à un isolement sévère dans la section 9 de la prison de haute sécurité de Silivri, en banlieue d’Istanbul. La remise en liberté conditionnelle de 21 d’entre eux, ordonnée le 31 mars par un tribunal d’Istanbul, a été bloquée in extremis par un recours du parquet et de nouvelles inculpations.

RSF a sollicité cinq groupes parlementaires européens pour écrire à cinq journalistes turcs emprisonnés. La journaliste Nazlı Ilıcak et son collègue Şahin Alpay, tous deux âgés de plus de 70 ans, sont derrière les barreaux depuis fin juillet 2016. Le caricaturiste Musa Kart et l’éditorialiste Kadri Gürsel, président du comité turc de l’International Press Institute (IPI), ont été arrêtés fin octobre. Le journaliste d’investigation Ahmet Şık, comme eux deux collaborateur du quotidien indépendant Cumhuriyet, les a rejoint en détention fin décembre.

“Le journalisme est aujourd’hui criminalisé en Turquie, dénonce Christophe Deloire, secrétaire général de RSF. Une ligne éditoriale critique du président Erdoğan suffit pour être jeté en prison, accusé de terrorisme et privé de tout recours effectif. Nous exigeons à nouveau la libération immédiate de tous les journalistes incarcérés du fait de leurs activités professionnelles et l’abrogation des décrets-lois adoptés sous l’état d’urgence, qui légalisent l’arbitraire et piétinent la liberté d’expression.”

La Turquie occupe la 151e place sur 180 au Classement 2016 de la liberté de la presse, publié par RSF. Déjà très préoccupante, la situation des médias est devenue critique sous l’état d’urgence proclamé à la suite de la tentative de putsch du 15 juillet 2016. Près de 150 titres ont été liquidés par décret et plus d’une centaine de journalistes sont actuellement en prison. Pas moins de 775 cartes de presse et des centaines de passeports de journalistes ont été annulés sans autre forme de procès. La censure d’Internet et des réseaux sociaux atteint des niveaux inédits. Des restrictions qui limitent considérablement le débat démocratique, à deux semaines d’un référendum crucial pour l’avenir du pays. (RSF, 5 avril 2017)

'No' Statements by 250 Artists against constitutional amendment

250 artists including writers, actors/actresses, directors, photographers, poets, musicians, dancers, painters and sculptors have declared that they would vote "No" in the April 16 constitutional amendment referendum.

The artists explained why they would vote no in a press conference organized in Taksim Point Hotel.

As the program hosted by Orhan Alkaya started with a line from Nazım Hikmet's poem called "This Invitations is Ours", it was stated that this line spread among friends and has nothing to do with the political structure.

Reasons of why the artists say "no"

Açıklamaya imzacılardan Vecdi Sayar, Gülriz Süruri, Edip Akbayram, Rutkay Aziz, Defne Halman, Mirza Metin, Adnan Özyalçıner, Orhan Aydın, Tilbe Saran, Ragıp Yavuz, Iraz Yöntem, Nur Sürer, Hakkı Zariç katıldı.

Vecdi Sayar, Gülriz Süruri, Edip Akbayram, Rutkay Aziz, Defne Halman, Mirza Metin, Adnan Özyalçıner, Orhan Aydın, Tilbe Saran, Ragıp Yavuz, Iraz Yöntem, Nur Sürer, Hakkı Zariç attended the conference.
(BIA, April 6, 2017)


Lourdes peines requises contre des journalistes critiques

Des procureurs turcs ont demandé mardi de lourdes peines de prison contre 19 collaborateurs du journal Cumhuriyet, farouchement critique du président Recep Tayyip Erdogan, a rapporté l'agence de presse progouvernementale Anadolu.

Les journalistes, dont plusieurs sont en détention préventive depuis plus de cinq mois, sont accusés de soutien ou d'appartenance à diverses organisations "terroristes", selon l'acte d'accusation du parquet d'Istanbul dévoilé par Anadolu.

Les accusés, parmi lesquels figurent le patron de Cumhuriyet, Akin Atalay, son rédacteur en chef, Murat Sabuncu, son prédécesseur, Can Dündar, ainsi que le journaliste d'enquête Ahmet Asik risquent entre 7 ans et demi et 43 ans de prison.

Ils sont accusés d'appartenir ou de soutenir le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, séparatistes kurdes), la mouvance du prédicateur Fethullah Gülen accusé d'avoir orchestré la tentative de putsch du 15 juillet, ou encore le DHKP-C (groupuscule d'extrême gauche).

Farouchement critique du président Erdogan, Cumhuriyet, fondé en 1924, s'est transformé, sous la houlette de M. Dündar, en machine à scoops, multipliant les enquêtes embarrassantes pour le pouvoir.

M. Dündar, qui vit désormais en Allemagne, a qualifié mardi de "fadaises" ces accusations, dans une vidéo publiée sur son nouveau site d'information, Özgürüz. "Depuis quand les procureurs peuvent-ils se mêler de la ligne éditoriale d'un journal ?", a-t-il lancé.

Cumhuriyet "met en garde depuis longtemps contre le danger" de la mouvance de Fethullah Gülen, a poursuivi M. Dündar. "Aujourd'hui, on nous accuse d'en faire partie", a-t-il déploré.

L'arrestation, en novembre, de plusieurs journalistes de Cumhuriyet avait suscité l'inquiétude des défenseurs des droits de l'Homme et des critiques de pays européens.

"Les accusations portées contre les collaborateurs de Cumhuriyet et les lourdes peines requises contre eux sont une honte absolue pour les autorités turques", a dénoncé le secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF), Christophe Deloire.

"Le parquet criminalise ouvertement une ligne éditoriale critique du président Erdogan en l'assimilant à une forme de terrorisme", a-t-il dénoncé, appelant la justice turque à abandonner ces "poursuites iniques".

Les autorités turques nient régulièrement toute atteinte à la liberté de la presse et affirment que les seuls journalistes arrêtés sont ceux liés à des "organisations terroristes", expression désignant le PKK et le réseau güléniste.

Mais des opposants au président Erdogan et des organisations de défense des droits de l'Homme accusent les autorités de se servir de l'état d'urgence instauré après le coup d'Etat manqué du 15 juillet pour étouffer toute critique.

Selon l'Association des journalistes de Turquie (TGC), 170 organes de presse ont été fermés, 105 journalistes placés en détention et 777 cartes de presse annulées depuis la tentative de coup d'Etat du 15 juillet.

La Turquie est 151e au classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2016, derrière le Tadjikistan et juste devant la République démocratique du Congo.
(AFP, 4 avril 2017)

New Detention Order for Released Journalists

Following the release order for the 21 journalists out of 29 journalists and writers including Atilla Taş and Murat Aksoy who were standing trial over investigation launched following the July 15 coup attempt upon accusations of being affiliated with the Fethullahist Terrorist Organization (FETÖ) on March 31, Friday, another detention order has been issued. The journalists have not been released.

İbrahim Loğasdağı, the President of the court passing the verdict in the trial held before İstanbul 25th High Criminal Court of Justice, had ruled that Abdullah Kılıç, Ahmet Memiş, Ali Akkuş, Atilla Taş, Bayram Kaya, Bünyemin Köseli, Cemal Azmi Kalyoncu, Cihan Acar, Cuma Ulus, Gökçe Fırat Çulhaoğlu, Habip Güler, Halil İbrahim Balta, Hanım Büşra Erdal, Hüseyin Aydın, Muhammet Sait Kuloğlu, Murat Aksoy, Mustafa Erkan Acar, Oğuz Usluer, Seyid Kılıç, Yakup Çetin and Yetkin Yıldız be released.

Yet İstanbul Chief Public Prosecutor's Office has launched an investigation into Atilla Taş, Ali Akkuş, Hüseyin Aydın, Murat Aksoy, Mustafa Erkan Acar, Seyid Kılıç and Yetkin Yıldız suspecting a connection with the coup attempt on July 15.

As a part of this new investigation, a detention order has been issued for seven people on charge of "attempting to suspend the constitutional order" and "attempting to overthrow the Government of the Republic of Turkey". The reason for the detention order has been declared as "the evidence against the suspects, the nature of the crime and suspicion of an attempt to escape".

A detention order had already been issued for Gökçe Fırat Çulhaoğlu, Yakup Çetin, Bünyamin Köseli, Cihan Acar, Abdullah Kılıç and Oğuz Usluer as a part of this investigation. Including the last detention order, 13 of the 21 suspects, supposed to be released on March 31, are currently subjected to a new investigation.

In addition, the prosecutor had objected to the decision of İstanbul 25th High Criminal Court of Justice ordering the release of had Hanım Büşra Erdal, Ahmet Memiş, Bayram Kaya, Cemal Azmi Kalyoncu, Cuma Ulus, Habib Güler, Halil İbrahim Balta and Muhammet Said Kuloğlu in the trial regarding the "Media organization of FETÖ". İstanbul 26th High Criminal Court had sustained the objection.

Prof. Dr. Yaman Akdeniz, the attorney representing Atilla Taş and Murat Aksoy had announced on Twitter on April 1, that he did not know where and whether the two journalists were in custody or arrested.

What Happened?

On August 30, 2016, İstanbul Chief Public Prosecutor's Office had issued a detention order for 35 people including several academics and journalists as part of the investigation launched into the FETÖ following the coup attempt on July 15. 27 of the 35 detainees were arrested later. The journalists and writers arrested on different days, had been waiting to stand trial for eight days.

The state-run Anadolu News Agency had reported on the detention order for the journalists and writers under "Operation against the media organization of FETÖ".

The suspects of the trial are employers, owners and writers of Millet daily, Cihan News Agency, Zaman daily, Meydan daily, Yeni Hayat daily, Bugün daily and Rota News, Samanyolu News websites.

There are 29 suspects standing trial 26 of whom are arrested. Warrant has been issued to take two suspects forcibly to testify.
Said Sefa faces 22,5 and the other 28 suspects face 15 years in prison each.

The names of those who stood trial are as follows:

Abdullah Kılıç, Ahmet Memiş, Ali Akkuş, Atilla Taş, Bayram Kaya, Bülent Ceyhan, Bünyemin Köseli, Cemal Azmi Kalyoncu, Cihan Acar, Cuma Ulus, Davut Aydın, Emre Soncan, Gökçe Fırat Çulhaoğlu, Habip Güler, Halil İbrahim Balta, Hanım Büşra Erdal, Hüseyin Aydın, Muhammet Sait Kuloğlu, Muhterem Tanık, Murat Aksoy, Mustafa Erkan Acar, Mutlu Çölgeçen, Oğuz Usluer, Said Sefa, Seyid Kılıç, Ufuk Şanlı, Ünal Tanık, Yakup Çetin, Yetkin Yıldız.
(BIA, April 3, 2017)

Le journaliste germano-turc détenu en Turquie se tourne vers la justice

Les avocats de Deniz Yücel, le correspondant germano-turc du quotidien Die Welt emprisonné en Turquie depuis un mois et accusé d'espionnage, ont déposé lundi un recours devant le Tribunal constitutionnel turc, a annoncé Die Welt mercredi.

Ils réclament la libération de leur client en invoquant notamment "son droit à une procédure équitable", au "respect de la présomption d'innocence", à la "protection contre la diffamation", à la "liberté de communication" ainsi qu'à la "liberté d'expression".

Le Tribunal constitutionnel est la "dernière instance nationale" devant laquelle M. Yücel peut contester son incarcération, mais les chances de succès de son recours apparaissent "incertaines", estime Die Welt.

Depuis le putsch raté du 15 juillet dernier visant le pouvoir turc, suivi de vastes purges qui ont frappé l'opposition, la justice et la presse, la haute juridiction "ne s'est pas prononcée sur la moindre demande de levée d'une détention provisoire", explique le quotidien qui emploie M. Yücel.

Le journaliste germano-turc a été placé en détention provisoire le 27 février dernier pour propagande "terroriste" et incitation à la haine, avant d'être qualifié par le président turc Recep Tayyip Erdogan de séparatiste kurde et d'"agent allemand".

"C'est aberrant", avait réagi le ministère allemand des Affaires étrangères, dans une affaire qui avait encore terni les relations germano-turques, émaillées de conflits sur de multiples fronts depuis l'été dernier.

Deniz Yücel s'était rendu à la police le 14 février à Istanbul, selon Die Welt, car il était recherché pour ses articles sur le piratage de la messagerie électronique de Berat Albayrak, ministre de l'Energie et gendre de M. Erdogan.

Les courriels piratés, rendus publics en septembre, ont dévoilé des pressions politiques du gouvernement turc sur des médias et des stratégies de manipulation de l'opinion sur les réseaux sociaux.

Les dirigeants turcs accusent régulièrement les autorités allemandes de "soutenir le terrorisme", en offrant refuge à des militants de la cause kurde et à des suspects recherchés pour le coup d'Etat du 15 juillet.

Les relations entre Berlin et Ankara se sont également dégradées en mars après l'annulation de meetings favorables à M. Erdogan par plusieurs villes allemandes. Le chef de l'Etat turc avait alors accusé la chancelière Angela Merkel de "pratiques nazies".
(AFP, 31 mars 2017)

Kurdish Question / Question kurde

L'attentat à Diyarbakir revendiqué par l
a branche armée du PKK


Les rebelles kurdes de Turquie ont revendiqué mercredi un attentat commis la veille qui a fait trois morts à Diyarbakir (sud-est), à quelques jours d'un référendum sur l'extension des pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan.

La branche armée du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) a affirmé avoir agi en représailles aux "pressions" exercées selon elle contre les Kurdes par le gouvernement turc qualifié de "fasciste", dans un communiqué publié par l'agence de presse Firat, proche de la mouvance séparatiste kurde.

Le sud-est de la Turquie est le théâtre d'affrontements quasi-quotidiens entre les forces de sécurité et les membres du PKK, une organisation classée "terroriste" par Ankara et ses alliées occidentaux, depuis la rupture à l'été 2015 d'un fragile cessez-le-feu visant à mettre fin à un conflit qui a fait plus de 40.000 morts depuis 1984.

Plus tôt mercredi, le ministre de l'Intérieur Süleyman Soylu avait affirmé que l'explosion, qu'il avait initialement qualifiée d'accidentelle, était en fait un "attentat terroriste".

M. Soylu a expliqué que la déflagration avait été provoquée par des explosifs placés en sous-sol, dans un tunnel.

Les autorités ont annoncé l'interpellation de 177 personnes dans le cadre de l'enquête sur cette explosion.

Dans un communiqué publié mercredi, le gouvernorat de Diyarbakir fait état de trois tués -deux civils et un policier-, et de quatre blessés encore hospitalisés. Plus tôt, M. Soylu avait évoqué deux morts et 12 blessés légers.

Selon le gouvernorat, environ une tonne d'explosifs logés dans "un tunnel long de trente mètres (...) creusé depuis un immeuble voisin" ont été utilisés dans cette attaque.

Un photographe de l'AFP a vu un bâtiment réduit à un amas de poutres, de ciment et de câbles métalliques, signe de la puissance de la déflagration.
(AFP, 12 avril 2017)

Incendie au centre culturel kurde à Nante

Un incendie a ravagé partiellement au cours du week-end un centre culturel kurde qui abrite près de Nantes le siège régional du Conseil démocratique kurde en France (CDK-F), la piste d'un incendie volontaire étant privilégiée, a-t-on appris lundi de source proche de l'enquête.

Le sinistre s'est déclaré dans la nuit de samedi à dimanche dans le bâtiment, à Saint-Herblain. Il n'y avait personne au moment des faits.

"Nous avons reçu un message dans la nuit pour nous dire que les pompiers étaient intervenus pour éteindre un incendie", a relaté auprès de l'AFP Sinan Zer, le porte-parole du Conseil démocratique kurde en France pour la région Ouest.

"Quand nous sommes arrivés, les pompiers nous ont dit que la chaîne et le cadenas sur la porte avaient été sectionnés", a ajouté M. Zer. "Selon les premiers éléments de l'enquête de l'expert, l'incendie ne serait pas accidentel", a-t-il dit.

L'hypothèse d'une acte volontaire est privilégiée, selon une source proche de l'enquête.

Le feu a détruit tous les dossiers du CDKF, a rapporté M. Zer. "Nous n'avons pas reçu de menaces, mais cet incendie s'est produit dans une ambiance particulière" liée au référendum organisé en Turquie sur l'extension des pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan, a-t-il souligné,

"Nous combattons ce référendum, a précisé M. Zer selon lequel l'installation d'une tente pour le +non+ par le CDKF a été refusée par la préfecture de Loire-Atlantique. "Elle a invoqué la question de la sécurité", a-t-il précisé.

"On sent une ambiance lourde", a-t-il commenté, faisant allusion à des "associations proches du président" turc.

La communauté kurde compte entre 1.500 à 2.000 personnes dans la région de Nantes, selon M. Zer.

Le Conseil Démocratique Kurde en France (CDK-F) est une structure au regroupe et fédère près de 25 associations.
(AFP, 10 avril 2017)

Erdogan appelle les Kurdes Irakiens à ôter leur drapeau à Kirkouk

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé mardi les dirigeants kurdes irakiens à ôter le drapeau kurde hissé sur des bâtiments gouvernementaux à Kirkouk, faute de quoi ils mettraient en péril les relations avec Ankara.

"Que les propriétaires de ce drapeau sachent qu'ils font du séparatisme (...) Je m'adresse au gouvernement régional du Kurdistan irakien : revenez sans attendre sur cette erreur", a déclaré M. Erdogan dans un discours télévisé.

"Abaissez ces drapeaux, poursuivez votre chemin avec le seul drapeau national irakien. Sinon, excusez-moi, mais vous serez contraints de faire marche arrière", a-t-il ajouté.

Affirmant que la Turquie "n'accepte absolument pas les affirmations fallacieuses selon lesquelles Kirkouk est kurde", il a lancé une ferme mise en garde aux dirigeants kurdes irakiens : "En ce moment, nos relations se portent bien, ne brouillez pas ces relations".

Le conseil provincial de Kirkouk a approuvé mardi dernier à la majorité le placement du drapeau kurde sur les bâtiments gouvernementaux dans la ville, grâce aux 25 voix des conseillers kurdes, les 16 conseillers arabes et turkmènes n'ayant pas participé au scrutin.

Le gouvernement turc a condamné dès le lendemain cette décision "unilatérale".

La province de Kirkouk, riche en pétrole, fait l'objet d'une dispute ancienne entre le gouvernement fédéral de Bagdad et les autorités (KRG) de la région autonome du Kurdistan, dont elle est voisine.

Le gouvernement turc et le dirigeant kurde irakien Massoud Barzani entretiennent de bonnes relations, mais Ankara s'oppose au passage de Kirkouk sous pavillon kurde, au motif que de nombreux Turkmènes, ethniquement proches des Turcs, vivent dans cette province.

Les peshmergas contrôlent la ville de Kirkouk depuis que les forces de Bagdad se sont précipitamment retirées en 2014 devant l'avancée du groupe Etat islamique (EI).

Le Kurdistan s'est constitué en région autonome aux termes de la Constitution irakienne de 2005, et son dirigeant Massoud Barzani milite pour l'organisation d'un référendum d'autodétermination.
(AFP, 4 avril 2017)

Le leader kurde Demirtas va entamer une grève de la faim

Le chef du principal parti pro-kurde de Turquie Selahattin Demirtas a annoncé jeudi qu'il entamerait une grève de la faim vendredi pour protester contre les conditions de détention "inhumaines" dans la prison où il est incarcéré depuis novembre.

Dans un communiqué, le co-président du Parti démocratique des peuples (HDP) a annoncé que cette grève de la faim visait à dénoncer les "pratiques illégales et inhumaines" dans la prison d'Edirne (nord-ouest) où d'autres détenus kurdes ont déjà entamé une grève de la faim.

Outre Edirne, plusieurs prisonniers kurdes ont également récemment entamé des grèves de la faim dans les prisons d'Izmir (ouest) Ankara et Van (est) pour protester contre leurs conditions de détention.

Le charismatique chef de file du HDP est visé par des dizaines de procédures judiciaires et risque notamment 142 ans de prison dans le cadre d'un procès où il est accusé de "diriger une organisation terroriste" et de faire de la "propagande terroriste".

Les autorités turques accusent le HDP d'être la vitrine politique des séparatistes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation classée "terroriste" par Ankara, Washington et Bruxelles.

Le deuxième parti d'opposition de Turquie a ainsi été durement frappé par les purges qui ont suivi le putsch manqué en juillet, avec une dizaine de ses députés actuellement en détention, dont M. Demirtas et sa co-présidente Figen Yüksekdag.

Ces arrestations ont suscité l'inquiétude des pays européens et d'ONG qui accusent le président Recep Tayyip Erdogan de vouloir étouffer toute voix d'opposition.
(AFP, 30 mars 2017)

Minorités / Minorities



Le 24 avril 1915, démarrait le plan d’extermination délibérée des Arméniens de l'Empire ottoman perpétré par le gouvernement jeune-turc de 1915. Après ce génocide, les Arméniens qui ont trouvé refuge en Belgique ont fondé une communauté qui s'est depuis agrandie pour compter aujourd'hui plusieurs dizaines de milliers de Belges d'origine arménienne.

La cérémonie commémorative se déroulera le 24 avril 2017, à 12h30, devant le monument commémoratif dédié au Génocide des Arméniens,  square Henri Michaux, à 1050 Bruxelles.

Karen Tadevosyan
Président du Comité des Arméniens de Belgique

New Book on Assyrian, Greek, Armenian Genocide Published



A new book titled Genocide In The Ottoman Empire - Armenians, Assyrians, and Greeks, 1913-1923, edited by George N. Shirinian, has been published by Berghahn Books.

The editor is executive director of the International Institute for Genocide and Human Rights Studies, a division of the Zoryan Institute.

His publications include Studies in Comparative Genocide and The Asia Minor Catastrophe and the Ottoman Greek Genocide: Essays on Asia Minor, Pontos, and Eastern Thrace, 1913--1923.

The book is a result of an academic conference held on May 10-11, 2013 and hosted by the prestigious Illinois Holocaust Museum and Education Center in Skokie, Illinois
(http://www.aina.org/news/20170408165949.htm).


L'inteview avec Dogan Özgüden de la revue Regards



"Si une manifestation servira à la propagande haineuse d’un dictateur fasciste, semblable à celle de Daech, qu’est-ce qu’il faut faire? Par exemple, la propagande d’Adolf Hitler pendant sa campagne électorale chez les Allemands des autres pays pouvait-elle être tolérée pour respect à la liberté d’expression?" (Regards, mars 2017)


Alfortville : incendie criminel à l’église évangélique arménienne

L’église évangélique arménienne d’Alfortville a été l’objet d’un incendie volontaire, ce dimanche matin vers 6 heures.

Il est « secoué », mais « touché de recevoir autant de visites et de messages de soutien ». Le pasteur Gilbert Léonian et son épouse ont risqué leur vie, ce dimanche matin. Vers 6 heures, ils ont été réveillés par les flammes qui montaient jusqu’à la fenêtre de leur chambre. Le couple vit au premier étage de l’église évangélique arménienne, située au 8, rue du Groupe Manouchian. Un site devant lequel une ou plusieurs personnes ont placé une poubelle qu’ils ont incendiée, provoquant l’embrasement de la façade. L’incendie a pu être maîtrisé par les pompiers avant d’atteindre le reste du bâtiment.

Heureusement le feu n’a pas fait de blessés, seuls des dégâts matériels à l’entrée de l’église sont à déplorer. Mais c’est la deuxième fois en huit jours que ce lieu de culte est visé. « Le dimanche 26 mars à 23 heures, l’interphone de l’église a été arraché, des pierres ont brisé la paroi vitrée de l’église et la façade a été caillassée », rappelle Portes Ouvertes, une ONG « au service des chrétiens persécutés ». Des faits pour lesquels le pasteur Léonian avait déjà porté plainte. « Je suis un homme de paix, arrivé de Marseille il y a 18 mois. Je ne voulais pas en faire trop la semaine dernière en alertant tout le monde, raconte Gilbert Léonian. Là je suis en colère face à des actes d’une telle gravité, qui me surprennent dans ce quartier tranquille, où il y a un grand brassage culturel. »

L’Église évangélique arménienne d’Alfortville est présente depuis 50 ans dans la ville et n’a jamais connu d’attaque. « Avant il n’y avait pas de pasteur, maintenant notre foi est plus vivante, plus militante dans le bon sens du terme, soutient le pasteur. Cela a peut-être dérangé certains. » Ce dimanche, le culte a malgré tout été maintenu. Le pasteur qui a accueilli une trentaine de fidèles dans une autre salle de l’église.(leparisien.fr, 2 avril 2017)

Le nationalisme, boussole et consolation pour compenser la Perte


Publié par Etienne Copeaux sur 1 Avril 2017, 15:56pm

Le discours historique d'inspiration nationaliste, engendré par la Perte, est aussi glorieux que celle-ci est immense. A tel point qu'à force d'évoquer la gloire, les héros et leurs exploits, il exprime en réalité une profonde frustration et un malaise incurable, sauf par la reconnaissance de ce qui est advenu. Pour masquer et refouler le crime originel, il a fallu des constructions rhétoriques et politiques nationalistes imposées par des régimes autoritaires. C'est pourquoi la démocratie ne pourra jamais exister en Turquie tant que la Perte ne sera pas acceptée, et que ce crime sera nié.

http://www.susam-sokak.fr/2017/03/le-nationalisme-boussole-et-consolation-pour-compenser-la-perte.html


Politique intérieure/Interior Politics

L'opposition va contester le référendum devant une haute cour

Le principal parti turc d'opposition a annoncé vendredi qu'il allait saisir une haute cour administrative pour faire annuler une décision contestée de l'Autorité électorale lors du référendum sur les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan.

