flashfondationeditorsbulletinspublications

INFO-TURK

A non-government information center on Turkey

Un centre d'information non-gouvernemental sur la Turquie

45th Year / 45e Année
Octobre
 
2021 October
N° 518
53 rue de Pavie - 1000 Bruxelles
Tél: (32-2) 215 35 76 - Fax: (32-2) 897 78 71
Chief Editor /Rédacteur en chef: 
Dogan Ozgüden

Responsible editor/Editrice responsable:

Inci Tugsavul
Human Rights
Pressures on  media
Kurdish Question
Minorities
Interior politics
Armed Forces
Religious affairs
Socio-economics
Turkey-Europe
Turkey-USA
Regional Relations
Cyprus and Greece
Migration

Site searchWeb search

powered by FreeFind

KAVGA DOLU YAŞAMININ 81. YILINDA İNCİ'YE…

    Canım İnci, bugün 81. doğum yıldönümünü kutlarken fırtınalı ortak yaşamımızın çeşitli dönüm noktaları tek tek gözümün önünden geçiyor.
    İlk kez 2. Dünya Savaşı'nın hemen ardından çocuk yaşlarda Ankara'da seni ilk tanıdığım günler... Biz erkek çocukların oyununa karışan, çoğunca da erkeklerden de baskın çıkan o çerden çöpten kızı unutabilir miyim?
    Üzerinden 16 yıl geçtikten sonra, 1962'de İzmir’de, bu kez iki genç muhalif gazeteci olarak tekrar karşılaşmamız…
1965'de Akşam’ı yönetirken sevgide, kavgada, tasada, kıvançta her daim beraber olmaya imza atmamız…
    Ardından Ant’ta yıllarca süren sosyalist, anti-militarist, anti-şovenist kavgamız…
    Ve nihayet 12 Mart 1971 darbesinin ardından başlayıp Demokratik Direniş’le, İnfo-Türk’le ve Güneş Atölyeleri’yle tam yarım yüzyılı bulan sürgün mücadelemiz…
    Sen bugün, 81 yaşında, inançlarımızın kavgasını aynı kararlılıkla sürdürürken bitip tükenmez sağlık sorunlarıyla da kavgadasın... O çok sevdiğimiz ülkemizden, yakınlarımızdan, dostlarımızdan, meslektaşlarımızdan yıllardır uzak kalmanın tarifsiz acısını hep yüreğinde taşıyarak…
    Ama bu 81. doğum gününde Türkiye’den gelen büyük bir armağan, çok iyi biliyorum ki, senin o acını bir nebze olsun dindirecek…
    Evet, sevgili Esra Yıldız'ın Brüksel’de günlerce bizimle ve Güneş Atölyeleri ekibiyle beraber olarak gerçekleştirdiği "Vatansız" belgeselinin 58. Altın Portakal Film Festivali'nde gösterimi sırasında suretlerimiz Antalya'da olacak... Tam 51 yıl önce, 15-16 Haziran 1970 büyük işçi direnişinin ardından sıkıyönetim tarafından aranırken bizi bağrına basmış olan o güzelim ilimizde...
    Hiç unutur muyuz? Benzer bir mutluluğu da tam altı yıl önce yaşamıştık… Sevgili Nazım Alpman'ın gerçekleştirdiği "Vatansız Vatansever" belgeselinin 30 Mart 2015 akşamı tanıtımı dolayısıyla suretlerimiz yine İstanbul'da olmuştu, hem de 60'lı yıllarda Ant dergisini yayınladığımız tarihsel Tan Matbaası'nda…
    Bir gün gerçekten o güzelim ülkemizde olacak mıyız?
    Herşey bittabi tüm muhalefet güçlerinin ilkeli birliğiyle ülkemiz üzerindeki karabasanın ilk seçimde bir daha geri gelmeyecek şekilde tarihin çöplüğüne atılabilmesine bağlı…
    İkimiz de çok iyi biliyoruz, ileri yaşlarda n'etsen nafile, pas demiri yiyor... Yine de, ömrümüz vefa ederse, niçin olmasın?
    Bunu en çok da yüreği insanlık için, mavi gezegenimizin tüm güzellikleri için sevgi dolu, isyanlarını her fırsatta tüm yeteneklerinle dile getirmekten bir an bile geri durmayan sen hak ediyorsun...
    Seni sen olarak ve de tüm bu müstesna özelliklerinle seviyorum...
    Güzeller güzelim, 81. doğum günün kutlu olsun...



Titres des évènements du mois
Titles of this month's events

Droits de l'Homme / Human Rights

La CEDH tacle la loi turque qui punit les "insultes" au chef de l'Etat
Turkey tops global human smuggling, arms trafficking rankings
Emprisonné depuis quatre ans, l'opposant Osman Kavala maintenu en détention
Relaxe pour 18 étudiants ayant participé à une marche des fiertés
Activists in more than 40 countries demand acquittal of students
Raid on waste collection depots: 200 people detained
Erdoğan targets students, again: ‘Terrorist types’
Berkin Elvan's parents face up to nine years in prison for 'insulting the president'
Citizen sentenced to prison for ‘insulting Erdoğan’ with a news headline

Pression sur les médias / Pressure on the Media

La Turquie est un enfer pour les journalistes - Ragip Duran
Full pressure on media and social media in last three months
Kavala: My participation in hearings, presenting a defense would be meaningless
Le cinéaste Veysi Altay condamné pour son film sur la résistance des femmes kurdes
460 prisoners with a PhD degree: ‘Academic confinement’
MLSA: Journalists, activists increasingly charged with terrorism in 2021
La veuve de Khashoggi exhorte les Etats-Unis à exiger des comptes de l'Arabie Saoudite
Prosecutor demands up to 22.5 years in prison for journalist Yalçın
Two journalists from the Netherlands detained in northwestern Turkey


Kurdish Question / Question kurde

Former HDP deputy Aysel Tuğluk sentenced to 1 year, 8 months in prison
Stop Turkey’s use of chemical weapons, says Peace in Kurdistan
ISIS attack on HDP rally in Diyarbakır: 10 police officers acquitted
Verdict contre la co-maire de Yüksekova: 17 années de prison
L'héroisme des combattantes kurdes
Erdoğan to HDP: Puppet of terrorist organization
Demirtaş calls for a 'strong left bloc' for post-AKP era
HDP issues a declaration: We are ready for joint administration

Minorités / Minorities

Les Yézidis ont besoin de justice, la Belgique doit y veiller
Turkey-Armenia relations: Is normalization near?

Politique intérieure/Interior Politics

Le president parle ou agit, la livre turque perd de valeur - Ragip Duran
Leaked documents of foundation close to Erdoğan reveal corruption, 'favoritism'
HDP brings Pandora Papers into Turkey's Parliamentary agenda
A la recherche d'une sortie de secours - Ragıp Duran

Forces armées/Armed Forces

Sadat, la compagnie turque de conseil militaire, défend ses valeurs islamiques
Erdogan prêt à "réagir rapidement" dans le nord de la Syrie
L'Ukraine va produire des drones militaires turcs

11 combattants pro-Ankara tués dans des raids russes en Syrie

Affaires religieuses / Religious Affairs
 
Budget of Turkey's Religious Affairs Presidency to exceed 16 billion lira
Un chef de l'EI recherché par Washington arrêté en Turquie selon l'Irak
L’Exécutif des musulmans de Belgique à nouveau sur la sellette

Socio-économique / Socio-economic

La Turquie mise sous surveillance par l'organisme international Gafi
La Turquie mène une guerre de l’eau en Syrie - Chris den Hond
La livre au plus bas après des limogeages à la Banque centrale
Victime des flammes, le précieux miel de pin turc en sursis
La Turquie ratifie l'Accord de Paris sur le climat
La Turquie, assoiffée, voit tout un mode de vie menacé
Koç University students protest for housing rights

Relations turco-européennes / Turkey-Europe Relations

Erdogan ordonne l'expulsion des ambassadeurs mobilisés en faveur de Kavala
Sur le Bosphore, Merkel remercie Erdogan sans omettre ses critiques
“Implement the ECtHR judgement, release Osman Kavala”
La Turquie accuse Macron de "populisme" après des propos sur l'Algérie
“Turkish Tribunal” convicted the Erdoğan government for human rights violations

Turquie-USA-OTAN / Turkey-USA-NATO

La Turquie convoque les ambassadeurs de 10 pays après un appel pour Kavala
La Turquie en pourparlers avec les USA pour acquérir des F-16, selon Erdogan
Attaques à la frontière syrienne: Ankara accuse les Etats-Unis et la Russie
Les Etats-Unis exhortent la Turquie à ne plus acheter d'armes russes

Relations régionales / Regional Relations

Angola: Erdogan promet un partenariat "gagnant-gagnant" aux Africains
La Turquie veut aider l'Afghanistan, sans reconnaître le régime taliban
La Turquie annonce la capture d'espions iraniens sur son sol
Erdogan coopérera avec la Russie pour la construction d'avions de combat et de sous-marins

Chypre et la Grèce / Cyprus and Greece

Enérgie: signature d'un accord entre l'Egypte, la Grèce et Chypre
La Grèce renforce ses effectifs à la frontière avec la Turquie
Pour la Turquie, l'accord entre Paris et Athènes menace "la paix régionale"

Immigration / Migration

Dutch police arrest Turkish-origin man for plotting attack on PM Rutte
L'Exécutif des musulmans de Belgique dans la tourmente
Allemagne: un Turc en détention pour soupçons d'espionnage
Une présence controversée au drink du PS bruxellois


Droits de l'Homme / Human Rights

La CEDH tacle la loi turque qui punit les "insultes" au chef de l'Etat

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a taclé mardi la loi turque réprimant les atteintes "à l'image" du chef de l'Etat, jugeant "pas conforme à l'esprit de la Convention" européenne des droits de l'homme une "protection accrue par une loi spéciale en matière d'offense".

La Cour, qui siège à Strasbourg, avait été saisie par un jeune Turc aujourd'hui âgé d'une trentaine d'années, condamné en 2017 à 11 mois et 20 jours de prison avec sursis pour avoir publié quelques années plus tôt sur Facebook deux caricatures du président Recep Tayyip Erdogan, dont l'une le représentant habillé en femme embrassant Barack Obama, alors président des Etats-Unis.

Le jeune homme avait également été placé en détention provisoire pendant deux mois et deux jours.

Dans son arrêt condamnant la Turquie pour cette détention et cette sanction "disproportionnées", la CEDH souligne que "rien, en l'espèce, n'était de nature" à les "justifier". Une "telle sanction produit immanquablement un effet dissuasif sur la volonté de l'intéressé de s'exprimer sur des sujets relevant de l'intérêt public", note-t-elle encore.

La procédure pénale résultait de l'application de l'article 299 du Code pénal turc, un texte punissant toute personne qui "porte atteinte à l'image" du chef de l'Etat, poursuit la CEDH. Selon elle "une protection accrue, par une loi spéciale en matière d'offense", n'est "en principe pas conforme à l'esprit de la Convention" européenne des droits de l'homme.

"L'intérêt d'un État de protéger la réputation de son chef d'État ne pouvait justifier de conférer à ce dernier un privilège ou une protection spéciale vis-à-vis du droit d'informer et d'exprimer des opinions à son sujet", pointe la juridiction.

"Une protection accrue du chef de l'État par une loi pénale spéciale en matière d'offense n'est pas compatible avec la Convention", a-t-elle insisté.

Elle a appelé Ankara à mettre son droit "en conformité" avec l'article 10 de la Convention qui régit la liberté d'expression, et que la Turquie a violé dans le cas présent.

Cette dernière devra verser 7.500 euros pour dommage moral au requérant. (AFP, 19 oct 2021)


Turkey tops global human smuggling, arms trafficking rankings

Turkey ranked 12th in the Global Organized Crime Index 2021, which was published on September 28 by the Global Initiative Against Organized Crime.

The country's criminality score was 6.89 out of 10, higher than any other country in Europe as well as in Asia except for Iran  (7.10), Afghanistan (7.08) and Iraq (7.05).

The index examines crime in countries and regions in the categories of "criminality," "criminal market," "criminal actors" and "resilience" and their sub-categories.

Human smuggling

With 6.4 points, Turkey ranks 13th worldwide in the criminal market category. As for sub-categories, it scored 7.0 in human trafficking, 9.0 in human smuggling, 4.0 in flora crimes and 3.0 in fauna crimes.

Turkey tops the human smuggling ranking while sharing the first place with Democratic Congo and Iraq in the arms trafficking ranking.

State-embedded criminal actors

In the criminal actors index, Turkey scored 7.38 and ranks 12th. It scored 8.0 in the sub-category of "mafia-style groups," 7.5 in "criminal networks," 9.0 in "state-embedded criminal actors" and 5.0 in "foreign actors."

In the state-embedded actors category, Turkey is second only to Syria, which scored 10 out of 10. Democratic Congo, South Sudan and Afghanistan also scored 9.0 in this category.

High crime-low resilience

Turkey, which is among the 57 countries in the "high crime rate-low resistance" category in the report, ranked 151st among 193 UN member countries in the resilience index.

Turkey's average resilience score is 3.54, and its scores in sub-categories are 6.5 in territorial integrity, 2.0 in anti-money laundering systems, 4.0 in economic regulation capacity, 4.0 in victim and witness support, 3.5 in crime prevention and 3.5 in non-state actors against crime. Desk (BIA, 11 October 2021)

Emprisonné depuis 4 ans, l'opposant Osman Kavala maintenu en détention
 
L'homme d'affaires et philanthrope turc Osman Kavala, emprisonné sans jugement depuis quatre ans, restera au moins jusqu'au 26 novembre en prison, a décidé vendredi un tribunal d'Istanbul, malgré les menaces européennes de sanctions contre Ankara.
 
Cet opposant de 64 ans, une figure majeure de la société civile, est accusé depuis 2013 par le régime du président Recep Tayyip Erdogan de chercher à déstabiliser la Turquie.
 
Il est notamment en ligne de mire pour avoir soutenu en 2013 les manifestations antigouvernementales connues sous le nom de mouvement de Gezi ayant visé M. Erdogan, alors Premier ministre.
 
Puis il a été accusé d'avoir cherché à "renverser le gouvernement" au moment de la tentative de coup d'Etat de 2016.
 
L'intéressé a toujours nié les faits qui lui sont reprochés.
 
Il comparaitra de nouveau le 26 novembre devant la justice qui a estimé vendredi manquer de "faits nouveaux" pour ordonner sa libération, réclamée par ses avocats et par les organisations de défense des droits de l'homme.
 
Amnesty International a ainsi dénoncé "une punition cruelle et une torture pour lui et sa famille", considérant que c'est "un jour de honte" pour la Turquie.
 
Acquitté une première fois en février 2020, Osman Kavala avait été dès le lendemain placé en garde à vue, accusé d'avoir "soutenu" la tentative de putsch contre M. Erdogan.
 
Un stratagème pour prolonger sa détention, avait-il alors dénoncé.
 
Devant une salle de tribunal bondée, en présence en particulier de nombreux diplomates américains et européens, Osman Kavala est apparu vendredi sur un écran, en direct de la prison de Silivri, à l'ouest d'Istanbul, où il est détenu depuis octobre 2017.
 
Son épouse, la professeure d'économie politique Ayse Bugra, de l'Université Bogazici d'Istanbul, avait également pris place dans l'assistance.
 
- "Exécution extrajudiciaire" -
 
"Je n'ai pas l'impression de sortir d'un procès", a-t-elle déclaré à la presse en quittant le tribunal.
 
"La décision de garder Osman Kavala derrière les barreaux n'a jamais eu aucune justification ni base légale", a dit à l'AFP Milena Buyum, d'Amnesty international, rappelant qu'il n'avait "jamais été condamné pour quelque crime que ce soit".
 
Dans un communiqué diffusé par ses avocats pendant l'audience, Osman Kavala estime que "le plus frappant n'est pas seulement que les charges retenues contre (lui) ne reposent sur aucune preuve. Ce sont des accusations fantaisistes, qui relèvent de théories complotistes dépassant l'entendement".
 
Celle d'"espionnage" avait ainsi été ajoutée en mai 2020, rappelle-t-il, jugeant ces allégations "calomnieuses".
 
"Prolonger ma détention sur des bases aussi fragiles équivaut à une exécution extrajudiciaire", déclarait-il encore.
 
Pour Osman Kavala, "c'est une façon de troubler les esprits, pour contourner l'arrêt de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH)".
 
En décembre 2019, la Cour européenne des droits de l'homme avait ordonné sa "libération immédiate" - sans résultat.
 
Le mois dernier, le Conseil de l'Europe a menacé Ankara de sanctions, qui pourront être prises au cours de sa prochaine session (du 30 novembre au 2 décembre), si l'opposant n'est pas libéré d'ici là.
 
La Turquie serait alors le deuxième pays à subir une "procédure d'infraction" : jusqu'à présent, seule la Russie a été suspendue en vertu de cette procédure (de 2017 à 2019).
 
L'audience du 26 novembre, si elle permet la libération de M. Kavala qui entamera le 18 octobre sa cinquième année de détention, pourrait éviter d'infliger pareille sanction au régime d'Ankara.
 
Vendredi, les Etats-Unis, l'Union européenne, l'Allemagne, la France, le Danemark, le Royaume-Uni, la Belgique, la Suisse, les Pays bas et la Suède avaient envoyé des représentants au tribunal, marquant leur intérêt pour ce procès à rallonge.
 
Plusieurs députés turcs de l'opposition étaient également dans la salle.
 
En revanche, l'universitaire américain Henri Barkey, présent à Istanbul au moment du coup d'Etat manqué de 2016 et que le gouvernement turc accuse d'être un agent de la CIA impliqué dans l'organisation de cette tentative de putsch, était absent car se trouvant aux Etats-Unis. ". (AFP, 8 octobre 2021)


Relaxe pour 18 étudiants ayant participé à une marche des fiertés
 
Dix-huit étudiants et un universitaire turcs, poursuivis pour avoir organisé et participé à une marche des fiertés en mai 2019 à Ankara, ont été relaxés vendredi, a indiqué leur avocat à l'AFP.
 
"Le droit a été respecté", s'est félicité l'avocat de la défense, Me Öykü Didem Aydin, jugeant que "tout cela n'aurait jamais dû arriver".
 
"Dans sa décision, le tribunal a jugé qu'une personne devait être condamnée à une amende pour avoir insulté les forces de l'ordre et les autres prévenus ont été relaxés en raison de l'absence d'élément criminel", a détaillé Amnesty International Turquie.
 
Les étudiants de la prestigieuse Université technique du Moyen-Orient (ODTU) d'Ankara, qui comparaissaient libres, encouraient jusqu'à trois ans d'emprisonnement, selon l'ONG.
 
En 2019, pour la première fois depuis 2011, la direction de l'université avait interdit ce rassemblement. Certains participants avaient été interpellés après que la police eut fait usage de gaz lacrymogène pour disperser la foule.
 
Une vidéo publiée sur les réseaux sociaux avait montré des policiers s'en prendre violemment à des manifestants.
 
Si l'homosexualité n'est pas réprimée sur le plan pénal en Turquie, l'homophobie y est en revanche répandue et se manifeste notamment par des agressions et des meurtres, selon des ONG.
 
Après une spectaculaire marche des fiertés qui avait réuni en 2014 plus de 100.000 personnes à Istanbul, les autorités turques l'ont interdite année après année, officiellement pour raisons de sécurité.
 
Les associations LGBT dénoncent une "campagne de haine" menée depuis des années à leur encontre par le gouvernement turc, au risque d'encourager les violences contre une communauté particulièrement vulnérable.
 
Ces dernières années, de nombreux événements concernant la communauté LGBT ont été interdits par les autorités locales turques, qui invoquent généralement les possibles provocations et les "sensibilités sociales". (AFP, 8 octobre 2021)

Activists in more than 40 countries demand acquittal of students
 
Ahead of a court ruling expected on Friday in the case of 18 Turkish students and one academic who are being prosecuted for taking part in a Pride parade in May 2019, Nils Muižnieks, Amnesty International’s Europe Director said:

“Activists around the world have joined Amnesty International in calling for the acquittal of 18 students and an academic at the Middle East Technical University (METU) in Ankara. They are facing up to three years in prison simply for organising and participating in an entirely peaceful Pride march on campus in May 2019 that the University management had unlawfully banned.

“Shockingly, this celebration of love and solidarity by these young people was met with police using pepper spray, plastic bullets and tear gas. Not only were their fundamental rights violated that day, but they have been dragged through the courts for more than two years with the threat of jail dangling over their heads.

“The ban on the Pride march lacked legal grounds and these students who defied it had their rights to freedom of expression and peaceful assembly violated. On Friday, there can only be one just outcome: their wholesale acquittal.”

BACKGROUND

The 19 individuals are charged with “participating in an unlawful assembly” and “failing to disperse despite being warned”. This is despite the fact that in February 2019, the Ankara Administrative Appeals Court had lifted the blanket ban prohibiting all LGBTI+ activities in Ankara which had been introduced under the state of emergency. Nevertheless University management relied on this historic ban as the legal basis to stop the annual campus-based Pride march from going ahead.

In June 2020, another administrative court in Ankara overturned the university’s unlawful ban, confirming that it had no legal basis.

The case of the METU students was part of Amnesty International’s flagship Write for Rights campaign in 2020. More than 445,000 people have demanded their acquittal.
 (AI, October 8, 2021)


Raid on waste collection depots: 200 people detained
 
In a raid on the waste collection depots and yards in İstanbul's Ataşehir, nearly 200 people have been taken into custody.
 
The Umut (Hope) Union has announced the detention of waste paper pickers on its social media account: "In a midnight raid in Ataşehir, nearly 200 waste paper workers have been detained! Our fellow migrants have been taken to the Migrant Assembly Center to be deported. The booths of the workers have been burned and their handcarts have been seized."
 
As reported by Mezopotamya Agency (MA), the police and municipal police teams carried out simultaneous raids on the houses and paper collection yards of waste paper pickers. Nearly 200 waste pickers have been detained in raids on 49 different addresses. The materials found in the waste collection depots have been seized during these raids. (BIA, 6 October 2021),

Erdoğan targets students, again: ‘Terrorist types’
 
President and Justice and Development Party (AKP) Chair Recep Tayyip Erdoğan spoke at the AKP Group Meeting today (October 6).
 
Talking about the ongoing protests of university students in the face of high housing prices and lack of vacancies at public dormitories amid in-class education, President Erdoğan called the students "terör kılıklılar", which roughly translates as "those in guise of terror" or "terror-like."
 