L'opposition conteste la légalité d'une décision de dernière minute du Haut-Conseil électoral (YSK) de considérer comme valides les bulletins de vote non marqués du sceau officiel, affirmant qu'elle pourrait avoir favorisé la victoire du camp du oui, qui a remporté le scrutin d'une courte tête avec 51,4% des voix, selon les résultats non officiels.

L'YSK avait rejeté mercredi un premier recours présenté par le principal parti d'opposition, le CHP.

"Nous allons nous pourvoir devant le Conseil d'Etat pour obtenir l'annulation de la décision de l'YSK d'autoriser les bulletins de vote non estampillés", a affirmé le vice-président du CHP, Bülent Tezcan, dans un communiqué cité par la chaîne CNN-Türk.

Le Conseil d'Etat, une juridiction qui date de l'Empire ottoman, est la plus haute cour administrative en Turquie.

M. Tezcan a appelé l'YSK à ne pas publier le résultat officiel du scrutin tant que tous les recours n'auront pas été épuisés.

"Que les citoyens aient voté oui ou non, nous allons poursuivre notre combat jusqu'à la fin pour protéger les droits des 49 millions de citoyens qui ont pris part au vote", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre turc Binali Yildirim a qualifié dans des déclarations à la presse le nouveau recours du CHP de "futile". "Cela ne sert à rien de faire perdre du temps à tout le monde", a-t-il ajouté.

Une mission commune d'observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et du Conseil de l'Europe a estimé lundi que le scrutin n'avait pas été "à la hauteur des critères" européens et souligné que la campagne s'était déroulée dans des conditions inéquitables favorisant le camp du oui.
(AFP, 21 avril 2017)

L'Autorité électorale rejette les recours, des militants arrêtés

L'Autorité électorale en Turquie a rejeté les recours de l'opposition réclamant l'annulation du référendum sur les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan, alors que des militants impliqués dans des manifestations dénonçant des fraudes présumées ont été arrêtés.

Les membres du Haut-Conseil électoral turc (YSK) ont décidé à une majorité de dix contre un de rejeter les recours de l'opposition contestant la validité du référendum de dimanche renforçant considérablement les pouvoirs de M. Erdogan, selon le site officiel du YSK.

L'opposition dénonce notamment une décision de dernière minute de l'YSK de considérer comme valides les bulletins de vote non marqués du sceau officiel des scrutateurs.

Le principal parti d'opposition, le CHP, et la formation prokurde, le HDP, affirment que cette décision de l'YSK pourrait avoir favorisé la victoire du camp du +oui+ qui a remporté le scrutin d'une courte tête avec 51,4% des voix, selon un comptage provisoire des médias.

Réagissant à la décision de l'YSK, le vice-président du CHP, Bülent Tezcan, parlant à la chaîne CNN-Türk, a affirmé qu'elle provoquait une "sérieuse crise de légitimité".

"Nous activerons tous les moyens légaux", a-t-il déclaré, ajoutant que le parti établirait une feuille de route après avoir consulté des experts en droit jeudi.

Une mission commune d'observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et du Conseil de l'Europe a estimé lundi que le scrutin n'avait pas été "à la hauteur des critères" européens et souligné que la campagne s'était déroulée dans des conditions inéquitables favorisant le camp du oui.

- Militants arrêtés -

Des manifestations quotidiennes qui ont mobilisé des milliers de personnes dénonçant des présumés fraudes ont eu lieu dans des quartiers d'Istanbul connus pour leur opposition au président Erdogan depuis l'annonce de sa victoire étriquée.

La police turque a arrêté tôt mercredi 16 militants de gauche à Istanbul à la suite de ces manifestations, ont indiqué un parti politique et un avocat.

Une petite formation politique de gauche non représentée au Parlement, le Parti de la Liberté et de la Solidarité (ODP), a annoncé que la police turque avait arrêté tôt mercredi le chef de sa branche d'Istanbul Mesüt Geçgel sous l'accusation d'avoir "incité à l'agitation" en questionnant la légitimité du référendum.

M. Geçgel a confirmé sur Twitter avoir été arrêté pour avoir protesté contre la victoire du oui.

L'avocat de M. Geçgel, Deniz Demirdögen, a affirmé à l'AFP que 16 personnes, dont son client, avaient été arrêtées, et que 38 mandats d'arrêt avaient été émis au total.

Aucun commentaire sur ces arrestations n'a pu être obtenu de source policière dans l'immédiat.

Parlant à Ankara mercredi matin, le Premier ministre Binali Yildirim a mis en garde contre toute manifestation de rue contestant l'issue du référendum.

"La Turquie est un Etat de droit et il ne saurait y être question d'anarchie ou d'activités (de protestation) dans la rue", a-t-il dit.

Ankara avait fermement rejeté mardi un appel de l'Union européenne à mener une "enquête transparente" sur les irrégularités présumées qui ont été constatées par les observateurs".
(AFP, 19 avril 2017)

L'opposition turque veut l'annulation du référendum, Ankara rabroue l'UE



Le principal parti d'opposition en Turquie a officiellement demandé mardi l'annulation du référendum augmentant les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan, dont le gouvernement a rejeté un appel de Bruxelles à enquêter sur des "irrégularités présumées".

Les soupçons de fraude émis par l'opposition sont nés d'une décision annoncée pendant les opérations de vote par le Haut-Conseil électoral (YSK) de considérer comme valides les bulletins non marqués du sceau officiel des autorités électorales.

Le principal parti d'opposition, le CHP, et la formation prokurde, le HDP, affirment que cette décision de l'YSK pourrait avoir favorisé la victoire du camp du +oui+ qui a remporté le scrutin d'une courte tête avec 51,4% des voix, selon un comptage provisoire des médias.

Le vice-président du CHP, Bülent Tezcan, a déposé mardi un recours auprès de l'YSK à Ankara pour demander officiellement l'annulation du référendum.

"La volonté nationale a été volée", a déclaré M. Tezcan, dénonçant après le dépôt du recours des "résultats illégitimes".

Déplorant le fait qu'il n'y ait aucun moyen de comptabiliser le nombre des bulletins concernés par cette mesure de l'YSK, il a affirmé : "Il n'y a qu'une chose à faire (...), annuler ce vote."

Quelques dizaines de personnes s'étaient rassemblées devant le siège de l'YSK pour faire signer une pétition en ce sens.

A Istanbul, dans le quartier anti-Erdogan de Besiktas, plusieurs centaines de personnes ont de nouveau manifesté dans la soirée contre le résultat du référendum, a rapporté un photographe de l'AFP.

A Kadiköy, sur la rive asiatique de la métropole, des femmes ont fait entendre leur mécontentement en tapant sur des casseroles.

- 'Affaire terminée' -

Le président russe Vladimir Poutine a téléphoné à M. Erdogan pour le féliciter, comme son homologue américain Donald Trump l'avait fait lundi, mais l'Union européenne a appelé Ankara à une "enquête transparente sur les irrégularités présumées qui ont été constatées par les observateurs" internationaux, exhortant à la "retenue".

La Turquie a fermement rejeté cet appel : "Une telle déclaration spéculative de la part d'un porte-parole ne peut être acceptée", a déclaré le ministre turc des Affaires européennes, Omer Celik, pour qui l'UE doit respecter "les processus démocratiques".

M. Erdogan a en outre répété lundi qu'il promulguerait le rétablissement de la peine de mort si le Parlement votait en ce sens, se disant prêt à convoquer une autre consultation populaire sur la question.
 Une telle mesure sonnerait le glas du processus d'adhésion de la Turquie à l'UE, dans les limbes depuis plusieurs années.

Une mission commune d'observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et du Conseil de l'Europe a estimé lundi que le scrutin n'avait pas été "à la hauteur des critères" européens et souligné que la campagne s'était déroulée dans des conditions inéquitables favorisant le camp du oui.

Les conclusions des observateurs avaient provoqué la colère du président turc qui les a sommés de "rester à (leur) place".

"La volonté de la nation s'est (exprimée) librement dans les urnes, cette affaire est terminée", a affirmé mardi le Premier ministre turc, Binali Yildirim.

- Elections anticipées ? -

M. Yildirim a en outre fait savoir que M. Erdogan serait invité, après l'annonce des résultats définitifs fin avril, à réintégrer le parti au pouvoir (AKP) -le président de la république ne pouvait jusqu'alors pas être membre d'un parti-, appliquant ainsi le premier point d'une révision constitutionnelle dont la plupart des volets entreront en vigueur en 2019.

Avec sa victoire, M. Erdogan, qui a échappé à une tentative de putsch le 15 juillet 2016, pourrait en théorie rester à la tête de l'Etat jusqu'en 2029. Il a occupé le poste de chef du gouvernement entre 2003 et 2014, avant d'être élu président.

Cette révision de la Constitution prévoit notamment le transfert du pouvoir exécutif au président, qui pourra gouverner par décrets, et la suppression de la fonction de Premier ministre.

Le quotidien Hürriyet a rapporté mardi qu'un remaniement ministériel d'envergure était en préparation et que des élections anticipées, dès le printemps 2018, n'étaient pas exclues.

Le gouvernement turc a par ailleurs décidé lundi soir de prolonger à nouveau de trois mois l'état d'urgence en vigueur depuis le putsch avorté de juillet, mesure approuvée mardi par le Parlement.
(AFP, 18 avril 2017)

Des observateurs étrangers déplorent des conditions inéquitables

La campagne pour le référendum en Turquie sur le renforcement des pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan s'est déroulée dans des conditions inéquitables, a estimé lundi une mission commune d'observateurs de l'OSCE et du Conseil de l'Europe.

Ces conclusions ont suscité une virulente riposte de M. Erdogan, qui a enjoint aux observateurs de "rester à leur place", tandis que le ministère turc des Affaires étrangères a dénoncé "une approche biaisée et partiale".

"Le référendum s'est déroulé sur un terrain inégal et les deux camps en campagne n'ont pas bénéficié des mêmes opportunités", avait déclaré plus tôt lundi Cezar Florin Preda, le chef de la délégation de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE).

La campagne pour le référendum a été marquée par une large domination du camp du "oui" dans l'espace public et les médias, pour la plupart acquis au président Erdogan.

"Des modifications tardives dans la procédure de comptage (des voix) ont supprimé un important garde-fou" contre les fraudes, a par ailleurs relevé Cezar Florin Preda, faisant allusion à la décision des autorités électorales d'accepter les bulletins non estampillés du sceau officiel.

Les deux principaux partis de l'opposition turque, le CHP (social-démocrate) et le HDP (prokurde), ont dénoncé cette mesure prise par le Haut-Conseil électoral (YSK) de valider ces bulletins, annonçant leur intention de déposer un recours.

Tana De Zulueta, de la délégation de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), a précisé à l'AFP que les observateurs de la mission n'avaient pas obtenu d'évaluation du nombre des bulletins concernés par cette mesure, l'YSK disant ne pas les avoir comptabilisés à part.

"Globalement, le référendum n'a pas été à la hauteur des critères du Conseil de l'Europe", a noté M. Preda, ajoutant que "le cadre légal était inadéquat" pour aboutir à "un processus véritablement démocratique".

Le responsable de l'APCE a notamment relevé le fait que le référendum avait été organisé en plein état d'urgence, en vigueur depuis un putsch avorté en juillet.

"Ils préparent un rapport à leur goût. (...) Déjà, restez à votre place !", a lancé M. Erdogan dans un discours fait de son palais présidentiel à Ankara. "Nous ne voyons et nous ne tenons pas compte de tout rapport que vous pourriez préparer", a-t-il ajouté.

Le ministère des Affaires étrangères a pour sa part jugé les conclusions des observateurs "inacceptables".

"La commission a ignoré le fait que des représentants de tous les partis présents au Parlement font actuellement partie du Haut-Conseil électoral", affirme le ministère, selon lequel les conclusions préliminaires de l'OSCE et de l'APCE contiennent des "informations incomplètes" et "trompeuses".

La mission a par ailleurs constaté que certains électeurs n'avaient pu se rendre aux urnes dans le sud-est en majorité kurde de la Turquie, région dans laquelle se déroulent des combats quasi-quotidiens entre l'Etat et les séparatistes kurdes.
 L'ONU a évalué en mars à entre 355.000 et 500.000 le nombre des personnes déplacées dans le sud-est.

Or, selon Mme de Zulueta, certaines de ces populations déplacées n'ont pas pu s'inscrire sur des registres électoraux ou accéder à leur bureau de vote.
(AFP, 18 avril 2017)

Victoire étriquée d'Erdogan, l'opposition conteste



Une victoire, mais a minima: le président turc Recep Tayyip Erdogan a certes obtenu le "oui" qu'il recherchait au référendum sur le renforcement de ses pouvoirs, mais l'opposition, qui l'accuse de dérive autoritaire, crie déjà à la fraude.

M. Erdogan, 63 ans, recherchait un plébiscite. Toutefois, selon les chiffres de l'agence de presse progouvernementale Anadolu dans la nuit de dimanche à lundi, il n'aurait obtenu que 51,37% des suffrages dimanche, après dépouillement des bulletins dans 99,45% des urnes.

Le chef du Haut-Conseil électoral (YSK) a cependant confirmé la victoire du "oui", précisant qu'il devançait le "non" de quelque 1,25 million de voix, avec seulement 600.000 bulletins de vote restant à dépouiller.

"Triomphe a minima" pour El Pais en Espagne, "Erdogan l'emporte d'un cheveu" pour la Repubblica à Rome, "Courte victoire" pour le New York Times, "Erdogan revendique une courte victoire" selon Le Figaro en France: les grands titres de la presse mondiale étaient globalement sévères pour le chef de l'Etat turc lundi, dans leurs éditions numériques, Die Welt en Allemagne parlant même d'une victoire équivalent à "une défaite".

Au total, quelque 55,3 millions de Turcs étaient appelés à voter dimanche, et le taux de participation s'est établi à 85%, selon le YSK.

- 'Manipulations' selon l'opposition -

Dans un discours télévisé, le chef de l'Etat a salué une "décision historique" du peuple turc et appelé les pays étrangers à "respecter" le résultat du scrutin.

Peu après, il a évoqué la possibilité d'organiser un nouveau référendum, cette fois-ci sur le rétablissement de la peine capitale, une initiative qui sonnerait le glas du processus d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne (UE).

Réagissant à cette étroite victoire du oui, l'UE a immédiatement pressé la Turquie de chercher un "consensus national". Une crise diplomatique avait opposé Ankara à plusieurs pays de l'UE, notamment l'Allemagne et les Pays-Bas, après l'interdiction de meeting de soutien à M. Erdogan sur leur sol pendant la campagne.

"Etant donné le résultat serré", le Conseil de l'Europe a lui appelé les dirigeants turcs à "envisager les prochaines étapes avec prudence".

Quant aux deux principaux partis d'opposition, le CHP et le HDP (prokurde), ils ont dénoncé des "manipulations" au cours du référendum et annoncé qu'ils feraient appel du résultat.

Ils fustigent notamment une mesure annoncée à la dernière minute par le Haut-Conseil électoral considérant comme valides les bulletins ne comportant pas le tampon officiel du bureau de vote dans lequel ils ont été glissés dans l'urne.

- 'Non' à Istanbul et Ankara -

Cette mesure a "rendu sujet à débat la légitimité du référendum" et "jeté une ombre sur la décision de la nation", a affirmé le chef du CHP, Kemal Kiliçdaroglu.

Quelques milliers de manifestants contestant la victoire du "oui" ont scandé des slogans hostiles à M. Erdogan dans les quartiers de Besiktas et Kadiköy à Istanbul, selon des photographes de l'AFP. Aucun incident n'a cependant été signalé lors de ces manifestations.

En dépit de la victoire annoncée du oui dans l'ensemble du pays, le camp du non l'a emporté dans les trois principales villes, Istanbul, Ankara et Izmir. Les régions du sud-est, peuplées en majorité de Kurdes, ont aussi massivement voté contre l'accroissement des prérogatives du chef de l'Etat.

"C'est une victoire pour Erdogan, mais aussi une défaite. Il a perdu Istanbul, là où il a entamé sa carrière politique" en devenant maire en 1994, a écrit sur Twitter Soner Cagaptay, analyste spécialiste de la Turquie au Washington Institute.

- Victoire des 'vrais Anatoliens' -

"Ce résultat montre qu'une partie du pays ne veut pas rendre le pays plus fort et a une mentalité européenne, l'autre partie ce sont des vrais Anatoliens", a confié Mustafa Umit Unsal, un partisan de l'AKP, dans la soirée à Ankara.

La révision constitutionnelle prévoit en particulier l'abolition du poste de Premier ministre au profit d'un hyperprésident, alors que M. Erdogan est déjà accusé d'autoritarisme par ses détracteurs.

"Erdogan a reçu le soutien (de son peuple) pour renforcer son pouvoir autocratique sur la Turquie", résumait lundi le Guardian britannique dans son édition numérique.

Avec cette victoire, M. Erdogan, qui a échappé à une tentative de putsch le 15 juillet, disposera non seulement de pouvoirs considérablement renforcés, mais pourrait en théorie rester à la tête de l'Etat jusqu'en 2029. Il a occupé le poste de chef du gouvernement entre 2003 et 2014, avant d'être élu président.

Le gouvernement présentait cette révision constitutionnelle comme indispensable pour assurer la stabilité de la Turquie et lui permettre de faire face aux défis sécuritaires et économiques.

Mais l'opposition et les ONG ont déploré une campagne inéquitable, avec une nette prédominance du oui dans les rues et les médias.
(AFP, 17 avril 2017)

Erdogan, le "Chef" veut un pouvoir incontestable

Homme providentiel pour une partie de la Turquie, despote en devenir pour l'autre, le président Recep Tayyip Erdogan a remporté de peu dimanche un référendum constitutionnel destiné à asseoir son pouvoir, neuf mois après avoir échappé à un putsch.

En quête d'un plébiscite, le "Reïs" ("Chef"), comme ses partisans le surnomment, avait jeté toutes ses forces dans la bataille, galvanisant les foules aux quatre coins de la Turquie.

Mais la courte victoire obtenue dimanche et que l'opposition conteste montre à quel point la Turquie est coupée en deux après 15 ans de règne de M. Erdogan. Si une moitié adule le président turc, l'autre moitié l'abhorre.

Le projet de révision de la loi fondamentale validé par une majorité de Turcs octroie au président des prérogatives considérablement élargies, qu'aucun dirigeant n'a eues depuis le fondateur de la République, Mustafa Kemal.

Pour les sympathisants de M. Erdogan, cette réforme est nécessaire pour assurer la stabilité au sommet de l'Etat. Mais ses détracteurs accusent l'actuel président de dérive autocratique et de remodeler la Constitution pour assouvir sa soif de pouvoir.

Âgé de 63 ans, Recep Tayyip Erdogan a vécu l'une des années les plus mouvementées de sa longue carrière politique, avec notamment un putsch manqué, une dégradation des relations avec l'Europe et une vague d'attentats qui a ensanglanté la Turquie.

Pendant la campagne, le président turc aura déployé ses qualités de tribun hors pair qui ont largement contribué à sa longévité politique, faisant des discours truffés de poésie nationaliste et d'extraits du Coran.

"Erdogan est un imam, au sens d'orateur capable de galvaniser les foules, de les faire pleurer ou de leur faire peur", souligne Samim Akgönül, professeur à l'université de Strasbourg (est de la France).

- Héritage -

S'il est souvent dépeint en Occident comme un sultan indétrônable, M. Erdogan est avant tout un redoutable homme politique qui a remporté toutes les élections -une dizaine- depuis l'arrivée au pouvoir de son parti, l'AKP, en 2002.

Et sa réputation de dur à cuire s'est renforcée après la tentative de coup d'Etat qui a manqué de le renverser dans la nuit du 15 au 16 juillet.

L'image de M. Erdogan appelant cette nuit-là le peuple au secours à travers l'écran d'un smartphone, le visage livide, a marqué les esprits, autant que son arrivée triomphale au principal aéroport d'Istanbul au petit matin, signalant la défaite des putschistes.

M. Erdogan, qui domine la politique turque depuis 15 ans, semble déterminé à laisser une trace profonde dans l'histoire de son pays. "Un homme meurt, son oeuvre lui survit", répète souvent le chef de l'Etat, multipliant les références aux sultans.

Ses gigantesques projets d'infrastructures ont d'ores et déjà transformé le visage de la Turquie, et en particulier d'Istanbul, où un troisième pont enjambe désormais le Bosphore, également traversé par plusieurs tunnels.

Né à Kasimpasa, un quartier populaire d'Istanbul, M. Erdogan se targue souvent d'avoir des origines modestes. Eduqué dans un lycée religieux, vendeur de rue, "Tayyip" a un temps caressé le rêve d'une carrière de footballeur, avant de se lancer dans la politique au sein de la mouvance islamiste.

Elu maire d'Istanbul en 1994, il triomphe en 2002 lorsque l'AKP remporte les législatives et devient Premier ministre un an plus tard, une fois levée une peine de prison reçue pour avoir récité en public un poème religieux.

- Jusqu'en 2029 ? -

Le "Kaptan" ("Capitaine"), un de ses surnoms, reste pour ses partisans l'homme du miracle économique et des réformes qui ont libéré la majorité religieuse et conservatrice du pays de la domination de l'élite laïque.

Mais depuis les grandes manifestations antigouvernementales du printemps 2013, brutalement réprimées, il est aussi devenu la personnalité politique la plus critiquée de Turquie, ses détracteurs dénonçant une dérive autoritaire et islamiste.

Dans le cadre de l'état d'urgence en vigueur depuis le putsch avorté, les autorités ont multiplié les arrestations d'opposants prokurdes et de journalistes critiques accusés de "terrorisme".

Certains analystes estiment toutefois que le président turc, réputé pragmatique, en dépit de son tempérament de feu, pourrait adoucir le ton avec l'Europe et faire un geste d'ouverture en direction des Kurdes après le référendum.

La révision constitutionnelle qui a été soumise au vote des Turcs dimanche permettra en théorie à M. Erdogan de rester au pouvoir jusqu'à au moins 2029. Il serait alors âgé de 75 ans.
(AFP, Gokan Gunes, 17 avril 2017)

Turquie: Erdogan, une victoire à la Pyrrhus

Le oui l’emporte d’une courte tête – 51,34 % contre 48,76 % pour le non » mais l’opposition dénonce des fraudes.

Le résultat du référendum constitutionnel appelé de ses vœux par Recep tayyip Erdogan a donc accouché d’un oui semé de doutes. Avant même l’officialisation des résultats, les deux principaux partis d'opposition ont dénoncé dimanche soir des « manipulations ».

Le principal parti d'opposition, le CHP (social-démocrate kémaliste), a annoncé par la voix de l'un de ses cadres qu'il allait contester les bulletins provenant de près de 37% des urnes. Ce chiffre pourrait atteindre 60%, a déclaré Erdal Aksünger, adjoint au secrétaire général du CHP, cité par les médias turcs. Par ailleurs, le parti des démocratiques des peuples (HDP), a fait savoir sur Twitter qu'il allait contester les votes provenant des « deux tiers » des urnes. « Les données qui nous parviennent indiquent qu'il y a une manipulation de l'ordre de trois à quatre points de pourcentage », a-t-il affirmé. De son côté, le Premier ministre turc Binali Yildirim, dont le visage a recouvert pendant des semaines les murs des grandes villes du pays pour la campagne du oui, a revendiqué dimanche soir la victoire sans laissé place au doute : « Mes chers concitoyens, d'après les résultats non-officiels, le référendum prévoyant la présidentialisation du système s'est conclu par une victoire du oui », a-t-il ainsi déclaré lors d'un discours depuis le quartier-général de l'AKP (Parti de la justice et du développement), à Ankara.
 
Ce scrutin semble en effet avoir été émaillé de nombreuses irrégularités, sur le territoire turc comme à l’étranger. En Allemagne, des bulletins du non auraient été perdus ; près de 200 scrutateurs et assesseurs ont été arrêtés dans tout le pays ; et de violents incidents ont eu lieu dans des dizaines de bureaux de vote faisant notamment 3 morts à Diyarbakir.
 
A Van, à la frontière iranienne, et malgré une victoire du Non à 57 %, les pressions ont été nombreuses, en particulier dans les quartiers populaires ou éloignés du centre de la ville. D’après un observateur étranger sur place hier après midi, des bureaux de vote et même des isoloirs étaient gardés par des militaires armés de Kalachnikov.
 
Depuis l'échec de la tentative de coup d’État du 16 juillet 2016 et l'instauration de l'état d'urgence, le gouvernement turc a accéléré la répression : 130 000 fonctionnaires ont été radiés, plus de 40 000 personnes arrêtées et emprisonnées, parmi lesquelles 150 journalistes, des dizaines d'universitaires et d'élus, maires et députés du Parti démocratique des peuples (HDP) – dont ses deux co-présidents, Selahattin Demirtaš et Figen Yüksekdağ – qui, aux élections de juin 2015, avait privé Erdogan et son parti l'AKP d'une majorité au Parlement.
 
Reste que cette victoire a de quoi inquiéter le président turc. L’ensemble des grandes villes – Istanbul, Antalya, Izmir, Adana et surtout Ankara, la ville du président turc, ont voté pour le non.
 
Des manifestations pourraient avoir lieu dans les tous prochains jours si le président turc avalisait cette victoire. La révision constitutionnelle soumise au vote des Turcs dimanche prévoit le transfert du pouvoir exécutif au président, la suppression de la fonction de Premier ministre, et pourrait permettre à M. Erdogan de rester au pouvoir au moins jusqu'en 2029.
(HUMANITE.FR,  STÉPHANE AUBOUARD AVEC AFP, 16 avril 2017)

Erdogan, la course effrénée au pouvoir (PORTRAIT)

Il a tenu des dizaines de meetings à travers la Turquie, galvanisé les foules à en perdre la voix. L'infatigable Recep Tayyip Erdogan ne ménage pas ses efforts pour triompher, dimanche, du plus important scrutin de sa vie.

Neuf mois après avoir mis en échec une sanglante tentative de putsch, le président turc, âgé de 63 ans, joue son va-tout lors d'un référendum sur une révision constitutionnelle qui lui permettrait, s'il l'emporte, de considérablement renforcer ses pouvoirs.

Pour les partisans de M. Erdogan, la réforme est nécessaire pour assurer la stabilité au sommet de l'Etat. Mais ses détracteurs dénoncent un texte rédigé sur-mesure pour l'actuel président, accusé de dérive autoritaire.

Alors que le scrutin s'annonce serré, M. Erdogan a labouré la Turquie ces dernières semaines pour engranger les soutiens, de Diyarbakir la Kurde à l'Egéenne Izmir, sans oublier Istanbul, où il a écrit les premières pages de sa légende politique.

Conséquence du rythme harassant de plusieurs meetings quotidiens auquel il s'est astreint, M. Erdogan a dû annuler, fin mars, des discours dans l'est du pays, pour cause d'aphonie.

Le président turc aura déployé, plus que jamais, ses qualités de tribun hors pair, prononçant des discours truffés de poésie nationaliste et d'extraits du Coran, ménageant des silences pour que ses mots imbibent les esprits.

"Erdogan est un imam, au sens d'orateur capable de galvaniser les foules, de les faire pleurer ou de leur faire peur", souligne Samim Akgönül, professeur à l'université de Strasbourg (est de la France). "Sa verve impressionne".

- Héritage -

Si M. Erdogan est souvent dépeint en Occident comme un sultan indétrônable, cette débauche d'efforts révèle, selon Aydin Aydintasbas, du Conseil européen des relations internationales, que son assise n'est pas totale.

"Erdogan doit continuer à remporter les scrutins pour rester au pouvoir, et faire campagne en permanence", explique-t-elle.

Depuis l'arrivée au pouvoir en 2002 de son parti, l'AKP, M. Erdogan a affronté une dizaine de scrutins, qu'il a tous remportés.
 Le référendum dimanche survient après l'année la plus éprouvante de sa carrière politique, avec une série d'attentats meurtriers et, surtout, une tentative de coup d'Etat dans la nuit du 15 au 16 juillet.

L'image de M. Erdogan s'adressant cette nuit-là à la nation à travers l'écran d'un smartphone, le visage livide, a marqué les esprits. De même que son arrivée triomphale au principal aéroport d'Istanbul au petit matin, signalant la défaite des putschistes.

M. Erdogan, qui domine la politique turque depuis 15 ans, semble déterminé à marquer l'histoire de son pays, à l'image du fondateur de la république, Mustafa Kemal.

"Un âne meurt, sa selle lui survit. Un homme meurt, son oeuvre lui survit", répète souvent le chef de l'Etat, multipliant également les références au sultan Mehmet II, qui a conquis Constantinople en 1453.

Ses gigantesques projets d'infrastructures ont déjà transformé le visage de la Turquie, et notamment d'Istanbul, où un troisième pont enjambe désormais le Bosphore, traversé également par plusieurs tunnels.

- 'Reis' -

Né à Kasimpasa, quartier populaire d'Istanbul, M. Erdogan se targue souvent d'origines modestes. Eduqué dans un lycée religieux, vendeur de rue, "Tayyip" a un temps caressé le rêve d'une carrière de footballeur, avant de se lancer en politique dans la mouvance islamiste.

Elu maire d'Istanbul en 1994, il triomphe en 2002 lorsque l'AKP remporte les législatives et devient Premier ministre un an plus tard, une fois amnistiée une peine de prison reçue pour avoir récité en public un poème religieux.

Le "Reis" (chef) reste pour ses partisans l'homme du miracle économique et des réformes qui ont libéré la majorité religieuse et conservatrice du pays de la domination de l'élite laïque.

Mais depuis les grandes manifestations antigouvernementales du printemps 2013 brutalement réprimées, il est aussi devenu la figure la plus critiquée de Turquie, ses détracteurs dénonçant une dérive autocratique et islamiste.

Dans le cadre de l'état d'urgence en vigueur depuis le putsch manqué, les autorités ont multiplié les arrestations d'opposants prokurdes accusés de "terrorisme" et de journalistes critiques.

Certains analystes estiment toutefois que le président turc, réputé pragmatique, en dépit de son tempérament de feu, pourrait adoucir le ton avec l'Europe et faire un geste d'ouverture vers les Kurdes après le référendum -- s'il l'emporte.

La révision constitutionnelle soumise au vote des Turcs dimanche permettrait en théorie à M. Erdogan de rester au pouvoir jusqu'à au moins 2029. Il serait alors âgé de 75 ans.
(AFP, Gokan GUNES et Stuart WILLIAMS, 12 avril 2017)

Référendum du 16 avril - Comment Erdogan veut étendre son pouvoir

Etienne Copeaux


Par le référendum constitutionnel du 16 avril 2017, les électeurs doivent approuver ou rejeter une proposition de loi présentée à l'Assemblée nationale, le 9 décembre 2016, par le premier ministre Binali Yıldırım et le président du parti ultra-nationaliste MHP, Devlet Bahçeli, avec l'appui et la signature de 316 députés. Le projet a été soumis au vote de l'Assemblée le 9 janvier 2017, et approuvé par 338 députés, sur 480 suffrages exprimés.

Le projet de réforme constitutionnelle est un texte de 18 articles, précis mais qui ne comporte aucun exposé d'ensemble qui permettrait d'évaluer rapidement la portée de la loi. Par exemple, le texte ne dit nulle part que le poste de premier ministre sera supprimé, alors que c'est l'un des points essentiels de la réforme. En 18 points parfois très longs, le texte est surtout une liste de mots, phrases ou expressions à supprimer ou rajouter dans le texte de la constitution de 1982.

Le 8 avril, le site bianet.org présentait le résumé d'un livre « qu'il faut absolument lire avant d'aller voter » : La solution est-elle un système présidentiel ?, de la juriste Ece Güner Toprak.

Texte complet:
http://www.susam-sokak.fr/2017/04/referendum-du-16-avril-comment-erdogan-veut-etendre-son-pouvoir.html

"Oui" ou "Non" ? La Turquie déchirée avant le référendum

Deux hommes discutent dans une caricature de Penguen, le principal hebdomadaire satirique de Turquie. "Tu vas voter +oui+ ou +non+ au référendum ?", demande l'un. "Quoi ? Il y a un autre choix que le +oui+ ?", s'étonne l'autre.

En déambulant dans les rues d'Istanbul, il apparaît clairement que la campagne pour le référendum sur le renforcement des pouvoirs présidentiels est inégale : au sol, des autocollants pour le "oui"; dans les airs, des bannières frappées du visage de Recep Tayyip Erdogan; et sur les murs, des affiches annonçant un meeting géant du chef de l'Etat samedi.

Moins visible, la campagne pour le "non" est toutefois bien là. Une stratégie, la simplicité, avec une fillette et un soleil dessiné au crayon de couleur pour logo. Et un slogan : "Pour notre avenir".

Selon Penguen, le temps d'antenne en direct consacré au "oui" est dix fois supérieur à celui accordé au "non".

Malgré ce déséquilibre que dénonce le camp du "non", la campagne est féroce et les experts prédisent un score serré au cours de ce scrutin déterminant pour l'avenir de la Turquie.

L'enjeu a poussé les deux camps à s'affranchir de la courtoisie politique, multipliant les attaques ad hominem et les coups sous la ceinture. Cette guerre a investi les mots "oui" et "non" ("evet" et "hayir" en turc) d'une portée symbolique.

- Habitudes bouleversées -

Emmenés par M. Erdogan, les dirigeants turcs s'efforcent de stigmatiser les "nonistes", accusés de faire obstacle au développement de la Turquie.

Le chef de l'Etat turc affirme en outre régulièrement que les partisans du "non" font le jeu des "terroristes" et des "putschistes" qui redouteraient une victoire du "oui".

Le bouquet de télévision par satellite Digitürk a retiré sans explication de son offre le film "No" du réalisateur chilien Pablo Larrain, nominé aux Oscars en 2012.

Ce film, dont le premier rôle est tenu par Gael Garcia Bernal, raconte la défaite du dictateur Pinochet lors d'un référendum sur l'extension de son mandat en 1988, malgré une campagne pour le "non" faite de bouts de ficelle.

Le mot "non" est devenu brûlant, au point de changer certaines habitudes. Ainsi, à la sortie de la prière du vendredi, de nombreux croyants ne se souhaitent plus "hayirli cumalar" ("bon vendredi"), l'expression contenant le terme "hayir".

Ces excès font les délices de la presse satirique. Ainsi, l'inévitable Penguen a récemment publié un numéro à la une mémorable: une jeune femme répond "non" à la demande en mariage de son prétendant, lequel répond "Je vais te dénoncer".

En février, le principal quotidien du pays, Hürriyet, a renoncé à publier un entretien avec le prix Nobel de littérature Orhan Pamuk dans lequel l'auteur de "Mon nom est Rouge" annonçait qu'il comptait voter "non" au référendum.

Dans le camp du "oui", la campagne prend souvent des formes surprenantes. Ainsi, un couple de Diyarbakir (sud-est) a prénommé son nouveau-né "Evet", selon la chaîne d'information CNN-Türk.

"Nos proches ont réagi de manière positive", raconte le père, précisant -si besoin était- qu'il allait voter "oui" lors du référendum.

- Lance-flamme -

Dans un apparent geste symbolique de conciliation qui a surpris ses partisans comme ses opposants, M. Erdogan s'est rendu la semaine dernière à un stand de campagne du "non" à Istanbul.

Pour les observateurs, cette initiative est la reconnaissance par M. Erdogan que les attaques au lance-flamme contre le "non" pourraient troubler les indécis, et desservir le camp du "oui".

Dans le bastion laïque de Kadiköy, sur la rive asiatique d'Istanbul, de jeunes volontaires du "non" distribuent des tracts au slogan humoristique : "Je ne donnerais pas autant de pouvoirs à mon propre père".

"On écrit des messages au crayon dans les rues. En même temps, on explique aux gens pourquoi on refuse de donner autant de pouvoirs à Erdogan", indique à l'AFP une militante, Demet Koca.

Engin Kara, étudiant et leader de ces "volontaires du +non+", accuse le gouvernement de diaboliser les opposants au référendum.

"Tout ce qu'ils disent, c'est que +les organisations terroristes sont pour le +non+ et que par conséquent, ceux qui sont pour le +non+ les soutiennent. Ils essaient de marginaliser ceux qui veulent voter +non+", dit-il.
(AFP, Fulya OZERKAN, 8 avril 2017)

Meeting de séduction d'Erdogan à Istanbul à une semaine du référendum

Des dizaines de milliers de personnes étaient réunies samedi à Istanbul pour un meeting du président turc Recep Tayyip Erdogan qui n'a plus qu'une semaine pour convaincre les électeurs de voter "oui" au référendum sur l'extension de ses pouvoirs.

"Le 16 avril, voulez-vous dire +oui+ à une Turquie forte?", a demandé M. Erdogan à la foule, qui lui a répondu d'un "Oui!" tonitruant.

"Voulez-vous une grande Turquie? Voulez-vous dire +oui+ à la stabilité? Seras-tu au rendez-vous Istanbul?", a-t-il poursuivi.

Les Turcs sont appelés à voter le 16 avril sur une réforme constitutionnelle controversée qui renforcerait considérablement les pouvoirs du président turc.

Les analystes prévoient un résultat serré, malgré une nette domination de la campagne du "oui" dans les médias.

M. Erdogan s'exprimait samedi sur une scène immense installée sur l'esplanade de Yenikapi, au bord de la mer de Marmara, à laquelle il a accédé par hélicoptère, sous les hourras de la foule.

C'est à cet endroit qu'il avait prononcé un discours sur la solidarité nationale devant des centaines de milliers de personnes le 7 août 2016, peu après le putsch manqué de la mi-juillet, imputé par Ankara au prédicateur islamiste Fethullah Gülen, qui dément ces accusations.

En revenant sur ce terrain, les autorités espéraient clairement jouer sur l'émotion de ce précédent meeting.

Reprenant un argument-clé de sa campagne pour le référendum, M. Erdogan a martelé que ceux qui souhaitent une victoire du "non" le 16 avril sont les partisans de Fethullah Gülen ainsi que le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), classé organisation "terroriste" par la Turquie et ses alliés occidentaux.

Si elle est adoptée, la réforme constitutionnelle conduira à la suppression du poste de Premier ministre et autorisera notamment le président à nommer et révoquer les ministres et à intervenir directement dans le domaine judiciaire.

Selon les dirigeants turcs, la révision constitutionnelle, qui pourrait permettre à M. Erdogan de rester au pouvoir jusqu'en 2029, est nécessaire pour doter la Turquie d'un exécutif fort, capable d'affronter les défis économiques et sécuritaires. Mais l'opposition estime qu'elle accorderait trop de pouvoirs au président, déjà accusé de dérive autoritaire.

Portant notamment des bandeaux affublés du message "Tayyip Erdogan, commandant en chef", plusieurs participants ont jugé cette réforme essentielle au développement de la Turquie.

Nahil Ünal dit vouloir voter "oui" "pour que la Turquie s'élève, pour que Recep Tayyip Erdogan soit encore notre dirigeant" puisque "sans lui, la Turquie n'est pas elle-même".

L'opposition a également tenu des meetings samedi, comme le parti prokurde HDP, également à Istanbul, ou le parti social démocrate CHP à Trabzon (nord-est).

Mais la campagne du "non" manque d'une figure de proue claire et dispose de moyens bien plus limités. Ses partisans espèrent toutefois recueillir nombre de voix parmi les laïcs, les Kurdes et certains nationalistes.
(AFP, 8 avril 2017)

Le chef de l'opposition parle d'un "coup sous contrôle" le 15 juillet

Le chef de l'opposition turc a suscité l'ire du président Recep Tayyip Erdogan en minimisant lundi la gravité du coup d'Etat avorté du 15 juillet, affirmant que les autorités l'avaient d'emblée "sous contrôle".

Kemal Kiliçdaroglu, président du Parti républicain du peuple (CHP), a affirmé détenir des preuves à l'appui de ses allégations selon lesquelles le putsch avorté contre M. Erdogan était "un coup sous contrôle" que le pouvoir a laissé se produire pour l'exploiter à ses propres fins.

Selon lui, pas moins de 180 personnes dans les administrations de l'Etat se sont servi d'une messagerie cryptée pour préparer le putsch et les services secrets turcs disposaient de la liste de leurs noms.

"Si cette liste continue à être gardée secrète, cela indique que ce qu'il s'est passé le 15 juillet était un coup sous contrôle. Elles (les autorités) avaient à l'avance des informations sur le coup", a déclaré M. Kiliçdaroglu, cité par la chaîne NTV.

Il a affirmé avoir préparé un "dossier spécial" étayant ses allégations, sans en dévoiler la teneur.

Ankara affirme que le putsch, mené par des militaires factieux, a été orchestré par le prédicateur turc Fethullah Gülen, installé aux Etats-Unis.

M. Kiliçdaroglu avait apporté son soutien à M. Erdogan après le coup avorté mais s'oppose au renforcement de ses pouvoirs qui sera soumis à référendum le 16 avril.

M. Erdogan a vivement réagi à ses allégations. "Si tu as un dossier, rends-le public", a-t-il déclaré lors d'un meeting de campagne retransmis par les télévisions. "Mais ce n'est qu'un gros mensonge".

Le Premier ministre Binali Yildirim s'en est aussi pris au chef du CHP, qualifiant ses propos d'"insulte" à la mémoire des quelque 250 Turcs qui ont été tués pendant la tentative de coup d'Etat.

"Que veux-tu dire par +coup sous contrôle+? Ne s'agit-il pas d'une insulte aux martyrs et aux héros? Il doit produire des preuves pour de telles allégations", a dit M. Yildirim.
(AFP, 3 avril 2017)

Forces armées/Armed Forces

3 soldats morts dans une attaque dans le sud-est

Trois soldats turcs ont été tués mardi et cinq autres blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale déclenchée par des rebelles séparatistes kurdes dans le sud-est de la Turquie, a rapporté l'agence pro-gouvernementale Anadolu.

"Trois soldats sont morts et cinq autres ont été blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale actionnée à distance par des membres du groupe séparatiste terroriste", une expression désignant le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), a affirmé Anadolu, citant le gouvernorat de Sirnak où l'attaque a eu lieu.

Les soldats menaient une opération "antiterroriste" dans la région où règne une vive tension depuis la reprise des violences entre le PKK et Ankara après la rupture, à l'été 2015, d'un fragile cessez-le-feu visant à mettre fin à un conflit qui a fait plus de 40.000 morts depuis 1984.

Les autorités locales ont par ailleurs affirmé avoir "neutralisé cinq terroristes" au cours de l'opération qui se poursuit dans la région.
(AFP, 4 avril 2017)

Erdogan promet de nouvelles opérations en Syrie

Le président Recep Tayyip Erdogan a affirmé lundi que la Turquie allait lancer de nouvelles opérations "anti-terroristes" après avoir mis fin la semaine dernière à l'offensive menée depuis août dans le nord de la Syrie.

Ankara avait annoncé mercredi la fin de l'opération "Bouclier de l'Euphrate", lancée le 24 août contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) et les milices kurdes.

"La première phase, l'opération Bouclier de l'Euphrate menée pour éliminer les terroristes d'al-Bab, a pris fin. Mais il y en aura d'autres après", a déclaré M. Erdogan dans un discours télévisé lors d'un meeting à Trabzon, sur les rivages de la Mer Noire.

"Mais il n'est pas question d'arrêter et il nous reste du chemin à faire. Nous procédons à des préparatifs pour de nouvelles opérations dans d'autres régions pour arriver aux terroristes sur leur collines. Nous donnerons de nouveaux noms aux nouvelles opérations", a-t-il ajouté.

Il a notamment menacé le groupe Etat islamique (EI), le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) et les milices kurdes syriennes YPG, leur promettant "de très belles surprises", dès ce printemps.

Dans le cadre du Bouclier de l'Euphrate, les rebelles syriens appuyés par la Turquie ont repris aux jihadistes plusieurs villes dont Jarablos, Al-Rai, Dabiq et enfin Al-Bab, où l'armée turque a subi de lourdes pertes.

Ankara affirme vouloir travailler avec ses alliés, mais sans les milices kurdes YPG qu'elle considère comme "terroristes", à la reconquête de Raqa, la capitale de facto du groupe Etat islamique en Syrie.

Mais la Turquie semble exclue des préparatifs en cours pour une offensive contre Raqa alors que les YPG, alliées des Etats-Unis, sont appelées à y jouer un rôle de premier plan.

Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, en visite à Ankara la semaine dernière, a esquivé plusieurs questions sur le sujet dans un apparent souci de ne pas irriter ses hôtes turcs qui critiquent régulièrement Washington pour sa coopération avec les YPG.
(AFP, 3 avril 2017)

L'armée turque va maintenir sa présence militaire en Syrie

L'armée turque a annoncé vendredi qu'elle maintiendrait sa présence en Syrie malgré la fin de l'opération "Bouclier de l'Euphrate", lancée fin août dans le nord du pays.

"Nos activités se poursuivent pour les besoins de la protection de notre sécurité nationale avec l'objectif d'empêcher la formation d'entités indésirables (cantons kurdes), permettre à nos frères et soeurs syriens de rentrer chez eux et assurer la stabilité et la sécurité dans la région", ont affirmé les Forces armées turques (TSK) dans un communiqué.

Selon les TSK, "l'opération Bouclier de l'Euphrate, lancée le 24 août en coordination avec les forces de la coalition, a été conclue avec succès".

Le Premier ministre turc, Binali Yildirim, avait annoncé mercredi la fin de l'opération "Bouclier de l'Euphrate", lancée le 24 août contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) et les milices kurdes, mais n'avait alors pas spécifié si les troupes turques se retireraient de Syrie.

Dans le cadre de cette opération, les rebelles syriens appuyés par la Turquie ont repris aux jihadistes plusieurs villes dont Jarablos, Al-Rai, Dabiq et enfin Al-Bab, où l'armée turque a subi de lourdes pertes.

"Il ne faut pas comprendre que la Turquie restera indifférente aux risques sécuritaires ou qu'elle ne sera pas engagée" en Syrie, a pour sa part déclaré vendredi Ibrahim Kalin, porte-parole du président Recep Tayyip Erdogan.

"Au contraire, nos opérations de sécurité dans la région se poursuivront au plus haut niveau", a-t-il ajouté.

Ankara affirme vouloir travailler avec ses alliés, mais sans les milices kurdes YPG qu'elle considère comme "terroristes" à la reconquête de Raqa, la capitale de facto du groupe Etat islamique en Syrie.

Mais la Turquie semble exclue des préparatifs en cours pour une offensive contre Raqa alors que les YPG, alliées des Etats-Unis, sont appelées à y jouer un rôle de premier plan.

Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, en visite à Ankara jeudi, a esquivé plusieurs questions sur le sujet dans un apparent souci de ne pas irriter ses hôtes turcs qui critiquent régulièrement Washington pour sa coopération avec les YPG.
(AFP, 31 mars 2017)

La Turquie annonce la fin de son opération militaire dans le nord de la Syrie

La Turquie a annoncé mercredi la fin de son opération militaire dans le nord de la Syrie, sans préciser si elle allait en retirer ses troupes.

"L'opération Bouclier de l'Euphrate, visant à défendre les frontières de notre pays et à contrer la menace du groupe terroriste Daech (autre nom du groupe Etat islamique NDLR) (...) s'est achevée avec succès", a déclaré dans un communiqué le conseil de sécurité national dirigé par le président Recep Tayyip Erdogan.

Le Premier ministre Binali Yildirim, tout en confirmant la fin de l'opération "Bouclier de l'Euphrate", n'a pas exclu d'autres campagnes en Syrie.

"A partir de maintenant, s'il y a une quelconque menace sur notre sécurité, qu'elle vienne de Daech ou de tout autre (groupe) et si nous lançons une autre opération, ce sera une nouvelle opération", a-t-il déclaré à l'antenne de la télévision NTV.

La Turquie a lancé en août dernier "Bouclier de l'Euphrate" contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) mais également les FDS, dominées par les Kurdes, qu'Ankara considère comme des "terroristes".

Dans le cadre de cette opération, les rebelles syriens appuyés par la Turquie ont repris aux jihadistes plusieurs villes dont Jarabulus, Al-Rai, Dabiq et enfin Al-Bab, où l'armée turque a subi de lourdes pertes.

Cette ville d'importance stratégique, 25 kilomètres au sud de la frontière turque, était la dernière place forte des jihadistes dans la province d'Alep, dans le nord de la Syrie, et a été entièrement reprise en février.

M. Erdogan a déclaré que la Turquie voulait travailler avec ses alliés, mais sans les milices kurdes, à la reconquête de Raqa, la capitale de facto du groupe Etat islamique en Syrie.
 L'annonce de la fin de l'opération de six mois en Syrie intervient à la veille de la visite du secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, qui va rencontrer son homologue turc et le président Erdogan à Ankara.

Les Etats-Unis et la Turquie, alliés au sein de l'Otan, sont en désaccord au sujet de la principale milice kurde en Syrie, les Unités de protection du peuple kurde (YPG), soutenues par Washington pour lutter contre les jihadistes de l'EI mais qu'Ankara considère comme un groupe "terroriste" lié aux séparatistes kurdes qui combattent en Turquie depuis 1984.