Arguing that "Turkey is the country with by far the highest dorm capacity across the world", Erdoğan said that "while Turkey's capacity is over one million, this number is 550 thousand in England."
 
According to Erdoğan, "the reason behind this year's disorder is that the applications from last year and this year have overlapped."
 
Noting that the works for the students who have not yet been placed in a dorm are still ongoing, President Erdoğan said, "We took over [Turkey] with 76 universities; we now have 207 universities."
 
Referring to the protesters further in his speech, Erdoğan stated, "We do not consider these types who do not have respect even for their own professors to be students. They do not keep any of these types at the university in Europe or the United States even for a day."
 
He briefly added, "Just because they are causing trouble for the government, they lay claim to the disrespectful, loveless, ill intentioned and, so to speak, terrorist types. God willing, we will solve this problem within its own sphere without giving opportunity to the ill intentioned as soon as possible. We cannot leave our universities to the terror-like [students]." (BIA, 6 October 2021)
 
Berkin Elvan's parents face up to 9 years in prison

A lawsuit has been filed against Gülsüm and Sami Elvan, the mother and father of Berkin Elvan, for insulting President Recep Tayyip Erdoğan.

The Elvan couple face up to 9 years and 4 months in prison because of their statements after the hearings of the case of their son's killing on September 23, 2020 and January 29, 2021, Diken news portal reported.

Berkin Elvan was hit in the head by a tear gas canister during the Gezi Park protests in June 2013. After nine months in a coma, he lost his life on March 11, 2014.

Erdoğan, who was the PM during the Gezi Park protests, had said, "Everyone asks 'Who gave the order to the police?' I gave the order."

Speaking at a rally three days after Elvan's death, Erdoğan had described him as a child "who was in terror groups with a covered face and given a slingshot with iron balls." The crowd had booed Gülsüm Elvan after Erdoğan's remarks targeting her.

In their statements subject to the lawsuit, Gülsüm and Sami Elvan, referring to these remarks of Erdoğan, said that he also was responsible for the killing.

After police officers from the Security Bureau of the Kağıthane District Security Directorate notified prosecutors about the Elvan couple's statement, an investigation was opened.

In the statement she gave at the prosecutor's office, Gülsüm Elvan said she criticized but didn't insulted the president. Sami Elvan said, "We are a family that lost their child in 2014 and has been seeking justice since then. Because we don't find justice when we come to the courthouse, we make critical statements.

"I stand by my words. The person who was the prime minister at the time described my child as a terrorist and got my spouse booed at the rally. I didn't insult anyone. I expressed the truths and made criticism."

While the Elvan couple demanded non-prosecution, Press Crimes Investigation Bureau Prosecutor Enes Kocakale filed an indictment because there was "reasonable suspicion" in terms of the alleged offense. The first heating will be held on January 20, 2022, at the İstanbul 43th Penal Court of First Instance.

Adalet Bakanlığı'nın '2020 Adalet İstatistikleri' raporuna göre, sadece 2020'de Cumhurbaşkanına hakaret suçundan 31 bin 297 soruşturma açıldı.

Bu soruşturmaların 9 bin 166'sında 'kovuşturmaya yer yok' kararı çıkarken, 7 bin 790'ında kamu davası açıldı. Diğer soruşturmalarda ise yetkisizlik, görevsizlik, birleştirme ve başka büroya aktarma kararları verildi.

According to the Ministry of Justice's "2020 Justice Statistics" report, 31,297 investigations were filed for insulting the president in 2020 alone.

Prosecutors decided that no prosecution was needed in 9,166 investigations while criminal cases were filed after 7,790 investigations.

Investigations by years:

    1. 2014: 682
    2. 2015: 7,216
    3. 2016: 38,254
    4. 2017: 20,539
    5. 2018: 26,115
    6. 2019: 36,066

Since Recep Tayyip Erdoğan became the president in 2014, more than 160,000 investigations have been launched for "insulting the president."

Criminal cases were filed after 35,507 of these investigations. Some 38,608 people, including 1,107 people below 18 years of age, stood trial for insulting Erdoğan.

12,881 people were convicted and 3,625 people, including 10 children, were given prison sentences, while 5,660 people were acquitted. (BIA, 30 September 2021)

Citizen sentenced to prison for ‘insulting Erdoğan’ with a news headline

President and Justice and Development Party (AKP) Chair Recep Tayyip Erdoğan hit the headline of Germany's BILD newspaper on November 5, 2016. The newspaper said, "Dictator Erdoğan? Where will all this end?" This news report was then covered by Turkey's Diken news website with the title, "German BILD newspaper: Turkey is being pushed to a civil war."

Put on trial for sharing the news on social media, Mehmet Şah Tekiner (62) has been sentenced to 1 year, 3 months in prison for "insulting the President" as per the Article 299 of the Turkish Penal Code.

As reported by Mezopotamya Agency (MA), an investigation was launched against Tekiner over the news report which was used by several other media outlets in addition to Diken, which faced no access block in Turkey and which is still accessible online. The citizen was summoned to give his statement at the Diyarbakır Security Directorate as part of this investigation.

Tekiner said that he did not know how to use social media and did not have a social media account. He indicated that the Facebook account of "Mehmet Şah Tekiner" did not belong to him, adding that it was the first time that he had witnessed it there at the security directorate.

The security directorate considered his statement to "be aimed at evading penalty" and did not accredit the statement. That being the case, the Justice Ministry gave permission for the prosecution for the offense of "publicly insulting the President" on June 29, 2019.

Facing up to 4 years in prison, Tekiner started standing trial at the Diyarbakır 4th Penal Court of First Instance.

Making his final defense as to the prosecutor's opinion as to the accusations which demanded his penalization, Mehmet Şah Tekiner reiterated that he did not have a social media account and that the related account might have been opened by his children or grandchildren.

Lawyer referred to ECtHR rulings

In his defense, Tekiner's lawyer Resul Tamur referred to the judgements of the European Court of Human Rights (ECtHR) and underlined that the related act could not be considered within the scope of insult and that it could be considered a harsh criticism about executives.

Noting that "Erdoğan himself made several statements indicating that he was not a dictator and that no one could call him as such", Tamur said that the elements of the offense charged were not constituted and demanded that his client Mehmet Şah Tekiner be acquitted.

The court has argued that Tekiner's statement was "aimed at avoiding penalty" and ruled that Tekiner shall be sentenced to 1 year, 3 months in prison. The pronouncement of the verdict has been deferred.

Tekiner's lawyer Tamur has applied to the Regional Court of Justice, the court of appeals, against this ruling.

38,581 court cases in 6 years

In the past six years, when Recep Tayyip Erdoğan has been the President of Turkey, court cases have been filed against 38,581 people on charge of "insulting the President". When Erdoğan's first 4 years in office and that of Abdullah Gül before him are compared, it is seen that the number of related court cases increased by 19.5 times and by 2,052 percent.

Only in 2020, 45,000 thousand investigations were launched on this charge and 9,773 people faced court cases following these investigations.

In 2018, 2,775 of the 6,270 people were convicted of "insulting the President" while 4,291 of the 13,990 people were convicted of this charge in 2019 and 3,655 of the 9,773 people were convicted in 2020.

In 2020, 290 of the defendants who were put on trial upon Erdoğan's complaints were children. While 84 were in the 12-15 age group, the remaining 206 children are in the 15,18 age group. (BIA, 27 September 2021)

Pression sur les médias / Pressure on the Media

La Turquie est un enfer pour les journalistes

Ragip Duran, Chronique Turquie, 23 octobre 2021

Un collègue français en poste à Istanbul depuis maintenant 20 ans ne cessait d’exprimer son bonheur au sujet du travail professionnel d’un journaliste étranger en Turquie : « İci c’est génial. Il y a au moins 5 sujets d’actualité à traiter tous les jours. De plus, l’agenda change presque toutes les deux heures. On ne sait jamais ce qui va dominer la scène médiatique dans deux heures et on oublie vite ce qui s’est passé avant-hier. Mais quand même il est bon de travailler comme journaliste en Turquie. Ce pays est un paradis pour le journalisme ».

Il a probablement raison mais il y a sûrement des « nuances » à ajouter. (Attendre svp la fin du papier!)

En effet 5 sujets ont dominé l’opinion publique turque la semaine passée :

- Préparation d’une attaque militaire contre les kurdes en Syrie
- La chute irrésistible de la valeur de la livre turque
- L’échec du régime turc dans la lutte contre le blanchiment de capitaux et la lutte contre le financement du terrorisme
- Le pouvoir n’arrive toujours pas à contrôler ni gérer la pandemie Covid-19 : 28 !465 nouveaux cas et 198 nouveaux décès jeudi le 21 octobre.
- Enfin, les irrégularités et actes illégitimes de la fondation de jeunesse (TUGVA) dirigée par le fils du Président Erdogan ont été dévoilés par un journaliste.

Le gouvernement demandera au Parlement l’autorisation d’une nouvelle opération militaire contre les kurdes de Syrie. Les partis de l’opposition, à l‘exception du HDP (Kurdes, gauches avec 56 sièges sur 583, troisième formation de la Grande Assemblée Nationale de Turquie), ont déjà déclaré qu’ils soutiendront l’initiative du Président Erdogan. Ce dernier estime qu’il y a des attaques terroristes en provenance de la Syrie, sans donner de preuves concrètes, mais les politocologues rappelent qu’Erdogan cherche une solution militaire à l’étranger chaque fois que son parti perd des points. La propagande anti kurde et belliqueuse peut, selon le Président, rassembler toutes les forces politiques nationalistes derrière le Palais.

Quand jeudi la Banque Centrale a déclaré une réduction colossale au sujet des taux d’intêrets, c'est-à-dire de 18% à 16%, la livre turque a enregistré pour la nième fois un record de perte de valeur : 1 Dollar US = 9.6196 Livres turques vendredi à midi. Presque l’ensemble des économistes prévoit désormais une augmentation rapide des prix, la montée de l’inflation et du chômage, donc la majorité des citoyens vont devenir plus pauvre car l’économie et les finances turques dépendent en grande partie de devises étrangères.

Le GAFI, Groupe d’action Financière (FATF en anglais, Financial Action Task Force ), organisme intergouvernemental qui lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme risque désormais de déclassifier la Turquie, cette dernière sera incluse dans la liste grise. Des scandales financiers dans lesquels le gouvernement turc et les hommes d’Etat étaient impliqués ont été publiés en détails dans les médias indépendants. Par ailleurs le financement directe ou indirecte par Ankara des groupes armés djihadistes en Syrie ont été révélés toujours par cette presse d’opposition.

Le régime présidentiel n’a toujours pas pu contrôler ni gérer la crise de la pandémie de Covid-19. Même les chiffres officiels, que la plupart des spécialistes et des institutions européennes ne font guère confiance, montrent que la situation est alarmante en Turquie. Le nombre de décès quotidien est toujours autour de 200 et le nombre de nouveaux cas ne descend pas en dessous des 30 milles. La campagne de vaccination n’est pas non plus réussie car une grande partie de la population ne croit plus aux affirmations et aux conseils du pouvoir.

Un journaliste indépendant, Metin Cihan, a réussi à obtenir les documents de la Fondation de Jeunesse TUGVA, dirigée par le fils du Président Erdogan. Soutenue financièrement et politiquement mais illégalement et illégitimement par les organismes de l’Etat et des municipalités proches du pouvoir, les documents montrent que la TUGVA fonctionne en même temps comme l’anti chambre des instances et des postes de la fonction publique. Juges, procureurs, Préfets de police ou Préfet tout court et autres titulaires pour les postes importants devraient avoir l’aval du TUGVA. Et aujourd’hui, ce sont ces procureurs et ces juges, qui ont été nommé grâce aux références de TUGVA, empêchent l’ouverture d’une enquête contre la Fondation.

Mon collègue français qui aimait tant la Turquie a du rectifier son tir à la suite de 5 ans de journalisme à Istanbul. Il a maintenant donc deux phrases supplémentaires pour mieux décrire le paysage :

- J’avais dit « İl est bon de travailler comme journaliste en Turquie’ » je dois ajouter : « A condition de ne pas être citoyen turc’ ».

J’avais également dit, « Ce pays est un paradis pour le journalisme ». Oui c’est vrai mais « Ce pays est un enfer pour les journalistes ». (FIN/RD)

Full pressure on media and social media in last three months

Having passed the motion foreseeing the appointment of legal representatives to social media platforms and the inspection of these platforms by the Radio and Television Supreme Council (RTÜK) last year, the government is preparing to introduce prison sentences for social media users over "disinformation". While social media has long been regarded as a field where the government has been raising a "troll army", it has suddenly become a "trouble" for President and ruling Justice and Development Party (AKP) Chair Recep Tayyip Erdoğan and an area bringing about "digital fascism" for Parliamentary Speaker Mustafa Şentop.

These preparations for the past three months and the efforts to draft a law targeting the "media using foreign funds" in recent days are taken with alarm by journalism and freedom of expression organizations and the opposition as attempts to restrict critical reporting and social media in the period leading up to the general election scheduled for 2023 in Turkey. In this period, concerns grew due to the discriminatory accreditation practices at AKP meetings, the law enforcement's attempts to delete the images captured by reporters, the frequent appeals of prosecutors against the verdicts given for journalists and the widespread access blocks.

205 journalists faced the threat of prison, damages

The BİA Media Monitoring Report covering the months of July - August - September 2021 has shown that at least 205 journalists were on trial on 21 different offenses charged including "propagandizing for an organization" and "membership of an organization" at 56 court cases in total in these three months. In the third quarter of 2021, at least 70 journalists faced charges such as "organization membership" and 22 journalists faced the charge of "propaganda."

'Insulting President:' One of 17 defendants convicted

In this three-month period covered by the report, the number of journalists and cartoonists who were put on trial on charge of "insulting the President" and faced a total of 84 years in prison in Turkey increased to 17. This number was 8 in the same period last year.

According to the report, journalists Rüstem Batum, Ahmet Sever, Baransel Ağca, Oktay Candemir, Cem Şimşek, Hüseyin Aykol, Reyhan Çapan, Hasan Başak, Kemal Yakut, Engin Korkmaz, Erk Acarer, Deniz Yücel, Atilla Taş and cartoonists Julien Serignac, Gérard Biard, Laurent Sourisseau and Alice Petti from Charlie Hebdo faced this charge. (BIA, 22 October 2021)

Kavala: My participation in hearings, presenting a defense would be meaningless

Osman Kavala has responded to President and ruling Justice and Development Party (AKP) Chair Recep Tayyip Erdoğan, who has recently targeted him over the statements of 10 ambassadors who made a call for his immediate release in a joint written statement.

Noting that he has been arrested for four years even though the offenses charged against him are not based on any evidence, Osman Kavala has reminded Erdoğan that he has not been convicted.

Defining Erdoğan's remarks as humiliating and blemishing, Kavala has said that his remarks are an attack on human dignity.

"These are messages that create the impression that I am guilty and directly affect the judiciary", Kavala has said. Indicating that "there has remained no possibility for a fair trial under these circumstances", he has said, "I believe my participation in the hearings would be meaningless."

Osman Kavala has made the following statement via his attorneys:

"The remarks such as 'leftover of Soros' that Mr. President Erdoğan used about me upon his visit from Africa are extremely unfortunate and they do not suit the solemnity of the position of Presidency.

"I served in the executive board, like other executive board members, of the Open Society Foundation, which was established and operated in compliance with the laws with the aim of supporting civil society organizations in our country transparently.

"In no period did I serve as its chair. I had neither the authority nor the status to represent the Open Society Foundation or George Soros.

"The meetings of George Soros during his visits to Turkey, which I and other members of the executive board attended, took place as part of the Foundation's works and civil society activities.

"As far as I know, Mr. Erdoğan had met George Soros before this foundation was established and until after Soros' visit to Turkey in November 2015 for the last time, the dialogue between the Justice and Development Party politicians and Presidential advisers and Soros had continued. I was not involved in those meetings; I do not have knowledge of their content.

"Even though the offenses charged against me are not based on any evidence, I have been arrested for four years.

"The humiliating and blemishing remarks of the President about a person who has not been convicted and whose trial is ongoing constitute an attack on human dignity. These are messages that create the impression that I am guilty and directly affect the judiciary.

"Under these circumstances, as there has remained no possibility for a fair trial, I believe that my participation in the hearings and presenting a defense would now be meaningless.

"As a citizen who defends the rule of law, I think it is not right for me to do a deed that would legitimize this situation that the judiciary is subjected to."

What happened?

October 18, 2021 marked the fourth year since the businessperson and rights defender Osman Kavala was detained in Turkey.

On this occasion, the embassies of 10 countries released a written statement calling for his release by specifically referring to the European Court of Human Rights (ECtHR) rulings about his case.

Shortly after this statement was shared with the public, some ministers and ruling Justice and Development Party (AKP) politicians denounced it. The state-run Anadolu Agency (AA) also reported that the ambassadors of the 10 countries had been summoned to the Ministry of Foreign Affairs of Turkey over their statement calling for Osman Kavala's release.

President and AKP Chair Recep Tayyip Erdoğan also slammed the ambassadors of 10 countries, including the US, Germany and France, who had called for the release of Osman Kavala.

"Why do these 10 ambassadors make this statement? Those who defend this leftover of [George] Soros are striving to get him released," Erdoğan said upon his visit from Africa and briefly added: " "I told our foreign minister that we can't have the luxury to host those in our country. [...] Is it your place to teach lessons to Turkey? Who are you?"

"The European Court of Human Rights (ECtHR) gave a decision. They want to convict Turkey regarding this Soros leftover," Erdoğan remarked. "Do you release bandits, killers or terrorists in your country?" (BIA, 22 October 2021)

Veysi Altay condamné pour son film sur la résistance des femmes kurdes

Julie Guillaud, lefigaro.fr, 11 octobre 2021

Le documentaire New Life retrace, du point de vue de trois combattantes, la bataille de Kobané, survenue de septembre 2014 à juin 2015, en pleine guerre civile syrienne.

Une affiche de film qui passe mal auprès de la justice turque. Veysi Altay, cinéaste kurde de 46 ans, a été condamné à un an et quinze jours de prison avec sursis et mise à l'épreuve pour son documentaire New Life, réalisé en 2017. Trois femmes, combattantes au sein des Unités de protection des femmes (YPJ), une organisation militaire kurde exclusivement féminine, retracent la bataille de Kobané, au nord de la Syrie, de l'arrivée des djihadistes, le 13 septembre 2014, à la reprise de la ville par les forces kurdes, le 14 juin 2015.

«Les femmes signifient la vie. La vie signifie résistance et résistance signifie Kobané», peut-on lire sur l'affiche. Une des trois militaires pose avec un chiot dans un bras, une arme dans l'autre, le sourire aux lèvres. Dans son dos, l'élément déclencheur : un drapeau étoilé aux couleurs des YPG, la branche armée du Parti démocratique syrien, à laquelle se sont ralliées les combattantes.

Au-delà du drapeau brandi, l'appartenance des combattantes à ce groupe kurde préoccupe. Les Unités de protection des femmes seraient la version syrienne et féminine du PKK, Parti des travailleurs du Kurdistan. Il est considéré comme terroriste par la Turquie et ses alliés au sein de l'OTAN. Par ailleurs en 2015, le ministère turc de la Culture et du Tourisme a interdit la diffusion de North, un documentaire sur le PKK, le jour même de sa projection. La sanction a été plus conséquente pour Veysi Altay.

Propagande terroriste

En avril 2018, le réalisateur est inculpé aux côtés de Dicle Ante, le directeur du cinéma où le documentaire a été projeté. Tous deux sont accusés de faire de la «propagande en faveur d'une organisation terroriste». Le procureur de la république de Batman, au sud-est de la Turquie, considère que l'affiche de New Life est une infraction pénale. Selon l'acte d'accusation, elle contribue à «dépeindre positivement» une organisation terroriste.

«J'ai fait un film sur une réalité existante. Ma caméra n'a capturé que ce qui se passait à Kobané à l'époque», a scandé Veysi Altay pour sa défense, rejetant l'allégation de propagande terroriste. Seule une scène du film est visible sur l'affiche. «Lorsque le film a été projeté à Batman, il y avait des policiers dans le cinéma, mais ils n'ont pu identifier aucune infraction pénale», a-t-il continué. Quant au directeur du cinéma, il juge infondé le motif de son accusation. New Life a été projeté dans plusieurs villes turques, mais l'enquête ne s'est concentrée qu'à Batman.

Il est difficile pour les cinéastes d'exploiter le sujet à l'écran. «Tout ce que vous faites sur la question kurde, tout ce qui contient le mot kurde reçoit une réaction du gouvernement», déclare Kazim Öz, autre réalisateur turc, également accusé de terrorisme. Certaines scènes de Zer , son dernier film, ont été coupées : elles montraient le massacre perpétré par l'État turc lors de la révolte de Dersim en 1938. «C'est la première fois que je vois une telle décision» ajoute-t-il, en référence à la condamnation de son confrère.

En 2019, le tribunal correctionnel condamne Veysi Altay et Dicle Anter à deux ans et demi de prison. En appel, le jugement a été infirmé et la procédure rouverte. Début octobre, le directeur du cinéma se retrouve finalement contraint à payer une amende d'environ 600 euros. Le réalisateur Veysi Altay, quant à lui, a été condamné à un an et quinze jours de prison avec sursis et mise à l'épreuve. Leur interdiction de voyager a été levée.


460 prisoners with a PhD degree: ‘Academic confinement’

According to the September data of the General Directorate of Prisons and Detention Houses, there are 460 prisoners with a PhD degree.

While the majority of the prisoners with a PhD degree are men, six are women with PhD degrees. Moreover, in Turkey's prisons, there are also 2,371 prisoners who have completed their MA studies.

The fact that there are over 2,000 prisoners with an MA degree shows the current dimensions of academic confinement as yet another phase of confinement in Turkey. So, while Boğaziçi University has 449 faculty members with a PhD degree, prisons have 460 prisoners with a PhD degree.

'Open the door, warden; I have a thesis to defend'

This data prepared based on the information provided by the arrestees and convicts upon their imprisonment shows that academic confinement has been on the increase, too. The prisoners who have completed their thesis defense and got the approval of the jury seem to use the motto of "Open the door, warden; I have a thesis to defend" as a humorous expression.

The September data of the General Directorate of Prisons and Detention Houses has also shown that in addition to the prisoners with an MP and PhD degree, there are also 27,515 university graduates behind bars.