"Coopérer avec une organisation terroriste ne grandit pas les Etats-Unis", a déclaré mercredi le Premier ministre turc, jugeant cette coopération "immorale".

Les milices kurdes sont considérées par Ankara comme une extension du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), organisation classée "terroriste" par la Turquie et ses alliés occidentaux.

La Turquie s'est rapprochée ces derniers mois de la Russie, qui soutient militairement le régime du président syrien Bachar al-Assad, pour tenter de mettre fin à six ans de guerre meurtrière.
(AFP, 31 mars 2017)

Affaires religieuses / Religious Affairs

Abattage: Le Consistoire israélite demande de ne pas copier l'occupant nazi

Le président du Consistoire central israélite, Philippe Markiewicz, a enjoint aux députés wallons, jeudi en commission du parlement, de ne pas "poser le même acte" que l'occupant nazi qui, en 1940, s'en était pris à l'abattage rituel pratiqué par les juifs, suscitant l'indignation des commissaires. Il a demandé un délai supplémentaire pour le dialogue sur les textes en débat dans l'assemblée.

"Depuis la guerre, depuis 1945, la communauté juive a toujours trouvé des solutions équilibrées avec les pouvoirs publics, que ce soit sur la spoliation, la sécurité, les cimetières. Pour la première fois aujourd'hui, on semble se diriger vers un échec, qui sera perçu négativement par la communauté et le pays tout entier. Ce n'est vraiment pas le moment", a déclaré M. Markiewicz.

"La dernière fois qu'on a voulu porter atteinte à l'abattage rituel, c'était en octobre 1940, sous l'occupant nazi, car ils savaient combien c'était important pour les juifs. Même si nous vivons dans une démocratie éclairée, je vous invite à ne pas poser le même acte", a-t-il ajouté, confirmant des propos tenus dans la presse il y a quinze jours.

Les députés ont largement condamné cette comparaison jugée totalement déplacée, mais ils n'ont pas souhaité s'étendre sur cet aspect afin de préserver la sérénité des débats. Christine Defraigne (MR), l'une des signataires des propositions de décret en débat, a toutefois réclamé des excuses.

Le président du Consistoire a insisté sur la technicité de l'acte et la concession déjà faite par son institution, qui a accepté que les sacrificateurs passent un examen de compétence devant un organe public neutre pour être agréés.

Mais "ce n'est pas aux hommes et femmes politiques de dicter la règle religieuse", a-t-il asséné. Les députés lui ont rappelé que les normes civiles étaient fixées par le législateur civil.

M. Markiewicz a affirmé que les études scientifiques ne permettaient pas d'assurer que l'étourdissement élimine la douleur et le stress post-traumatique et assuré que pour les bovins, 6 à 16 % des étourdissements à tige perforatrice étaient "un échec, suivi d'une mort atroce de l'animal". Il a aussi demandé de comparer l'étourdissement avec les pratiques de la chasse, la pêche, ou la cuisson du homard vivant dans l'eau bouillante.

Les débats se poursuivaient dans l'après-midi. Un vote en commission sur la proposition de décret Arens-Defraigne est attendu le vendredi 5 mai prochain.
(Belga, 20 avril 2017)

L'Exécutif des musulmans opposé à l'étourdissement de l'animal

L’Exécutif des musulmans de Belgique (EMB) a confirmé jeudi son opposition à l’étourdissement de l’animal préalable à l’abattage rituel, prenant ainsi ses distances avec les propos d’un délégué venu mardi le représenter en commission du parlement wallon. Celle-ci doit entendre cet après-midi le Consistoire israélite, lui aussi opposé à la proposition de décret wallon en débat. Aucun vote n’est attendu ce jeudi.

Mercredi, la séance plénière du parlement wallon a pris en considération une proposition de décret modifiée par M. Arens et signée par Christine Defraigne, Edmund Stoffels (PS) et Véronique Waroux (cdH). Cette association de députés des trois grands partis cache pourtant encore des divergences au sein de certains d’entre eux, le PS en particulier.

La proposition prévoit, dès le 1er juin 2018, d’interdire l’abattage sans étourdissement. Lorsque la mise à mort entre dans le cadre d’un rite religieux, le procédé d’étourdissement devra être réversible (il ne pourra entraîner la mort de l’animal). Recours sera fait à l’étourdissement par électronarcose pour les ovins et les caprins. Pour les bovins en revanche, la méthode n’étant pas encore au point, une période transitoire est envisagée jusqu’au 31 décembre 2020, durant laquelle les bovins devront être étourdis sans délai après l’égorgement ("post cut stunnning").

Ce texte n’ayant pas encore été traité en conférence des présidents, il ne devrait pas être mis au vote dès ce jeudi. (sudinfo.be, 20 avril 2017)

Erdoğan seeks to create a neo-Ottoman empire

Moshe Ya’alon, Israel's former Chief of Staff and Defence Minister from 2013 to 2016, said in a briefing to BICOM on March 20, 2017 that Erdoğan seeks to create a neo-Ottoman empire based on the ideology of the Muslim Brotherhood.

Because of disagreements with Prime Minister Benjamin Netanyahu he resigned in 2016 and recently announced the formation of a new political party and his intention to run for Prime Minister.

Here is the part concerning Islam and Erdogan in his briefing:

"President Recep Erdoğan is the leader of the Muslim Brotherhood in the region, and seeks to create a neo-Ottoman empire based on the ideology of the Muslim Brotherhood. He has acted with this goal in mind for a long time. He supported ISIS economically by buying oil because they were willing to kill the Kurds. He allowed trained and experienced jihadists to come from all over the world to join ISIS to fight in Syria and Iraq, and to go back to their own countries, especially to Europe, and we have witnessed the consequences of this.

"For a very long time, Erdoğan didn’t just allow illegal immigration, he facilitated it. We are not only talking about refugees. I went to Greece in February 2016 and was briefed on illegal immigration from Turkey to the Greek islands in the Aegean Sea. There were more than 800,000 illegal immigrants coming from Turkey to the Greek islands. Most were illegal immigrants from Morocco and Pakistan. There was no war in those places. The Greeks also claimed that Turkey subsidised flights from Marrakech to Istanbul for US$50. My conclusion is that Erdoğan aims to Islamise Europe.
Full text: http://www.bicom.org.uk/analysis/i-great-believer-interests-not-illusions-dreams-briefing-moshe-yaalon/

L'Allemagne enquête contre l'ancien président de la Diyanet-Belgique

La justice allemande a ouvert une enquête contre un dirigeant d'une organisation religieuse gouvernementale turque, soupçonné d'avoir demandé à ses membres d'espionner en Allemagne et dans plusieurs pays des partisans de l'opposant turc Fethullah Gülen, affirment des médias allemands vendredi.

Le Parquet fédéral, qui n'était pas joignable vendredi soir, avait déjà annoncé mardi avoir ouvert une enquête contre X en réaction aux soupçons d'espionnage pesant sur Ankara.

Le même jour, un responsable social-démocrate allemand avait révélé qu'Ankara avait demandé à Berlin de l'aider à espionner 300 personnes et organisations à travers l'Allemagne jugées proches du mouvement du prédicateur Fethullah Gülen, accusé par Ankara d'avoir fomenté le putsch raté de l'été dernier.

Vendredi, le journal Süddeutsche Zeitung et les chaînes de télévisions publique régionales NDR et WDR ont annoncé que le Parquet fédéral avait ouvert le 13 mars une enquête contre Halife Keskin, patron de la section Relations étrangères de la Direction des Affaires religieuses en Turquie (Diyanet), qui dépend des services du Premier ministre turc.

Selon les trois médias, la justice allemande le soupçonne d'avoir demandé à des membres de Diyanet basés à l'étranger, notamment à des imams en Allemagne, de rassembler des informations sur les personnes jugées proches du mouvement Gülen.

Diyanet était déjà plusieurs semaines dans le viseur de la justice allemande : mi-février, les appartements de quatre religieux musulmans, soupçonnés d'avoir espionné en Allemagne des pro-Gülen, avaient été perquisitionnés. Ils étaient soupçonnés d'avoir agi suite à une injonction de Diyanet datant du 20 septembre.

L'hebdomadaire allemand Der Spiegel affirme également vendredi que Diyanet a demandé aux ambassades et aux consulats turcs "dans 35 pays" de rassembler des informations sur les partisans de M. Gülen.
 Der Spiegel cite ainsi des pays comme "la Mauritanie, la Mongolie, le Nigeria ou l'Australie".

Dans des documents envoyés à Ankara, les représentations diplomatiques turques ont ainsi détaillé par le menu "les activités d'écoles, d'associations ou de médias supposées proches de Gülen". Ils ont également dressé des listes nominatives de ses présumés soutiens, écrit Der Spiegel.

Les relations entre la Turquie et l'Allemagne, ternies sur de nombreux fronts depuis la vaste répression engagée par Ankara après le putsch, se sont fortement dégradées en mars après l'annulation de meetings favorables au président Recep Tayyip Erdogan par plusieurs villes allemandes. Le chef de l'Etat turc avait alors accusé la chancelière Angela Merkel de "pratiques nazies", suscitant l'indignation de Berlin.
(AFP, 31 mars 2017)

Les imams turcs, espions politiques d’Ankara
 
La Turquie a bien utilisé ses imams, mosquées et « conseillers aux affaires religieuses » basés dans les ambassades et consulats turcs pour surveiller les partisans gülenistes installés en Europe de l’Ouest. Et ailleurs.

Cette surveillance clandestine entamée fin septembre a touché 38 pays dont une bonne moitié des pays de l’Union européenne. Le conseiller religieux de l’ambassade turque de Bruxelles a produit le rapport le plus étoffé de tous. L’ensemble de ces rapports et les documents qui les accompagnent sont parvenus au Soir via le réseau de journalistes European Investigative Collaborations (EIC). Dans certains pays, ces rapports dépassent la simple collecte d’informations en sources ouvertes – déjà assimilable à de l’espionnage et à une « ingérence » que la Belgique ne tolère généralement pas – pour rendre compte de purges de mosquées, d’écoles et de missions diplomatiques, et faire état de la mise en place d’actions concrètes contre l’opposition güleniste.

Cette surveillance était globalement connue et ne surprendra pas la diaspora turque d’Europe : dès décembre, le quotidien turc Hürriyet avait révélé la teneur d’un briefing donné par le Directorat des affaires religieuses (Dyanet) à la commission parlementaire turque chargée d’enquêter sur le « coup d’Etat manqué » du 15 juillet. Elle disait avoir collecté du renseignement et préparé une cinquantaine de rapports sur les activités gülenistes dans 38 pays, dont la Belgique, les Pays-bas, l’Allemagne en ses différents landers, la Grande-Bretagne, la Suède, la Finlande et la Norvège, le Danemark, la Suisse, l’Italie, la Pologne, la Roumanie et la Bulgarie, l’Estonie et la Lituanie. La liste publiée par Hürryet concorde précisément avec la variété de documents en possession du Soir.
Quelques jours après ces révélations, un site turc reproduisait la lettre par laquelle le Dyanet avait, le 20 septembre, demandé aux missions diplomatiques et représentants religieux turcs à l’étranger de fournir des rapports sur les réseaux, les activités, les institutions d’enseignement, les ONG, les associations humanitaires et/ou culturelles, les médias liés au prédicateur Fethullah Gülen. L’objectif explicite était de mobiliser le 9eme Conseil Eurasien de l’Islam organisé à Istanbul par la Dyanet du 11 au 14 octobre. Ce conseil a effectivement donné lieu à une «  réflexion sur le mouvement Fetö (NDLR : mouvement terroriste Fetullah Gülen) en Eurasie au titre de menace globale ».

Un développement judiciaire a confirmé en février dernier l’enrôlement des imams turcs pour mener des opérations d’espionnage : le mercredi 15 février, dans les Länder de Rhénanie-du-Nord – Westphalie et Rhénanie-Palatinat, la police allemande a perquisitionné les appartements de quatre imams turcs suspectés d’avoir collecté du renseignement sur les gülenistes pour compte du consulat turc de Cologne. Les services du procureur fédéral ont confirmé qu’ils étaient suspectés d’avoir agi sur base de la lettre distribuée par le Dyanet turc le 20 septembre.

En Belgique

Le rapport belge, daté du 26 septembre et dont les grandes lignes avaient été éventées par Knack et Le Vif fin 2016, est le plus épais de tous. Son auteur, Dr. Adil Şahin, « conseiller aux affaires religieuses » («  Din Hizmetleri Müsavir ») est vice-président du Dyanet en Belgique, mais son bureau se trouve bien à l’ambassade de Turquie à Bruxelles.

Son rapport comporte huit pages, est rédigé à l'en-tête de la «  République Turque – Ambassade de Bruxelles – Conseiller aux affaires religieuses », et il désigne explicitement le mouvement güleniste comme une «  organisation terroriste ». Après une introduction où il affirme que le mouvement s’est rapidement établi en Belgique depuis 1990, il épingle la coupole associative Fedactio et les quelque soixante associations qu’elle regroupe, avant de passer en revue les associations commerciales et industrielles, les associations de femmes, les associations de jeunes, les associations culturelles et artistiques, les centres communautaires, les écoles, les associations étudiantes, les médias et, in fine, l’un des éléments qui semble inquiéter le conseiller Sahin, l’existence d’une «  chaire Gülen pour les études interculturelles » établie au sein de la faculté de sciences sociales de l’université de Leuven (KUL). (Le Soir,
31 mars 2017)

Socio-économique / Socio-economic

ETUC statement on the outcome of the Turkish referendum

The Steering Committee of the ETUC, in its meeting on 20 April in Brussels, discussed the results of the Turkish referendum held on 16 April on the reforms to the Constitution adopted by the National Assembly on 21 January.

The European Trade Union Confederation (ETUC) took note of the declared outcome but expressed its deepest concerns, given the tense climate before the consultation, the far-reaching changes in the constitution, the slim majority and the alleged irregularities (including hundreds of thousands of unstamped ballots added during the vote count, in contravention of the law).

The ETUC also took note of the initial comments made by foreign observers. In their preliminary report, the representatives of the Council of Europe and of the Organisation for Security and Cooperation in Europe tended to confirm the fears, expressed by the PACE at the end of January, that the overall legitimacy of the process – and of the new Constitution – could be called into question due to “the numerous measures taken under the state of emergency and the consequent restrictions weighing down on the fundamental freedoms in Turkey". The ETUC now awaits the final reports of the foreign observers as well as of possible independent and transparent investigations.  before deciding on further actions to take following the public consultation.

The tight result declared (51.3% in favour vs. 48.6% against) could create further concerns about a new authoritarian drift.

On Monday 17 April, the state of emergency was once again extended by 90 days. Yet, nine months after the abortive coup attempt, there is no justification for maintaining such extensive measures. As recognised by the Turkish authorities themselves, since July 15, 125,485 persons have been dismissed or suspended from their jobs without trial or appeal, and 113,260 citizens have been detained in investigations: today 47,555 of them - including too many journalists - remain deprived of their freedom.

"It is high time to review the decrees on the state of emergency, to return to the rule of law, to respect the Fundamental Norms and Rights and the International and European Charters and Conventions, including Trade Union Rights", stressed the ETUC Executive Committee in its Declaration unanimously adopted on 14 December.

The ETUC reiterates its formal opposition to the death penalty, as it is incompatible with the universal and European principles ​​of human rights. To launch a Turkish referendum on the subject could be a provocation at a time when a deeply divided, polarised Turkey – as shown by the results of the referendum – needs more consensual policies addressing the real concerns of citizens (job security, health and safety at work, increasing violence ….) both within the country and in its relations with the outside world, including with the European Union.

Finally, the Steering Committee decided formally on the establishment of a joint ITUC-ETUC international solidarity fund to provide support for trade unionists who suffer from repression and harassment. (ETUC, April 21, 2017)

C3/OL-Besiktas: des incidents éclatent avant le match classé à haut risque

Des violents incidents ont éclaté jeudi à l'entrée du Parc OL entre des supporters turcs et les forces de l'ordre avant le match Lyon-Besitkas Istanbul et un stadier a été blessé, a constaté un photographe de l'AFP.

"Les supporters turcs ont chargé un stadier et l'ont blessé, a indiqué la même source. Les supporters brandissent de grands drapeaux turcs."

Par ailleurs, à l'entrée du virage Nord du Parc, les premiers incidents entre supporters lyonnais et turcs ont éclaté vers 17h00 GMT avec des jets de bombes lacrymogènes.

Auparavant, quelques Turcs venus d'Allemagne s'étaient rendus dans l'OL Store du stade pour acheter des billets, ce qui leur a été refusé car le match se joue à guichets fermés. En colère, ils ont brisé deux portes vitrées du magasin et mis la boutique sens dessus dessous. Ils ont été dispersés par la sécurité sans arrestation.

Plusieurs mouvements de foule ont également eu lieu et les CRS ont chargé à plusieurs reprises.

Le match a été placé au niveau maximum de risque (4 sur 4) par les autorités françaises.

Un millier d'agents stadiers assurent la sécurité du match qui doit commencer à 19H05 GMT.
(AFP, 13 avril 2017)

Highest Inflation Rate Over 8.5 Years: 11.29%

Turkish Statistical Institute (TÜİK) has announced the inflation figures of March 2017.

In March 2017, consumer price index (TÜFE) marked an increase of 1.02% compared to last month, 11.29% compared to the same month of last year and 8.21% compared to the average of 12 months.

It exceeded the expectations

Economists attending AA Finance Inflation Expectation Survey, had foreseen a rise of 0.54% in the TÜFE in March. Expectation of the economists for the inflation rate was ranged between 0% and 0.85%.

Furthermore, the economists estimated annual inflation rate 10.77% for March, which was 10.13% in February.

In the TÜFE, the highest increase was seen in alcoholic beverages and tobacco products with 21.71%.
(BIA, April 3, 2017)

La justice turque suspend les activités de Booking.com

Un tribunal turc a ordonné mercredi la suspension des activités du site de réservation d'hôtels Booking.com en Turquie pour "concurrence déloyale", a annoncé l'Association des agences de voyage turques (Türsab).

"La décision a été prise d'arrêter les activités de concurrence déloyale de Booking.com dans un procès ouvert par Türsab", a déclaré l'association dans un communiqué publié mercredi sur son site.

L'entreprise ne pourra ainsi plus commercialiser la mise en relation avec des hôtels ou des infrastructures d'hébergement installés en Turquie, précise le texte.

L'autorité de la concurrence turque avait précédemment condamné le site, créé aux Pays-Bas en 1996 et filiale de Priceline Group depuis 2005, à une amende de 2.543.992,85 livres turques (près de 700.000 dollars), rapporte par ailleurs le communiqué de Türsab.

Le secrétaire général de Türsab, Cetin Gürcün, interrogé par le quotidien Hürriyet, a déclaré que les clients qui avaient déjà effectué des réservations sur le site ne seraient pas pénalisés.
(AFP, 31 mars 2017)

Relations turco-européennes / Turkey-Europe Relations

Erdogan évoque la tenue d'un référendum sur l'adhésion à l'UE

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a évoqué lundi l'organisation d'un référendum pour décider ou non de poursuivre les négociations d'adhésion à l'Union européenne, au lendemain de sa victoire à une consultation populaire sur le renforcement de ses pouvoirs.

"Ils nous font attendre à la porte de l'Union européenne depuis 54 ans, n'est-ce pas ? (...) Nous pourrons aller au-devant de notre peuple, et nous obéirons à sa décision", a lancé M. Erdogan lors d'un discours virulent au palais présidentiel à Ankara, sans avancer de date pour une éventuelle initiative de ce type.

Les relations entre Ankara et l'UE se sont fortement tendues ces derniers mois, le président turc accusant certains dirigeants européens d'avoir recours à des "pratiques nazies" après l'annulation de meetings pro-Erdogan, notamment en Allemagne et aux Pays-Bas.

"L'Union européenne menace de geler les négociations. A vrai dire, ce n'est pas très important pour nous. Qu'ils nous communiquent leur décision !", a lancé M. Erdogan.

Les négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE sont au point mort depuis plusieurs années, et les tensions actuelles rendent improbable une reprise à court terme.

Pendant la campagne pour le référendum sur le renforcement de ses pouvoirs, M. Erdogan a affirmé à plusieurs reprises qu'il approuverait le rétablissement de la peine de mort, se disant prêt à tenir une autre consultation populaire sur la question.

Une telle initiative "constituerait évidemment une rupture avec ces valeurs (européennes) et ces engagements", a mis en garde la présidence française lundi.
(AFP, 17 avril 2017)

L'UE presse Erdogan de chercher un "consensus national"

L'Union européenne (UE) a appelé dimanche le gouvernement turc à rechercher le "consensus national le plus large possible" après la courte victoire du "oui" au référendum accordant des pouvoirs accrus au président Recep Tayyip Erdogan.

"Au vu du résultat serré du référendum et des implications profondes des amendements constitutionnels, nous appelons (...) les autorités turques à rechercher le consensus national le plus large possible dans leur mise en oeuvre", écrivent dans un communiqué commun le président de la Commission de l'UE, Jean-Claude Juncker, la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, et le responsable de l'élargissement de l'UE, Johannes Hahn, l'opposition turque craignant de son côté une dérive autoritaire.

Le président Erdogan a placé les relations avec l'UE au coeur de la campagne, critiquant Bruxelles pour l'absence de progrès dans les discussions en vue de l'intégration de la Turquie et usant du qualificatif de "nazi" à l'égard de l'Allemagne et des Pays-Bas, qui ont interdit les meetings électoraux aux communautés turques sur leur territoire.

"Les amendements constitutionnels, et particulièrement leur application concrète, seront évalués à la lumière des obligations de la Turquie en tant que candidate à l'Union européenne et en tant que membre du Conseil de l'Europe", ajoute le communiqué.

Le communiqué signale encore que l'UE "attend l'évaluation" des observateurs internationaux "quant aux irrégularités évoquées" par l'opposition turque dans le scrutin.

"Nous encourageons la Turquie à prendre en compte les inquiétudes et les recommandations du Conseil de l'Europe, y compris au sujet de l'état d'urgence", poursuit le communiqué de l'UE.

Le Conseil de l'Europe, qui comprend les 28 membres de l'Union européenne et la plupart des autres pays européens, suit notamment l'évolution des droits de l'homme, autre sujet conflictuel avec la Turquie, l'UE ayant signifié à plusieurs reprises à Ankara son inquiétude sur les purges massives déclenchées par le président Erdogan après le coup d'État manqué de juillet.

Dans un communiqué en son nom, le Conseil de l'Europe a également réagi dimanche soir au résultat de ce référendum, demandant à Ankara d'"envisager les prochaines étapes avec prudence" et de respecter l'indépendance du pouvoir judiciaire.

"Etant donné le résultat serré, le pouvoir turc doit envisager les prochaines étapes avec prudence", a mis en garde le secrétaire général de l'organisation paneuropéenne, Thorbjørn Jagland.

"Il est de la plus grande importance de garantir l'indépendance du système judiciaire conformément au principe de l'Etat de droit inscrit dans la Convention européenne des droits de l'Homme", a insisté M. Jagland.

De son côté, le Premier ministre danois, Lars Lokke Rasmussen, a été beaucoup plus direct sur son compte Twitter, estimant "étrange que la démocratie serve à limiter la démocratie".

"Je ne remets pas en cause le droit de la majorité, mais je suis assez préoccupé par la nouvelle réforme constitutionnelle en Turquie", a ajouté le chef du gouvernement danois.
(AFP, 16 avril 2017)

UE-Turquie: le référendum turc, dernier acte avant la rupture?

La relation turco-européenne a toujours été tourmentée, mais la défiance a atteint ces dernières semaines un niveau inédit. Au point qu'une rupture semble désormais possible, surtout si le président turc renforce ses pouvoirs dimanche grâce à un référendum, selon des experts.

Recep Tayyip Erdogan l'a encore promis récemment: "La question de l'UE sera de nouveau sur la table" après ce référendum qui, selon le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, pourrait mener la Turquie vers une dictature.

Le président turc veut-il vraiment enterrer les négociations d'adhésion de son pays, enlisées depuis des années, mais qu'aucune des deux parties ne s'est résignée à abandonner formellement? Ou n'est-ce qu'une nouvelle rodomontade d'un dirigeant coutumier des saillies menaçantes?

La relation UE-Turquie "n'a jamais été un long fleuve tranquille", observe Jean Marcou, professeur à Sciences Po Grenoble en France et spécialiste de la Turquie, mais elle a atteint "une intensité verbale et une détérioration sans précédent".

"On ne peut plus être sûrs qu'elle va survivre dans les prochains mois", estime le chercheur, jugeant "très symptomatique" que la Turquie "ait refusé de se rendre à la conférence sur la Syrie" début avril à Bruxelles.

Les accusations de comportement "nazi" proférées par l'homme fort de la Turquie à l'encontre de dirigeants européens, après l'annulation dans plusieurs pays de l'UE de meetings de campagne pro-Erdogan, semblent avoir marqué un tournant.

"C'est l'outrage de trop", estime Marc Pierini, du centre de réflexion Carnegie Europe, car "raviver cette blessure est la pire chose qu'on peut faire aux Européens". "On a brûlé un pont concernant les relations personnelles", estime cet ex-ambassadeur de l'UE en Turquie.

Pourtant, les intérêts communs qui conduisaient les deux parties à surmonter les précédentes poussées de fièvre n'ont pas disparu.

La Turquie, membre de l'Otan, reste un partenaire militaire incontournable. Et malgré son rapprochement "ambigu" avec la Russie, "on peut difficilement imaginer une politique étrangère turque qui s'éloignerait par trop de l'Europe", estime Jean Marcou.

- Droits de l'Homme -

Même si Ankara a menacé plusieurs fois de rompre le pacte migratoire conclu en 2016 avec l'UE, l'accord n'a jamais cessé de porter ses fruits, avec des arrivées en Grèce par la mer Egée nettement moins nombreuses qu'au plus fort de l'afflux de 2015.

"La Turquie trouve aussi un intérêt dans cet accord", explique M. Marcou, soulignant les problèmes générés sur les territoires turcs par les flux migratoires vers l'Europe, ainsi que l'aide financière substantielle apportée par l'UE.

"La partie économique de la relation est très substantielle des deux côtés", souligne par ailleurs M. Pierini, rappelant que la Commission européenne avait proposé fin 2016 de moderniser l'Union douanière entre les deux partenaires, dont la valeur des échanges bilatéraux de marchandises a plus que quadruplé depuis 1996.

Entre tension exacerbée et intérêts convergents, le résultat du référendum pourrait être déterminant.

En cas de victoire du oui, la rupture pourrait devenir inéluctable. "On aura un système unipersonnel sans beaucoup d'Etat de droit et de contrepouvoirs, autoritaire et bien évidemment en contradiction avec les critères politiques européens", anticipe M. Pierini.

"Le scénario optimiste serait qu'une victoire du non - ou même potentiellement une victoire serrée du oui - conduise le président turc à reconsidérer son attitude combative face à l'Europe et essaye de réparer leur relation", avance Asli Aydintasbas, expert au Conseil européen des relations internationales.

"Cela demanderait des progrès dans la terrible situation des droits de l'Homme en Turquie", encore dégradée par les vagues de répression après le coup d'Etat raté de juillet 2016. "Mais Erdogan est connu pour montrer un pragmatisme surprenant au moment le moins attendu", constatait-elle récemment.

Au fond, selon Jean Marcou, la Turquie "a parfaitement compris qu'elle n'entrerait pas dans l'UE". La question est donc pour elle de savoir si elle doit quand même maintenir son "éternelle candidature" ou si "elle jugera à un moment qu'il est plus rentable de rompre avec l'UE".

"C'est quelque chose qui paraissait plus aberrant il y a quelques années", selon le chercheur, "mais aujourd'hui, à plus forte raison avec le Brexit, ça ne l'est plus: on peut continuer à être dans le jeu européen tout en n'étant pas candidat".
(AFP, Cédric SIMON, 13 avril 2017)

Le ministre allemand des Finances évoque un risque de dictature en Turquie

Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble, poids lourd du gouvernement d'Angela Merkel, a évoqué mardi le risque d'une dictature en Turquie en cas de victoire du "oui" au référendum sur l'extension des pouvoirs du président.

Interrogé lors d'un débat organisé par l'hebdomadaire Der Spiegel pour savoir si le président turc Recep Tayyip Erdogan tentait avec cette réforme d'instaurer "une autocratie, voire une dictature" dans son pays, M. Schäuble a répondu: "On peut lire en effet comme cela ce projet de constitution".

"Et lorsque l'on observe son évolution (du président Erdogan, ndlr) des dernières années, on peut certes trouver de nombreuses raisons et analyser" ce qui s'est passé, "mais en effet ce sont des signaux qui sont préoccupants", a-t-il ajouté lors de ce débat à Hambourg, retransmis sur le site du magazine.

Les Turcs sont appelés à voter dimanche sur une réforme constitutionnelle controversée qui renforcerait considérablement les pouvoirs du président Erdogan.

Les analystes prévoient un résultat serré, malgré une nette domination de la campagne du "oui" dans les médias.

M. Schäuble, membre du parti conservateur de la chancelière allemande, a indiqué s'être entretenu avec de nombreux Turcs qui craignent des représailles s'ils expriment publiquement des critiques à l'égard du régime d'Ankara.

"Mais comme l'un d'eux me l'a dit, +tu sais, au final, la Turquie survivra
à Erdogan+, ce qui donne un peu d'espoir", a ajouté le ministre des Finances.

M. Schäuble a aussi jugé que la détention en cours en Turquie d'un journaliste germano-turc, Deniz Yücel, correspondant du quotidien allemand Die Welt, rendait très difficile l'aide économique de Berlin à Ankara.

"Nous étions en bonne voie" pour concrétiser cette aide économique "mais ensuite cette arrestation est survenue", a dit M. Schäuble.

Le ministre a indiqué avoir récemment dit à son homologue turc Mehmet Simsek à ce sujet que la détention du journaliste "rendait les choses désormais extrêmement difficiles".

Le journaliste germano-turc a été placé en détention provisoire le 27 février pour propagande "terroriste" et incitation à la haine, avant d'être qualifié par le président turc de séparatiste kurde et d'"agent allemand".

La campagne en vue du référendum turc sur la réforme constitutionnelle a déjà donné lieu à un bras de fer entre Ankara et Berlin.

Le chef de l'Etat turc et son parti islamo-conservateur AKP ont à plusieurs reprises accusé l'Allemagne et la chancelière elle-même de pratiques "nazies" après l'interdiction de réunions électorales du mouvement en Allemagne, où vit la plus importante diaspora turque au monde.

L'Allemagne a aussi souvent accusé la Turquie de violer les règles de l'Etat de droit dans le cadre de la répression qui s'est intensifiée après la tentative de putsch du 15 juillet.
(AFP, 11 avril 2017)

Erdogan: La candidature à l'UE "sur la table" après le référendum

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé dimanche que la question de l'adhésion de son pays à l'Union européenne (UE), au point mort depuis des années, reviendrait "sur la table" après le référendum dimanche prochain sur l'extension des pouvoirs présidentiels.

Dans un discours prononcé à Izmir, ville de l'ouest de la Turquie sur les bords de la mer Egée, M. Erdogan s'en est de nouveau pris à l'Europe avec laquelle les relations se sont tendues ces dernières semaines, après l'interdiction de meetings en sa faveur dans plusieurs pays.

"L'Europe va payer pour ce qu'elle a fait. Si Dieu le veut, la question de l'Union européenne sera de nouveau sur la table après le 16 avril (date du référendum, ndlr)", a déclaré le chef de l'Etat, sans toutefois préciser quelle orientation il pensait donner à cette question.

Le processus d'adhésion de la Turquie à l'UE est à l'arrêt depuis plusieurs années et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a réaffirmé le mois dernier que le rétablissement de la peine de mort lui empêcherait l'entrée dans l'UE.

Or, dimanche, M. Erdogan a expliqué que si le Parlement turc approuvait le retour de la peine capitale et qu'il devait promulguer la loi, il y apposerait sa signature "sans hésitation".

Reprenant une expression utilisée au 19e siècle pour décrire l'état de l'Empire ottoman, le chef de l'Etat turc a considéré que l'Europe était devenue un "homme malade". "L'Europe s'effondre", a-t-il asséné.

Les relations avec l'UE se sont nettement tendues lorsque M. Erdogan a accusé le mois dernier l'Allemagne et les Pays-Bas de pratiques "nazies" après l'interdiction de meetings électoraux en sa faveur.

La réforme constitutionnelle controversée sur laquelle les Turcs sont appelés à voter dimanche prochain renforcerait considérablement les pouvoirs du président turc.

A une semaine du référendum, les analystes prévoient un résultat serré, malgré une nette domination de la campagne du "oui" dans les médias.
(AFP, 9 avril 2017)

L'Europe, un "continent en train de pourrir" pour Erdogan

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a tiré jeudi une nouvelle salve en direction de l'Europe, affirmant qu'il voyait en elle un "continent en train de pourrir" et le "centre du nazisme".

"L'Europe n'a désormais plus rien à nous dire, ni à nous, ni à personne d'autre. Nous avons en face de nous un continent en train de pourrir", a déclaré M. Erdogan lors d'un discours à Balikesir (nord-ouest).

"Les partis racistes tiennent les dirigeants et les gouvernements européens dans le creux de leur main", a-t-il poursuivi.

"L'Europe n'est plus le centre de la démocratie, des droits de l'Homme et des libertés, mais celui des pressions, de la violence et du nazisme", selon lui.

Ces déclarations surviennent après des semaines d'échanges houleux entre l'Union européenne et la Turquie, après l'annulation de meetings pro-Erdogan dans plusieurs pays européens, notamment l'Allemagne et les Pays-Bas.

A 10 jours d'un référendum aussi crucial que serré sur une réforme constitutionnelle renforçant ses pouvoirs présidentiel, M. Erdogan entend, avec ces dernières piques, capitaliser sur l'indignation suscitée en Turquie par l'interdiction des meetings en Europe.

Mais cette rhétorique a envenimé les rapports entre la Turquie et l'UE, deux partenaires commerciaux importants qui coopèrent sur la question migratoire et sur le dossier de la lutte antiterroriste.

Ces dernières semaines, les dirigeants turcs ont à plusieurs reprises menacé de ne plus appliquer un pacte conclu l'année dernière qui a permis d'assécher le flux de passages clandestins vers les îles grecques depuis la Turquie.

Et M. Erdogan a évoqué le mois dernier la possibilité d'une consultation populaire afin de décider de poursuivre ou non les négociations d'adhésion à l'UE, au point mort depuis plusieurs années.
(AFP, 6 avril 2017)

Erdogan appelle les Turcs d'Europe à répondre aux "petits-enfants du nazisme"

Le président Recep Tayyip Erdogan a appelé lundi les Turcs d'Europe à donner "une réponse aux petits-enfants du nazisme" en soutenant le oui au référendum sur l'extension de ses pouvoirs.

Lors d'un discours à Rize, dans le nord du pays, le chef de l'Etat a salué la mobilisation des Turcs d'Europe, qui ont déjà commencé à voter pour le référendum prévu en Turquie le 16 avril et qui sont selon lui plus nombreux à se rendre aux urnes que lors des élections précédentes.

"Soyez plus nombreux et dites oui dans les urnes", a déclaré M. Erdogan. "Donnez la réponse requise à ceux qui mettent la pression en usant de méthodes fascistes, à ces petits-enfants du nazisme."

Ces déclarations surviennent alors que les relations entre la Turquie et l'UE se sont fortement tendues ces dernières semaines après l'interdiction de meetings pro-Erdogan dans plusieurs pays européens, notamment en Allemagne et aux Pays-Bas.

M. Erdogan a qualifié à plusieurs reprises ces décisions de "pratiques nazies" et dénoncé un "esprit de fascisme débridé" en Europe.

"Nous n'autoriserons pas trois, cinq fascistes européens à blesser l'honneur de ce pays", a dit M. Erdogan dans son discours.

Au cours de ce référendum les Turcs doivent s'exprimer pour ou contre une réforme constitutionnelle renforçant considérablement les pouvoirs présidentiels, en supprimant notamment le poste de Premier ministre.
(AFP, 3 avril 2017)

262 détenteurs de passeports officiels turcs veulent l'asile en Allemagne

Deux cent soixante-deux ressortissants turcs détenant des passeports diplomatiques ou de service ont demandé l'asile en Allemagne, a indiqué le gouvernement allemand lundi, alors qu'Ankara accuse Berlin de protéger des complices du putsch raté de juillet.

Le ministère allemand de l'Intérieur a indiqué que 151 détenteurs de passeports diplomatiques ont fait une telle demande, ainsi que 111 détenteurs de passeports de service. Il peut s'agir de responsables comme de membres de leurs familles.

Fin février, les autorités allemandes avait indiqué que 136 personnes disposant d'un passeport diplomatique avaient fait une demande d'asile en Allemagne depuis le coup d'Etat manqué de juillet 2016.

Cette tentative de putsch a conduit le gouvernement du président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan à lancer des purges d'ampleur dans tous les secteurs de la société, de l'éducation et la presse à l'armée et la magistrature.

En janvier, le ministère turc de la Défense avait pressé Berlin de rejeter les demandes d'asile formulées par une quarantaine de militaires turcs de l'Otan. La Turquie réclame aussi que Berlin extrade des putschistes présumés qui auraient trouvé refuge en Allemagne.

Cette situation empoisonne les relations entre Berlin et Ankara depuis des mois, si bien que le gouvernement turc est allé jusqu'à accuser l'Allemagne d'héberger des "terroristes". Berlin de son côté a critiqué l'ampleur des purges en Turquie.

D'autres sources de tensions sont venues compliquer les relations entre Berlin et Ankara ces dernières semaines. Dernier conflit en date, l'Allemagne accuse les autorités turques d'espionner en Allemagne les opposants au pouvoir turc.

La Turquie de son côté a accusé l'Allemagne et d'autres pays européens de pratiques "nazies" après l'interdiction de meetings dans le cadre de la campagne pour le référendum du 16 avril sur le renforcement des pouvoirs du président turc.

Enfin, Berlin a vivement critiqué l'incarcération en Turquie du correspondant du quotidien allemand Die Welt, Deniz Yücel.

Pour la première fois depuis son placement en détention provisoire fin février, M. Yücel va pouvoir rencontrer mardi en prison un représentant consulaire allemand, a indiqué lundi le ministère allemand des Affaires étrangères.
(AFP, 3 avril 2017)

L'Autriche met en garde sa minorité turque contre les voyages en Turquie

Le ministère autrichien des Affaires étrangères a publié une mise en garde au sujet d'"arrestations" d'Autrichiens à leur arrivée en Turquie, dans un avertissement concernant tout particulièrement ses ressortissants d'origine turque avant le référendum organisé le 16 avril par Ankara.

Rappelant les tensions liées à la tenue de ce scrutin dont l'enjeu est de renforcer les pouvoirs présidentiels, Vienne souligne que "des citoyens autrichiens ont fait l'objet d'arrestations et d'interpellations momentanées à leur arrivée (en Turquie, ndlr), sans que des motifs concrets n'aient été communiqués par les autorités turques".

Le ministère rappelle qu'en Turquie "les expressions publiques (y compris dans les réseaux sociaux) contre l'Etat turc et ses plus hautes institutions sont interdites, sanctionnées et peuvent conduire à des arrestations".

Début mars, le député Peter Pilz (Vert, opposition), spécialisé dans les questions de sécurité, avait demandé la publication d'un avertissement officiel à l'adresse des voyageurs susceptibles d'être considérés comme des opposants au président turc Recep Tayyip Erdogan.

Selon M. Pilz, "au moins dix cas" d'interpellations de citoyens autrichiens d'origine turque ont été recensés en Turquie, notamment pour des critiques formulées envers M. Erdogan "en Autriche".

Contacté par l'AFP jeudi, le ministère des Affaires étrangères autrichien ne s'est pas exprimé sur le nombre d'incidents.

Quelque 360.000 personnes d'origine turque et kurde vivent en Autriche, dont 117.000 citoyens turcs.

Accusé de passivité concernant des soupçons d'espionnage au profit d'Ankara au sein de cette communauté, le ministère de l'Intérieur a indiqué mener une enquête préliminaire.

En Allemagne voisine, le parquet fédéral a été saisi mardi et plusieurs responsables politiques ont dénoncé de tels agissements présumés. Une procédure similaire a été ouverte en Suisse le 24 mars.
(AFP, 31 mars 2017)

Turquie-USA-OTAN / Turkey-USA-NATO

Erdogan dit qu'il rencontrera Trump mi-mai aux Etats-Unis

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a indiqué jeudi qu'il rencontrerait son homologue américain Donald Trump à la mi-mai aux Etats-Unis, pour la première fois depuis la prise de fonction du nouvel hôte de la Maison Blanche.

M. Erdogan a indiqué à la chaîne d'information turque A News qu'il rencontrerait M. Trump lors d'un déplacement aux Etats-Unis prévu immédiatement après une visite qu'il doit achever le 15 mai en Chine.

"J'espère que cet entretien en tête-à-tête aux Etats-Unis en mai posera les bases d'une coopération plus étroite", a déclaré M. Erdogan.

Les deux dirigeants devraient s'entretenir de la situation en Syrie et de la demande d'extradition turque du prédicateur Fethullah Gülen, bête noire d'Ankara, qui s'est installé aux Etats-Unis. Ces deux dossiers ont empoisonné les relations entre la Turquie et les Etats-Unis ces derniers mois.

"Je suis convaincu que M. Trump accomplira ce que le président (Barack) Obama a échoué à accomplir", a déclaré M. Erdogan sur A News, au sujet de la demande d'extradition du prédicateur Gülen, restée lettre morte à ce jour.

Les autorités turques affirment que M. Gülen est l'instigateur de la tentative de coup d'Etat du 15 juillet, ce que l'intéressé nie catégoriquement.

"Ce chef terroriste réside actuellement dans un pays qui est notre allié stratégique", a déploré M. Erdogan.

Le chef de l'Etat turc a par ailleurs critiqué à plusieurs reprises le soutien de Washington à des milices kurdes dans le nord de la Syrie qui combattent le groupe Etat islamique, mais qu'Ankara considère comme des "terroristes" au même titre que l'organisation jihadiste.

Avant sa rencontre avec M. Trump, M. Erdogan doit se rendre en Russie et rencontrer le président Vladimir Poutine le 3 mai, ont rapporté les médias turcs.

Lors de son entretien à A News, M. Erdogan a également réagi aux critiques après sa victoire dimanche à un référendum sur le renforcement de ses pouvoirs, un scrutin qu'il a remporté de peu et que l'opposition conteste.

"Cette affaire est terminée", a déclaré le président turc, rappelant que le Haut-Conseil électoral avait rejeté les demandes d'annulation du référendum par des partis de l'opposition.

Après cette victoire étriquée, M. Trump avait été l'un des premiers dirigeants étrangers à appeler M. Erdogan pour le féliciter.
(AFP, 21 avril 2017)

Trump félicite Erdogan pour sa victoire au référendum

Le président américain Donald Trump a félicité lundi par téléphone son homologue turc Recep Tayyip Erdogan pour sa victoire au référendum sur un accroissement de ses prérogatives, a indiqué la Maison Blanche lundi soir.

Selon le compte-rendu de l'appel diffusé par l'exécutif américain, M. Trump n'a émis aucune réserve sur le déroulement du scrutin, remporté d'une courte tête par l'homme fort d'Ankara avec un peu plus de 51% des suffrages.

Quelques heures plus tôt, le département d'Etat américain avait par contre pris note des inquiétudes exprimées par les observateurs de l'OSCE, mettant en particulier en exergue les "irrégularités" observées le jour du scrutin.

S'il n'avait pas remis en cause les résultats de cette consultation, il avait exhorté, par la voix de son porte-parole, les dirigeants turcs à respecter l'opposition et la liberté d'expression.

Donald Trump "a parlé aujourd'hui avec le président turc Recep Tayyip Erdogan pour le féliciter de sa récente victoire au référendum", a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué, confirmant une conversation téléphonique dévoilée quelques heures plus tôt par l'agence d'Etat turque Anadolu.

Lors de cet échange, MM. Trump et Erdogan ont également "évoqué l'action des Etats-Unis en réponse à l'usage par le régime syrien d'armes chimiques", a précisé la Maison Blanche, dans une allusion aux tirs de Tomahawks américain du 7 avril sur la base aérienne syrienne de Al-Chaayrate.

Selon Washington, c'est de cette base qu'ont décollé les avions syriens accusés par une grande partie de la communauté internationale d'avoir bombardé le village de Khan Cheikhoun trois jours plus tôt avec un gaz toxique.

"Le président Trump a remercié Erdogan de soutenir cette action des Etats-Unis et les dirigeants ont convenu de l'importance de tenir le président syrien Bachar al-Assad pour responsable" de ses actes, a ajouté la Maison Blanche.

Si le président turc avait salué ces frappes américaines contre le régime syrien, il les avaient qualifiées d'insuffisantes: "Je salue cette mesure concrète et positive. Est-ce suffisant ? Je ne crois pas", avait déclaré M. Erdogan.

Les présidents des Etats-Unis et de la Turquie, alliés dans la lutte contre le groupe Etat islamique en Irak et en Syrie, "ont également discuté de la campagne anti-Etat Islamique et de la nécessité de coopérer" dans la lutte antiterroriste, a insisté la Maison Blanche lundi.
(AFP, 18 avril 2017)


Erdogan: Les frappes américaines "insuffisantes", d'autres mesures requises

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a salué vendredi les frappes américaines en Syrie tout en les jugeant insuffisantes et en appelant à des mesures supplémentaires.

"Je salue cette mesure concrète et positive. Est-ce suffisant? Je ne crois pas. Pour avoir des résultats probants, il est temps de prendre des mesures pour protéger le peuple syrien opprimé", a déclaré M. Erdogan lors d'un discours à Antakya dans le sud de la Turquie.

Sur ordre du président Donald Trump, les Etats-Unis ont tiré 59 missiles contre une base aérienne militaire en Syrie en riposte à une attaque chimique présumée qui a fait 86 morts mardi dans une ville du nord-ouest de la Syrie, imputée à Bachar al-Assad, qui dément formellement.

"Je veux que les choses soient claires: tant que des enfants sont massacrés dans le monde, personne n'a le droit de se sentir en sécurité ou en paix", a ajouté M. Erdogan.

"Nous répétons l'importance de créer des zones de sécurité libérées de la terreur", a-t-il par ailleurs ajouté.

Un appel déjà lancé plus tôt dans la journée par son porte-parole, Ibrahim Kalin, qui a qualifié l'initiative américaine de "réponse positive aux crimes de guerre du régime de (Bachar al-)Assad".

"Pour éviter la reproduction de ce type de massacres (l'attaque présumée chimique imputée au régime), il est nécessaire d'instaurer sans tarder une zone d'exclusion aérienne et des zones de sécurité en Syrie", a affimé M. Kalin.

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu, a déclaré pour sa part que l'instauration de zones de sécurité en Syrie était "plus importante que jamais".

- 'Mépris total'-

L'attaque de mardi montre, selon M. Kalin, le "mépris total" de Damas pour une transition politique et pour les efforts déployés afin d'appliquer le cessez-le-feu instauré en décembre et parrainé par Ankara, Moscou et Téhéran.

"La destruction de la base aérienne d'al-Chaayrate (centre de la Syrie) marque une étape importante pour assurer que les attaques chimiques et conventionnelles contre la population civile ne resteront pas impunies", a ajouté M. Kalin.

Peu auparavant, le vice-Premier ministre Numan Kurtulmus a affirmé lors d'une interview à la chaîne Fox TV que "le régime d'al-Assad doit être puni sur le plan international", selon des propos rapportés par l'agence progouvernementale Anadolu.

"Nous devons au plus vite mettre un terme à la barbarie du régime d'al-Assad", a-t-il ajouté, appelant la communauté internationale à maintenir une "position claire contre cette barbarie" et à accélérer le processus de paix.

Le ministère turc de la Santé avait affirmé jeudi que des premières analyses effectuées en Turquie laissaient penser que les victimes avaient été exposées à du gaz sarin, un puissant agent neurotoxique.

Dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères, la Turquie a par ailleurs assuré qu'elle donnerait "son entier soutien pour prendre des mesures afin d'assurer que de tels crimes ne restent pas impunis" et que des comptes soient rendus.

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées devant les ambassades iranienne et russe à Ankara vendredi, portant une centaine de petits cercueils symboliques et des photographies des enfants morts dans l'attaque présumée chimique de mardi, a constaté un photographe de l'AFP.

Sur les cercueils, ils avaient inscrit les messages: "Assad Assassin" et "Poutine tyran".
(AFP, 7 avril 2017)

La Turquie lâchée de toutes parts

Nouvelle déception pour la Turquie après la visite que vient d’effectuer à Ankara le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson. Une déception à la mesure des attentes entretenues par la diplomatie turque d’un changement de la politique américaine avec l’équipe Trump. Washington semble ne pas vouloir modifier ses positions sur les deux principaux sujets à l’origine de la détérioration des relations ces dernières années avec l’administration Obama. Le soutien américain aux milices kurdes en Syrie, considérées comme terroristes par la Turquie, continue de se renforcer notamment en préparation de la bataille pour déloger l’Etat islamique de Raqqa. Pas de changement non plus sur le refus des Etats-Unis d’extrader l’imam Fethullah Gülen, accusé par Erdogan d’être derrière la tentative de coup d’Etat de l’été dernier.

Nouveau piège

Ce revers survient au moment où le partenariat noué depuis l’été dernier avec la Russie en Syrie, et qui a abouti notamment à un accord sur l’évacuation d’Alep, se fissure. Le déploiement de forces russes il y a une dizaine de jours dans la région d’Afrine dans le nord-ouest de la Syrie, à la frontière turque, sous contrôle des mêmes forces kurdes soutenues par Washington, est un coup dur pour Ankara. L’alliance de revers initiée par Erdogan avec Poutine en forme de dépit ou de pression envers les Occidentaux apparaissait habile mais révèle un nouveau piège.