'27 thousand university graduates in prisons'

These days, when the new academic year has just started in Turkey's universities, the ones "outside" are having problems with finding housing while the 27 thousand university graduates "inside" are having problems with having free access to education.

According to the 2019 data of the Turkish Statistical Institute (TurkStat), the number of convicts who are graduates of universities is around 20 thousand in Turkey's prisons. Taken together with the arrested prisoners, the picture reaches concerning dimensions.

On the other side, when the statistics of the TurkStat are examined, it is seen that there was a serious increase in the number of university graduate prisoners in the 8-year period from 2012 to 2019.

While the number of convicted university graduates in prisons was around 4 thousand in 2012, this number saw a 5-fold increase and reached 20 thousand. Based on the table, it can be concluded that either the university graduates have started committing more crimes in the last few years or the university graduates have been arrested more and more on different/ political grounds.  (BIA, 8 October 2021)

MLSA: Journalists, activists increasingly charged with terrorism in 2021
 
The Media and Law Studies Association (MLSA) has released the Trial Monitoring Report, which covers 147 hearings of 98 cases held in 11 provinces between January 1 and July 15.
The report notes that the tendency to try journalists and activists without arrest, which was observed in the previous period as well, continued, but the charges against defendants did not change.
 
In the previous period, the rate of pre-trial detention was 6 percent whereas it was 3 percent in this period.
 
"Terrorism" charges
 
The share of charges related to "terrorism" rose from 46 percent to 54 percent in this period.
After "terrorism," the most common charge was "insulting the president," which made up 6 percent of all charges.
 
There was a significant decrease in the convictions of crimes as per the Anti-Terror Law from 78 percent to 30 percent.
 
However, it was observed that convictions of other offenses increased. The share of convictions of "insulting the president" increased from 10 percent to 25 percent and of "insulting a public official" increased from 5 percent to 17 percent.
 
In this period, the number of journalists who are imprisoned because of journalism dropped from 66 to 60. There are currently 57 journalists and media employees in prisons.
 
Fair trial
In 30 of the 147 hearings covered by the report, the MLSA observers said the defendants doubted they stood a fair trial.
 
In 11 hearing, the observers were concerned about the impartiality of the courts.
 
The principle of the publicity of trials was not respected in 10 hearings and right to a fair trial was violated due to lengthy trials in five hearings, MLSA noted.
 
Also, the observers stated they suspected that the witnesses might be fake in three hearings.
 
Who stood trial?
 
Among 562 defendants in 98 cases, 42 percent were journalists, 23 percent were activist, and 11 percent were politicians. There were also lawyers (2 percent), writers (2 percent), students (2 percent) media employees (1 percent), artists (1 percent) and academics (1 percent) among the defendants.
 
There were a total of 149 criminal charges in 98 cases.
 
The defendants were charged with "propagandizing for a terrorist organization" (Anti-Terror Law article 7/2) in 37 cases, "disclosing the identity of public officials who took part in the fight against terrorism" (Anti-Terror Law article 6) in nine cases, "committing a crime on behalf of or aiding an illegal organization whilst not being a member of it" (Turkish Penal Code article 220/6-7) in six cases, "establishing an organization to commit a crime" (Turkish Penal Code article 220) in three cases and "violating law no 6415 on preventing financing of terrorism" in one case.
 
Sixty-four percent of the evidence against the defendants was related to journalism activities. In 20 cases, statements by defendants, witnesses or complainants were presented as evidence and association activities were considered as criminal evidence in six cases. (BIA, 6 October 2021)

La veuve de Khashoggi exhorte les E-U à exiger des comptes de l'Arabie Saoudite

La veuve de Jamal Khashoggi a remis en question vendredi l'engagement du présidentaméricain Joe Biden à réclamer des comptes au royaume saoudien, trois ans après l'assassinat du journaliste qui avait choqué le monde.

Pour marquer cet anniversaire, Hatice Cengiz s'est rendue à Washington pour unemanifestation devant l'ambassade saoudienne et une veillée près du Congrès américain, où elle a dévoilé un portrait de Khashoggi réalisé à partir de coupures dejournaux.

Elle s'est dite consternée par le fait que, seulement quelques jours avant cettedate anniversaire, le conseiller à la sécurité nationale de M. Biden, Jake Sullivan, a rencontré le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, ditMBS. Selon un rapport des renseignements américains, dont Joe Biden a ordonné la publication au printemps, MBS a "validé" l'assassinat du journalistesaoudien en 2018 à Istanbul.

"MBS m'a enlevé Jamal, à moi et au monde entier. Allez-vous le tenir pour responsableou récompenser ces meurtriers?", a lancé la veuve de M. Khashoggi lors d'une veillée organisée par des groupes de défense des droits humains.

Le président Biden, avait promis avant son élection de faire "payer" lesdirigeants saoudiens pour leur responsabilité dans la mort de Jamal Khashoggi et de les traiter en "parias".

Mais le gouvernement américain n'a paradoxalement pas sanctionné le MBS, afind'éviter une crise ouverte avec le royaume pétrolier du Golfe, qui reste un partenaire-clé des Etats-Unis. L'administration Biden compte notamment sur Ryadpour tenter de mettre un terme à la guerre au Yémen, où les Saoudiens soutiennent les forces gouvernementales face aux rebelles Houthis épaulés par l'Iran. (AFP, 2 octobre 2021)

Prosecutor demands up to 22.5 years in prison for journalist Yalçın

Charged with "being a member of the organization" and "propagandizing for the organization", journalist Nurcan Yalçın had her fifth hearing at the Diyarbakır 9th Heavy Penal Court yesterday (September 29).

Exempted from attending the hearings, journalist Yalçın did not appear before the judge while her lawyer Resul Temur attended the hearing.

As reported by the Media and Law Studies Association (MLSA), the Diyarbakır Counterterrorism Department presented an information notice to the court about JinNews news agency and claimed that the agency is making news praising and supporting the outlawed Kurdistan Workers Party (PKK) and Kurdistan Communities Union (KCK).

The prosecutor pronounced the opinion as to the accusations afterwards. The prosecutor alleged that sufficient and credible evidence was collected to suggest that journalist Yalçın, as part of the Rosa Women's Association's activities, joined the organizational actions, handed over her will to the organization's will and acted within the hierarchy of the organization.

Referring to a picture shared by Yalçın on her social media account, which is open for everyone, the prosecutor's opinion further claimed that the journalist "successively propagandized for the organization" in such a way to legitimize the purpose and methods of the organization.

Accordingly, the prosecutor demanded that journalist Nurcan Yalçın be sentenced to up to 22.5 years in prison for "being a member of the organization" and "successively propagandizing for the organization."

Yalçın's lawyer Resul Temur took the floor afterwards and said that they did not agree with the prosecutor's opinion as to the accusations, demanding additional time to make defense. Protesting the information notice of the Diyarbakır Security Directorate regarding JinNews news, Temur noted that the police defined the agency's news and journalism in their own way and these comments and definitions do not reflect the truth.

Underlining that JinNews is a media outlet legally engaging in journalistic activities, Temur submitted its tax board to the court board as evidence. Recalling that Nurcan Yalçın was a reporter for Jin News Agency (JİNHA), not for JinNews, the lawyer added that they had presented the related documents and statements about this to the court.

Announcing its interim ruling without recess, the court board ruled that additional time should be given for the preparation of the defense as to the accusations and adjourned the hearing until November 22.

The Coalition for Women in Journalism (CFWIJ) platform has released a statement after the hearing and denounced the prosecutor's opinion. Demanding Yalçın's acquittal of the offenses charged immediately, the CFWIJ has underlined that "journalism is not a crime." (BIA, 30 September 2021)


Two journalists from the Netherlands detained in northwestern Turkey

Covering the refugee mobility in Turkey's northwestern province of Edirne, RTL reporter Olaf Koens and camera operator Pepijn Nagtzaam from the Netherlands were taken into custody on the grounds that "they had entered a military forbidden zone."

The two have been released after giving their statements. Erselan Aktan, the lawyer of the journalists, has said that there was no warning or informative board at the spot where the journalists were detained.

Aktan has protested the detention of the journalists by saying, "In fact, it constitutes a crime when such warnings are open and when the 'forbidden zone' is entered secretly and by false pretenses."

As indicated by the lawyer, Koens and Nagtzaam were taken into custody yesterday (September 27) and they were held in detention during the day. Their vehicle and equipment were also briefly seized.

Noting that Olaf Koens is an important journalist reporting exclusive news from important centers of the world, Aktan has said, "All these will have a negative impact on their journalistic activities in Turkey. Therefore, they will be unable to freely exercise their freedom of labor."

Recalling tha Edirne is a frequently used route for migrants, Aktan has said, "Thus, it is one of the important working areas for journalists. Almost every time, journalists moving along migrating groups are detained on similar charges and face lawsuits. Several court cases filed on this charge in Edirne have ended in acquittal. However, it has not prevented the investigating and prosecuting authorities from filing such cases."

Aktan has added, "There was an intense migratory flow to Edirne before and journalists covered the incident. During the news follow-up, the law enforcement separated some press workers, especially the Anadolu Agency, and detained other journalists and seized their equipment."

The lawyer has emphasized that "there are dozens of Court of Cassation rulings on such situations emphasizing that journalism does nor require affiliation with certain institutions." He has added, "These are rulings and legal precedents to be followed by investigating authorities."

After Turkey announced in February 2020 that it opened the borders for the refugees to cross into Europe, several refugees went to Edirne. Over 20 journalists were detained during news follow-up there.

Of these journalists, Mezopotamya Agency (MA) reporters Naci Kaya and İdris Sayılğan were put on trial on the grounds that "they had entered a military forbidden zone." The two stood trial at the Edirne 8th Penal Court of First Instance and were acquitted on April 14, 2021. (BIA, 30 September 2021)

Kurdish Question / Question kurde

Former HDP deputy Aysel Tuğluk sentenced to 1 year, 8 months in prison

Kurdish politician Aysel Tuğluk has been sentenced to 1 year and 8 months in prison for "propagandizing for a terrorist organization."

Tuğluk, who is currently behind bars at the Kocaeli Kandıra Type-F Prison, attended today's (October 15) hearing via videoconference.

She denied the charges over his speeches in the eastern Van province on November 25, 2012 and April 4, 2013, but the Van 4th Heavy Penal Court found her guilty as charged.

Tuğluk, a former vice chair and MP of the Peoples' Democratic Party (HDP) and a former co-chair of the Democratic Society Congress (DTK), has been behind bars since December 2016.

In the last month, an application for Tuğluk's release due to her worsening medical condition was rejected.

What happened?

Together with seven other politicians from the HDP, the DTK and the Democratic Regions Party (DBP), Aysel Tuğluk was detained custody on December 29, 2016. She was an MP and the vice co-chair of the HDP at the time.

In the indictment, her statements to the press as the co-chair of the DTK and funerals she attended were presented as evidence.

On March 16, 2018, Tuğluk was sentenced to 10 years in prison for "being an executive of a terrorist organization."

After her appeal was rejected by the Ankara Regional Court of Justice, the case file was sent to the Court of Cassation, the country's top appeals court. (BIA, 15 October 2021)

Stop Turkey’s use of chemical weapons, says Peace in Kurdistan

Peace in Kurdistan Campaign said in a statement that “since Turkey’s armed forces invaded northern Iraq/South Kurdistan on 23 April 2021 there have been reports that it has been using chemical weapons against Kurdish guerrillas in the regions of Zap, Metina and Avasia.”

The statement recalled that “the International Physicians for the Prevention of Nuclear War have called on the United Nations to start investigations into the use of chemical weapons by the Turkish army in South Kurdistan. The frequency of the use of these weapons and their lethality has increased in the past two months – there are now reports of over 300 separate uses. The evidence of this international crime and the casualties resulting from chemical weapons use are mounting up. Turkey is a member of the Organisation for the Prohibition of Chemical Weapons (OPCW) and a signatory of the Chemical Weapons Convention. Its government must be held to account. Failure to hold the perpetrators to account will encourage others to commit this crime. Impunity will encourage copycats. Turkey will be held as an example of the ‘successful’ use of chemical weapons.”

Peace in Kurdistan added: “This is not the first time that the Kurds have been subjected to chemical warfare. In 1919, Winston Churchill as Secretary of State ‘For War and Air’ suggested that the RAF should use chemical agents during the revolt in Iraq: ‘I am strongly in favour of using poisoned gas against uncivilised tribes.’ By uncivilised tribes Churchill meant the local Kurdish, Arab and other peoples. His rationale was cost effectiveness. Saddam Hussein and the Iraqi army used chemical weapons against the Kurds in Halabja on 16 March 1988 towards the end of the Iran-Iraq war. Over 5,000 people were killed in Halabja. There were reports that Turkey had used chemical weapons during its invasion of Afrin in 2018 and its occupation of Gire Spi and Serekaniye in 2019. The international community’s failure to sanction Turkey for these invasions has encouraged the drive into barbarity.”

The statement continued: “Outrage greeted the attempted killing of Sergei Skripal and his daughter Yulia with a chemical agent in Salisbury, England in March 2018. In its aftermath and after reports of chemical weapons use by the government in Syria, the then Foreign Secretary Boris Johnson said that, ‘The United Kingdom has tabled [a] draft decision aimed at strengthening the ban on chemical weapons.’ In June 2021, the UK’s Ambassador to the United Nations, Barbara Woodward, responded to the UN and the OPCW statements that eight chemical weapons attacks were attributable to the Syrian state by saying, ‘It’s clear that the regime retains chemical weapons capability and willingness to use it.’ With the recent escalation in their use by Turkey we are in danger of seeing chemicals becoming the weapon of choice in the Middle East and elsewhere.

Britain signed the relevant Geneva Protocol on 9 April 1930 which banned the use of toxic gases and bacteria in war. Britain signed the Chemical Weapons Convention on 13 January 1993 and ratified it on 13 May 1996. Chemical warfare is a war crime, the instigator of the Halabja massacre was executed. However, verification of the use of chemical weapons requires political support and in particular the support of the major powers and the United Nations Security Council. We must demand that Turkey is held to account and is forced to stop using chemical weapons.” (ANF, 13 Oct 2021)

ISIS attack on HDP rally in Diyarbakır: 10 police officers acquitted

Organized by the Peoples' Democratic Party (HDP) in Diyarbakır İstasyon Square ahead of the June 7 general elections in 2015, a rally was targeted in a bomb attack, which claimed the lives of five people.

The court has handed down its ruling in the trial of 14 police officers, including five security directors, over the attack.

As reported by Mezopotamya Agency (MA), the 15th hearing of the trial was attended by only one defendant, namely police officer Mehmet Ali C., who is currently arrested on another charge. C. attended the hearing via the Audio and Visual Information System (SEGBİS).

The hearing held on Friday (October 8) was also followed by the relatives of the deceased and some injured people as well as the lawyers.

Indicating that "there was not enough room in the court hall", the presiding judge did not allow journalists to follow the hearing.

Pronouncing its final opinion as to the accusations, the prosecutor's office stated that the necessary security measures had not been taken in the site where the rally was held and no search was conducted.

Emphasizing that the bomb could have been found if the garbage can at the scene of the first bombing had been searched properly, the prosecutor's office noted that if the bomb had been found, the measures could have been stricter, the second bomb could have also been found by examining the surveillance camera footage and the explosion could have been prevented.

The final opinion of the prosecutor's office also indicated that no search efforts were made in the yard of Farabi Anatolian Religious Vocational (İmam Hatip) High School, where the explosives had been hidden.

Accordingly, the prosecutor's office demanded that defendants Kanbi A., Ali K., Akın D., Murat D., Mefaret S., Fatih D., Mehmet Ali C., Hüseyin Y., Ahmet T. and Hamdi Y. be penalized on the offense charged as per the Articles 257/2 and 53 of the Turkish Penal Code (TCK) and other defendants Murat İbrahim Y., Mehmet Yasin Ö., Dursun U. and Kerim K. be acquitted.
Lawyers: All defendants should be penalized

Following the final opinion as to the accusations of the prosecutor's office, the court board gave the floor to the families to speak. The families demanded that all defendants be penalized over the incident.

Eylem Timur, a lawyer for the HDP, said that they agreed with the prosecutor's opinion to a certain extent and demanded that all defendants, including the ones whose acquittal was requested, be penalized.

Lawyer Nadide Kurul said that the defendants should be penalized not as per the Articles 257/2 and 53 of the TCK, but as per the Articles 83 (Intentional Killing by Act of Omission) and 89 (Reckless Injury). Accordingly, she reiterated their request for a decision of non-jurisdiction.
10 officers acquitted

Both Mehmet Ali C. and the lawyers of other defendants said that they had not committed the offense charged and demanded their acquittal.

Receiving the last requests, the court board has handed down its ruling and ruled that police officers Kerim K., Dursun U., Hüseyin Y., Hamdi Y., Mehmet Yasin Ö., Ahmet T., Kanbi A., Murat İbrahim Y., Fatih D., and Mehmet Ali C. be acquitted as the legal elements of the offense of "neglect of duty by an act of omission" had not been not constituted.

Police officers Mefaret S., Akın D., Ali K. and Murat D. were first sentenced to 3 months in prison, the lowest limit foreseen for the offense "neglect of duty by an act of omission", then these prison sentences have been reduced to 2 months, 15 days. The court has deferred the announcement of the verdict and ruled that the four defendants shall be subject to the judicial control measures of supervised release for a period of 5 years. Desk (BIA, 11 October 2021)


Verdict contre la co-maire de Yüksekova: 17 années de prison

La Première haute cour pénale de Hakkari a prononcé le 1° octobre 2021 de lourdes peines dans le cadre du procès dit “KCK de Yüksekova” contre 29 accusés, y compris contre Ahmet Öner, ancien porte-parole du HDP pour la région de Hakkari, décédé il y a quatre ans à l’âge de 80 ans, condamné à titre posthume à plus de huit ans de prison pour “appartenance à une organisation terroriste armée”.

 
RT Erdoğan considère depuis 2009 le KCK (Union des communautés du Kurdistan) comme un mode d’organisation extrêmement dangereux pour la politique qu’il entend mener : dès le 14 avril 2009 il lançait une répression féroce contre ce mouvement et, en décembre de la même année, le parti pro-kurde DTP (Parti de la société démocratique) était interdit et dissout. Erdoğan n’avait en effet pu supporter le résultat des élections locales de mars 2009 qui avaient vu doubler le nombre de maires présentés par le DTP. Une délégation des Amitiés kurdes de Bretagne s’était d’ailleurs rendue dans la région de Hakkari du 26 mars au 1° avril 2009 et avait pu observer le déroulement du scrutin à Hakkari, Şemdinli, Cukurca et Yüksekova. Elle avait notamment assisté à l’éclatante victoire des co-maires de Yüksekova, Ruken Yetişkin et Tacettin Safalı, qui ont été destitués le 13 août 2015.
 
Ruken Yetişkin a passé 6 mois en prison en 1994 dans le cadre de ses activités au sein du parti pro-kurde HADEP, dont elle devient en 2002 présidente régionale. A la fermeture administrative du HADEP en 2003, elle rejoint le DEHAP, créé en lieu et place du précédent et s’en voit confier l’organisation de la région d’Istanbul, avant d’être élue co-maire de Yüksekova lors des élections locales de 2009. Condamnée à 8 mois d’emprisonnement le 7 décembre 2010 pour propagande envers le PKK, elle est libérée le 18 juillet 2011 et de nouveau arrêtée en 2012 dans le cadre des opérations du KCK. Elle écope d’une peine de prison de 8 ans et 9 mois dans le cadre du procès du KCK de Yüksekova.
 
Les co-maires de Yüksekova Irfan Sari et Remziye Yaşar, élus en mars 2019, destitués en octobre de la même année, n’échappent pas à la répression qui touche les maires. Irfan Sari, poète, écrivain, journaliste, purge une peine de sept ans et demi de prison en tant que “membre d’une organisation terroriste” selon le verdict rendu par le tribunal pénal de Van. Ses avocats ont fait appel.
 
Remziye Yaşar, traduite le 1° octobre dernier devant la Haute cour pénale de Hakkari dans le cadre du procès du KCK de Yüksekova, a été condamnée à 17 années de prison et 6 mois, au cours d’une audience à laquelle elle a assisté en visio-conférence depuis la prison d’Elazig où elle est incarcérée depuis deux ans. Le tribunal a également confirmé son maintien en détention.
(André Métayer, akb, 8 octobre 2021)

L'héroisme des combattantes kurdes

Guy Duplat, Le Soir, 7 octobre 2021


Parmi les romans qui évoquent la guerre en Syrie, celui de Patrice Franceschi se démarque en se focalisant sur les Yapajas, les femmes combattantes kurdes contre Daech. L'écrivain-voyageur connaît très bien son sujet, ayant longuement séjourné chez les Kurdes de Syrie, engagé auprès d'eux depuis le début des affrontements et ayant écrit plusieurs ouvrages sur leurs luttes dont un récit, Mourir pour Kobané.
 
On retrouve Rachel, une journaliste australienne, envoyée en reportage par son rédacteur en chef qui a flairé un récit poignant à faire autour de cette étrange tombe commune au cimetière de Kobané, qui abrite les corps de deux sœurs d'armes, devenues des légendes. Tékéchine et Gulistan étaient de ces Jeanne d'Arc laïques, dont "beaucoup étaient jolies, toutes portaient de longues nattes noires, Kalachnikov dans le dos, grenades aux côtés", lit-on. Elles ne cédaient en rien en termes d'engagement et de courage aux bataillons d'hommes (les Yapagués). Elles participèrent de manière décisive à la victoire contre Daech et aux batailles effroyables de Kobané (le Stalingrad de cette guerre) et de Raqqa.
 
Tékochine commandait un bataillon et Gulistan lui était totalement acquise après avoir été sauvée, seule survivante d’une famille Yézidie massacrée par Daech.
 
Mystique sans religion
 
Le roman raconte l’enquête de Rachel au cœur des maquis kurdes qui l’amène à rencontrer peu à peu les chefs combattants qui risquent chaque jour leur vie, face à Daech et aujourd’hui face aux troupes turques.
 
Aux antipodes des femmes islamistes de Daech, ces Yapajas sont indépendantes, non voilées, fières.
 
Le roman est alors une quête de ce qui a pu animer ces deux femmes jusqu'à leur mort commune. "Tékéchine avait la mystique du courage ; elle parlait souvent de la grandeur qu'on peut trouver dans certaines défaites - et des victoires qui en sont dépourvues. Chez elle, c'était incandescent, sans concession, c'était une mystique sans religion", explique un commandant kurde. Celui-ci ajoute : "Il faut comprendre que l'intensité de ce que nous vivions à l'époque, la présence constante de la mort, les valeurs que nous défendions, tout cela interdisait la médiocrité. Sinon vous étiez détruit".
 