«Il y a eu entente américano-russe pour bloquer la Turquie», estime le chef d’un groupe rebelle syrien qui a participé à l’opération Bouclier de l’Euphrate menée par l’armée turque. L’offensive lancée en août a permis de déloger les forces de l’Etat islamique de la dernière portion de frontière turco-syrienne qu’ils tenaient et d’empêcher aussi les Kurdes de prendre ces territoires réalisant la continuité de leur zone autonome le long de la frontière turque. «Objectifs atteints» selon la Turquie qui a annoncé mercredi la fin de l’opération Bouclier de l’Euphrate à la veille de l’arrivée du secrétaire d’Etat Tillerson à Ankara.

Déchaînement

Lâché par Washington après Moscou au profit de ses pires ennemis, les milices du PYD kurdes, Ankara ne peut certainement pas se tourner vers l’Europe. Après son déchaînement ces dernières semaines contre les dirigeants européens accusés de l’empêcher de faire campagne auprès des communautés turques, Erdogan a peu de chance de trouver des oreilles attentives.

A la veille du référendum constitutionnel du 16 avril en Turquie, prévoyant notamment l’élargissement des pouvoirs du président de la République, ces déconvenues diplomatiques tombent mal. A moins que l’argument de «la forteresse assiégée» ne joue en faveur de la campagne d’Erdogan, qui n’a cessé de jouer sur la fibre du nationalisme turc. (Libération, 1er avril 2017)

Relations régionales / Regional Relations

L'Irak convoque l'ambassadeur turc après des propos d'Erdogan

Les Affaires étrangères irakiennes ont convoqué l'ambassadeur turc après des déclarations du président Recep Tayyip Erdogan qualifiant de "terroristes" des milices paramilitaires impliquées dans la lutte antijihadistes en Irak, a indiqué jeudi un porte-parole.

Le ministère irakien a "remis à l'ambassadeur turc à Bagdad une protestation formelle concernant des déclarations récentes du président turc sur le groupe Hachd al-Chaabi (Mobilisation populaire)", a précisé dans un communiqué Ahmad Jamal, porte-parole des Affaires étrangères.

Hachd al-Chaabi est une organisation progouvernementale dominée par des milices chiites soutenues par l'Iran, qui joue un rôle clé dans la lutte contre le groupe Etat islamique (EI) en Irak.

Dans une interview à la télévision satellitaire du Qatar al-Jazeera, dont le bureau à Bagdad a été contraint de fermer en 2016, M. Erdogan a déclaré: "Dans le combat contre Daech (EI) en Irak, il y a quelque chose de frappant (...) Le Parlement irakien dit que Hachd al-Chaabi n'est pas un groupe terroriste, mais ce qui est intéressant c'est qui est derrière ce groupe terroriste".

Fateh Yildiz a pris son poste comme ambassadeur turc à Bagdad en janvier.

La Turquie veut garder son influence sur certaines parties du nord irakien. La progression du Hachd al-Chaabi plus au nord du pays, dans le cadre de la bataille anti-EI, a suscité les craintes que l'Iran chiite et la Turquie ne se livrent une guerre par procuration en Irak.

M. Erdogan est honni par la plupart des factions chiites en Irak qui l'accusent d'avoir soutenu l'émergence de l'EI et de continuer à encourager les opérations de l'organisation jihadiste sunnite.

Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi est sous pression de son propre camp au sujet de la présence de bases militaires turques dans le nord de l'Irak.

De son côté, la Turquie souhaite une action plus dure contre les séparatistes kurdes turcs, qu'elle considère comme un groupe "terroriste" et qui ont des bases dans le nord irakien.
(AFP, 21 avril 2017)

Poutine félicite Erdogan pour sa victoire au référendum

Le président russe Vladimir Poutine a félicité mardi son homologue turc Recep Tayyip Erdogan pour sa victoire au référendum sur le renforcement de ses pouvoirs, a annoncé l'agence de presse progouvernementale Anadolu.

M. Poutine a téléphoné à M. Erdogan pour lui adresser ses félicitations, a précisé ce média citant des sources à la présidence turque. Le président américain Donald Trump avait fait de même la veille, sans émettre de réserves sur un scrutin que l'opposition estime entaché de fraudes.

Anadolu a précisé qu'au cours de leur conversation MM. Poutine et Erdogan avaient souligné la nécessité de normaliser les relations turco-russes, mises à mal depuis que les Turcs ont abattu un avion Russe au-dessus de la Syrie en 2015.

Les deux parties ont également souligné l'importance de maintenir le cessez-le-feu qu'elles ont négocié en Syrie, selon Anadolu.

Certains analystes estiment que les tensions entre Ankara et l'Union européenne, renforcées par le résultat du référendum de dimanche, devraient favoriser un rapprochement entre la Turquie et la Russie.
(AFP, 18 avril 2017)

L'Arabie salue le "succès" du référendum en Turquie

L'Arabie saoudite a salué lundi le "succès" du référendum en Turquie sur une réforme constitutionnelle qui renforcera considérablement les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan.

A l'occasion du Conseil des ministres hebdomadaire, le gouvernement saoudien a "félicité le président Erdogan de Turquie et le peuple turc pour le succès du référendum sur la réforme constitutionnelle", a rapporté l'agence de presse officielle saoudienne, SPA.

Le gouvernement saoudien a également exprimé l'espoir que le scrutin "contribue à davantage de succès en matière de développement à travers le pays".

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a remporté, selon les résultats provisoires du référendum qui s'est tenu dimanche, 51,41% des suffrages. Le +non+ l'a emporté dans les trois premières villes du pays, Istanbul, Ankara et Izmir.

Une mission commune d'observateurs de l'OSCE et du Conseil de l'Europe ont estimé lundi que la campagne pour le référendum s'est déroulée dans des conditions inéquitables.

La campagne pour le référendum a été marquée par une large domination du camp du "oui" dans l'espace public et les médias, pour la plupart acquis au président Erdogan.

En Turquie, les deux principaux partis d'opposition, le CHP (social démocrate) et le HDP (prokurde), ont dénoncé des "manipulations" et annoncé qu'ils feraient appel du résultat du référendum.

L'Arabie saoudite et la Turquie, deux puissances sunnites régionales, qui partagent notamment leur soutien aux rebelles dans la guerre en Syrie, ont vu leurs relations s'améliorer au cours de l'année écoulée.

Le président Erdogan a effectué en février une visite officielle en Arabie saoudite pour resserrer les liens avec le chef de file des monarchies pétrolières du Golfe.
(AFP, 17 avril 2017)

La minorité turque de Bulgarie divisée sur Erdogan

"Pourvu qu'on ne ferme pas la frontière!" Dans la communauté turque de Djebel, dans le sud de la Bulgarie, le référendum du 16 avril en Turquie voisine fait craindre un regain de tension entre les deux pays, sur fond de poussées nationalistes.

C'est jour de marché sous les minarets de ce chef-lieu emblématique des Turcs de Bulgarie, et la plupart des binationaux prévoient de prendre part au scrutin.

Les Turcs de Bulgarie forment une communauté d'environ 700.000 personnes établie dans le pays depuis l'époque de la domination ottomane sur les Balkans et représentent près de 10% de la population nationale, un record au sein de l'UE.

Mais plus que l'enjeu du scrutin --un renforcement des pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan--, c'est son impact potentiel sur leur vie quotidienne qui préoccupe les habitants.

"Pourvu qu'on ne ferme pas la frontière ! Car on va et vient tout le temps entre notre maison en Bulgarie et celle en Turquie", s'inquiète Bahri Ömer, un Bulgaro-Turc de 59 ans venu faire ses emplettes.

Avant les législatives bulgares du 26 mars, des nationalistes bulgares avaient en effet bloqué la frontière turque pour empêcher des binationaux vivant en Turquie de venir voter, reprochant à M. Erdogan de vouloir peser sur l'élection.

Or ces nationalistes, regroupés dans la coalition Patriotes unis, sont arrivés troisièmes des élections et sont en discussion avec le vainqueur, l'ancien Premier ministre Boïko Borissov, pour former une coalition, faisant craindre une surenchère entre Sofia et Ankara.

"Les gens ont peur, ils ont trop souffert des vagues d'assimilation et des expulsions" tout le long du 20e siècle, explique le maire de Djebel, Bahri Recep Ömer (sans lien avec le client du marché).

La blessure est particulièrement vivace dans cette commune de 3.500 habitants qui depuis le fond des Rhodopes symbolisa la résistance turque à la politique d'assimilation forcée à la majorité slave menée par le régime communiste dans les années 1980.

Depuis 1989, les relations se sont normalisées. Des lignes d'autobus régulières relient les deux pays, le tourisme est florissant et beaucoup de familles turques se partagent des deux côtés de la frontière.

Mais face à la montée des nationalistes, "comment exclure qu'une telle politique se répète?", s'interroge Bahri Recep Ömer, évoquant "des signes inquiétants" menaçant les Turcs de Bulgarie.

- 'Sultanat' ottoman-

Au sein de la communauté, dont l'unité notoire est pour la première fois ébranlée, certains n'hésitent toutefois pas à accuser ouvertement M. Erdogan de contribuer à la dégradation des liens entre les deux pays.

C'est le cas d'Ahmed Dogan, leader historique du principal parti turc bulgare MDL, qui lui a reproché de mener une politique "menaçante pour ses voisins", qualifiant le référendum du 16 avril de "menace pour la démocratie" visant à rétablir le "sultanat" ottoman.

Ces attaques inhabituelles sont intervenues alors qu'Ankara a parrainé la création d'un nouveau parti turc en Bulgarie, Dost, dans ce que Sofia a interprété comme une tentative d'ingérence dans la vie politique nationale.

Si Dost --une formation qu'a rejointe Bahri Recep Ömer-- n'a obtenu que 2,9% des voix aux législatives, soit moins des 4% nécessaires pour entrer au Parlement, il en a recueilli 22% dans la région de Kardjali, où se trouve Djebel. Le MDL, qui jusque là y régnait en maître, a dû se contenter de 43%.

"Tout ce que nous cherchons, c'est des relations normales avec la Turquie, une puissance économique qui peut investir dans nos régions démunies", assure le maire.

- Merkel talonne Erdogan -

Car aujourd'hui, la survie économique dépend principalement des milliers d'émigrés en Allemagne, en Angleterre ou en Espagne, dont les maisons rénovées tranchent avec la vétusté ambiante.

Avec un taux d'approbation de 65%, l'Allemagne et sa chancelière Angela Merkel (44%) rivalisent d'ailleurs en popularité avec la Turquie (68%) et M. Erdogan (49%), selon une récente étude de l'université NBU de Sofia menée auprès de 1.200 musulmans bulgares.

Pour Evguenia Ivanova, sa coordinatrice, le regain de popularité de la Turquie s'explique par le fait que "les musulmans inquiets par la poussée du nationalisme" bulgare "comptent" in fine sur l'aide d'Ankara.

"Il serait exagéré de dire que les Turcs de Bulgarie aiment Erdogan", tempère toutefois Sinasi Süleyman, le maire de Kirkovo, une commune proche de Djebel.

"Il ne faut pas confondre l'attitude envers Erdogan et celle envers la Turquie, avec laquelle nous avons des liens biologiques", souligne ce responsable du MDL qui a "une soeur et 27 cousins en Turquie".
(AFP, 10 avril 2017)

Ankara prépare une offensive terrestre en Irak

La Turquie prépare une offensive terrestre dans le nord de l'Irak contre les bases arrières des séparatistes kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), a rapporté jeudi le quotidien Yeni Safak, proche du pouvoir turc.

Cette opération, baptisée "Bouclier du Tigre", succéderait à l'opération "Bouclier de l'Euphrate", lancée le 24 août dans le nord de la Syrie contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) et les milices kurdes, et qui a officiellement pris fin la semaine dernière.

Les autorités turques n'ont pas confirmé ces informations dans l'immédiat, mais le président Recep Tayyip Erdogan a affirmé cette semaine que "Bouclier de l'Euphrate" aurait une "deuxième et une troisième étape", en Syrie et en Irak.

L'opération "Bouclier du Tigre" pourrait être lancée "fin avril ou début mai", après le référendum du 16 avril sur l'extension des pouvoirs du président Erdogan, affirme Yeni Safak.

Selon le quotidien, des chars, pièces d'artillerie et véhicules de transport blindés utilisés pour l'opération en Syrie seront mobilisés.

Le journal dénombre neuf camps du PKK, organisation classée "terroriste" par Ankara et ses alliés occidentaux, dans la région de Sinjar, qui s'étend de Mossoul à la Syrie, au sud de la frontière turque.

L'organisation séparatiste kurde y était entrée en 2014, pour, selon elle, en chasser l'EI qui y massacrait les populations yézidies locales.

D'après Yeni Safak, l'opération vise notamment à couper les voies de communication entre Sinjar et les monts Kandil, dans le nord de l'Irak, où se trouverait l'état-major du PKK.

Par ailleurs, l'offensive vise à empêcher la jonction de ces zones avec celles contrôlées en Syrie par des milices kurdes qu'Ankara considère comme des émanations du PKK.

Les forces d'Ankara seront en outre appuyées par des Turkmènes d'Irak entraînés dans la base turque de Bachiqa (province de Mossoul), où sont déployés des soldats turcs depuis décembre 2015, au grand dam de Bagdad.

Une telle opération dans le nord de l'Irak risquerait de renforcer les tensions avec Bagdad, mais aussi Washington qui a maintenu une position méfiante face à l'incursion unilatérale de la Turquie en Syrie.

M. Erdogan a juré d'"éradiquer" le PKK après la rupture, à l'été 2015, d'un fragile cessez-le-feu visant à mettre fin à un conflit qui a fait plus de 40.000 morts depuis 1984.
(AFP, 6 avril 2017)

Chypre et la Grèce / Cyprus and Greece

Turkish language still far away from official EU status

In early 2016, Cyprus asked the EU to recognise Turkish as an official language, in an attempt to boost its reunification process. Over one year later, this request has made little headway.

In February 2016, Greek-Cypriot President Nicos Anastasiades wrote to the Dutch Presidency of the EU asking for Turkish to be recognised as the bloc’s 25th official language.

Reunification talks between the two halves of the Mediterranean island are still ongoing and Anastasiades hoped securing official status for Turkish would advance the negotiations.

It is estimated over 300,000 people live in Northern Cyprus and the population is almost entirely Turkish-speaking. The Greek-Cypriot president’s request at the time suggested that a reunification deal was in the offing.


Cyprus: Make Turkish an official EU language

Greek-Cypriot President Nicos Anastasiades has asked the Dutch EU Presidency to add Turkish to the bloc’s 24 official languages, in order to boost attempts to reach a reunification agreement on the Mediterranean island.

Peace talks are scheduled to resume today (11 April) after a two-month hiatus. Controversial legislation that commemorated a 1950 referendum on unification with Greece has been amended, after the Turkish-Cypriot side took exception to the law.

Changes to the EU’s language regime can only be made through a unanimous decision by all 28 member states. When asked by EURACTIV.com if the European Commission had started preparing anything, the EU executive only reiterated that language policy is an exclusive Council competence.

The only faint glimmer of progress since Anastasiades original request came last April when MEPs adopted a European Parliament report on Turkey, which also supported making Turkish an official language. Ironically, Ankara rejected the report because of references to the Armenian genocide.

MEPs call for Turkish becoming EU language

One of the texts of the European Parliament Report on Turkey adopted yesterday (14 April) calls for making Turkish an official language of the EU, a move condemned by a minority of MEPs who voted against the report.

When it became clear last year that Cyprus was interested in adding Turkish, a number of far-right Greek and French lawmakers asked the Commission how the proposal would be in keeping with European values.

Golden Dawn MP Georgios Epitideios insisted that including Turkish would be the same as “rewarding the occupying army in Cyprus and would be an insult to Cypriots”.

He also added that it would pave the way for the recognition of “dozens” of other languages spoken by EU citizens originally from third countries.

President of the Commission Jean-Claude Juncker, answering on behalf of the EU executive in April 2016, said “the time has come to launch preparations in order to enable the Union to start using Turkish as an official language upon reunification of the island (Cyprus)”.

But he too explained that language rules are governed by the Council, “acting unanimously”.

Brussels-Ankara ties are shaky at best at the moment so any chance of the EU-28 agreeing on this issue look non-existent.

Disputes over political campaigning on foreign soil for Sunday’s constitutional referendum led to violence last month and Turkish President Recep Tayyip Erdoğan’s repeated threats to end the bloc’s refugee deal have upped tensions.

Irish to be given full official EU language status

Although it has been an official language of the EU since 2007, Irish will now be gradually upgraded to a full working language of the European institutions.

Last year’s request was not the first time Cyprus has raised the Turkish language issue. When negotiating its membership of the EU in 2002, the Republic was dissuaded by Brussels from pushing too hard on the issue, citing “the limited practical purposes” and “considerable cost”.

Adding another language would increase the number of combinations the EU’s translation and interpretation services have to deal with. Upping that number from 552 to 600 would mean an estimated €37 million increase in the annual bill.

The Republic of Cyprus has been an EU member since 2004. Turkish-Cypriots, despite living in territory not under the control of the government, are still considered EU citizens.
(By Sam Morgan | EURACTIV.com Apr 11, 2017)

Chypre: une loi source de tensions avec la partie turque amendée

Les députés chypriotes grecs ont amendé vendredi une loi controversée sur la commémoration d'un référendum sur le rattachement de Chypre à la Grèce, un texte qui avait conduit au blocage des pourparlers de paix avec les Chypriotes turcs.

En février, le leader des Chypriotes turcs Mustafa Akinci avait suspendu sa participation aux négociations de paix destinées à réunifier l'île divisée depuis 1974.

Il protestait ainsi contre l'adoption par le Parlement chypriote grec d'une loi prévoyant la commémoration dans les écoles d'un référendum de 1950 soutenant un rattachement à la Grèce. La minorité turcophone de Chypre s'est toujours opposée à une telle union.

Mardi, les leaders chypriotes grec et turc avaient accepté de reprendre les pourparlers sous l'égide de l'ONU à partir du 11 avril, à condition que cette loi soit retirée.

Après un débat houleux, une version amendée du texte annulant la commémoration controversée dans les écoles a été adoptée vendredi par les députés chypriotes grecs, à 30 voix contre 20.

La motion a été déposée par le parti du président chypriote Nicos Anastasiades Disy (droite) et soutenue par le principal parti d'opposition Akel (communiste).

Ces deux partis ont été capables de "corriger cette erreur", a salué M. Akinci après le vote, en référence à la loi.

Le leader chypriote turc a confirmé qu'il prendra part aux discussions mardi et estimé que les deux camps étaient "à la croisée des chemins".

Lors du vote initial de la loi proposée par le parti ultra-nationaliste Elam, les parlementaires de Disy s'étaient abstenus permettant le passage du texte.

Des partisans du parti d'extrême droite ont manifesté vendredi devant le Parlement à Nicosie, exhortant les députés à ne pas reculer. "Disy-Akel assassinent l'Histoire", pouvait-on lire sur une banderole.
 MM. Anastasiades et Akinci sont engagés depuis mai 2015 dans de fragiles pourparlers de paix, considérés comme un réel espoir de réunifier cette île méditerranéenne.

Chypre est divisée depuis l'invasion en 1974 des troupes turques dans le tiers nord de l'île en réponse à un coup d'Etat visant à rattacher le pays à la Grèce qui inquiétait les Chypriotes turcs.

Les progrès réalisés au cours des derniers pourparlers ont été en grande partie le fruit de la relation personnelle entre M. Anastasiades et M. Akinci, dirigeant de la République turque du Chypre nord, une entité autoproclamée, reconnue seulement par la Turquie.
(AFP, 7 avril 2017)

Immigration / Migration

Que sera la prise de position des partis belges, notamment du PTB?

Voici une analyse* dans la revue du PTB qui attire avec justesse l'attention sur la répression en Turquie et les relations opportunistes des puissances étrangères avec le pouvoir islamiste turc.

Toutefois, après le soutien massif des Turcs de Belgique à la constitution dictatoriale d'Erdogan, le PTB doit s'interroger également sur les raisons de cette soumission...

Il doit mettre en question le rôle des missions diplomatiques turques, de la Diyanet et de ses mosquées dans cette soumission ainsi que la complicité des élu(e)s d'origine turque dans les assemblés fédérale, régionales et communales belges.

A l'approche des élections communales, fédérales, régionales et européennes, en tant qu'étoile montante de la politique belge, le PTB doit absolument clarifier sa prise de position sur l'ingérence du pouvoir islamiste turc dans la vie politique de la Belgique avant qu'il ne soit trop tard.

* Solidaire


Un avocat kurde est empêché de quitter la Turquie vers la Belgique

L’avocat Ramazan Demir, inscrit au Barreau d’Istanbul, n’a pas pu quitter le territoire turc alors qu’il avait confirmé sa participation à un colloque vendredi à Bruxelles. «Tout était OK jusqu’il y a quelques jours puis est venue cette interdiction des autorités turques», a confirmé l’avocate Joke Callewaert du réseau Progress Lawyers Network, organisateur du colloque.

Cette interdiction a été prononcée en raison du fait que M. Demir défend des organisations kurdes désignées par Ankara comme terroristes et eu égard à l’état d’urgence. Le colloque de vendredi portait précisément sur l’état d’urgence et a permis de confronter différentes expériences à l’étranger, en France et en Italie, ainsi que d’analyser la pression sur la Justice en Belgique dans le contexte du terrorisme.
(Belga, 20 avril 2017)

"Les ressortissants d’origine turque, un réservoir électoral pro-Erdogan"

Les ressortissants d’origine turque devenus belges sont considérés comme un réservoir électoral pro-Erdogan. Ils fonctionnent comme s’ils vivaient dans une énième province turque. L’échec de leur intégration est entretenu par l’AKP, la Diyanet et les élus d’origine turque du PS.

Entretien avec George Verzin,
Conseiller communal et chef de
groupe pour le MR à Schaerbeek


Q - Faut-il, comme le souhaitent certains CD&V, Open-VLD et la N-VA, revoir l’octroi de la double nationalité ?

Je souhaite qu’on puisse entamer une réflexion à ce sujet. Le débat devrait toutefois s’opérer à un niveau européen. Selon moi, les ressortissants d’un Etat membre des 28 de l’Union européenne qui revendiquent une double nationalité se la verraient octroyer de manière automatique. Par contre, pour des ressortissants de pays non membres de l’UE, on pourrait réfléchir à un octroi de la double nationalité conditionnelle; c’est à dire conditionné à l’adhésion du pays d’origine aux principes démocratiques et au fait que sa Constitution soit respectueuse des valeurs universelles. Ainsi, le ressortissant d’un Etat dictatorial qui souhaite obtenir aussi la nationalité belge devra obligatoirement faire un choix et renoncer le cas échéant à la nationalité de son pays d’origine.

Q - “Plus de la moitié des Turcs ont voté en faveur d’un système autoritaire. Stop à la double nationalité maintenant. Choisissez svp. Intenable”, a tweeté le député CD&V Hendrik Boggaert. Faites-vous aussi un lien entre le vote des Turcs belges, un problème d’intégration et la nécessité de revoir la double nationalité ?

Par rapport à la communauté turque en Belgique, le vrai problème est ce triangle infernal entre l’AKP – parti islamo-conservateur au pouvoir en Turquie–, la Diyanet – le ministère turc des cultes – et le parti socialiste en Belgique. Quand on constate que 80 % des gens qui votent pour l’AKP votent pour le PS aux régionales et communales à Bruxelles, ça pose question. L’AKP utilise la Diyanet comme outil de propagande et de contrôle politique de la communauté turque. Ainsi, à St.Josse ou à Schaerbeek, si la communauté turque s’avère intégrée sur les plans économique et immobilier, elle apparaît mentalement enfermée dans un repli identitaire exacerbé. Ce nationalisme endémique est entretenu par une vie autarcique dans certains quartiers via les magasins turcs, les réseaux sociaux et les médias turcs, dont la télévision, favorables à l’AKP. L’intégration harmonieuse de la communauté turque en Belgique n’est pas assurée.

Q - Pouvez-vous préciser l’incidence de la double nationalité ?

Voici plus de 20 ans, on a modifié le Code de la nationalité pour octroyer plus facilement la nationalité belge à des ressortissants qui gardaient leur nationalité d’origine. L’idée, dont j’étais alors un des promoteurs, était d’accorder le droit de vote à des ressortissants étrangers pour faciliter leur intégration et parcours citoyen. Permettre plus aisément la double nationalité était un des moyens. Aujourd’hui, on ne peut que constater un échec de l’intégration d’une partie de la communauté turque. Les ressortissants d’origine turque devenus belges sont considérés comme un réservoir électoral pro-Erdogan. Ils s’engagent, votent lors des élections turques et fonctionnent comme s’ils vivaient dans une énième province turque. Des élus PS effectuent leur service militaire en Turquie et prêtent serment à son armée*. J’ai été choqué de voir à Bruxelles les camions et panneaux de 20m2 de publicité politique uniquement en faveur d’Erdogan. Cet échec de l’intégration est délibérément entretenu par l’Etat turc – à travers l’AKP et la Diyanet – et les élus d’origine turque du PS, connectés avec l’AKP. Ils oeuvrent à l’enfermement mental de la communauté. 90 % des Turcs vivant à Schaerbeek viennent d’Emirdag, en Anatolie, région rurale la plus favorable à l’AKP. Mes amis d’origine turque, non AKP, progressistes, dénoncent la mise sous cloche de la communauté. Si vous ne votez pas bien, vous êtes, à Bruxelles, considéré comme traître à la patrie turque. Quand le PS va-t-il sortir de ce communautarisme débridé ? Cela met aussi en évidence le problème – et l’arrêt demandé par le MR – du financement étranger du culte, ici par le Diyanet, ailleurs par l’Arabie saoudite.

Q - Justement, pourquoi Didier Reynders (MR) ne soutient- il pas le CD&V, l’Open-VLD et la N-VA dans la remise en cause de la double nationalité ? Pour des raisons électorales vu qu’une bonne partie des Belges à l’étranger vote MR ?

C’est effectivement délicat. Comment revendiquer le droit des Belges de voter depuis l’étranger si on le refuse aux étrangers de le faire en Belgique.
*“Je jure […] d’obéir aux lois et à l’ordre, défendre l’honneur de l’armée et la fierté du drapeau turc en les considérant plus importants que ma vie, de sacrifier ma vie le cas échéant à la patrie et à la république.”
Serment militaire turc En 2010, un article du journaliste Mehmet Koksal expliquait que des élus belges (députés et conseillers communaux) effectuaient leur service militaire en Turquie, Etat dont ils avaient aussi la nationalité. Lors de la formation, tout soldat prête ce serment. http://bit.ly/2pwC5NE   
(La Libre Belgique, Thierry Boutte, 19 avril 2017)


Fief d'Erdogan: 3 Turcs sur 4 en Belgique ont voté pour le régime dictatorial!



Le parti d'Erdogan a mené une campagne scandaleuse en Belgique en qualifiant le référendum du 16 avril 2017 comme une lutte du croissant contre la croix.... Les organisations de l'AKP et du MHP ainsi que plusieurs mosquées de la Diyanet ont mobilisé les ressortissants turcs même en organisant des navettes en bus entre les consulats turcs et plusieurs villes belges.

Résultat: Selon les chiffres officiels, trois électeurs turcs sur quatre en Belgique ont voté pour la nouvelle constitution visant l'établissement d'un régime dictatorial en Turquie.

En Belgique, 81.540 électeurs turcs sur 137.000 se sont rendus aux urnes dans les consulats turcs à Bruxelles et à Anvers.

Avec un pourcentage total de 74,18% les Turcs de Belgique sont les supporters d'Erdogan les plus nombreux parmi les pays où se trouvent les ressortissants turcs. Pays-Bas: 69,98%, France: 64,74, Allemagne: 63,11%.
Le pourcentage de "oui" est 68,71% à Bruxelles et 79,65% à Anvers.

Après l'annonce des résultats, plusieurs groupes de partisans d'Erdogan, malgré l'interdiction policière, ont fait des manifestations dans les rue de Schaerbeek et Saint-Josse, notamment sur la Chaussée d'Haecht. (Info-Turk, 16 avril 2017)

Le Soir: La fête turque à Schaerbeek et à Saint-Josse



Ce dimanche, à Schaerbeek et à Saint-Josse, impossible de passer à côté. Dans les cafés, les snacks et les restaurants, les télés ne parlent que de ça. On écoute la radio, on vérifie son smartphone. Et surtout, on arbore les couleurs nationales. Et pour cause, ce dimanche c’est jour de vote en Turquie, pour réformer la constitution.
Dans les rues, difficile de rater les supporters du « oui », qui se rangent derrière la campagne du président Erdogan. En début de journée pourtant, la chaussée de Haecht était plutôt calme. La présence policière avait été renforcée mais dans le milieu de l’après-midi, ils doivent bien reconnaître qu’il ne se passe pas grand-chose. « C’est plus calme qu’un dimanche normal », assure un homme en uniforme. « Les gens sont à l’intérieur ».

De fait. Les cafés sont bien remplis et tout le monde s’impatiente au fil du comptage des voix. Beaucoup ont voté « oui ». « La constitution turque a été écrite par des militaires, raconte Tunay dans un bistrot de l’avenue Rogier.Il était temps de la moderniser, le résultat amènera plus de démocratie dans le pays, qu’Erdogan a déjà bien réformé ». Et les dérives autoritaires du président ? « Quelles dérives ? Avant l’arrivée d’Erdogan, les médias n’étaient pas libres. C’est lui qui les a renforcés. Aujourd’hui, ils insultent le président. Et ce n’est pas lui qui les met en prison. Ce sont des décisions de justice ».

Dans la rue, à mesure que les heures avancent et que les résultats semblent annoncer une victoire du « oui », on assiste à des scènes de mondial de football. Les voitures klaxonnent, les drapeaux volent dans tous les sens. A 19h, c’est déjà un peu la fête dans le quartier. Yasin, Yasemin et Makbule s’apprêtent à travailler dans l’épicerie. Les deux jeunes femmes portent un sweat aux couleurs du drapeau turc. Eux aussi sont à fond derrière le président. « Bien sûr qu’on a voté, et bien sûr qu’on a voté oui. Le président Erdogan est sans cesse attaqué par les médias occidentaux. Pourquoi ? Parce qu’il ne s’aplatit plus devant l’Europe. Du coup on le traite comme un dictateur. Alors que tout ce qu’il fait, c’est nettoyer le pays des terroristes et œuvrer pour le bien des Turcs ».

« Le régime est répressif »

Dans le magasin textile juste en face en revanche, l’heure n’est pas à la fête comme dans le reste du quartier. Ali est guleniste. Et pour lui, la percée du « oui » ne risque pas d’améliorer la situation du pays. « La communauté turque de l’étranger est très partisane du président, considère-t-il. C’est normal, ils partent une semaine sur l’année là-bas. Alors oui, les routes sont belles. Les infrastructures sont modernes. Mais la population ne vit pas bien. Je le sais, j’ai vécu 19 ans là-bas. Le régime est répressif. Ici je peux avouer que je supporte Gullen. Mais si cela se sait au pays, je risque d’avoir de gros problèmes ».

Sur la place Houwaert, en contrebas, un jeune Turc d’origine kurde, dresse le même constat. « Erdogan, aujourd’hui est intouchable. Plus personne ne pourra lui reprocher quoi que ce soit. Et, dans quelques années, la Turquie ne sera plus qu’un repère de fascistes et de fanatiques religieux », estime-t-il.
La Turquie a voté oui ce dimanche. Les Turcs de Belgique également et dans une plus large mesure encore. Toutefois, difficile de parler d’unanimité.
(Le Soir, 17 avril 2017)

Manifestation à Bruxelles contre le régime Erdogan

Quelque 300 Kurdes ont manifesté samedi après-midi à Bruxelles contre le régime du président turc Recep Tayyip Erdogan et le référendum qui se tiendra dimanche en Turquie. Les manifestants ont exprimé leur soutien aux 200 prisonniers politiques kurdes en grève de la faim dans les prisons turques. Ils ont également appelé à voter «non» au référendum sur le renforcement des pouvoirs d’Erdogan.

«En ce moment, 200 prisonniers politiques kurdes font une grève de la faim depuis plus de deux mois dans 21 prisons turques», a précisé Orhan Kilic, porte-parole de NavBel, le conseil de la communauté kurde de Belgique. «Leurs droits les plus fondamentaux ne sont pas respectés.»

Les manifestants ont réclamé l’amélioration des conditions de ces prisonniers, une solution politique dans le dossier kurde et le rejet du renforcement des pouvoirs d’Erdogan lors du référendum de dimanche. «Le gouvernement du président Erdogan se comporte déjà comme un régime dictatorial, il est temps de l’arrêter.» (Secours rouge, 15 avril 2017)

Epineux problème en Flandre : Mosquées de la Diyanet

Gwendolyn Rutten rouvre le débat sur la mosquée Fatih de Beringen, écrivent nos confrères du Standaard dans leurs éditions de samedi. La présidente du VLD estime que les mosquées attachées à la Diyanet (le ministère turc des Affaires religieuses) ne doivent plus bénéficier d’une reconnaissance en Flandre. Elle s’oppose également à l’idée que le gouvernement finance une mosquée reconnue. En 2019, le parti libéral flamand veut changer la loi.

Vendredi prochain, le gouvernement flamand se penchera sur cet épineux dossier. La ministre flamande en charge des Affaires intérieures Liesbeth Homans (N-VA) veut retirer l’agrément de la mosquée Fatih de Beringen. Mais le CD&V s’y oppose, compliquant l’entente entre ces deux partis. « Que cherchons nous avec une telle reconnaissance ? », se demande Rutten. « Toutes les mosquées attachées à la Diyanet font de la politique en Flandre. Pourquoi la ministre Homans se concentre-t-elle sur une seule mosquée puisque toutes sont susceptibles de ne plus être reconnues. »

La présidente du VLD n’est pas d’accord avec Liesbeth Homans. Mais elle montre de la compréhension pour la manière dont celle-ci s’est emparée du dossier. « Deux réalités sont entrées en conflit. La Sûreté de l’Etat contrôle toutes les mosquées. Autant celles qui sont reconnues que celles qui ne le sont pas. Ce contrôle inclut la radicalisation et le terrorisme. Il s’agit surtout dans ce cas de mosquées financées par l’Arabie saoudite. Les mosquées de la Diyanet sont plutôt pour un islam modéré. Le salafisme n’est pas le problème. Le problème, c’est la propagande politique. Selon la loi, la Sûreté de l’Etat n’a pas vocation à contrôler cela. »

Label de qualité

Gwendolyn Rutten trouve cette influence politique inacceptable. « Les textes pour la prière du vendredi sont écrits en Turquie. Pour le président Erdogan, tous les Turcs restent des enfants de la nation, peu importe où ils se trouvent. » La présidente du VLD déplore aussi le manque de formation des imams. Si de telles formations étaient dispensées, les imams pourraient bénéficier d’une sorte de label de qualité flamand, dit elle. Mais Gwendolyn Rutten refuse que ce processus soit lié à un financement. « La mosquée Fatih affirme elle-même qu’elle n’a pas besoin d’argent. »
Pour assurer la séparation entre l’Eglise et l’Etat, le VLD veut que l’article 181 de la loi soit révisé. Celui-ci règle le financement des cultes et de la laïcité. Gwendolyn Rutten souligne qu’il est temps d’ouvrir ce débat car selon elle toutes les religions doivent pouvoir se financer. ■ (Le Soir, 15 avril 2017)

Erdogan: l'homme qui menace l'Europe





Zuhal Démir: "Il y a un noyau dur de fanatiques turcs en Belgique"

Les élus belgo-turcs font preuve de lâcheté en ne dénonçant pas les appels à la violence au sein de la diaspora turque, estime la secrétaire d’État fédéral Zuhal Demir (NVA).

Des Kurdes qui sont poignardés à Bruxelles, des gulénistes - les partisans ou considérés comme tels du prédicateur Fethullah Gülen et premier opposant du président turc Recep Tayyip Erdoğan - qui sont menacés à Gand et Anvers, et des mosquées du Limbourg qui appellent à la haine : autant de situations que la secrétaire d’État fédéral Zuhal Demir (N-VA) en charge entre autres de la Lutte contre la pauvreté et l’Égalité des chances entend dénoncer une bonne fois pour toutes.

Ce 1er mai 2016, Zuhal Demir, encore simple députée fédérale à l’époque, se trouve à Gand pour parler conditions de travail devant une salle pleine à ras bord. Dans le public, se trouve un groupe d’hommes turcs. Des individus connus des forces de l’ordre et étroitement surveillés par des agents en civil, ce qu’ils ignorent encore à ce moment-là. À la fin du speech, la politicienne d’origine kurdo-turque, qui les a repérés depuis longtemps, leur tend amicalement la main pour les saluer. Une main que les membres du groupe refusent de serrer car "elle est une femme et une terroriste", avant même que l’un d’entre eux tente de l’agresser physiquement, n’y parvenant pas grâce à l’intervention d’un des agents sur place. "C’est là que j’ai réalisé à quel point la situation avait dégénéré", soupire, presque un an plus tard, l’élue nationaliste, depuis son bureau bruxellois.

Celle qui est entre-temps devenue secrétaire d’État explique avoir petit à petit été découragée par les nombreux messages rapportant des tensions au sein de la communauté turque en Belgique. Situation qui s’explique par la politique menée par le président turc Erdoğan. "Il y a dix ans, tout le monde, que ce soit les Turcs, les Kurdes, les Alévis ou les gulénistes, vivait ensemble en paix en Belgique. Mais depuis qu’Erdogan a commencé à viser systématiquement des groupes de population à des fins politiques, la situation est devenue incontrôlable", lâche Zuhal Demir. "Nous allons te violer", est ainsi un des innombrables messages qu’elle a récemment reçus.

Selon l’élue fédérale, il y a actuellement en Belgique un noyau dur de Turcs fanatiques qui menacent dans la rue et sur les réseaux sociaux en toute impunité, se sentant intouchable. Un petit groupe de personnes qui terroriseraient la majorité des belgo-turcs, lesquels préféreraient se taire plutôt que d’être présentés comme des terroristes.

Mais ce qui choque et scandalise l’élue N-VA, c’est le silence des politiciens d’origine turque. "C’est lâche de mettre sa tête dans le sable. Je crois qu’il y aurait une grosse étape de franchie pour la réconciliation si tous les élus turcs condamnaient avec force ce qui se passe ici ! Qu’attend-on ? Faut-il d’abord un mort ?", insiste Zuhal Demir.

Pour la secrétaire d’État , l’enjeu ne se limite pas à la diaspora turque. "Il s’agit de favoriser l’intégration et d’éviter que la communauté ne s’éloigne encore plus de nos normes et nos valeurs. Alors des Turcs de la première génération qui sont encore partiellement focalisés sur la Turquie… mais quand même pas les Turcs de la deuxième ou la troisième génération ? Ils ne doivent pas être occupés avec ce qui se passe à 3.000 km d’ici. Les Turcs de la deuxième et la troisième génération devraient voir la Belgique comme leur maison, pas la Turquie", insiste-t-elle.

Zuhal Demir souligne par ailleurs l’attitude de certains partis politiques. "Localement, certains ont laissé la situation suivre son cours car ils étaient juste intéressés par les voix de la communauté turque. C’est comme si les tentacules d’Erdoğan avaient atteint nos partis. J’ai ainsi trouvé très étrange de ne pas voir toute une série d’élus d’origine turque à la commémoration du génocide arménien à la Chambre, il y a deux ans", dénonce l’élue d’origine kurdo-turque.
(DH, 7 avril 2017)

Turquie – Union européenne : tout avait si bien commencé


Engagées en 2005, les négociations d’adhésion sont à l’arrêt. Repartiront-elles un jour ? Réponse après le référendum convoqué le 16 avril par Erdogan pour conforter son pouvoir personnel.

Les Allemands ? « Des nazis. » Les Néerlandais ? « Leurs soldats sont restés les bras croisés devant le massacre de huit mille musulmans à Srebrenica. » Les pays de l’UE en général ? « Des fascistes et des racistes, des ennemis de la Turquie et de l’islam. »

Lorsque, en mars, l’Allemagne et les Pays-Bas ont invoqué des risques de troubles à l’ordre public pour empêcher plusieurs de ses ministres de participer à des meetings de l’AKP sur leur sol, Recep Tayyip Erdogan a sorti l’artillerie lourde.

Erdogan se comporte comme s’il était le chef de l’exécutif, un rôle normalement dévolu au Premier ministre.
Pour le chef de l’État turc, l’enjeu est énorme : le 16 avril, ses compatriotes se prononceront par référendum sur une réforme constitutionnelle dont il rêve depuis des années. Si elle était approuvée, elle transformerait le régime parlementaire en un régime présidentiel dans lequel il bénéficierait des pleins pouvoirs.

« Erdogan veut légaliser la manière inconstitutionnelle dont il exerce sa fonction. Depuis l’élection d’août 2014, il se comporte comme s’il était le chef de l’exécutif, un rôle normalement dévolu au Premier ministre. Lequel verrait son poste disparaître si la réforme était adoptée », explique le politologue Ali Kazancigil.

Tout avait bien commencé

Alors que partisans et adversaires du oui sont au coude à coude dans les sondages, Erdogan espère, en dénonçant l’attitude des Allemands et des Néerlandais, faire basculer les électeurs dans son camp. Car, chez les Turcs, le réflexe ultranationaliste est vivace, y compris dans la diaspora (4,5 millions de personnes dans toute l’UE), dont le vote pourrait être décisif. S’y ajoute une certaine amertume à l’égard d’une Europe dont ils se sentent les éternels exclus.

Tout avait pourtant commencé en fanfare. Fin 2004, les dirigeants européens acceptent d’ouvrir des négociations d’adhésion avec Ankara (elles ne débuteront qu’en octobre 2005). Ils qualifient alors Erdogan de « démocrate musulman » et lui prêtent toutes les vertus.

Dans une région meurtrie par la guerre d’Irak, son pays passe pour un îlot de stabilité. Les Européens, Gerhard Schröder et Jacques Chirac en tête, estiment que les atouts de la Turquie (jeunesse, main-d’œuvre qualifiée, vaste marché intérieur, position géostratégique, attachement à la laïcité) l’emportent sur ses lacunes démocratiques et sur ses retards socio-économiques. L’attitude d’Erdogan les conforte dans cette idée. Il engage des réformes, abolit la peine de mort, prend des mesures en faveur des femmes, octroie des droits à la minorité kurde, desserre l’étau de l’armée sur la vie politique…

Ce rejet a anéanti toute possibilité pour les démocrates turcs de faire entendre leur voix.

Vers 2005, la machine s’enraie. Viscéralement hostile à l’entrée de la Turquie dans l’UE, Nicolas Sarkozy s’oppose à l’ouverture de cinq chapitres de négociation. Les plus cruciaux. Angela Merkel se déclare pour sa part « favorable à un partenariat privilégié, mais pas à une adhésion complète ». La petite république de Chypre bloque à elle seule l’ouverture de huit chapitres, sous le regard goguenard de la Grèce et de l’Autriche.

« Ce rejet a anéanti toute possibilité pour les démocrates turcs de faire entendre leur voix, déplore la sociologue Gaye Petek. Il fallait laisser Erdogan poursuivre ses réformes, d’autant que le processus d’adhésion aurait pris des années. »

Un avis que partage, en privé, un des négociateurs européens : « Voulait-il vraiment démocratiser son pays ? Rien n’est moins sûr. Mais que les Européens n’aient pas ouvert les chapitres sur les droits et libertés alors que c’est sur ces points que l’on attend la Turquie, c’est de la pure mauvaise foi ! Ne pas ouvrir non plus le chapitre sur le nucléaire va à l’encontre de nos intérêts. »

L’UE est un « club chrétien »

Quoi qu’il en soit, la lassitude et l’aigreur s’installent. Jugeant que son pays est moins bien traité que d’autres candidats, Erdogan fustige la politique du « deux poids, deux mesures » de ce qu’il appelle un « club chrétien ». Les Européens lui répondent sur le terrain des droits de l’homme et dénoncent, à partir de 2010, sa « dérive autoritaire ».

Non seulement ses réformes n’avancent plus, mais sa pratique du pouvoir inquiète. Sa répression du mouvement de Gezi, en 2013, ternit son image. Sa supposée bienveillance à l’égard de l’État islamique et de groupes jihadistes opérant en Syrie exaspère ses partenaires de l’Otan.

Pendant ce temps, son combat contre la confrérie de l’imam Fethullah Gülen – son ex-allié contre les militaires devenu sa bête noire – prend de l’ampleur. Des purges tous azimuts (police, magistrature, éducation, etc.) visent ses membres, mais aussi des opposants ou des journalistes qui n’ont rien à voir avec elle. Bref, Erdogan est désormais qualifié d’« autocrate ».

En juin 2015, après avoir trébuché aux législatives, il se choisit un nouvel allié : la fraction nationaliste de l’armée, dite « eurasienne » car tournée vers la Russie et l’Iran. Sous son impulsion, il réactive le conflit avec les Kurdes du PKK dans le sud-est de la Turquie. Jouant sur la peur du chaos, il retrouve sa majorité en novembre.

Toujours sous l’impulsion de cette faction, il déclenche en août 2016 l’opération Bouclier de l’Euphrate contre le PYD (la branche locale du PKK) dans le nord de la Syrie. Cette alliance avec des militaires antioccidentaux, qui ne veulent pas entendre parler des droits de l’homme et s’opposent à la création d’une entité kurde dans la région, contribue à le pousser hors du champ européen. Elle lui a aussi sauvé la mise puisque ce sont ces « eurasiens » qui, en s’opposant à la faction « guléniste » de l’armée, ont fait échouer le coup d’État de juillet 2016.

Erdogan prêt à tout

Quatre mois plus tard, les eurodéputés préconisent le gel des négociations d’adhésion : un avis non contraignant, mais qui reflète l’état d’esprit qui prévaut au sein de l’UE. Erdogan n’en a cure. Il ne songe plus qu’à faire triompher le oui à « son » référendum afin de consolider un pouvoir qui a failli lui échapper.

On y verra plus clair après le 16 avril, mais si la Turquie part à la dérive, c’est tout notre continent qui sera déstabilisé.
Pour l’emporter et, notamment, pour attirer les quelque 13% d’électeurs du MHP (extrême droite), l’infatigable tribun menace de rétablir la peine de mort. Ou de rompre l’accord sur les migrants, qu’il avait conclu en mars 2016 avec les Européens et en échange duquel il comptait obtenir que ses ressortissants soient dispensés de visa dans l’espace Schengen.

L’UE tentera-t-elle de renouer, ou en profitera-t‑elle pour couper les ponts ? « On y verra plus clair après le 16 avril, souligne un membre du Conseil de l’Europe. Mais si la Turquie part à la dérive, c’est tout notre continent qui sera déstabilisé. »
(jeuneafrique.com, 5 avril 2017)

Des Turcs de Belgique vivent cachés, dans la crainte d’être enlevés

Ces derniers jours, à l’approche du référendum turc sur une réforme de la Constitution, il a été fait état de graves pressions exercées sur les partisans de l’opposant au régime de Recep Tayyip Erdogan, Fethullah Gülen.

Dans "La Libre" du 4 avril, nous indiquions que le consulat d’Anvers menait une chasse aux pro-Gülen, que des menaces avaient été proférées à l’égard de parents d’écoliers scolarisés dans des écoles gülenistes de Flandre, que des propos inquiétants étaient relayés sur Facebook, notamment par la branche belge du parti d’Erdogan l’AKP.

Un pas supplémentaire semble avoir été franchi, si l’on en croit le ténor du barreau gantois Me Walter Van Steenbrugge, par les services de renseignements turcs. Selon lui, ils auraient l’intention d’interpeller et de rapatrier de force des citoyens turcs en exil en Belgique, ainsi que l’ont relaté, mercredi, "Het Laatste Nieuws" et "De Morgen".

Le Parlement et la Sûreté de l’Etat avertis

Me Van Steenbrugge, que nous avons contacté par téléphone, nous a confirmé que l’un de ses clients, un industriel turc installé en Belgique depuis trois ans et proche du mouvement Gülen, du nom du prédicateur accusé par Ankara d’avoir ourdi la tentative de putsch du 15 juillet dernier, courait un grand risque. "Il vit caché et entouré par des gardes du corps depuis qu’il a appris que les services secrets turcs cherchaient à l’enlever et à le ramener de force en Turquie où il fait l’objet d’un mandat d’arrêt."

L’avocat nous a confié avoir, il y a cinq, six semaines déjà, averti de la situation la Sûreté de l’Etat mais aussi les autorités politiques et notamment des parlementaires. "Mais je dois constater que rien n’a été fait. Pourtant depuis des mois, circulent sur le Net des avis de recherche visant des opposants au régime. Plusieurs de ceux qui figurent sur la liste vivent en Belgique. Ankara promet beaucoup d’argent à ceux qui pourraient l’aider à localiser les traîtres présumés et à les ramener en Turquie", scande l’avocat, qui a peur pour son client et… pour lui.

Il n’en a pas moins décidé de déposer plainte, au nom de deux organisations internationales, auprès de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). Il en déposera une troisième, en référé, pour le compte de son client afin que la CEDH déclare nuls les mandats d’arrêt délivrés contre l’industriel. Me Van Steenbrugge serait le premier en Europe à recourir à la CEDH pour dénoncer cette situation. Il compte également interpeller la Banque mondiale afin de contraindre la Turquie à rembourser l’argent confisqué à certaines holdings. "Après la tentative de coup d’Etat, des comptes ont été bloqués et pillés. Il est question de milliards d’euros", affirme-t-il.