Miracles
 
Leur histoire commune est faite de miracles où elles se sont sauvées l'une l'autre. Patrice Franceschi dresse un mémorial - trop souligné dans l'écriture - à ces femmes qui auraient pu adopter ces vers de Victor Hugo, qui donnent le titre au roman : "S'il en demeure dix, je serai le dixième ; et s'il n'en reste qu'un, je serai celui-là".
 
Le roman nous plonge dans l'héroïsme de ces combattantes qui ont donné leur vie au nom de la liberté, il nous révèle ces femmes qui ont tant contribué à éliminer Daech mais qui furent trahies par l'Occident. Un chef kurde le rappelle à la journaliste et ses mots nous font honte : "En octobre 2019, les Occidentaux ont trahi leurs engagements vis-à-vis de nous après cinq années de guerre contre l'Etat islamique et 36 000 tués et blessés dans nos rangs - à peine une poignée chez eux. D'un seul coup, ils nous ont abandonnés aux Turcs, nos pires ennemis".

Erdoğan to HDP: Puppet of terrorist organization
 

President and AKP Chair Erdoğan also talked about the Peoples' Democratic Party (HDP) in the context of the "October 6-8 incidents" in 2014, over which several HDP politicians are currently standing trial.
 
Recalling that today is the 7th anniversary of the "October 6-8 incidents", Erdoğan alleged that "the then executives of the HDP made their supporters take to the streets and shed the blood of dozens of people."
 
He said that "those who set the wild mob into motion are now answering for the blood in their hands in prisons."
 
Addressing Republican People's Party (CHP) Chair Kemal Kılıçdaroğlu, he argued that "Kılıçdaroğlu backed them instead of bringing them to account". He said, "At every opportunity, we will tell our nation over and over again that this party's policies are neither domestic nor national."
 
"History will surely call the ones who have put the oldest party of the Parliament, the CHP, under the order of the HDP, a puppet of the terrorist organization, to account," President Erdoğan said further.
 
Referring to the opposition İYİ Party and its Chair Meral Akşener as well, President Erdoğan argued that "the İYİ Party's efforts to protect its own position are not sustainable any longer." Reminding his audience of Akşener's statement that "she wants to be a candidate for Prime Ministry, not Presidency", Erdoğan said, "The HDP wing has already said that it will not accept her Prime Ministry. Exercising its right to secret partnership in the Nation's Alliance, it has vetoed her [Meral Akşener]."
 
Arguing that Kemal Kılıçdaroğlu "has turned into a matter of national security", he said, "Turkey does not have a problem about the government, but it has a serious problem about the opposition." (BIA, 6 October 2021)

Demirtaş calls for a 'strong left bloc' for post-AKP era
 
Turkey's left and socialist powers should form a "strong left bloc" to build democracy after the rule of the Justice and Development Party (AKP) ends, according to Selahattin Demirtaş.
 
Kept in prison despite Constitutional Court and European Court of Human Rights (ECtHR) judgments, the former co-chair of the Peoples' Democratic Party (HDP) wrote an article for Diken news portal.
 
He pointed out that billions of people in Turkey and in the world live in deep poverty under the starvation line and leftist parties and movements have an important duty.
 
"If a democracy will be built in the post-AKP Turkey, the construction of a new regime without the left, the voice of the labor should not be allowed," he wrote. "Preparations to me made now for both the process of building democracy and raising the voice of the labor struggle are vitally important."
 
"Left and socialist powers have to achieve to appear before laborers with a joint declaration of stance, a roadmap and discuss and make clear how they can take part in the construction of democracy after the elections and how they can make the labor struggle dominant in the new period.
 
"A strong left bloc can be built without considering personal and party interests. This left bloc can be spread in all democratic parties and obtain the power to affect the election and processes after that in favor of laborers. It is not an imperative that everyone unites in the same party.
 
"Efforts should be made to make the left a partner in the ruling power with appropriate methods. Bringing qualified, knowledgeable, leftist and laborer cadres to the parliament, bureaucracy and the ruling power should be among the primary targets.
 
"Of course, you, the friends outside, think and do better than this. Mine is just a suggestion, a mind exercise. I am sure that the HDP will take part in such works and support them with all its power." (BIA, 5 October 2021)

HDP issues a declaration: We are ready for joint administration

Peoples' Democratic Party (HDP) Co-Chairs Pervin Buldan and Mithat Sancar shared the "Call for Justice, Democracy and Peace Declaration" with the public at the Ankara Hilton Hotel today (September 27).

The Central Executive Board, MPs and elected co-mayors of the party came together for the declaration. The declaration's subheadings of "call for justice", "call for democracy" and "call for peace" were written in Kurdish and Turkish across the meeting hall.

The event was also attended by Peoples' Democratic Congress (HDK) Co-Spokespersons Esengül Demir and Cengiz Çiçek, Democratic Society Congress (DTK) Co-Chair Bedran Öztürk, Democratic Regions Party (DBP) Co-Chairs Saliha Aydeniz and Keskin Bayındır, Socialist Refoundation Party (SYKP) Co-Chair Canan Yüce and Cavit Uğur, Socialist Party of the Oppressed (ESP) Co-Chair Özlem Gümüştaş and Şahin Tümüklü, Green Left Party (YSP) Co-Spokespersons Ayşe Erdem and İbrahim Akın and SODAP Spokesperson Sevtap Karadağ Karahanlı.

Titled "Let us win together", the HDP declaration briefly reads as follows:

'We want to change the Presidential system'

"For the parliamentary elections, under the motto of 'Democracy Alliance' and based on an understanding of an alliance of peoples and peace, of women's solidarity, and ecology, we are determined to broaden the ground for collective struggle and to achieve the largest alliance with the social and political opposition and the labor, women's, and youth movements, and we remain committed to maintaining our strong march on this path.

"We openly emphasize that we do not seek to find a place in any other alliance [than the Democracy Alliance] for the parliamentary elections.

"We want to change the Executive Presidential System together with the structures that feed it, which we believe seeks to make arbitrariness and tyranny institutionalized and permanent and is thus the primary reason behind the multiple crises and the deadlock we face. Our objective is to replace this authoritarian and monistic system, which hands over all powers and the ultimate decision-making authority to one single man, with a strong democracy, a pluralistic democratic system.

"Within this context, the contemporary situation necessitates achieving a principled consensus for the Presidential elections, as HDP voters have a key role in determining the country's future.

"Regardless of whether the presidential candidate is affiliated with the HDP or not, we believe that we need to discuss principles and methods rather than the names of potential candidates.

"Democratic transformation cannot be achieved through individuals; such transformation will come through negotiations and consensus-building on principles and methods. The elected President can properly fulfill his/her role and function only on this ground.

"It is our political responsibility to share with all political actors and the broader public the principles for the transitional period ahead, principles that encompass the aforementioned observations.

1. A strong democracy

"We believe that Turkey's fundamental need is to achieve a strong democracy based on the principles of participation, negotiation and democratic consensus, where universal fundamental rights and freedoms are ensured in the widest way possible. Within this framework, we envision a democratic parliamentary system that warrants a pluralistic parliament with broad authorities, ensures the separation of powers, and implements an effective system of checks and balances.

"A strong democracy also requires an understanding of subsidiarity and local government. This is why the principle of the separation of powers should be expanded so as to include local governments; authorities and resources should be delegated to the local governments; and local participatory mechanisms should function fully in a strong local democracy. It would be impossible to build a strong democracy without these.

2. An impartial and independent judiciary

"The Judiciary is under the tutelage of the Executive. The understanding in power has destroyed justice in every sense by redesigning politics and the society through the judiciary while turning the judiciary into an instrument to liquidate the opposition. That is why all politically motivated trials, convictions and their consequences should be rescinded as a necessity towards restoring justice and social peace.

"To address injustices and right the wrongs, it is also an urgent need to comply with the decisions and recommendations of international institutions, first and foremost those of the the Parliamentary Assembly of the Council of Europe (PACE), the European Court of Human Rights (ECtHR), and the Committee for the Prevention of Torture (CPT), regarding rights violations, unlawful prison conditions, solitary confinement, and the like.

3. People's will instead of regime of trustees

"Legal amendments must be introduced as a matter of urgency to put an end to the regime of trustees which has permeated many institutions from local authorities and universities and civil society organizations, violates the right to elect and be elected, usurps the will of the people, disregards the electoral justice. Steps must also be taken to redress the damage inflicted by this regime and the rights of the victims of the trusteeship must be restored.

4. A democratic resolution of Kurdish issue

"The most deeply-rooted issue Turkey needs to resolve is the Kurdish issue. HDP is committed to a democratic resolution and peace and stands ready to do whatever it can, to assume a constructive role that takes into consideration problems and concerns of all segments of the society in Turkey. Establishing a dialogue with interlocutors for the resolution of this problem is directly linked to and intertwined with the democratization of the republic. Instead of policies of denial and repression, steps for a democratic and peaceful resolution must be taken. The Parliament should lay the foundations for dialogue and resolution and by utilizing democratic negotiation methods it should facilitate and be the focus of efforts to win over the future for the society at large. Within this perspective, all universal identity-related rights (chief among them the right to mother-tongue) should be guaranteed by introducing the necessary legal arrangements.

"Instead of policies of war, arms and conflict, options of dialogue and negotiation impose themselves from a historical point of view, and as such are vitally important. For this, by taking into account the interests of peoples of Turkey and their future, everybody should make the necessary sacrifices and take action. It is our principle to resolve our differences by talking, by negotiating and by dialogue rather than violence.

5. A peaceful foreign policy

"Strategies that are pro-peace at home, in the region and the world and that are based on long-term cooperation should be the basis of the foreign policy understanding of the new era. It is to the benefit of us all to move away from adventurous policies that are based on war and conflict, and the show of military might with other countries, most importantly with our neighbours. Instead, we need to pursue a strong and principled diplomacy, dialogue and peaceful policies based on improved relations in every field.

6. Freedom and equality for women

"Rights pertaining to gender equality and freedom for women should be assured in every way possible and to achieve equality in representation the practice of co-chairship should be disseminated further. At the same time, it is a necessity to fight against systematic male violence towards women and femicides. Re-enacting the Istanbul Convention and implementing it fully, eliminating political, administrative, economic and cultural barriers in front of gender equality are among the urgent first steps that need to be taken.

7. Fairness in economy

"It is imperative to implement policies that will root out the precariousness and despondency created by the economic crisis. With the aim of increasing employment and ensuring fair distribution of wealth a 'Fair Distribution Program' that will eradicate unemployment and poverty is the biggest social need. Budgetary resources should be mobilized to achieve the economic welfare of the people rather than palaces, wars and cronies. Basic needs such as electricity, natural gas, water and internet should be provided free of charge as part of a 'Social Rights Program' which should be extended to those in need.

"Solving problems of victims of Delayed Pension Age, victims of student debt and teachers who have not been appointed are the urgent needs of the society. Improving the living conditions of pensioners, relieving the debt of farmers accrued due to wrongful policies, supporting tradespeople whose grievances have been tremendously aggravated during the pandemic are some of the first steps that need to be taken. It is also imperative to implement policies to eradicate women's poverty and to ensure their active participation in the workforce. Unionization, collective bargaining and the right to strike must also be ensured in line with universal standards.

8. Merit in public administration

"Public administration should not be the domain of recruitment for cronies under the monopoly of the ruling bloc. Grievances of those expelled from public duty due to political motives and decree-laws should be redressed, all sorts of discrimination in public recruitment and appointments should be stopped and merit should be made the only basis.

9. Respect for nature

"State of emergency must be announced in the face of the climate crisis. Projects (chief among them Kanal Istanbul) that cause rampant exploitation of nature and the environment, damage forests, agricultural areas and rivers for profit, that upset the ecological balance should be stopped. Energy, transportation, urbanization and agriculture-related policies should be based on a nature rights-focused approach. Every living being's right to survival within a healthy ecosystem should be ensured through effective policymaking. Forest fires, floods can only be stopped thus.

10. Freedom for youth

"The life preferences of the young should be respected, they should be able to express themselves and live freely. To ensure this, all barriers in economic, social and political domains should be eradicated with a special focus on education and culture. Shortcomings of the educational system must be addressed and improved. For a free and safe life, these are indispensable. Young people should also be supported economically, they should be included in administration in every field, which will help creative and progressive ideas to hold sway in society.

11. A democratic constitution

"A civilian, libertarian and new constitution, a social contract in the true sense of the word will be the harbinger of a new beginning and the crowning achievement of democratization in Turkey.

"This constitution should be based on equal citizenship with respect towards different cultures, identities, faiths and native languages, ways of life and a secular way of life. Drafting of the constitution should include all segments of the society and should be executed with a method that is based on democratic participation and social negotiation.

'We are ready for joint struggle, administration'

"In light of these principles, we share with the public how we view the new period and the kind of administrative approach we would like to see.

"The primary objective and commitment of HDP in light of these transitional period principles are strong democracy, a justice system that is up to universal standards, and lasting social peace.

"By turning democracy and peace into a strategic goal and a program we can achieve a democratic and social republic.

"We emphasize that we as HDP stand ready to talk to and negotiate with all social parties and political actors who are in favor of implementing principles cited above, to walk together with them and we remain ready for joint struggle and administration.

"This is our call to all institutions, organizations and parties that care about Turkey's bright future, as well as individual citizens. Let us assume responsibility all together. Instead of personal calculations and partisan pragmatism let us make sure that common sense and building together are our guiding principles. Peoples of Turkey are not obliged to policies and administrations that do not produce solutions, that move away from common sense, nor to discrimination, hate speech and social polarization." (BIA, 27 September 2021)

Minorités / Minorities

Les Yézidis ont besoin de justice, la Belgique doit y veiller

Béatrice Delvaux, Le Soir, 19 octobre 2021

Les visages sont souriants, lumineux. Les hommes sont endimanchés, les femmes sont belles dans leurs habits de fête couleur mauve clair. La vague de sourires déferle depuis la cité sainte de Lalech, le cœur battant de la religion yézidie. » C’est notre envoyé spécial qui raconte, mais son reportage en Irak, réalisé avec l’association des victimes du terrorisme V-Europe, déchire d’un coup ces apparences et fait jaillir de ces habits de fête mauve clair, autant de récits effroyables.

Des témoignages qui donnent de la chair à ce mot de « génocide » que le Parlement belge a collé à l’unanimité – c’est très rare – au terrible sort que Daesh a infligé à cette minorité ethno-religieuse millénaire, soudain désignée comme adorateurs du mal à éradiquer.

Voir pour croire, entendre pour s’indigner, savoir pour empêcher : encore et encore toujours les mêmes nécessités pour lutter contre les mêmes horreurs ? Le mot « génocide » fut créé en 1943 par Raphaël Lemkin, un juriste polonais. Car barbarie, vandalisme, extermination…, les mots existants, n’étaient pas assez forts pour désigner les actes commis par les Nazis. D’où l’amalgame du mot grec « genos » (tribu ou race) et le suffixe latin « cide » (tuer), utilisé pour la première fois dans l’acte d’accusation du procès de Nuremberg et défini comme suit : « l’extermination préméditée et systématique de groupes raciaux et nationaux parmi la population civile de certains territoires occupés, afin de détruire des races ou classes déterminées de populations et de groupes nationaux, raciaux ou religieux. » Créé pour les Juifs, les Polonais, les Tsiganes, il sera utilisé pour les Rwandais, et récemment les Yézidis.

Makboulah, Nosra, Serrab, Eyna racontent cette éradication. Eyna vendue plusieurs fois, violée : « Un émir de Daesh est venu. Il a pris les noms, dates de naissance et détails des filles. Il a tout mis dans des enveloppes, puis dans un sac. Chaque combattant pouvait tirer une enveloppe et connaissait le nom de la fille avec laquelle il pouvait rentrer. » Makboulah : « Ils ont séparé les femmes, les enfants et les hommes. Trois fois mon père a refusé de se convertir à l’Islam. Ils l’ont tué, tout comme mon oncle, devant mes yeux. Ensuite, ils nous ont distribuées aux hommes. » Et encore, et encore…

A l’époque, Lemkin estima qu’un mot neuf ne suffisait pas, il fallait l’associer à de nouvelles règles logées dans un traité destiné à protéger les groupes de l’extermination, à punir les coupables et à les traduire en justice devant n’importe quelle cour du monde : « Ainsi les pays ne pourraient plus traiter leurs citoyens comme bon leur semblait. »

C’est toujours pour cette raison-là que l’on doit aujourd’hui aller au bout des enquêtes sur les crimes commis contre les Yézidis et traduire les criminels en justice. Le fait que certains d’entre eux soient des djihadistes belges, promus « émirs de Daesh » impose à notre pays de se battre plus que d’autres pour qu’il en soit ainsi.


Turkey-Armenia relations: Is normalization near?

Presidential Spokesperson İbrahim Kalın has spoken to Candaş Tolga Işık on his "Az Önce Konuştum" (I have just spoken) TV program.

Kalın has also touched upon the relations between Turkey and Armenia. Referring to the aftermath of Azerbaijan-Armenia conflict in the South Caucasus, he has said that "the liberation of Karabakh is absolutely a gain", making the following statement about Turkey's relations with Armenia:

In principle, we are positive about normalization with Armenia. The main reason why we ended our diplomatic relations and closed our border in 1992 was the occupation of Karabakh. With this problem resolved, there is - in fact - no obstacle to normalization with Armenia. However, there are some issues to be resolved about Karabakh.

How does Armenia approach it?

Alin Ozinian, the Regional Analyst of the Armenian Assembly of America, previously spoke to bianet about the issue and made the following comments about the approach of Armenia to normalization with Turkey:

"The Pashinyan government is signalling that they are ready for it if a process without pre-conditions, similar to the protocol in 2008, is initiated.

But the Pashinyan government has also signalled that 'if you are doing this to beguile the West with it, as was the case before, and if it will remain unfulfilled, we will not accept it.'

"I think this is important. If Turkey is to pursue a policy of normalization with Armenia, Armenia doesn't say 'no' to this. It doesn't set pre-conditions about the 'Karabakh War' or say 'admit the genocide first.'

"This needs to be approached from this point of view: The Pashinyan government is under immense pressure about Turkey. No government has ever been under such immense pressure for the past 30 years.

"After Pashinyan's resignation, there will be new elections in June. Considering this ongoing political turbulence, the only thing that the opposition is doing is to blame the Pashinyan government for the war.

"There are, of course, several parties to take the blame, but there are also those who think that a political group that has been in power for only two years cannot be the sole responsible party for the war.

"The possibility of normalization with Turkey has not been entirely shelved by Armenia. This is the general picture in Armenia ahead of the elections."

Protocols signed in 2009

To develop the relations between Turkey and Armenia, the "Protocol on the Development of Bilateral Relations" was signed by Turkey's the then Foreign Minister Ahmet Davutoğlu and Armenia's the then Foreign Minister Eduard Nalbantyan on October 11, 2009.

Signed in Zurich in Switzerland, the "Protocol on the Establishment of Diplomatic Relations" foresaw that the two states would recognize each other's borders. But no progress was made and protocols became invalid. (BIA, 29 September 2021)

Politique intérieure/Interior Politics

Le president parle ou agit, la livre turque perd de valeur

Ragip Duran, Chronique Turquie, 16 octobre 2021

Il se déclare ‘’Grand Spécialiste de l’Economie’’, il interveint sur tous les mécanismes de l’économie, des finances et des politiques monétaires. Resultat: La Livre Turque est au plus bas valeur de son histoire.

Le Président de la République de Turquie, qui se vante d’être un spécialiste de l’économie, est désormais devenu un facteur déterminant quant à la valeur internationale de la livre turque. La monnaie turque perd de la valeur à la suite de chaque intervention financière ou monétaire du Président et de chaque déclaration du maître du Palais.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, le Président, a par simple décret, changé deux vice présidents et un membre du Comité Finance-Monnaie de la Banque Centrale. Les deux nouveaux vice-présidents n’ont aucune expérience ou spécialité sur la gestion de la Banque Centrale. Jeudi matin, les marchés ont réagi et la livre turque a enregistré une nouvelle baisse de valeur record devant le dollar américain : 1 dollar US = 9.2278 TL.

Baris Soydan, économiste du site d’information générale T24, estime qu’il y a essentiellement 5 facteurs qui provoquent la perte de valeur de la livre turque :

1- Réduction des taux d’intérêt (18%) alors que l’inflation (19.58%) augmentait
2- Allusion et attente de plus de réduction des taux d’intérêt
3- Risque géopolitique : Nouvelle opération militaire contre les kurdes en Syrie
4- Politique monétaire plus dure de la FED à Washington.
5- Rumeurs selon lesquelles le nouveau gouverneur de la Banque Centrale sera démis de ses fonctions

Faut-il également ajouter au moins 5 autres raisons qui mettent en difficulté l’économie turque déjà au seuil de la faillite.

1- Le pouvoir n’a que le soutien des 31% des citoyens selon les sondages d’opinion publiques.
2- Les partis de l’opposition se préparent ouvertement à reprendre le pouvoir à la suite des premières élections générales.
3- La diplomatie d’Ankara est toujours dans l’impasse dans ses relations avec Washington, Moscou, Bruxelles et les capitales de la région.
4- Enfin de plus en plus grand nombre d’anciens responsables du parti d’Erdogan, à l’approche de la défaite, quittent les rangs du pouvoir et dénoncent les scandales politico-financiers.
5- Le textile, la construction et le tourisme, trois pilliers de l’economie turque, ne sont plus des secteurs qui produisent des revenus importants.

Les porte-paroles du régime préfèrent garder le silence devant la perte de valeur systématique de la livre turque mais le chef chroniqueur du quotidien gouvernemental Sabah, Mehmet Barlas, admet d’abord que ‘’la valeur du dollar qui monte démoralise les citoyens’’ mais croit qu’il s’agit de ‘’sabotages politiques comme dans l’exemple de Gezi’’. Fin mai 2013, plusieurs milliers de jeunes avaient participé à Istanbul au mouvement de protestation pour la protection du parc Gezi au beau milieu de la ville. Ce mouvement avec le soutien de plusieurs millions de citoyens à travers tout le pays s’était vite transformé en une protestation politique contre le pouvoir du Palais.