Sur le fond, l’avocat flamand se dit inquiet : "On voit bien que les politiques belges et européens n’osent pas bouger. Ils ont trop peur de froisser M. Erdogan, trop peur qu’il ouvre les vannes d’une immigration que l’Europe redoute. Mais les enjeux humains sont importants. Si Erdogan remporte le référendum, modifie la Constitution et rétablit la peine de mort, ses opposants, comme mon client, qui risquent déjà gros aujourd’hui, risqueront leur vie." 
(La Libre Belgique, JEAN-CLAUDE MATGEN, 6 avril 2017)

Espionnage turc: l'Allemagne enquête sur 20 personnes

Vingt personnes font l'objet d'une enquête de la justice allemande, soupçonnées d'avoir espionné pour le compte du gouvernement turc des partisans du prédicateur Fethullah Gülen, a indiqué jeudi le gouvernement allemand.

Le Parquet fédéral allemand a également ouvert le 18 janvier une enquête contre X en réaction à des soupçons d'espionnage en Allemagne pour le compte d'Ankara, a précisé le gouvernement dans une réponse officielle adressée à un député de Die Linke, Sevim Dagdelen, qui l'avait interpellé sur le sujet.

En février, la justice allemande avait mené des perquisitions dans les appartements de quatre religieux musulmans soupçonnés d'avoir rassemblé des informations sur des partisans du prédicateur Gülen, accusé par le gouvernement turc d'être à l'origine du coup d'Etat avorté en juillet dernier.

Les quatre religieux, des imams du Ditib, principale organisation de la communauté turque musulmane en Allemagne, sont soupçonnés d'avoir agi suite à une injonction du gouvernement turc dont le Ditib dépend directement, selon la presse allemande.

Ankara avait rejeté ces accusations et annoncé le rappel de six imams du Ditib, qui gère 806 mosquées en Allemagne et est accusé ces derniers mois de soutenir très activement le président turc, Recep Tayyip Erdogan.

Dans sa réponse au député rendue publique jeudi, le gouvernement n'a pas précisé si les deux affaires étaient liées.

Mais le député de Die Linke a exprimé sa crainte que de nombreux religieux soupçonnés d'espionnage soient rentrés en Turquie.

L'attitude "absolument inacceptable et laxiste à l'égard du Ditib a conduit à ce que les imams-espions d'Erdogan puissent rentrer en Turquie et échapper à des poursuites judiciaires" en Allemagne, a critiqué le parlementaire dans le quotidien die Welt.

Par ailleurs, le Parquet fédéral avait annoncé fin mars l'ouverture d'une autre enquête contre X pour soupçons d'espionnage. Dans cette affaire, il s'agit de personnes et organisations jugées proches du mouvement Gülen en Allemagne et espionnées par les services de renseignement turcs (MIT).

Les relations entre Berlin et Ankara, deux partenaires importants au sein de l'Otan, se sont envenimées depuis la vaste répression engagée par les autorités turques après le putsch manqué.
(AFP, 6 avril 2017)

Les Pays-bas s'inquiétent pour 10 binationaux retenus en Turquie

Une dizaine au moins de binationaux néerlandais et turcs sont retenus en Turquie et font l'objet de discussions entre Ankara et La Haye qui souhaite leur retour, a annoncé jeudi un responsable aux Pays-Bas.

"Nous faisons évidemment tout ce que nous pouvons pour aider ces gens", a déclaré dans un communiqué le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Bert Koenders, soulignant que l'affaire était portée aux plus hauts niveaux à Ankara.

Une porte-parole de son ministère a indiqué qu'"environ dix personnes se sont vues remettre une interdiction de voyager, dont certaines se trouvant en Turquie depuis un certain temps maintenant", précisant à l'AFP: "Nous sommes en contact avec les autorités turques", sans autre précision.

La presse néerlandaise a fait état d'au moins dix personnes titulaires de la double nationalité turque et néerlandaise retenues en Turquie, mais sans écarter qu'il y en ait plus, en raison de leurs opinions critiques à l'égard du président turc Recep Tayyip Erdogan.

"Dans beaucoup de cas, il s'agit de personnes qui ont rendu visite à leur famille en Turquie. Certaines font l'objet d'une procédure judiciaire", a indiqué la chaîne de télévision NOS, ajoutant qu'Ankara soupçonnerait certaines d'entretenir des liens avec le prédicateur Fethullah Gülen, que le régime turc accuse d'être à l'origine du coup d'État manqué de juillet dernier, selon NOS.

Depuis cette date, au moins 113.000 personnes en Turquie ont été arrêtées ou licenciées de l'administration, accusées d'être liées au mouvement du prédicateur.

La Turquie doit voter le 16 avril pour ou contre une réforme constitutionnelle renforçant considérablement les pouvoirs présidentiels.

Ce référendum a provoqué une crise diplomatique turco-européenne lorsque le président Erdogan a accusé le mois dernier l'Allemagne et les Pays-Bas de pratiques "nazies" après l'interdiction de meetings politiques en sa faveur.
(AFP, 6 avril 2017)

Pourquoi Erdogan séduit les musulmans de Belgique?



(BdO et L.V., La Libre Belgique, 4 avril 2017)

La Belgique compte un peu plus de 160000 citoyens d’origine turque. Depuis huit jours, ces personnes sont amenées à se prononcer par référendum sur une éventuelle réforme de la Constitution permettant au président turc Recep Tayyip Erdogan de renforcer ses pouvoirs. Ce dernier mène campagne depuis plusieurs mois, en Turquie mais aussi en Europe, en faveur du mouvement “Evet”, “oui” en turc.

Son influence dépasse les frontières de la Turquie. Le Président n’hésite pas à faire appel à divers réseaux pour faire écho de son discours en Belgique. Des institutions comme le consulat d’Anvers mènent une chasse aux partisans de l’opposant Fethullah Gülen –exilé aux Etats-Unis et soupçonné d’être impliqué dans le coup d’Etat de juillet 2016– sur les réseaux sociaux belges. Des menaces ont également été proférées auprès des parents dont les enfants sont scolarisés dans des écoles gülenistes en Flandre.

Un discours qui passe par des ASBL

Pour Mazyar Khoojinian, historien à l’Université libre de Bruxelles, le discours de l’AKP –le parti du président Erdogan– est relayé par de nombreuses ASBL, installées partout en Belgique. “Une des associations les plus présentes en Belgique est l’UETD, l’Union des démocrates turcs européens, qui prône le rapprochement entre la Turquie et l’Europe. Elle possède différentes sections partout en Belgique, mais est plus présente en Flandre qu’en Wallonie”, explique-t-il.

L’AKP dispose également d’un bureau à Bruxelles, près de l’ambassade de Turquie, rue Montoyer. Le spécialiste ajoute que les réseaux sociaux servent également de relais au président turc. Une page Facebook officieuse de l’AKP Belcika, la branche belge du parti d’Erdogan, a récemment créé la polémique. On pouvait y voir des affiches provocatrices représentant la lutte du croissant contre la croix. “Mais l’AKP a tout de suite précisé qu’il ne s’agissait pas d’une page officielle du parti et a rejeté toute responsabilité”, énonce Mazyar Khoojinian.

Internet est également un outil de surveillance sociale. Cette dernière s’accroît depuis le coup d’Etat manque de juillet 2016. “Il y a des menaces, explicites ou implicites qui sont faites notamment sur Internet”, ajoute Michael Privot, islamologue.

Les imams jouent aux espions

Mais l’influence d’Erdogan passe également par la plupart des mosquées turques implantées en Belgique. Le “Knack” révélait en février dernier qu’un rapport sur les activités des partisans de Gülen en Belgique avait été envoyé à Ankara par l’antenne belge de la Diyanet, l’administration qui organise la pratique religieuse et qui est liée au gouvernement d’Ankara.

Dans son édition du 1er avril, “Le Soir” révélait à son tour l’existence de rapports rédigés par les imams turcs de Belgique et par les conseillers religieux basés dans les ambassades rapportant les activités des partisans gülenistes installés en Belgique.

Ces révélations n’étonnent guère Jean-François Husson, coordinateur de l’Observatoire des relations administratives entre les cultes, la laïcité organisée et l’Etat (Oracle): “Pour différents cultes ayant des liens avec un Etat étranger, les ministres du culte peuvent jouer un rôle en matière de relais d’informations.”

Les imams, des agents de renseignement officieux

Pour le spécialiste Mazyar Khoojinian, les imams de mosquées turques, sous l’influence de la Diyanet, vont jusqu’à se servir du lien de confiance créé avec les fidèles pour soutirer des informations utiles au consulat. Or, on compte 65 mosquées turques liées à la Diyanet en Belgique. “On en retrouve presque dans chaque localité. On y trouve des fidèles à Erdogan et à l’AKP mais pas seulement. Et c’est cela qui intéresse Ankara.” Les imams turcs liés à la Diyanet et payés par l’Etat turc, “sont des agents de renseignement officieux”, en conclut l’historien.

Il y a la surveillance. Il y a aussi la propagande au sein des mosquées. Mais celle-ci sera “subtile et peu explicite”, précise Michaël Privot. “Les mosquées demeurent néanmoins des outils religieux et politiques, ajoute Jean-François Husson. Notez d’ailleurs que même dans les mosquées turques reconnues, les imams ne sont pas payés par l’Etat belge. Ils restent payés par la Diyanet.” Cette spécificité, qui devrait refaire l’objet d’un débat politique, estime le chercheur, permet aux imams de garder de l’autonomie face à l’Etat belge, mais pas face à l’Etat turc. “Ils vont chercher leurs prêches sur le site de la Diyanet. Ils ont peu de marge de manoeuvre personnelle.”

Erdogan rassemble même au-delà des Turcs de Belgique

(BdO, La Libre Belgique, 4 avril 2017)

Dans une communauté musulmane qui, en Belgique, reste fortement structurée autour des pays d’origine, Recep Tayyip Erdogan fait presque figure d’exception.

“Par le passé, certains penseurs ou prédicateurs ont bénéficié d’une aura qui dépassait le seul cercle de leur communauté d’origine, explique Corinne Torrekens, islamologue et enseignante à l’ULB, mais c’est la première fois que j’assiste à un tel phénomène dans le chef d’un politicien.”

Un phénomène politique

Ce à quoi assiste l’islamologue, c’est à un engouement autour de la figure d’Erdogan qui n’est pas généralisé, mais qui est partagé également dans la communauté belgo-marocaine par exemple. “Il apparaît comme la personnalité qui va enfin redorer l’honneur du monde musulman et affirmer celuici sur la scène internationale.”

Pour Corinne Torrekens, Erdogan profite non seulement de la faiblesse des autres dirigeants musulmans, mais également de l’engouement qui accompagne actuellement des leaders dits forts, tels que Vladimir Poutine ou Donald Trump, et du souhait de certains, au sein de l’islam, de rendre de la fierté aumondemusulman.

“Erdogan est donc le représentant d’un phénomène mondial, qui se greffe sur un souhait plus musulman, celui de tenir le haut du pavé face à l’Occident vu comme impérieux. Je ne sais pas si on assiste à travers cela à un phénomène identitaire, mais il s’agit en tout cas d’un phénomène politique.”

Le rêve d’un leadership international

Islamologue également, Michaël Privot fait relativement le même constat. “Je ne pense pas que des Belgo-Marocains descendront dans les rues bruxelloises pour défendre la cause d’Erdogan, mais c’est vrai qu’il est apprécié par certains, en dehors de la communauté turque, pour l’impression qu’il donne de pouvoir envoyer les Occidentaux sur les roses. Il est un peu le leader rêvé que certains Marocains, Algériens ou Egyptiens aimeraient voir émerger dans leur pays d’origine. Erdogan le sait et du coup il joue aussi sur cette aura internationale. Même si cela ne marche pas toujours, il veut clairement incarner une sorte de leadership du monde musulman. Cela revient dans ses discours de manière récurrente.”

Quoi qu’il en soit, conclut Michaël Privot, les postures d’Erdogan, si elles resserrent ses adhérents auprès de lui (voir c-icontre), ne font pas toujours consensus. “Elles divisent. Depuis 2013, Erdogan est un homme qui polarise et cela risque de laisser des traces profondes.”


Nouvelles demandes d'asile en provenance de Turquie en Belgique

Le nombre de demandes d'asile en Belgique depuis le coup d'Etat avorté en Turquie le 15 juillet a explosé, écrivent lundi Het Laatste Nieuws et De Morgen. Ces huit derniers mois, 678 ressortissants turcs ont introduit une demande en ce sens. C'est plus que la somme des dossiers pour les années 2014 et 2015.

La plupart des demandes concernent des personnes hautement qualifiées poursuivies en Turquie pour des liens supposés avec le mouvement de Fethullah Gülen, auquel le président Erdogan impute la tentative de coup d'Etat. Ces demandeurs d'asile sont pour beaucoup avocats, journalistes, fonctionnaires, procureurs, militaires, hommes d'affaires ou enseignants.

Selon les deux quotidiens, les demandeurs d'asile craignent également d'être des cibles en Belgique. Depuis l'été, la police a enregistré quelque 80 p.-v. relatifs à des menaces de mort, des agressions ou du vandalisme contre des Belges d'origine turque. (Belga
, 3 avril 2017)

Le président de la Diyanet de Belgique Halife Keskin était-il güleniste?



Un blog turc, Belçika Aydin Haber, avait publié le 29 août 2011 une information titrée "La rupture du jeûne de la FEDACTIO (organisation belge güleniste - ndlr) devenue un sommet".

Il précisé que parmi les présents se trouvaient le président de la Diyanet de Belgique Halife Keskin, le Secrétaire d'Etat bruxellois Emir Kir, le Sous-secrétaire de l'Ambassade turque Tufan Korkut, le Consul turc à Bruxelles Mehmet Poroy, les élu(e) d'origine turque Meryem Kaçar, Sait Köse, Derya Aliç, Halis Kökten, Filiz Güleç; le président de l'association EYAD Metin Edeer, le président de la Fédération islamique de Belgique (BIF) Zeki Bayraktar, le président de l'association pro-Erdogan UETD Esref Yagcioglu ainsi que deux dirigeants de l'Exécutif des musulmans de Belgique: Semsettin Ugurlu et Coskun Beyazgül.

Le même Halife Keskin dirige actuellement la "chasse aux gülenistes" en tant que directeur des relations étrangères de la Diyanet de Turquie liée directement à l'autorité du premier ministre turc.

Dans la photo, Keskin (moustachu) se trouve à gauche.
(Texte complet en turc: http://www.belcikaaydinhaber.com/?act=show&code=detail&id=8422)

Un élu belgo-turc ne condamne pas Erdogan

Le référendum constitutionnel turc a des répercussions en Belgique comme les débordements l'ont confirmé jeudi soir à devant l'ambassade à Bruxelles.

Selon l’échevin schaerbeekois Sait Köse (Défi), la décision des Pays-Bas et de l’Allemagne d’interdire mi-mars à des ministres turcs de participer à des meetings politiques sur leur territoire dans le cadre du référendum constitutionnel turc témoignait d’une démocratie à deux vitesses et d’une certaine inconsistance au sein de l’Union européenne.

C’est en substance ce que l’élu belgo-turc a déclaré dans une interview accordée en turc et publiée le 11 mars dernier sur le site turcophone Yeni Vatan, expliquant ne pas comprendre pourquoi les membres du gouvernement turc avaient été empêchés d’entrer aux Pays-Bas et en Allemagne.

Un point de vue partagé par de nombreux membres de la diaspora turque, même les anti Erdogan (NdlR : le premier ministre turc) dont Sait Köse est loin d’être un partisan, mais qui tranche par le silence observé par l’échevin et la quasi-totalité des élus belgo-turcs quand il s’agit de critiquer la sévère répr ession menée par Erdogan .

"Les politiciens turcs de Belgique se permettent des déclarations en turc qu’ils ne feront jamais en français ou néerlandais. Ici, avec ces déclarations, il faut reconnaître que c’est un peu l’hôpital qui se fout la charité", constate Mazyar Khoojinian, historien de l’ULB et spécialiste du paysage associatif belgo-turc. (DH, 1er avril 2017)

L'extrême droite turque active en Belgique

Les violents affrontements survenus devant le consulat de Turquie impliquent des membres de la mouvance des Loups gris.

"En Belgique, l’AKP (NdlR : le parti islamo-conservateur du président turc Recep Tayyip Erdoğan) a d’un côté un visage respectable, et cela passe comme dans le reste de l’Europe par l’Union des démocrates turcs européens (UETD), et de l’autre côté, il y a de manière officieuse toute une série d’organisations un peu floues, peu organisées, surtout présentes sur les réseaux sociaux. Leurs membres sont des partisans de l’AKP qui sont souvent dans le milieu de la petite et moyenne délinquance et qui n’hésitent pas à recourir à la violence verbale, voire physique", explique Mazyar Khoojinian, historien de l’ULB et spécialiste du paysage associatif belgo-turc, alors que de violents affrontements ont éclaté jeudi après-midi entre pro et anti-Erdogan devant le consulat de Turquie, à Bruxelles. Des incidents durant lesquels six personnes ont été blessées, et qui soulignent à quel point le projet de réforme constitutionnel turc, pour lequel la diaspora peut voter jusqu’au 9 avril, attise les tensions entre nationalistes pro AKP et Kurdes de Turquie.

Mais la bagarre à coups de couteau et de barres de fer de jeudi rappelle surtout l’existence sur le territoire belge, principalement à Bruxelles, de militants d’extrême droite turque, dont un certain nombre sont issus de la mouvance des fameux Loups gris (les sympathisants du parti turc d’extrême droite MHP, qui a connu son heure de gloire dans les années 70). "Ce n’est pas par hasard qu’on voit des gens munis de barres de fer et de couteaux. Ce ne sont pas des citoyens lambda qui porteraient de telles armes. Ce sont des gens qui sont un peu comme des hooligans. Il semblerait d’ailleurs qu’on serait dans l’ordre de la préméditation", indique ce fin observateur de la mouvance nationaliste turque en Belgique avant de rappeler qu’il existe également un mouvement nationaliste kurde dans notre pays.

À la tête d’associations fantômes ou et d’ASBL constituées de deux ou trois personnes, les membres de la nébuleuse nationaliste pro AKP la moins présentable pourraient être près d’une centaine, selon Mazyar Khoojinian. "On a entre une dizaine et une centaine de personnes qui vivent de pratiques illégales et qui sont extrêmement violentes. Dans les soirées, ce sont un peu les cousins qu’il est gênant de fréquenter. Ils sont complètement à la marge. Ils ne feront jamais de politique locale. Il reste des points d’interrogation, notamment sur leurs liens avec l’ambassade et les services secrets de Turquie. Mais finalement, à la limite, l’ambassade n’a pas besoin de les téléguider", ajoute le chercheur.

Les appels à la haine ou à la violence envers les opposants à Erdogan sur les réseaux sociaux sont en tout cas monnaie courante. "Il y a un vrai sentiment d’impunité car ils s’expriment en turc", constate ainsi le chercheur indépendant Pierre-Yves Lambert.

Un exemple parmi d’autres : le post Facebook de jeudi de Mustafa Cavusoglu, ancien Loup gris et représentant en Belgique du groupuscule d’extrême droite proche de l’AKP, Osmanli Seferberlik Halk Harekati.

En quelques lignes , le Bruxellois appelait à se mobiliser devant le consulat pour "en envoyer quelques-uns à l’hôpital (NdlR : des Kurdes)". Alors que l’enquête déterminera qui des nationalistes turcs et kurdes ont lancé les hostilités jeudi, les tensions entre les deux mouvances sur le territoire belge n’ont en tout cas jamais été aussi vives depuis des années.
(JULIEN THOMAS, DH, 1 avril 2017)

Des Kurdes venus voter pour le référendum ont été poignardés



Plusieurs personnes ont été blessées lors d’une rixe entre des opposants et des soutiens du président turc Recep Tayyip Erdogan, jeudi vers 16h00 devant l’ambassade Turquie situé rue Montoyer à Bruxelles. Un bureau de vote pour le référendum visant à renforcer les pouvoirs présidentiels en Turquie y est installé. Une violente échauffourée a eu lieu vers 16h00. La police a réussi à séparer les deux groupes, composés d’une dizaine de Turcs et de Kurdes.

En fin de soirée, une centaine de personnes se trouvaient toujours sur place, surveillées de près par les forces de l’ordre. A l’heure de boucler cette édition, on ignore toujours pour l’heure le nombre de blessés et si les forces de l’ordre ont procédé à des interpellations.

Ilse van de Keere, une porte-parole de la police de Bruxelles, a expliqué : « Il y a eu de graves incidents entre partisans et opposants du régime turc, sur la voie publique, à hauteur du consulat de Turquie. Plusieurs personnes ont été blessées. Elles ont été transportées à l’hôpital ».

Le parquet de Bruxelles a confirmé l’incident mais est resté prudent sur le contexte précis de la bagarre et n’a pas fourni de détails supplémentaires. Une information judiciaire a été ouverte. Une communication plus détaillée est annoncée pour ce vendredi.

Les incidents sont intervenus alors que les Turcs résidant en Belgique peuvent voter du 27 mars au 9 avril dans les consulats de Bruxelles et d’Anvers pour un référendum sur une réforme constitutionnelle qui renforcerait les pouvoirs du président Erdogan. Le vote est prévu le 16 avril en Turquie. Selon NavBel, une organisation qui représente la communauté kurde de Belgique, les incidents ont été provoqués par quatre personnes armées de couteaux : «Un groupe de quatre Turcs a attaqué au couteau des Kurdes qui venaient voter pour le référendum en Turquie ». Selon cette association, « une femme de 60 ans a été poignardée à plusieurs reprises et est grièvement blessée. D’autres blessés ont été transportés à l’hôpital. Un des auteurs s’est ensuite réfugié dans l’ambassade mais a été interpellé », ajoute NavBel dans un communiqué.

Charles Michel condamne

Dans un tweet, le Premier ministre Charles Michel a condamné jeudi soir ces incidents. Le gouvernement belge « prône la tolérance zéro pour les débordements en lien avec le référendum turc », a-t-il écrit, avant d’ajouter : « Je condamne fermement les violences devant l’ambassade ». (Le Soir, 31 mars 2017)


Des blessés lors d'incidents devant le consulat de Turquie à Bruxelles

De "graves incidents" ont éclaté jeudi après-midi devant le consulat de Turquie à Bruxelles entre partisans et opposants du président turc Recep Tayyip Erdogan, faisant "plusieurs blessés", selon la police locale.

"Il y a eu de graves incidents entre partisans et opposants du régime turc, sur la voie publique, à hauteur du consulat de Turquie. Plusieurs personnes ont été blessées. Elles ont été transportées à l'hôpital", a indiqué à l'AFP Ilse van de Keere, une porte-parole de la police de Bruxelles.

Dans un tweet, le Premier ministre belge Charles Michel a condamné jeudi soir ces incidents. Le gouvernement belge "prône la tolérance zéro pour les débordements en lien avec le référendum turc", a-t-il écrit, avant d'ajouter: "Je condamne fermement les violences devant l'ambassade".

Ces incidents interviennent alors que les Turcs résidant en Belgique peuvent voter du 27 mars au 9 avril dans les consulats de Bruxelles et d'Anvers (nord) pour un référendum sur une réforme constitutionnelle qui renforcerait les pouvoirs du président Erdogan.

En Turquie, le vote est prévu le 16 avril.

La porte-parole de la police n'a pas voulu donner de précisions sur le nombre de blessés ou leur état, expliquant que la situation était "sensible". Une centaine de personnes se trouvaient toujours devant le bâtiment après 22h00 locales (20h00 GMT), dans le centre de la capitale, a-t-elle précisé. Mais la police a réussi à séparer les protagonistes et la situation était sous contrôle.

Une enquête a été ouverte par le parquet de Bruxelles.

Selon Firat, une agence de presse proche des séparatistes kurdes en Turquie, trois personnes d'origine kurde qui venaient voter ont été blessées à coups de couteau lors de ces incidents, provoqués selon cette agence par des partisans de l'AKP, le parti islamo-conservateur au pouvoir en Turquie.

Dans un communiqué cité par l'agence de presse Belga, NavBel, une organisation qui représente la communauté kurde de Belgique, a précisé que les incidents avaient été provoqués par "un groupe de quatre Turcs qui a attaqué au couteau des Kurdes qui venaient voter pour le référendum en Turquie". Selon NavBel, "une femme de 60 ans a été poignardée à plusieurs reprises et est grièvement blessée. D'autres blessés ont été transportés à l'hôpital. Un des auteurs s'est ensuite réfugié dans l'ambassade mais a été interpellé".

La campagne électorale pour ce référendum a créé de graves tensions entre les dirigeants turcs et plusieurs pays européens après que ceux-ci eurent interdits à des ministres turcs de venir faire campagne sur leur territoire.

Ce n'est pas la première fois que des incidents éclatent entre Turcs et Kurdes à Bruxelles.

Des échauffourées avaient notamment émaillé une manifestation pro-kurde de plusieurs milliers de personnes le 17 novembre dernier dans la capitale belge.
(AFP, 31 mars 2017)

 informations du mois passé click Informations of the past month
Toutes les informations depuis 1976 click All informations since 1976

flashfondationeditorsbulletinspublications