‘’Tout le monde, y compris lui même sait très bien que Erdogan est obligé de quitter le pouvoir, mais il y a deux obstacles : L’Opposition ne sait pas gérer une transition pacifique. Et il y a un noyau dur du côté d’Erdogan qui ne veut pas, à tout prix, céder’’ analyse un professeur de droit constitutionnel en exil en Allemagne. (FIN/RD)

Leaked documents of foundation close to Erdoğan reveal corruption, 'favoritism'

• A journalist shared documents allegedly leaked from TÜGVA, a foundation of which President Erdoğan's son is among the founders

• The documents include lists of people to be placed in state institutions, including the judiciary, ministries and security forces

• TÜGVA rejects the authenticity of the documents and says there is a "plot" against it

• Recently, TÜGVA refused to leave a building belonging to the İstanbul Metropolitan Municipality despite a court order

Journalist Metin Cihan yesterday (October 12) published documents that he said were leaked to him from the Turkey Youth Foundation (TÜGVA), a foundation with close ties to the government.

Among the documents, there are lists of people to be appointed in state institutions, including the Turkish Armed Forces (TSK), The General Directorate of Security, the Ministry of Justice and judicial institutions.

TÜGVA executives and Mahmut Kaçar, a former MP of the ruling Justice and Development Party (AKP), provided a reference for the listed people to be appointed, according to the documents.

Among the lists in the documents are "officer candidate list," "non-commissioned officer candidate list," and "special operations candidate list." The lists also include dates of exams and interviews at relevant institutions.

Journalist Cihan said the working system of the TÜGVA was similar to that of the Fetullah Gülen group, an Islamic movement formerly allied with the AKP. Widely accused of infiltrating state institutions, the group is currently designated as a "terrorist organization" and labeled as a "parallel state structure."

"If I had made a newspaper report on the TÜGVA documents, I would have titled it 'Parallel state structure'," the journalist wrote on Twitter. "A known story, a new season. The TÜGVA version."
Allocation of properties

Also, public land and properties were irregularly allocated for TÜGVA and other organizations, Cihan said, citing the documents.

"The structure is not limited to TÜGVA. For example, seven groups hold a meeting for seizing dormitories,"wrote Cihan. "There are 821 buildings in the first list and 285 buildings in the second list. While students can't find dormitories to stay, the existing buildings were distributed to these groups."

Along with TÜGVA, the Women and Democracy Foundation (KADEM), İlim Yayma Cemiyeti (Society for Spreading Wisdom), and the Ensar Foundation are seen in the documents.

"Taxes go to TÜGVA as well. Through municipalities and governorships, public resources are transferred to this structure. We can see this clearly in the file titled 'Financial support report'," said Cihan.
TÜGVA: Documents are fake

Releasing a statement after the revelations, TÜGVA Chair Enes Eminoğlu said the documents were fake.

"TÜGVA is not the only target in this plot. All of our foundations and associations that serve national and spiritual values are on the target," he said. "Shared documents are created, forged documents. If they have documents, they should deliver them to the country's prosecutors."
TÜGVA and İstanbul Municipality

On October 4, TÜGVA refused to leave the second floor of a ferry port on İstanbul's Büyükada island despite a court order. Police officers surrounded the building to prevent the İstanbul Metropolitan Municipality (IMM) from evacuating the building.

In 2018, the building was loaned to TÜGVA by the previous municipal administration, which was led by the AKP, for only 2,000 lira (221 USD).

About this incident, the TÜGVA chair said, "As TÜGVA, we have faced massive unlawfulness and slanders since October 4. After the lies and slanders of the CHP [main opposition Republican People's Party] and the IMM of the CHP failed, they started to spread bigger lies," he said. "Because the CHP and the IMM are illegal, invaders and marauders. We have faced a new all-out attack."
Parliamentary question

CHP deputy Alpay Antmen submitted a parliamentary question to Vice President Fuat Oktay, requesting an explanation of the leaked documents.

Workers Party of Turkey (TİP) Chair and MP Erkan Baş said, "If these allegations are true, then we are facing a new parallel state structure." He called for a parliamentary inquiry into the revelations.
About TÜGVA

It was founded in 2014 with the slogan "Future of Youth, Youth of Future."

Bilan Erdoğan, the younger son of President Recep Tayyip Erdoğan, is among the founders and a member of the High Advisory Council of the foundation.

TÜGVA was dubbed as the "youth organization of the AKP" as Bilal Erdoğan and AKP politicians frequently attended events organized by it. The president had alao attended the opening ceremony of the foundation's headquarters in İstanbul.

The chair of the foundation, Enes Eminoğlu, is known to be a friend of Bilal Erdoğan.

TÜGVA defines its mission as "educate people who are culturally, artistically, athletically and spiritually equipped and conscious."

It has more than 340,000 members and offices in all 81 provinces in the country, as well as in 404 districts. It also has 58 university dormitories in 40 provinces. Desk (BIA, 13 October 2021)

HDP brings Pandora Papers into Turkey's Parliamentary agenda
 
The Peoples' Democratic Party (HDP) has brought the allegations mentioned in the "Pandora Papers" about Turkey into the Parliamentary agenda. HDP Diyarbakır MP Garo Paylan has addressed a Parliamentary question to Minister of Treasury and Finance Lütfi Elvan about the papers revealed by the International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ).
 
In his Parliamentary question, Garo Paylan has recalled that the names of thousands of politicians and businesspeople around the world transferring money to tax havens have been mentioned in the Pandora Papers, reminding the Minister of the allegations that there are 220 names from Turkey who also transferred money to tax havens to evade taxes:
 
In the Pandora Papers about Turkey, it is alleged that Ayşe Ilıcak, the mother of Erman Ilıcak, who is the boss of the Rönesans Holding, which has multiplied its wealth thanks to several large-scale public tenders, including Presidential palaces and city hospitals, transferred hundreds of thousands of dollars to the Virgin Islands in Britain.
 
Referring to the Panama Papers from the year 2016, Paylan has noted that several politicians around the world resigned due to the names mentioned in those papers and effective investigations were carried out in the related countries. The MP has raised concerns that the same effective investigations were not conducted in Turkey about the names revealed.
 
Questions
 
"The 'Pandora's Box' has once again opened for the ones transferring money to tax havens," Paylan has said and asked Minister of Treasury and Finance Elvan the following questions about the issue:
 
"Will you open the 'Pandora's Box' for the ones who transferred money to tax havens? Will you take any action to obtain information about the 220 names from Turkey mentioned in the Pandora Papers?
 
"Will you launch an investigation against the companies and people from Turkey mentioned in the Pandora Papers?
 
"Will you launch an investigation into the allegations that the money unfairly earned by pro-government contractors through public tenders was transferred to tax havens? Will you call on the Financial Crimes Investigation Bureau (MASAK) to fulfill its duty about the allegations raised in the Pandora Papers? Will you launch an investigation against the contractor who transferred the money that he had earned from the Palace to a tax haven?"
 
What happened?
 
Having leaked the Panama Papers five years before, the International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ) has recently leaked new papers, the so-called Pandora Papers. Over 600 journalists from 117 countries, with news reports published about 12 million papers, have revealed how the system of tax havens has been working.
 
The papers have disclosed the financial secrets of 35 current and former world leaders from 91 countries and regions, over 330 politicians and public officials, global fugitives and murderers. (BIA, 5 October 2021)

A la recherche d'une sortie de secours

Ragip Duran, Chronique Turquie, 2 octobre 2021

·      Le régime de l’Homme Unique et le Président Erdogan pour maintenir au pouvoir essaient de trouver une issue. Elections anticipées? Regagner le coeur et les votes des kurdes? Distrubuer de l’argent aux riches et au pauvres? Casse-tête sans solution efficace.

Presque l’ensemble des paramètres du pouvoir sont négatifs: Le régime de l’Homme Unique n’arrive plus à résoudres les problèmes du pays mais il ne crée que de nouveaux  problèmes politique, économique, social, diplomatique, sanitaire et autres…

Les sondages d’opinion publique, même ceux commandés par le parti au pouvoir,  montrent qu’Erdogan et ses partenaires sont en dessous des 40 pc. d’intention de vote. Les deux maires sociaux-démocrates d’Istanbul et d’Ankara, MM.Imamoglu  et Yavas, battent déjà le Président Erdogan lors d’une élection, selon ces mêmes sondages.

De plus en plus faible en politique intérieure, M.Erdogan,  perd des points devant MM.Biden et Poutine. Le premier ne l’a pas accordé un rendez-vous à New York lors de l’Assemblée Générale de l’ONU et le second a clairement indiqué  qu’il n’était pas d’accord avec le Président turc aux sujets de Syrie et de vente de gaz naturel.

La livre turque (LT) continue à perdre de sa valeur devant les devises etrangères. La LT face au dollar américain a perdu environ 50% de sa valeur depuis septembre 2020 et elle est au niveau global la monnaie la plus faible devant le dollar.  

L’administration turque, déjà championne de la mauvaise gestion,  refuse de travailler avec les organisations professionnelles des médecins, n’arrive toujours pas à maîtriser les méfaits de la pandemie du Covid : 29.104 nouveaux cas et 216 morts selon les chiffres quotidiens (officiels) du 30 septembre!

Les portes paroles officiels du pouvoir préfèrent garder le silence sur les faiblesses voire sur les défaites d’Erdogan mais les coulisses d’Ankara sont très animées:

-       Erdogan demanderait une transition pacifique à condition de l’impunité  pour lui même et l’ensemble de ses hauts cadres. Donc personne ne sera jugé quand Erdogan perdrait le pouvoir. Scénario partagé par une partie de l’opposition, selon les commentaires des médias turcs.

-       Erdogan  est de nouveau à la recherche d’une entente avec les kurdes car avec entre 10 et 15 pc. de vote  le HDP est le parti clef, indispensable pour une éventuelle victoire de l’opposition. Les élections Présidentielles et générales devront normalement se tenir en 2023.

-       Plusieurs chroniqueurs proches du Palais écrivent depuis deux semaines qu’il y a de sérieux travaux au sommet  pour réformer le système Présidentiel. Les partis de l’opposition eux aussi travaillent depuis au moins un an sur un projet intitulé ‘’Retour au système parlementaire renforcé’’.

-       L’AKP (Parti de Justice et de Développement au pouvoir depuis 2002) accorde beaucoup d’importance aux petits partis voire aux groupuscules islamistes, réactionnaires qui n’ont même pas un potentiel d’électeur d’un poids de 1% de vote.

-       Les portes paroles et responsables des partis de l’opposition font depuis au moins deux mois des déclarations dans lesquelles ils expriment  d’une façon très sûrs d’eux mêmes qu’ils vont gagner les prochaines élections et que l’ère d’Erdogan est entrain de se terminer.

-       Le discours du pouvoir a beaucoup changé depuis au moins deux ans. Alors qu’auparavant Erdogan et ses consorts insistaient sur ‘’la volonté nationale et populaire’’, seule base de légitimité du pouvoir, ce terme n’est plus à la mode dans les milieux du pouvoir qui savent eux mêmes qu’ils ne représentent plus la majorité de la nation et du peuple.

‘’Dans ces conditions tout dépend d’une question vitale: Est ce que les tyrans organisent des élections qu’ils vont perdre?’’ se demande le Prof.Eser Karakas, universitaire en exil. (FIN/RD)


Forces armées/Armed Forces

Sadat, la compagnie turque de conseil militaire, défend ses valeurs islamiques

Melih Tanriverdi bondit quand on suggère que sa société de conseil militaire, Sadat, est devenue l'arme secrète de la Turquie pour ses opérations extérieures, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

"Notre entreprise n'a rien à voir avec une organisation de mercenaires", affirme M. Tanriverdi à l'AFP, dans une rare interview accordée par écrit.

"C'est l'irruption surprise de Sadat sur le terrain, face aux grandes puissances (...) qui explique cette campagne de désinformation", juge-t-il.

Le rôle joué en sous-main par Sadat dans la promotion des intérêts turcs dans le monde musulman a été de nouveau évoqué à la fin de l'été, quand le président Recep Tayyip Erdogan cherchait un moyen de prendre pied dans l'Afghanistan des talibans, après le retrait des troupes américaines.

La Turquie a alors suggéré de faire appel à des "compagnies privées" plutôt qu'à l'armée turque pour sécuriser l'aéroport de Kaboul et permettre sa réouverture aux vols internationaux - une mission potentiellement taillée sur mesure pour Sadat.

Melih Tanriverdi insiste: Sadat n'est "ni une compagnie de sécurité privée ni une armée privée" et n'a jamais engagé de discussions "formelles ou informelles" sur l'Afghanistan.

"Cependant, elle peut apporter ses conseils et former les services de sécurité et les unités militaires qui assureront la sécurité de l'aéroport", relève-t-il.

- "théories complotistes" -

Sadat International Defense Consultancy a été créée en 2012 par le père de Melih Tanriverdi, Adnan - un général de brigade mis en retraite d'office en 1996 lors d'une purge anti-islamique dans les rangs de la hiérarchie militaire turque.

Sur son site, l'entreprise Sadat indique qu'elle a pour mission "d'assister les pays musulmans afin de leur permettre de prendre leur place et de jouer leur rôle face aux superpuissances mondiales".

Ainsi, Sadat appartient à une nouvelle catégorie d'acteurs qui apportent conseils, encadrement sécuritaire, soutien logistique et médical - sans s'impliquer dans les combats.

Les services qu'elle propose sous son logo - une carte du monde en vert, la couleur de l'Islam - sont déjà déployés de l'Afrique du Nord au Moyen-Orient et à certaines parties de l'Asie centrale et du sud-est - Sadat est présente "sur tous les continents" glisse son patron qui fait valoir les clauses de confidentialité passées avec ses clients.

En 2020, un rapport du Département américain de la Défense affirmait que Sadat avait envoyé des équipes en Libye former des combattants syriens destinés aux forces du Government d'union nationale (GNA) libyen, soutenu par la Turquie.

Sadat "supervise et assure le paiement de quelque 5.000 combattants syriens pro-GNA en Libye", écrivait alors le Pentagone.

Melih Tanriverdi avait nié en bloc. De même pour les informations selon lesquelles Sadat aurait envoyé des combattants aux alliés de la Turquie en Azerbaïdjan l'an passé, face à l'Arménie, lors du conflit au Nagorny-Karabakh: des "théories complotistes" selon lui.

"Si une société avec dix ans d'existence mène des activités illégales comme certains le prétendent, il doit exister des preuves financières, logistiques ou autres à l'appui", avance-t-il.

"Vous pensez qu'on aurait suffisamment de talent pour flouer les grandes puissances?" glisse-t-il.

Pour certains analystes, la réponse est oui.

- "Facilitateur" -

"Certaines sources crédibles font état du rôle essentiel de Sadat dans le recrutement et l'entrainement de combattants en Syrie, utilisés comme mercenaires" ailleurs, indique à l'AFP Suat Cubukcu, expert en terrorisme à l'Institut d'études politiques Orion aux Etats-Unis.

Selon lui, Tanriverdi père est devenu conseiller à la sécurité du président Erdogan après la tentative de coup d'Etat de 2016.

La presse turque assure que l'amitié entre les deux hommes date du temps où M. Erdogan était maire d'Istanbul en 1994.

Et pour certains observateurs, Sadat permet au gouvernement turc d'apporter un certain crédit à ses démentis concernant ses opérations extérieures.

Dans un rapport, le chef d'état-major américain Matt Powers désigne Sadat comme "un facilitateur entre Ankara et les miliciens syriens" que la Turquie envoie sur les terrains de guerre.

"Il y a beaucoup de spéculations sur le fait que les services de renseignements turcs utilisent des intermédiaires (comme Sadat) pour payer les miliciens, offrant une forme de couverture à l'emploi de Syriens dans les opérations extérieures", confie à l'AFP Aaron Stein, directeur à l'Institut de recherches sur la politique étrangère au Moyen-Orient.

"En revanche, nous n'avons aucune idée de la façon dont ça fonctionne", reconnait-il.

Mais M. Tanriverdi le jure, sa société "n'a jamais été en Syrie, en Libye ni en Azerbaïjan."

- approbation -

Pour M. Cubukcu, la vision strictement politique du monde déployée par Sadat et l'absence d'unités armées propres la distingue par exemple du Groupe russe Wagner - officiellement privé, mais fortement suspecté de liens étroits avec le Kremlin - qui déploie ses hommes en armes de la Syrie à la République centrafricaine.

"Sadat a des liens idéologiques beaucoup plus étroits avec son gouvernement d'origine", note cependant l'expert.

Certains spécialistes en sécurité estiment que Sadat a contribué à la formation des forces de sécurité turques et au recrutement de soldats idéologiquement raccord avec le régime.

Mais là encore le patron de Sadat écarte l'idée que sa société ait grandi en étroite association avec l'Etat turc.

Bien sûr, il avait besoin de l'approbation de l'Etat pour "exporter des services ou des équipements militaires", mais il n'a jamais pris ses ordres du gouvernement ou des renseignements turcs, le MIT, proteste-t-il.

Adnan Tanriverdi, le fondateur, n'est d'ailleurs plus le conseiller sécurité du président.

"Des pays situés à des milliers de kilomètres des régions concernées, qui s'estiment autorisés à puiser dans leurs ressources, n'hésitent pas à répandre de fausses informations pour accuser notre président et son ancien conseiller en chef, Adnan Tanriverdi", s'insurge le fils. (AFP, 22 oct 2021)

Erdogan prêt à "réagir rapidement" dans le nord de la Syrie

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est dit prêt lundi à "prendre les mesures nécessaires" pour éliminer rapidement les menaces contre ses forces, après les récentes attaques perpétrées contre elles dans le nord de la Syrie.

"Nous sommes déterminés à éliminer nous-mêmes les menaces en provenance de Syrie", a prévenu le président turc à la sortie d'une réunion de cabinet, indiquant que sa "patience est à bout".

Au moins six personnes, dont des civils, ont été tuées lundi dans l'explosion d'une voiture piégée dans une zone du nord de la Syrie sous contrôle des forces turques, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

L'explosion s'est produite dans la ville d'Afrine, située dans la province septentrionale d'Alep, dans le nord-ouest de la Syrie.

"Les récentes attaques et le harcèlement visant nos forces de police ont atteint leur limite", a poursuivi le président Erdogan. "Nous prendrons les mesures nécessaires dès que possible".

"Notre patience est à bout face à ces zones de Syrie d'où proviennent les attaques terroristes visant notre pays", a-t-il insisté.

La région kurde d'Afrine, dans le nord-ouest de la Syrie, à environ 70 km d'Idleb, a été conquise en mars 2018 par des forces turques et leurs supplétifs syriens.

Le secteur, comme tous les territoires tenus par les rebelles proturcs, est régulièrement secoué par des assassinats ciblés, des attentats et des explosions, imputés généralement par Ankara aux milices kurdes.

Des milliers de combattants et de civils évacués des zones reprises par le régime syrien sont regroupés dans cette zone d'Afrine, dont des membres de Jaich al-Islam (l'Armée de l'islam), l'un des plus importants groupes de l'opposition dans la région de Damas, après le début de la guerre en Syrie en 2011.

Déclenchée en 2011 par des manifestations pro-démocratie, la guerre en Syrie est devenue de plus en plus complexe au fil des ans, et a fait au moins un demi-million de morts et des millions de déplacés et de réfugiés. (AFP, 11 octobre 2021)


L'Ukraine va produire des drones militaires turcs
 
L'Ukraine, dont l'armée se sert de drones militaires turcs contre les séparatistes pro-russes, prévoit de construire une usine pour en fabriquer sur son sol, a annoncé jeudi Kiev, au risque d'irriter Moscou.
 
"Un terrain pour la construction de cette usine a été choisi", a déclaré le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba lors d'une conférence de presse avec son homologue turc Mevlüt Cavusoglu à Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine.
 
"Il y avait une série d'obstacles sur la voie de la réalisation (de ce projet), mais ils ont été levés", a-t-il ajouté, sans donner de détails.
 
Son hôte turc ne s'est pas exprimé à ce sujet, soulignant toutefois que Kiev et Ankara étaient "en train de renforcer leurs relations dans de nombreux secteurs", citant la défense.
 
Fin septembre, le ministre ukrainien de la Défense Andriï Taran et Haluk Bayraktar, PDG du groupe Baykar qui produit les appareils Bayraktar, avaient signé à Kiev un mémorandum prévoyant par ailleurs la construction d'un centre de maintenance de ces drones qui servira également à former leurs opérateurs.
 
"C'est un moment important pour nous", avait souligné le chef de l'Etat Volodymyr Zelensky lors de la signature de cet accord.
 
Baykar construira ce centre près de la ville de Vassylkiv, où est basée une brigade des forces aériennes ukrainiennes, près de Kiev.
 
L'Ukraine utilise déjà des drones Bayraktar TB2, modèle phare de Baykar qui a été employé dans les conflits en Syrie, en Libye et au Nagorny Karabakh. Selon des médias, Kiev prévoit d'acheter au total une cinquantaine d'appareils de ce type.
 
La Turquie s'efforce depuis plusieurs années de s'imposer comme un acteur majeur dans le club très fermé des pays producteurs de drones militaires.
 
La vente de drones à Kiev place toutefois Ankara dans une position délicate face à Moscou, la Turquie coopérant également dans le secteur de la défense avec la Russie, adversaire de l'Ukraine.
 
L'est de l'Ukraine est depuis 2014 en proie à une guerre entre les forces de Kiev et des séparatistes pro-russes dont le Kremlin est largement considéré comme le parrain militaire malgré ses dénégations.
 
Ce conflit a commencé peu après par l'annexion par Moscou de la péninsule ukrainienne de Crimée et a fait depuis plus de 13.000 morts. (AFP, 8 octobre 2021)

11 combattants pro-Ankara tués dans des raids russes en Syrie

Au moins onze combattants d'un groupe syrien pro-Ankara ont péri dimanche dans des raids russes rares dans une zone contrôlée par la Turquie et ses alliés locaux dans le nord de la Syrie, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Onze combattants de la division Hamza ont péri et treize autres ont été blessés dans des frappes menées par l'aviation russe sur le village de Brad dans la région d'Afrine" située dans la province septentrionale d'Alep, a indiqué l'OSDH.

Les raids ont visé une école faisant office de siège et de lieu d'entraînement pour le groupe rebelle, détruisant certains de ses murs.

Des efforts sont en cours pour retirer d'éventuels survivants ou cadavres, coincés sous les décombres, d'après l'Observatoire.

Les avions russes ont mené dix frappes aériennes depuis samedi sur la région d'Afrine, a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, qualifiant de "rares" les raids russes dans cette zone.

 "Le message de la Russie est clair, elle veut faire pression sur les Turcs (...) et assurer qu'il n'y a ni frontières ni lignes rouges" à leur action et leurs objectifs militaires en Syrie, a déclaré à l'AFP un responsable des relations publiques au sein de l'"Armée nationale", une coalition de groupes rebelles pro-Ankara, qualifiant de "crime" les raids meurtriers de l'aviation russe.

La Russie, alliée indéfectible du régime syrien, et la Turquie, qui appuie des groupes rebelles, sont deux acteurs majeurs du conflit syrien et ont parrainé en 2020 un accord de cessez-le-feu dans la région d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie, qui échappe toujours au contrôle de Damas.

Située dans la province d'Alep, la région kurde d'Afrine avait elle été conquise en mars 2018 par des forces turques et leurs supplétifs syriens, qui en avaient délogé la principale milice des kurdes.

Le secteur, comme tous les territoires tenus par les rebelles proturcs, est régulièrement secoué par des assassinats ciblés, des attentats ou des explosions, imputés généralement par Ankara aux milices kurdes.

Déclenchée en 2011 par des manifestations pro-démocratie, la guerre en Syrie s'est complexifiée au fil des ans, et a fait environ un demi million de morts et des millions de déplacés et de réfugiés. (AFP, 26 septembre 2021)

Affaires religieuses / Religious Affairs

Budget of Turkey's Religious Affairs Presidency to exceed 16 billion lira

The budget of the Presidency of Religious Affairs will be 16,09 billion lira (~1.7 billion USD) next year, according to the 2022 budget that has been submitted to the parliament.

The new budget will mark an increase of 24.02 percent in the agency's budget.

The budget is foreseen to increase to 18.62 billion lira in 2023 and 20.72 billion lira in 2024, according to the budget plan.

Also, 25 more cars will be purchased for the Presidency next year. It is expected to earn close to 11 billion lira from traffic fines. 26.2 billion lira from alcoholic beverages and 70.6 billion lira from tobacco are targeted. The rate of increase in alcoholic beverages reaches 26 percent compared to this year. ?" (BIA, 21 October 2021)

Un chef de l'EI recherché par Washington arrêté en Turquie selon l'Irak

Les services de renseignement irakiens ont capturé lors d'une opération en Turquie un leader du groupe Etat islamique (EI), Sami Jasim al-Jaburi, recherché par les Etats-Unis et présenté comme un responsable financier de l'organisation jihadiste, ont indiqué lundi des responsables irakiens.

Washington offre une récompense de cinq millions de dollars pour toute information concernant Sami Jasim al-Jaburi qui a joué "un rôle essentiel dans la gestion des finances" de l'EI, selon un programme anti-terrorisme du département d'Etat américain.

Présenté comme un ex-adjoint de l'ancien chef de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi, ce responsable financier a été capturé hors des frontières d'Irak dans une opération des services de renseignement irakiens, a indiqué sur Twitter le Premier ministre irakien Moustafa al-Kazimi.

Son arrestation a coïncidé avec les législatives anticipées de dimanche, quand "les héros des forces de sécurité protégeaient les élections", a-t-il ajouté, sans préciser où il a été capturé.

Mais un haut responsable militaire irakien a indiqué à l'AFP sous couvert de l'anonymat qu'il avait été arrêté "en Turquie", sans donner davantage de précisions sur le lieu et les circonstances de l'opération.

La Turquie n'a pas réagi dans l'immédiat à ces informations.

Sami Jasim al-Jaburi est "considéré comme l'un des plus recherchés au niveau international, et il est proche de l'actuel chef de l'organisation" jihadiste, Abou Ibrahim al-Hachemi al-Qourachi, selon un communiqué des forces de sécurité irakiennes. Il y est présenté comme "le superviseur des dossiers financiers et économiques de l'organisation terroriste".

En septembre 2015, le Trésor américain l'a inscrit sur sa liste de "terroristes" visés par des sanctions.

"Alors qu'il était adjoint de l'EI dans le sud de Mossoul (nord de l'Irak) en 2014, il aurait occupé un poste de ministre des Finances de l'EI, supervisant les revenus du groupe tirés des ventes illicites de pétrole, de gaz, d'antiquités", selon le programme "Rewards for Justice" du département d'Etat.

- "Tendue" -

Après une montée en puissance fulgurante en 2014 en Irak et en Syrie voisine et la conquête de vastes territoires, l'EI a vu son "califat" vaciller sous le coup d'offensives successives dans ces deux pays. L'Irak a proclamé sa victoire contre les jihadistes fin 2017 et l'EI a été défait en Syrie en 2019.

Aujourd'hui l'EI "maintient une présence largement clandestine en Irak et en Syrie et mène une insurrection soutenue de part et d'autre de la frontière entre les deux pays", selon un rapport onusien publié début 2021. Dans ces deux pays, l'organisation jihadiste conserverait "en tout 10.000 combattants actifs", d'après ce rapport.

Traqué, Abou Bakr al-Baghdadi est mort dans une opération américaine en octobre 2019 en Syrie.

Mais l'EI reste une menace, ses combattants ayant renoué avec la clandestinité et continuant de mener des attentats en Irak et en Syrie.

Le dernier attentat d'envergure revendiqué par l'EI en Irak a visé en juillet dernier un marché du quartier chiite de Sadr City à Bagdad qui a fait une trentaine de morts.

En Irak, la situation financière des jihadistes est "tendue", selon un responsable de la coalition internationale antijihadistes emmenée par les Etats-Unis. (AFP, 11 octobre 2021)


L’Exécutif des musulmans de Belgique à nouveau sur la sellette

Christophe Lamfalussy, La Libre Belgique, 29 septembre 2021

Les tensions continuent autour de l’Exécutif des musulmans de Belgique (EMB), otage d’un "islam des ambassades" qui confrontent le Maroc, la Turquie, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis en dépit des efforts des gouvernements successifs pour en faire l’enceinte d’un islam autonome et belge.

Nouvel épisode de cette saga : trois membres élus de l’Exécutif, rétrogradés au rang d’adhérents sans droit de vote, réclament la désignation d’un administrateur provisoire. L’affaire doit être plaidée le 5 octobre au tribunal de l’entreprise francophone de Bruxelles par Me Georges-Henri Beauthier.

L’avocat représente les trois plaignants, tous bruxellois - Mohamed El Morabit, Abdelilah M’Rabet Abdellaoui et Mohamed El Farhaui. Ces derniers sont en rébellion depuis 2014, ont envoyé trois mises en demeure et passent désormais à la vitesse supérieure en citant à comparaître les trois membres actuels du bureau de l’Exécutif.

La décision, en janvier, du ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open VLD) de mettre à l'écart le président de l'EMB Salah Echallaoui, accusé d'être un agent du Maroc, semble avoir redoublé leurs ardeurs.

"Les décisions de l'Exécutif n'ont jamais été prises par les dix-sept membres. Nous, on était là uniquement pour prendre le café ou le thé, justifie M. El Farhaui. Nous demandons la désignation d'un administrateur, un examen des modifications faites au sein de cet organe et un audit interne indépendant sur les P.-V. des réunions, les finances, les re cru tements, les candidats engagés depuis 2017 et toute personne travaillant au sein de cet organe…"

Le trio reproche aux membres du Bureau d’avoir pris le contrôle de l’organisation sans en référer aux membres élus par les fédérations qui regroupent quelque 300 mosquées du pays.

L'Exécutif a pris les conseils de plusieurs avocats dans cette affaire. Il se dit serein, mais ne cache pas la volonté d'avoir voulu marginaliser les trois Bruxellois qu'il soupçonne d'être sous l'influence des Émirats et, par ce biais, de l'Arabie saoudite. Cette dernière a été, pour rappel, évincée de la Grande Mosquée de Bruxelles. "Mes clients n'ont rien de salafistes. Ils veulent juste savoir ce qui se passe", réagit Me Beauthier. "Ils essaient de jeter de la poudre aux yeux des politiques pour les désorienter", ajoute M. El Farhaui.

Les dix-sept membres du conseil de l’EMB ne se seraient plus réunis depuis 2019 et tout passe désormais par une structure liée au Bureau présidé actuellement par Mehmet Üstün, d’origine turque. C’est avec ce Bureau que le ministère de la Justice négocie un renouvellement complet de l’EMB. Le gouvernement le réclame à cor et à cri au nom notamment d’une bonne transparence.

Un dossier suivi avec attention

La Sûreté et l'Ocam suivent ce conflit depuis des mois. Les deux instances traquent en effet les ingérences étrangères dans la pratique de l'islam en Belgique. Et le travail ne cesse pas. À l'occasion d'une question parlementaire posée cet été par le député Koen Metsu (N-VA) au ministre de la Justice, on a appris en effet que la reconnaissance de huit mosquées bruxelloises avait été recalée " à la suite de l'avis négatif des services de sécurité ".

Socio-économique / Socio-economic

La Turquie mise sous surveillance par l'organisme international Gafi

La Turquie a été placée sous surveillance jeudi par l'organisme international Gafi pour ses manquements dans la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, une décision aussitôt qualifiée d"injuste" par Ankara.

"Depuis 2019 (...), la Turquie a réalisé un certain nombre de progrès" dans ces domaines, a souligné l'organisation intergouvernementale dans un rapport publié jeudi.

Toutefois, "de sérieux problèmes demeurent" concernant la situation d'Ankara, a affirmé jeudi lors d'une conférence de presse le président du Groupe d'action financière (Gafi), Marcus Pleyer, pour justifier la mise sur "liste grise" de la Turquie.

Une mise sur liste grise du Gafi, qui regroupe 39 membres, peut avoir des conséquences en terme d'investissements étrangers dans le pays à travers une dégradation de son image.

"Le placement de notre pays sur la liste grise est un résultat injuste", a réagi jeudi soir le ministère turc des Finances dans un communiqué.

La Turquie, qui subit une lourde crise sur fond de plongeon de sa devise, risque de voir son économie un peu plus affectée par cette décision.

Lors de sa conférence de presse, Marcus Pleyer a mis l'accent sur les progrès à réaliser par le pays dans le secteur bancaire, le commerce de pierres précieuses ainsi que le secteur des agents immobiliers.

"Le gouvernement (turc) s'est engagé à poursuivre" ses efforts, a encore affirmé Marcus Pleyer jeudi. "Je les enjoins à transformer ces engagements en actions".

Outre Ankara, la Jordanie et le Mali ont fait leur entrée jeudi dans cette liste de l'organisation internationale.

A l'inverse, le Botswana et Maurice en ont été retirés, le Gafi saluant le "haut niveau" des réformes mises en place par ces deux Etats afin de lutter contre le blanchiment. (AFP, 21 oct 2021)

La Turquie mène une guerre de l’eau en Syrie

Chris den Hond, 13 octobre 2021

La chute du débit de l’Euphrate est une nouvelle menace pour la population syrienne, déjà victime de plus de dix années de guerre sur son territoire. Cinq millions de Syriens risquent d’être privés d’eau et d’électricité. Le coordinateur de l’ONU pour la Syrie, Imran Riza, affirme dans un rapport publié en juin 2021 être « très profondément inquiet de l’impact de la baisse du niveau de l’eau sur la vie de millions de gens vivant en Syrie, surtout concernant l’accès à l’eau et à l’électricité ».

Ces derniers mois, le débit des eaux fluviales a été fortement réduit, selon des chiffres cités par l’ONU : 200 m3 par seconde, au lieu des 500 m3 habituels. Le niveau de l’Euphrate se trouve désormais si bas que les équipements de pompage et les canalisations ne sont plus opérationnels. Le Rojava Information Center décrit une situation alarmante : « Ces derniers mois, la Turquie a grandement limité le flux du fleuve. Jamais le niveau de l’Euphrate n’a été aussi bas. Les barrages hydroélectriques de Tabqa, Tishrine et Firat, dans le nord et l’est de la Syrie, qui produisent de l’électricité pour toute la région, ne fonctionnent qu’alternativement, avec une seule turbine. La production agricole est sérieusement menacée ».

En Syrie, l’Euphrate alimente en effet trois barrages hydroélectriques et des stations de pompage d’eau potable. Sur le grand barrage de Tishrine, à l’est d’Alep, reconquis par les Forces démocratiques syriennes (FDS) des mains de l’organisation de l’État islamique (OEI) qui s’en était emparé en 2015, le niveau d’eau se trouve seulement à quelques dizaines de centimètres au-dessus du niveau « mort ». En dessous, les turbines cesseront de produire de l’électricité.

De graves menaces pour l’agriculture

Comme l’eau de l’Euphrate n’est plus systématiquement filtrée, les eaux usées et l’eau stagnante augmentent le nombre et la propagation de maladies. « L’eau venant de l’Euphrate n’est plus potable et les gens attrapent des maladies à cause de l’eau stagnante », nous confie Muslim Nebo, enseignant à Kobane. Pour Selman Barudo, coprésident de la Commission de l’agriculture et de l’économie de l’Administration autonome du nord et de l’est de la Syrie, « le manque d’eau, en particulier à une saison de l’année aussi cruciale pour les cultures du blé et du coton, a un effet dévastateur sur l’agriculture et l’économie. Les régions agricoles de Tabqa, Rakka et Deir-ez-Zor sont les plus affectées par le manque d’eau. Le niveau de l’Euphrate est tellement bas que les appareils de pompage des agriculteurs ne sont plus immergés et ne peuvent donc arroser les cultures. Nous avons peur que cette sécheresse rende la terre infertile sur le long terme ».

L’administration autonome du nord et l’est est gérée par une coalition entre Kurdes, Arabes et Syriaques. Déjà confrontés à une guerre interminable, de multiples invasions de la Turquie dans le nord et un embargo, ils craignent un impact ravageur sur l’économie. « Nous avons effectivement peur pour les prochaines récoltes, puisque 80 % de l’eau utilisée pour l’arrosage des cultures provient de l’Euphrate », ajoute-t-il.

Les autorités turques martèlent que la baisse du niveau des fleuves en Syrie est due au changement climatique, mais leurs homologues kurdes et arabes dans le nord et l’est de la Syrie accusent la Turquie de faire de l’eau une arme politique. « Même si le changement climatique est la cause principale de cette sécheresse, la Turquie, avec ses barrages sur le Tigre et l’Euphrate, a techniquement la possibilité de faire couler plus d’eau vers la Syrie », nous dit Asya Abdullah, une responsable et fondatrice du Parti d’union démocratique (PYD), rencontrée en septembre à la fête de l’Humanité. « La Turquie piétine toutes les conventions internationales concernant l’eau. Jusqu’en 2019, il n’y a pas eu de sérieux problèmes, mais après l’invasion de la Turquie dans le nord de la Syrie, et depuis qu’elle occupe la zone entre Tal Abyad et Serekeniye (Ras Al-Ain en arabe), les problèmes de coupures d’eau ont commencé et ont aggravé les conséquences des sécheresses. L’afflux de l’eau dans la région de Hasake est aujourd’hui contrôlé par les milices proturques en amont, qui ont coupé l’eau 24 fois ces derniers 18 mois. La Turquie contrôle directement le niveau de l’Euphrate avec ses barrages ».

De nombreux barrages

En 1923, le traité de Lausanne divise le bassin hydrographique du Tigre et de l’Euphrate entre quatre États : la Turquie contrôle le bassin en amont des deux rivières, l’Iran contrôle le Zagros et la vallée Diyala, l’Euphrate irrigue le nord et l’est de la Syrie sur 675 km, et enfin les deux fleuves traversent l’Irak sur 1 200 km. La Turquie se trouve dans une position de force, parce qu’elle est maîtresse de la source des deux fleuves en amont. Elle compte accentuer sa mainmise avec la construction de barrages. Celui qui maîtrise l’eau contrôle les habitants. Or toute cette région (sud-est de la Turquie, nord-est de la Syrie, nord de l’Irak) est majoritairement peuplée de Kurdes.

En 1938, le premier barrage est inauguré près d’Ankara. En 1975, le barrage Keban est complété à Dersim (Tunceli), en amont de l’Euphrate. En 1977, avec le fameux « projet d’Anatolie du Sud-Est » (GAP), la construction de 22 barrages sur l’Euphrate et le Tigre est lancée. La Syrie construit son propre barrage. L’effet combiné est immédiat : une sécheresse en Irak.

Une guerre pour l’eau est évitée de justesse. En 1984, la Turquie signe un protocole sur l’eau avec l’Irak, et fait de même avec la Syrie en 1987. Elle garantit un niveau minimal annuel de débit d’eau de l’Euphrate : en moyenne 500 m3 d’eau par seconde. En contrepartie, la Syrie promet d’arrêter les activités du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) sur son territoire.

Au début des années 1990, la Turquie termine le barrage Atatürk, le quatrième plus grand barrage au monde, à 80 km de la frontière syrienne, dans le nord de Kobane. À partir de là, elle est en mesure de contrôler facilement le débit de l’Euphrate. La situation empire en 2019, quand la Turquie envahit et occupe — jusqu’à aujourd’hui — la zone entre Tal Abyad et Serekeniye. « L’eau de la station de pompage d’Allouk, à côté de Serekeniye est systématiquement détournée et coupée par les milices pro-turques, depuis que la Turquie occupe la zone en 2019 », explique le Rojava Information Center.

Dernier épisode : en 2020, la Turquie met en route, cette fois sur le fleuve Tigre qui coule de Turquie en Irak, le barrage Ilisu qui immerge Hasankeyf, un village vieux de 12 000 ans, malgré de fortes critiques et le retrait d’investisseurs européens en raison des dégâts écologiques et humanitaires. Bagdad déplore à son tour les conséquences néfastes de ce barrage sur le niveau d’eau du fleuve.

Les barrages ne servent pas seulement à irriguer les cultures et à produire de l’électricité. Le président turc Recep Tayyip Erdogan lui-même le reconnaît : « Nous ne voyons aucune différence entre protéger notre eau et protéger notre patrie ». La Turquie utilise l’arme de l’eau pour engendrer un déplacement de population et un changement démographique, dont les Kurdes sont les plus grandes victimes en Turquie et en Syrie. Pour Asya Abdullah, « chaque invasion de la Turquie en Syrie (2016, 2018, 2019) a entraîné un déplacement de population, donc un nettoyage ethnique. Maintenant elle utilise l’arme de l’eau pour pourrir la vie des gens et les pousser à partir ». Ces dernières semaines, malgré de fortes pluies en Turquie, le niveau de l’Euphrate n’est pas remonté.

La livre au plus bas après des limogeages à la Banque centrale

La livre turque a atteint jeudi un nouveau plus bas historique face au dollar, quelques heures après le limogeage de trois cadres de la Banque centrale turque.

La monnaie turque a perdu près d'un cinquième de sa valeur face au billet vert depuis le début de l'année, témoignage de l'inquiétude des marchés quant à l'indépendance de l'institution.

Deux gouverneurs adjoints de la Banque centrale et un membre du comité de politique monétaire ont été limogés dans la nuit de mercredi à jeudi par le président Recep Tayyip Erdogan.

L'un deux avait été le seul à voter contre la baisse du taux directeur en septembre, selon des informations de presse.

"La direction [prise par la Turquie] est inquiétante et peu d'investisseurs (voire aucun) vont continuer de croire que la Banque centrale de Turquie prend au sérieux le combat contre l'inflation", estime l'analyste Jason Tuvey, du cabinet Capital Economics.

La livre turque a reculé de près de 1% dans la nuit pour atteindre un nouveau plus bas historique, à 9,19 livres pour un dollar et s'échangeait toujours, en début d'après-midi, au-dessus de 9,15 livres.

Un dollar valait 3,75 livres début 2018.

Les monnaies des économies émergentes traversent une passe difficile en raison de craintes d'une hausse des taux directeurs de la Réserve fédérale américaine (Fed) et de la Banque centrale européenne (BCE).

Mais la chute de la livre turque est encore plus marquée, les investisseurs redoutant de surcroît une nouvelle opération militaire turque en Syrie après une série d'incidents frontaliers.

Le président Erdogan a limogé trois gouverneurs de la Banque centrale depuis 2019, sapant la confiance des investisseurs et contribuant à rendre le coût de la vie insoutenable pour une partie des Turcs.

Sous la houlette du président turc et malgré une inflation galopante, la Banque centrale avait abaissé son principal taux directeur fin septembre, de 19 à 18%.

M. Erdogan qualifie régulièrement les taux d'intérêt élevés de "père et mère de tous les maux" et affirme, à rebours des théories économiques classiques, qu'ils favorisent l'inflation.

Mais cette politique de croissance à tout prix a fait grimper officiellement l'inflation à près de 20% sur un an, quatre fois plus que l'objectif initial du gouvernement. (AFP, 16 octobre 2021)

Victime des flammes, le précieux miel de pin turc en sursis

L'apiculteur Mustafa Alti et son fils Fehmi produisaient l'un des miels de pin les plus prisés au monde, avant que les flammes ravagent l'été dernier la région de Mugla, en surplomb de la Mer Egée.

Désormais, les Alti, comme de nombreux autres producteurs de miel de pin cette province du sud-ouest de la Turquie - premier producteur mondial, de loin - cherchent désespérément à s'employer et surtout se demandent combien de décennies il faudra pour revenir à leur vie d'avant.

"Quand les forêts brûlent, ce sont nos revenus qui partent en fumée", lâche Fehmi devant ses ruches à flanc de montagne, dans le village de Cökek, ravagé par le feu.

"Je travaille à côté, j'abats des arbres, c'est comme ça qu'on s'en sort", explique le quadragénaire.

Près de 200.000 hectares de forêts ont brûlé cette année en Turquie - plus de cinq fois la moyenne annuelle -, réduisant en cendres des pans entiers de côtes verdoyantes prisées des touristes.

Cette catastrophe puis des inondations meurtrières ont fait du changement climatique, qui figurait déjà parmi les préoccupations des jeunes électeurs turcs, un sujet brûlant à deux ans de la prochaine élection présidentielle.

Signe d'une inflexion politique, le parlement turc a enfin, cinq ans après l'avoir signé, ratifié cette semaine l'Accord de Paris sur le climat.

Mais à Mugla, où 80% du miel de pin turc est produit, le mal est fait.

- "Peut-on réparer les morts ?" -

Les apiculteurs de la région souffraient déjà de la sécheresse, mais les incendies de l'été sont venus briser l'équilibre délicat entre les abeilles, les arbres et les petits insectes essentiels à la production.

Le miel est en effet fabriqué par les abeilles, qui collectent les sécrétions sucrées du petit coléoptère de Bassora (Marchalina hellenica), qui lui se nourrit de la sève des pins.

Fehmi espère que ces coléoptères s'adapteront aux jeunes arbres après les incendies. Mais, craint-il, "il faudra au moins cinq ou dix ans pour revenir à nos revenus d'avant".

Son père, Mustafa, acquiesce. Il exhorte le gouvernement du président Recep Tayyip Erdogan à replanter davantage d'arbres que la zone n'en comptait avant le désastre.

D'autant que la Turquie produit 92% du miel de pin dans le monde, faisant craindre un épuisement des réserves de ce nectar ambré.

"On ne peut pas réparer une maison brûlée. Peut-on réparer les morts ? Non. Mais de nouveaux arbres vont pousser, une nouvelle génération", professe Mustafa.

Pour l'heure, les apiculteurs en sont réduits à mesurer leurs pertes.

Le résident de l'association des apiculteurs de Mugla, Veli Turk, s'attend à ce que la production de miel de la région plonge de 95% cette année.

"Il n'y a presque plus de miel de Marmaris", affirme-t-il.

"Ce miel n'existera plus ici pendant soixante ans", prédit-il. "Ce miel partait partout dans le monde. C'était une bénédiction, c'est vraiment une perte immense."

- Risque de pénurie -

Un autre apiculteur, Yasar Karayigit, songe lui à produire d'autres types de miel pour continuer de vivre de sa passion.

"J'aime l'apiculture mais (...) je vais devoir trouver des alternatives" comme la gelée royale (ou "lait d'abeille") ou le miel de tournesol, juge le quadragénaire, père de trois enfants.

"C'est ce que nous devons faire si nous aimons les abeilles."

Selon Ismail Atici, président de la Chambre d'agriculture du district de Milas à Mugla, le prix du miel de pin a déjà doublé par rapport à l'an dernier, pratiquement inabordable pour de nombreux Turcs qui le présentent souvent sur les tables du petit-déjeuner.

D'autant, prévient-il, que les prix vont continuer de grimper à mesure que les stocks se tariront.

"Arrivera un moment où, même si vous avez de l'argent, vous ne serez en mesure d'[en] acheter", estime M. Atici.

"Il va devenir très difficile de trouver du miel de pin pur à 100%", affirme également Yasar Karayigit.

- "Nous devons poursuivre" -

Pour mieux préparer l'avenir, le président de l'Association des apiculteurs de Turquie, Ziya Sahin, suggère d'introduire le coléoptère de Bassora dans de nouvelles forêts de pins de la région.

"Si pendant deux ans, nous introduisons le coléoptère zone après zone alors nous arriverons peut-être à conserver la position dominante de la région" dans la production de ce miel, affirme M. Sahin.

Sans cela, la baisse de la production sera majeure "et nous ne voulons pas ça", ajoute celui pour qui 2021 fut la "pire" année en cinquante ans de carrière.

Malgré la douleur et un avenir difficile à tracer, Fehmi Alti n'entend pas renoncer.

"C'est le métier de mon père. Et parce que c'est un métier que l'on se transmet dans la famille, nous devons le poursuivre", lâche-t-il. (AFP, 10 octobre 2021)

La Turquie ratifie l'Accord de Paris sur le climat

Le Parlement turc a ratifié mercredi soir à l'unanimité l'Accord de Paris sur le climat, selon la chaine parlementaire qui retransmettait le vote en direct, suivant ainsi l'engagement de son président devant l'Assemblée générale des Nations unies le mois dernier.
 
Recep Tayyip Erdogan avait annoncé cette décision fin septembre à New York, faisant de son pays le 191e à ratifier cet accord qui devait permettre, lors de son adoption en 2016, de limiter la hausse des températures moyennes sur la planète à 2 degrés et si possible à 1,5°C.
 
Cette ratification intervient à trois semaines de la conférence mondiale sur le climat sous l'égide de l'ONU (COP26), qui s'ouvrira fin octobre à Glasgow (Royaume-Uni).
 
La Turquie avait signé l'Accord de Paris en 2016. Elle était l'un des derniers grands pays émetteurs de gaz à effet de serre à ratifier le texte.
 
Manquent encore l'Iran, l'Irak, la Libye, le Yémen et l'Ethiopie.
 
M. Erdogan avait jusqu'à présent justifié son abstention en invoquant des injustices liées aux obligations et au partage du fardeau, en termes de réduction des émissions polluantes: pour Ankara, les efforts doivent être différenciés entre pays industrialisés, catégorie à laquelle le pays appartient néanmoins.
 
Les émissions nettes de gaz à effet de serre de la Turquie ont augmenté de plus de 150% depuis 1990, selon les chiffres officiels turcs.
 
Mais la question climatique s'est brutalement imposée dans le pays cet été après une succession d'événements météorologiques extrêmes, dont des incendies de forêt sur la côte méditerranéenne et des inondations dans le nord, qui ont fait une centaine de victimes et causé d'importants dégâts à la nature.
 
La Turquie est également frappée par une sécheresse persistante, qui oblige déjà certains producteurs à abandonner leur terre et d'autres à se tourner vers de nouvelles cultures moins gourmandes en eau.
 
Les défenseurs de l'environnement s'alarment de la volonté d'Ankara de renforcer sa production énergétique à base de charbon, alors que la Turquie projette officiellement de réduire de 21% ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030.
 
Sur la base des engagements actuels des Etats membres de l'Accord, "le monde est sur le chemin catastrophique de + 2,7°C", a récemment mis en garde le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, soulignant que "si nous ne changeons pas de trajectoire collectivement, il existe un grand risque d'échec de la COP26" à Glasgow.
 
La conférence se tiendra en Ecosse du 31 octobre au 12 novembre.
 
Une étude menée en avril a montré que les trois quarts des Turcs avaient conscience des changements climatiques. Parmi les principales conséquences citées par les personnes interrogées, la multiplication des évènements météorologiques extrêmes, la pollution de l'air et la hausse des prix des denrées alimentaires, sujet brûlant dans un pays frappé par l'inflation. (AFP, 6 octobre 2021)

La Turquie, assoiffée, voit tout un mode de vie menacé
 
Hava Keles est inconsolable lorsqu'elle contemple ses rangées de tomates pourries aux feuilles fanées, le long d'allées qui devraient regorger de fruits lourds et acidulés, l'une des exportations les plus précieuses de Turquie.
 
"Mes tomates, mes haricots, mes poivrons sont perdus. Mes pastèques n'ont même pas poussé. Les concombres se sont racornis sur pieds", constate cette productrice de 58 ans au milieu de sa parcelle aride à Akkuzulu, au nord d'Ankara.
 
Comme elle, des milliers d'agriculteurs à travers la Turquie voient leur unique moyen de subsistance dévasté par des sécheresses répétées, imputées au changement climatique avec des précipitations anormalement faibles depuis deux ans.
 
En cause également, selon des experts, la politique du président Recep Tayyip Erdogan qui, depuis deux décennies, a ignoré les urgences environnementales et basé sa popularité sur une prospérité tirée par un développement urbain rapide.
 
A la tribune des Nations unies, fin septembre, Erdogan a enfin promis que la Turquie ratifierait l'Accord de Paris de 2015 - qu'elle avait signé en 2016 - avant le rendez-vous mondial sur le climat, fin octobre sous l'égide de l'ONU à Glasgow.
 
La question climatique s'est brutalement imposée dans le pays cet été après une succession d'événements météorologiques extrêmes, dont des incendies de forêt meurtriers sur la côte méditerranéenne et des inondations dans le nord.
 
Pour de nombreux producteurs comme Hava, c'est sans doute trop tard. Mais elle ne peut se résoudre à renoncer.
 
"Mon mari me conseille d'abandonner. Mais j'ai trop transpiré ici", confie-t-elle en évoquant aussi les dizaines de milliers de livres turques de dettes qui se sont accumulées.
 
Cet été, elle et ses pairs ont dû aller chercher de l'eau dans de grands réservoirs, les nappes sous leurs pieds étant vidées.
 
Plus de la moitié de la Turquie est confrontée à une sécheresse sévère. Or l'agriculture est un secteur majeur de son économie, qui assure environ 6% du PIB et 18% des emplois.
 
- le pire est à venir -
 
Surtout, le pays, autrefois autosuffisant pour son alimentation, septième producteur agricole du monde, exporte tout, des tomates aux raisins, des noisettes aux olives.
 Mais ses importations de blé ont explosé en près de deux décennies, de 150 millions de dollars à 2,3 milliards de dollars en 2019, selon le ministère de l'Agriculture.
 
Cette tendance fait craindre de voir le pays producteur-exportateur devenir dépendant pour ses besoins alimentaires.
 
"La Turquie doit conduire un gros travail d'adaptation. Ce que nous avons vu jusqu'à présent, ce n'est rien", prévient Levent Kurnaz, directeur du Centre d'études sur le changement climatique et les politiques à l'Université Bogazici d'Istanbul.
 
La sécheresse oblige déjà certains producteurs à abandonner leur terre et d'autres à se tourner vers de nouvelles cultures, moins gourmandes en eau.
 
Mais dépendre des importations quand la livre turque s'effondre s'avère exorbitant pour la population. En août, les prix des produits de base avaient augmenté de 29% sur l'année, contraignant le président à lever les taxes douanières sur le blé, les poids chiches ou les lentilles pour masquer la débandade.
 
Les agriculteurs pâtissent déjà de la baisse des réserves dans les grands barrages turcs, mais toute la population est concernée par la raréfaction de l'eau.
 
Pour les experts, l'absence de politique de gestion de l'eau dans ce pays a exacerbé les problèmes: les lacs s'assèchent, même le plus grand d'entre eux, le lac de Van dans l'est du pays.
 
"Si nous ne prenons pas les mesures nécessaires, nous nous préparons des jours difficiles dans les années à venir", glisse Ceyhun Ozcelik, professeur agrégé au Département des ressources en eau de l'Université Sitki Kocman de Mugla, dans le sud-ouest.
 
- des modes de vie transformés -
 
Les oliveraies des collines de Mugla, sur la côte égéenne, qui produisent une huile réputée, sont elles aussi menacées.
 
Pas une goutte n'est tombée en 2021, relève Ismail Atici, président de la chambre agricole locale: "Si ça continue encore deux mois, les arbres ne pourront pas nourrir les fruits qui poussent", craint-il.
 
Les coûts de production eux aussi grimpent en flèche, confie Ferdun Cetinceviz, 41 ans, qui élève des vaches à lait nourries avec son propre maïs.
 
"Je perds 35 à 40.000 livres par mois avec mon travail", dit-il au milieu de ses bêtes qui piétinent une terre sèche, bordée au loin par des montagnes verdoyantes.
 
M. Cetinceviz pense perdre cette année jusqu'à 50 % de ses rendements habituels en raison de la sécheresse.
 Les agriculteurs qui autrefois produisaient du coton, extraordinairement gourmand en eau, se sont tournés vers le maïs. Mais lui aussi exige trop d'eau désormais.
 
"Si je ne peux pas arroser des cultures dont mes animaux ont besoin, ils auront faim", constate l'éleveur.
 
La crise est telle, assure Ali Tekkaya, responsable de l'administration de l'eau dans la province de Mugla, qu'au-delà des revenus des agriculteurs, "c'est toute l'économie et le mode de vie des gens qui en seront transformés". (AFP, 5 octobre 2021)

Koç University students protest for housing rights

 

As in-class education has started at universities after months of suspension amid the novel coronavirus (COVID-19) outbreak, more and more students have been having problems with finding housing.

The students of Koç University, a foundation university, are faced with this problem, like several other university students across the country. "You have no place to rest in peace, because we have no place to sleep," they said on September 27 and started protesting at the campus.

Lale from the Koç University Solidarity says, "There was already a problem with dormitories, but we have never had such trouble before."

Explaining why they started keeping watch at the campus, Lale says:

The placement results were announced on September 13. Nearly 300 fellow students have not been given a place to stay. Among them were people coming from other cities, the ones placed in dormitories and the ones who had a dormitory scholarship, but were still not placed in a dorm. We came together and listed our requests and said that we would start resisting if these requests were not met.

Pressure of undercover police, security guards

Lale says that the university administration has made no statements after receiving their demands:

"No one came to us. We went to the Henry Ford Grass Area. Then, the Student's Dean and Secretary General came, too.

"They didn't say anything about our demands. All they said was 'Don't put up a tent.' After we sent them away, saying, 'Let us think about it among ourselves and discuss it in a forum', we realized that we had undercover police officers among us. We sent them away, too."

Lale notes that the security guards who tore their banners yesterday (September 28) disturbed them all through their watch that they kept at the campus the other night. She recounts what happened then:

Lastly, at 3 in the morning, they said, 'Gendarmerie will enter the school. Close the table and don't stay here.' Apart from this, the dean has pledged that 'we can continue the resistance and no investigation will be launched against anyone.' But the conversation went on like 'The gendarmerie will come and get you, an investigation will be launched, your scholarships will be terminated'. (BIA, 29 September 2021)

Relations turco-européennes / Turkey-Europe Relations

Erdogan ordonne l'expulsion des ambassadeurs mobilisés en faveur de Kavala

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé samedi avoir ordonné l'expulsion, "au plus vite", des dix ambassadeurs dont ceux de France, d'Allemagne et des Etats-Unis, qui ont réclamé la libération de l'opposant Osman Kavala.

"J'ai ordonné à notre ministre des Affaires étrangères de déclarer au plus vite ces dix ambassadeurs persona non grata", a affirmé le chef de l'Etat lors d'un déplacement dans le centre de la Turquie, sans préciser la date à laquelle les diplomates devront partir.

Ces diplomates "doivent connaître et comprendre la Turquie", a poursuivi M. Erdogan en les accusant "d'indécence". "Ils devront quitter" le pays "s'ils ne le connaissent plus", a-t-il ajouté.

Mesure rare dans les relations internationales, déclarer "persona non grata" des diplomates ouvre la voie à leur expulsion ou leur rappel par leur propre pays.

Selon une source diplomatique allemande, les dix pays concernés se concertaient samedi soir, sans avoir toutefois reçu de notification officielle de la mesure.

"Du matin au soir ils (les diplomates) répètent: Kavala, Kavala... Mais celui dont vous parlez, Kavala, c'est l'agent de Soros en Turquie", a affirmé le président Erdogan durant une réunion publique, faisant une nouvelle fois référence au milliardaire américain d'origine hongroise George Soros auquel il compare régulièrement l'opposant.

Emprisonné depuis quatre ans sans jugement, Osman Kavala est accusé depuis 2013, par le régime du président Erdogan, de vouloir déstabiliser la Turquie.

Dans un communiqué publié lundi soir, le Canada, la France, la Finlande, le Danemark, l'Allemagne, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, la Suède et les Etats-Unis ont appelé à un "règlement juste et rapide de l'affaire" Osman Kavala, homme d'affaires et mécène turc devenu une des bêtes noires du régime, emprisonné depuis quatre ans sans jugement.

Dès le lendemain, leurs ambassadeurs étaient convoqués au ministère des Affaires étrangères, les autorités turques jugeant "inacceptable" leur démarche.

Le chef de l'Etat turc avait ensuite brandi la menace d'une expulsion à son retour d'une tournée africaine, jeudi.

-"Rien qui puisse justifier l'expulsion"-

Parmi les premiers pays à réagir, samedi soir, la Suède, la Norvège, le Danemark et les Pays-Bas ainsi que l'Allemagne ont fait savoir qu'ils n'avaient reçu aucune notification officielle concernant leurs ambassadeurs respectifs à ce stade. Un peu plus tard, les Etats-Unis ont fait de même.

"Nous sommes au courant de ces informations et cherchons à en savoir plus auprès du ministère turc des Affaires étrangères", a indiqué samedi un porte-parole du Département d'Etat américain.

"Notre ambassadeur n'a rien fait qui puisse justifier l'expulsion", a affirmé une porte-parole du ministère norvégien des Affaires étrangères, Trude Måseide, citée par l'agence de presse NTB, ajoutant que son pays "continuera d'exhorter la Turquie à adhérer aux normes démocratiques".

"Nous sommes actuellement en consultation intensive avec les neuf autres pays concernés", a de son côté annoncé le ministère allemand des Affaires étrangères.

Plusieurs parlementaires néerlandais ont réagi sur les réseaux sociaux.

"A juste titre, l'ambassadrice néerlandaise en Turquie a entre autres appelé à mettre en oeuvre les arrêts de la Cour européenne des droits de l'homme. Désormais, les 27 pays de l'UE doivent se rallier à cela", a tweeté la parlementaire travailliste Kati Piri.

En décembre 2019, la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) avait ordonné la "libération immédiate"de M. Kavala - en vain.

A 64 ans, cette figure majeure de la société civile, homme d'affaires richissime et philanthrope, né à Paris, a été maintenu en détention début octobre par un tribunal d'Istanbul qui a estimé "manquer d'éléments nouveaux pour le remettre en liberté".

Osman Kavala, qui a toujours nié les charges pesant contre lui, comparaîtra de nouveau le 26 novembre.

Arrêté initialement pour sa participation au mouvement anti-gouvernemental dit de Gezi en 2013, époque à laquelle M. Erdogan était Premier ministre, il a ensuite été accusé de tentative de coup d'Etat et d'espionnage.

-"Un procès équitable n'est plus possible" -

Dans un entretien récent à l'AFP, M. Kavala a estimé que sa détention permet au régime de M. Erdogan de justifier ses "thèses complotistes".

"Considérant qu'un procès équitable n'est plus possible dans ces circonstances, je pense que cela n'a aucun sens pour moi d'assister aux audiences à venir", a-t-il annoncé vendredi via ses avocats.

Le Conseil de l'Europe a récemment menacé la Turquie de sanctions, qui pourront être adoptées lors de sa prochaine session (30 novembre au 2 décembre) si l'opposant n'est pas libéré d'ici là.

Le chef de l'opposition Kemal Kiliçdaroglu a estimé que la menace d'une prochaine expulsion des ambassadeurs risquait de "précipiter le pays dans le gouffre".  (AFP, 23 oct 2021)


Sur le Bosphore, Merkel remercie Erdogan sans omettre ses critiques

Des remerciements et quelques critiques: la chancelière allemande Angela Merkel a salué une dernière fois samedi le président turc Recep Tayyip Erdogan, "un important partenaire" qu'elle a souvent défendu au sein de l'Europe.

Arrivée la veille, la chancelière, qui poursuit une tournée d'adieu après 16 ans à la tête de la première puissance économique européenne, était reçue à Tarabya, l'une des résidences présidentielles les plus spectaculaires sur le Bosphore à Istanbul, où elle a été invitée à déjeuner.

"J'ai été parfois critique face aux développements auxquels nous avons assisté dans le domaine des droits de l'homme et des libertés individuelles", a-t-elle reconnu lors d'une conférence de presse à l'issue de la rencontre.

"La seule chose que je peux vous dire, c'est qu'il en ira de même avec le prochain gouvernement allemand: la relation entre la Turquie et l'Allemagne continuera, avec ses bons et ses mauvais côtés", a-t-elle promis.

De son côté, le président Erdogan, qui a remercié par deux fois sa "chère amie" Angela Merkel, s'est inquiété par avance de la suite: "Il n'est jamais facile de travailler avec une coalition" comme celle qui est en cours de négociations en Allemagne pour la formation du futur gouvernement, a-t-il estimé.

Au cours de ses 16 années à la tête de l'Allemagne, et malgré de sérieuses divergences parfois, voire de fortes tensions après le putsch manqué de juillet 2016 en Turquie, Mme Merkel a toujours veillé à maintenir la porte ouverte entre Berlin et Ankara et évité que l'Europe ne ferme les siennes à son grand voisin.

Partenaire essentiel en Europe de la Turquie, l'Allemagne, où habitent environ trois millions de personnes d'origine turque, selon les dernières estimations officielles, est plusieurs fois intervenue en faveur d'Ankara quand les relations se dégradaient avec l'Union Européenne.

Elle a notamment agi comme un rouage important d'un accord conclu sur la question cruciale des migrants. L'UE a ainsi offert six milliards d'eruos pour que la Turquie retienne les refugiés sur son sol, sans les laisser pousser plus à l'ouest.

Le président turc a d'ailleurs fait valoir samedi que son pays était devenu "une guest-house" (une maison d'hôtes) pour les réfugiés, dont plus de 3,5 millions de Syriens et 300.000 Afghans accueillis actuellement sur son territoire.

La chancelière a rendu hommage à "cette tâche
importante" et garanti que "le soutien européen à la Turquie continuera": "Parce que nous voulons mettre fin au trafic d'être humains, le soutien de l'UE est nécessaire: nous avons déjà versé 4,5 milliards d'euros sur les 6 milliards" convenus.

- Relation personnelle -

La relation particulière de l'Allemagne avec la Turquie, très dépendante de la personnalité de Mme Merkel et de son poids sur la scène européenne, risque de connaître des trous d'air avec la nouvelle équipe à venir à Berlin, estime Günter Seufert, chercheur à l'Institut allemand des affaires internationales et de sécurité.

Les deux dirigeants avaient certes des "relations personnelles difficiles sur bien des points mais ils sont toujours parvenus à sauvegarder une atmosphère de coopération et de travail. L'Allemagne n'a jamais fermé la porte et a toujours laissé un canal ouvert", a indiqué le chercheur à l'AFP.

Grâce à elle, souligne-t-il, les relations sont restées bien meilleures avec Berlin qu'avec les Etats-Unis ou la France. Mais l'avenir, prédit-il, s'annonce nettement plus difficile pour les deux pays, en particulier sur la gestion des migrants: "Quel que soit le nouveau chancelier, il n'aura pas sur la scène européenne le poids ni l'autorité d'Angela Merkel; il lui sera donc beaucoup plus difficile de coordonner la politique européenne comme elle le faisait".

Pour M. Seufert, le départ d'Angela Merkel augure même "des temps difficiles" pour la Turquie.

Car les sources de tensions restent nombreuses entre Bruxelles et Ankara, alimentées notamment par les missions d'exploration gazière menées par la Turquie dans les eaux grecques et chypriotes en Méditerranée orientale, ou par la présence de militaires turcs en Libye.

Le président Erdogan est en outre vu comme le principal obstacle à la normalisation de la situation à Chypre, toujours coupée en deux, et s'accroche à une "solution à deux Etats" dont l'UE ne veut pas. (AFP, 16 octobre 2021)

“Implement the ECtHR judgement, release Osman Kavala”

In the retrial over Gezi, which has been recently merged with the çArşı case, the court ruled on Friday (October 9) that businessperson and rights defender Osman Kavala, the only arrested defendant of the case who has been jailed for 1,441 days as of today, should remain behind bars.

Against this backdrop, the Delegation of the European Union (EU) to Turkey has released a written statement by the Spokesperson.

Referring to the European Court of Human Rights (ECtHR) judgement which ruled for the immediate release of Oman Kavala, finding violations of rights in his imprisonment, the statement has read:

'Turkey urgently needs to make progress'

"For almost four years, businessman and human rights defender Osman Kavala has been held in prison in Turkey, without having been convicted.

"There has not been any progress towards Mr. Kavala's release despite the binding judgment of the European Court of Human Rights (ECtHR) in 2019, six decisions and an Interim Resolution by the Committee of Ministers of the Council of Europe calling for his immediate release. This is regrettable, in particular in light of Turkey's international obligations.

"As a candidate country and a long-standing member of the Council of Europe, Turkey urgently needs to make concrete and sustained progress in the respect of fundamental rights, which are a cornerstone of EU-Turkey relations.

"We urge the Turkish judiciary to follow-up on the Council of Europe's recommendations regarding strengthening the rule of law, democracy and fundamental rights, and implement the ECtHR judgement that calls for Mr. Kavala's immediate release, as a matter of urgency and ahead of the next session of the Committee of Ministers of the Council of Europe." Desk (BIA, 11 October 2021)

La Turquie accuse Macron de "populisme" après des propos sur l'Algérie
 
La Turquie a taxé jeudi Emmanuel Macron de "populisme" après la publication de propos attribués au président français qualifiant le règne ottoman sur l'Algérie de colonisation et qui ont déclenché des remous diplomatiques.
 
Ces déclarations "populistes" sont "mauvaises au plus haut point", a estimé le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu lors d'une conférence de presse à Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, où il était en déplacement.
 
"S'il a des choses à nous dire, qu'il nous les dise en face et pas dans notre dos", a-t-il ajouté.
 
L'affaire a commencé avec la publication, la semaine dernière, d'un article du quotidien français Le Monde rapportant un échange entre M. Macron et un groupe de jeunes descendants de protagonistes de la guerre d'indépendance de l'Algérie (1954-1962).
 
Selon Le Monde, M. Macron a estimé lors de cette rencontre que l'Algérie s'était construite sur "une rente mémorielle", suscitant la colère de l'Algérie qui a annoncé le rappel de son ambassadeur à Paris.
 
"Est-ce qu'il y avait une nation algérienne avant la colonisation française ? Ça, c'est la question. Il y avait de précédentes colonisations. Moi, je suis fasciné de voir la capacité qu'a la Turquie à faire totalement oublier le rôle qu'elle a joué en Algérie et la domination qu'elle a exercée", a ajouté M. Macron, selon Le Monde.
 
Ces propos ont suscité la colère du gouvernement turc, pour qui les questions mémorielles sont très sensibles. La Turquie, héritière de l'Empire ottoman qui a contrôlé l'actuelle Algérie pendant trois siècles, répète ainsi à l'envi n'avoir "aucune tâche comme la colonisation ou le génocide" dans son histoire.
 
La Turquie ne se prive pas, en revanche, de critiquer régulièrement le passé colonial de la France.
 
Cette bataille mémorielle s'inscrit dans un contexte plus large de tensions entre la Turquie et la France, deux pays membres de l'Otan que plusieurs différends opposent.
 
Leurs rapports se sont fortement tendus l'an dernier, notamment à propos de la Libye, de la Syrie, mais aussi de la Méditerranée orientale et sur la question de Chypre. Le président turc Recep Tayyip Erdogan avait été jusqu'à s'interroger sur la "santé mentale" de M. Macron, l'accusant de mener une "campagne de haine" contre l'islam, parce qu'il avait défendu le droit de caricaturer le prophète Mahomet et appelant ses concitoyens à boycotter les produits français.
 
Les deux pays ont néanmoins multiplié ces derniers mois les gestes d'apaisement, avec par exemple le renvoi l'été dernier à Paris d'un ressortissant français condamné par la Turquie pour détention de stupéfiants. (AFP, 7 octobre 2021)
 
Turkish Tribunal” convicted the Erdoğan government

Following its four-day sessions in Geneva, the “Turkish Tribunal” convicted the Erdoğan government for its fundamental human rights violations in Turkey. A total of 15 witnesses were heard during the four-day hearings over the torture, enforced disappearances and abductions of dissidents from abroad, freedom of press and expression, right of access to justice, impunity and crimes against humanity committed by the Turkish government. 

Presiding judge Françoise Baroness Tulkens stated that the decision is not legally binding but may serve as a source for possible future investigations.

Tulkens said that the witnesses bravely spoke about their experiences and that the tribunal concluded that there is systematic and organized torture in Turkey. Tulkens urged the Turkish government to abide by international treaties against torture, to which it is a signatory.

The Turkey Tribunal Judges on Friday gave their final opinion on whether there is sufficient evidence to judge that the Turkish state is responsible for gross violations of human rights and if they qualify as crimes against humanity.

On Monday, the Turkey Tribunal, a not-for-profit human rights organization registered in Belgium, began a tribunal on the human rights violations committed by Turkish President Recep Tayyip Erdoğan and his government.

The four-day tribunal in Geneva addressed violations that included torture, forced disappearances, abductions from foreign countries, freedom of press and expression, among others, with accounts from 15 witnesses.

The Turkey Tribunal, a symbolic international tribunal, said that the acts of torture and enforced disappearances committed in Turkey could amount to crimes against humanity.

Five observers followed the Turkey Tribunal to ensure that the impartiality and independence of the court were witnessed and heard the testimony of witnesses who have been victims of human rights violations.

The judges of the Turkey Tribunal have found out that “there is a systematic and organized use of torture in Turkey, particularly against people perceived to be linked with or supportive of the Kurdish people and the Gülen movement”.

The Tribunal maintained that domestic enforced disappearances are conducted by Turkey’s intelligence service (MIT) officials or other individuals working with or for the Turkish state. Moreover, the complaints of these enforced disappearances are not effectively investigated by Turkey.

Concerning press freedom, the judges said that “Turkey does not meet its obligations under international law”. It referred to the plight of imprisoned journalists and recurring physical and mental violence inflicted on members of the press. 

The judges highlighted “a persistent and prevailing culture of impunity in Turkey”.

“The Tribunal cannot be seen as an initiative against Turkey, but as an initiative in favour of the protection of human rights,” said Prof. Dr Rik Van Walle, rector of the University of Ghent.

The Tribunal revealed that the Turkish government tried to have the event cancelled. However, its attempts to silence the Turkey Tribunal failed.

The Turkey Tribunal was watched each day by approximately 70,000 people on the YouTube channel from 85 countries. On Twitter, it reached more than one million impressions and peaked at 1,404,828 on Thursday. 

“This unprecedented level of interest in the Turkey Tribunal proceedings has shown the need to break the silence and examine this enormous body of evidence in a legal and forensic fashion,” the head of the Turkey Tribunal, Professor Dr. em. Johan Vande Lanotte, Belgian Minister of State (hon title), maintained.

“This tribunal has finally given a loud voice to all of the millions of Turkish people who have been forced to suffer such human rights violations,” he added.

Vande Lanotte further said that the Tribunal would move forward to take the Turkish government to the International Criminal Court. The Tribunal may also use individual files for an application to the Magnitsky Act.

The Magnitsky Act, a bipartisan bill passed by the U.S. Congress in 2012, authorizes the U.S. government to sanction those it sees as human rights offenders, freeze their assets, and ban them from entering the U.S.

Turkey has been suffering from heightened rights violations since the July 2016 coup attempt against Erdoğan’s government. Some 80,000 people were jailed and over 150,000 dismissed from their state jobs over vaguely defined, broad terror or coup-plotting charges.

The summary of the tribunal’s finding is reproduced below:

https://ahvalnews.com/turkey-tribunal/turkey-tribunal-releases-its-final-opinion-human-rights-violations-turkey


Turquie-USA-OTAN / Turkey-USA-NATO

La Turquie convoque les ambassadeurs de 10 pays après un appel pour  Kavala

La Turquie a convoqué mardi les ambassadeurs de dix pays dont la France, l'Allemagne et les Etats-Unis, jugeant "inacceptable" l'appel en faveur de la libération de l'opposant Osman Kavala lancé par ces Etats, a indiqué le ministère turc des Affaires étrangères.

"Le communiqué [publié lundi par les dix pays] sur les réseaux sociaux au sujet d'une procédure judiciaire menée par une justice indépendante est inacceptable", a affirmé le ministère.

"Nous leur avons dit qu'ils violaient l'Etat de droit, la démocratie et l'indépendance de la justice qu'ils défendent", a poursuivi le ministère, selon le communiqué publié à l'issue de la convocation des ambassadeurs.

"Il a été souligné que la Turquie est un État de droit démocratique qui respecte les droits de l'homme, et il leur a été rappelé que la justice turque ne serait pas influencée par de telles déclarations".

Dans un communiqué publié lundi soir, le Canada, la France, la Finlande, le Danemark, l'Allemagne, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, la Suède et les Etats-Unis avaient appelé à un "règlement juste et rapide de l'affaire" Osman Kavala, éditeur et mécène turc devenu une bête noire du régime, emprisonné depuis quatre ans sans condamnation.

"Le retard persistant [pris par] son procès (...) jette une ombre sur le respect de la démocratie, de l'Etat de droit et de la transparence du système judiciaire turc", écrivaient les représentants des dix pays.

L'homme d'affaires et philanthrope Osman Kavala, emprisonné depuis octobre 2017, restera au moins jusqu'au 26 novembre en prison, a décidé début octobre un tribunal d'Istanbul, malgré les menaces européennes de sanctions contre Ankara.

Cet opposant de 64 ans, figure majeure de la société civile, est accusé depuis 2013 par le régime du président Recep Tayyip Erdogan de chercher à déstabiliser la Turquie.

Il est notamment en ligne de mire pour avoir soutenu en 2013 les manifestations antigouvernementales connues sous le nom de mouvement de Gezi ayant visé M. Erdogan, alors Premier ministre.

Puis il a été accusé d'avoir cherché à "renverser le gouvernement" lors de la tentative de coup d'Etat de 2016.

En décembre 2019, la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) avait ordonné sa "libération immédiate" - en vain.

Le Conseil de l'Europe a récemment menacé Ankara de sanctions, qui pourront être adoptées lors de sa prochaine session (30 novembre au 2 décembre) si l'opposant n'est pas libéré d'ici là.

Osman Kavala a estimé la semaine dernière, dans un entretien exclusif à l'AFP, que sa détention permet au pouvoir de Recep Tayyip Erdogan de justifier ses "thèses complotistes".

"Pour moi, la vraie raison de ma détention prolongée répond au besoin du gouvernement d'entretenir la fiction d'un complot", a-t-il déclaré depuis sa cellule via son avocat. (AFP, 19 oct 2021)

La Turquie en pourparlers avec les USA pour acquérir des F-16, selon Erdogan

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré dimanche que son pays était en pourparlers avec les États-Unis pour l'acquisition d'avions de combat F-16, après que la Turquie a été exclue du programme de l'avion de combat américain F-35.

La Turquie, qui était partenaire du programme d'avions de combat furtifs américains F-35 à son lancement et comptait en acquérir une centaine, en a été exclue par Washington en 2019 après avoir acheté des systèmes de défense antiaérienne russes S-400.

Ankara réclame désormais une compensation pour son éviction du programme américain, notamment pour le versement de 1,4 milliard de dollars effectué avant son exclusion.

"Nous avons soulevé cette question dans nos entretiens. Nous attachons de l'importance au dialogue pour trouver une solution à ce problème", a déclaré dimanche à des journalistes M. Erdogan dans un aéroport d'Istanbul, avant de s'envoler pour une tournée en Afrique.

Le projet d'achat par la Turquie d'avions F-16 est "bien sûr lié au problème des F-35", a-t-il indiqué, précisant que les États-Unis avaient proposé à la Turquie de vendre des F-16 pour moderniser sa flotte aérienne.

"Nous avons dit que nous prendrions toutes les mesures nécessaires pour répondre aux besoins de défense de notre pays", a poursuivi M. Erdogan, ajoutant que la Turquie travaillait à la modernisation de sa flotte d'avions de guerre.

Une vente de F-16 par les États-Unis devrait cependant être approuvée par le Congrès américain au sein duquel l'hostilité à l'égard de la Turquie est en progression.

Le mois dernier, M. Erdogan avait indiqué que la Turquie avait toujours le projet d'acquérir un deuxième lot de systèmes de défense antimissile S-400 russes, ce qui avait conduit à une nouvelle mise en garde des États-Unis conce17nant les risques d'une nouvelle détérioration de leurs relations bilatérales. (AFP, 2 oct 2021)

Attaques à la frontière syrienne: Ankara accuse les Etats-Unis et la Russie

La Turquie a accusé mercredi les Etats-Unis et la Russie d'avoir une part de "responsabilité" dans les récentes attaques conduites contre ses forces en Syrie et à la frontière, se réservant le droit de riposter.

"La Russie et les Etats-Unis ont une responsabilité dans les dernières attaques visant des civils et des policiers" lancées depuis la Syrie, a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu lors d'une conférence de presse.

"Nous ferons ce qui est nécessaire pour nettoyer ces régions des terroristes", a ajouté M. Cavusoglu.
 Selon lui, les Etats-Unis ont "failli à leurs promesses" en formant et armant les combattants kurdes de Syrie.

"Qui fournit des armes à ces terroristes? Qui les forme? C'est vous", a-t-il dit en dénonçant "l'insincérité" américaine.

"Puisqu'ils ne tiennent pas leurs promesses, nous ferons le nécessaire pour [garantir] notre sécurité", a-t-il ajouté.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'était dit prêt lundi à "prendre les mesures nécessaires" pour éliminer rapidement les menaces contre ses forces.

"Les récentes attaques et le harcèlement visant nos forces de police ont atteint leur limite", a déclaré le président Erdogan.

Ankara a rapporté depuis le week-end dernier plusieurs attaques visant ses forces, dont trois tirs de missiles tirés lundi dans la province de Gaziantep (sud-est), depuis une zone du nord de la Syrie contrôlée par les combattants des Unités de protection du peuple (YPG).

Les YPG, principale milice kurde en Syrie, sont considérés par Ankara comme une émanation du Parti des travailleurs kurdes (PKK), classé comme une organisation terroriste par les Etats-Unis et l'Union européenne.

Cette attaque n'a fait aucun mort, selon le bureau du gouverneur local.

L'agence de presse turque officielle Anadolu a par ailleurs fait état d'une autre attaque dimanche, attribuée aux YPG dans le nord de la Syrie, qui a fait deux morts et deux blessés dans les rangs des forces spéciales turques.

L'ambassade américaine en Turquie a présenté mardi via Twitter ses condoléances à Ankara pour cette attaque.
 Depuis le début de la semaine, les craintes d'une opération militaire turque en Syrie font plonger la monnaie nationale face au dollar à des niveaux inédits. (AFP, 13 octobre 2021)

Les Etats-Unis exhortent la Turquie à ne plus acheter d'armes russes

Les Etats-Unis ont exhorté vendredi Ankara à ne plus acheter d'armes à Moscou, aurisque de dégrader leurs relations, après les tensions provoquées par l'achat du système de défense antiaérienne russe S-400 par la Turquie.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a rencontré mercredi son homologuerusse Vladimir Poutine pour la première fois en 18 mois, a déclaré qu'ils avaient évoqué la possibilité d'une plus grande coopération militaire.

"Nous avons exhorté la Turquie à tous les niveaux et à toutes les occasions à ne pasconserver le système S-400 et à s'abstenir d'acheter tout équipement militaire russe supplémentaire", a déclaré aux journalistes Wendy Sherman, numérodeux du département d'Etat, interrogée sur le voyage de M. Erdogan à Sotchi.

"Nous continuons à le faire savoir clairement à la Turquie, et à lui dire quellesseront les conséquences si elle va dans cette direction", a ajouté Mme Sherman, qui était en visite en Suisse.

Elle a aussi réaffirmé que le S-400 n'était "ni compatible ni utilisable avec les systèmes de l'OTAN".

La Turquie, membre de l'OTAN, avait défié les avertissements des Etats-Unis enachetant le système de défense antiaérienne russe S-400, faisant craindre à l'alliance occidentale que ce contrat ne permette à la Russie de perfectionner sescompétences en matière de ciblage des avions américains et des pays de l'ouest de l'Europe.

En réponse, Washington avait imposé des sanctions à la Turquie et l'avait écartéeen 2019 de son programme d'avions de combat F-35 à la pointe de la technologie, dans lequel plusieurs entreprises turques étaient impliquées et grâce auquelAnkara espérait obtenir jusqu'à 100 avions.

Mais Wendy Sherman a assuré que la relation avec la Turquie comptait pour lesEtats-Unis, soulignant leur accueil de millions de réfugiés syriens et l'aide offerte pour la gestion de l'aéroport international de Kaboul.

"La Turquie est parfois un défi. Je suis sûre qu'ils trouvent que les Etats-Unissont parfois un défi. Mais ils sont un allié précieux de l'Otan", a déclaré Mme Sherman.

M. Erdogan a déclaré jeudi que sa relation avec Joe Biden avait "mal commencé".Avant d'être au pouvoir, le président américain avait qualifié le dirigeant turc d'autocrate et exprimé son soutien à l'opposition. (AFP, 1 octobre 2021)

Relations régionales / Regional Relations

Angola: Erdogan promet un partenariat "gagnant-gagnant" aux Africains

La Turquie entend promouvoir des relations avec les pays africains "sur la base d'un partenariat égalitaire gagnant-gagnant, dans le cadre du respect mutuel", a assuré le président turc Recep Tayyip Erdogan en concluant une visite en Angola, première étape d'une tournée en Afrique.

"Nous, en Turquie, nous attachons une grande importance et une grande valeur à la relation étroite que nous entretenons avec le continent africain", a affirmé lundi soir le président Erdogan devant un parterre d'hommes d'affaires angolais, selon un communiqué diffusé par son parti AKP.

"Nous désirons faire progresser ces relations sur la base d'un partenariat égalitaire gagnant-gagnant, dans le cadre du respect mutuel", a-t-il poursuivi.

Un peu plus tôt, dans un discours devant le parlement angolais diffusé sur le site de la présidence turque, M. Erdogan avait estimé que "le sort de l'humanité ne peut pas et ne doit pas être laissé à la merci d'une poignée de pays qui sont les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale".

 "Ignorer les appels au changement est une injustice pour l'Afrique", a-t-il ajouté en soulignant que la Turquie ne portait "aucune tache" d'impérialisme ou de colonialisme.

Lors de conversations avec son homologue angolais

Joao Lourenco, le président turc a vanté l'industrie gazière turque et soulignant que celle-ci "serait ravie de partager son expérience".

Après l'Angola, le président turc devait poursuivre sa tournée africaine par le Togo puis le Nigeria. (AFP, 19 oct 2021)


La Turquie veut aider l'Afghanistan, sans reconnaître le régime taliban

La Turquie s'est dite prête jeudi à aider l'Afghanistan sans pour autant reconnaître le régime taliban, selon le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu.

"Nous avons insisté auprès de la communauté internationale sur l'importance de [nouer] contact avec l'actuelle administration talibane. Mais reconnaître [le régime] et être en contact sont deux choses différentes", a déclaré M. Cavusoglu à l'issue d'une rencontre à Ankara avec le ministre des Affaires étrangères des talibans, Amir Khan Muttaqi.

"L'économie afghane ne doit pas s'effondrer", a-t-il ajouté, appelant les pays qui "gèlent les comptes afghans à l'étranger" à "agir de manière plus souple afin que les salaires puissent être payés".

Les talibans ont renversé le gouvernement afghan soutenu par les États-Unis mi-août, après vingt ans de conflit, et ont instauré un émirat islamique.

Des sanctions internationales strictes ont été imposées au pays: les banques sont à court de liquidités et les fonctionnaires ne sont pas payés depuis.

Il s'agit de la première rencontre entre une délégation talibane et un ministre turc, alors que le régime taliban n'a toujours pas été reconnu internationalement.

"Nous avons aussi discuté avec eux [la délégation] de ce qui peut être fait pour éviter des flux migratoires supplémentaires", a poursuivi le chef de la diplomatie turque, affirmant que certains migrants afghans souhaitent "rentrer en Afghanistan".

"L'administration talibane a dit qu'elle apporterait le soutien nécessaire (...) s'ils souhaitent rentrer", a-t-il dit encore, la Turquie faisant régulièrement valoir que son pays de 84 millions d'habitants accueille déjà cinq millions de migrants et de réfugiés, dont environ 3,7 millions en provenance de Syrie et jusqu'à 420.000 Afghans.

Le ministre turc a encore demandé que les femmes afghanes puissent retourner au travail et les filles à l'école, assurant qu'il n'y avait "pas d'exigence ou de pré-condition" de la part d'Ankara en ce sens mais "des attentes aussi de la part d'autres pays musulmans".

Les dirigeants du G20 se sont engagés mardi au cours d'un sommet virtuel à fournir une aide humanitaire à l'Afghanistan, l'Union européenne promettant un milliard d'euros à l'ouverture des travaux de cette réunion.

La Turquie avait annoncé fin août avoir commencé à retirer ses troupes d'Afghanistan, abandonnant ainsi sa proposition de continuer à assurer la sécurité de l'aéroport de Kaboul après le retrait des forces américaines. (AFP, 16 octobre 2021)


La Turquie annonce la capture d'espions iraniens sur son sol

La Turquie a annoncé mercredi la "capture" d'espions qui cherchaient à "enlever et rapatrier de force" un ancien responsable militaire iranien résidant sur son sol, a déclaré un haut responsable turc à l'AFP.

"Huit individus ont été capturés dans une opération commune de l'Organisation nationale du renseignement [MIT] et de la police nationale turque" réalisée le 24 septembre, a précisé cette même source sous couvert d'anonymat.

L'ex-responsable militaire iranien, dont l'identité n'a pas été révélée, résidait à Van, une grande ville de l'est de la Turquie située à moins de 100 km à vol d'oiseau de la frontière iranienne.

Deux espions - l'un turc, l'autre iranien - opérant pour le compte de Téhéran figurent parmi les personnes interpellées.

Les six autres personnes étaient des "collaborateurs locaux", a précisé le haut responsable turc.

La Turquie et l'Iran entretiennent des liens économiques forts, mais s'opposent notamment dans le conflit syrien.

En février, un employé du consulat iranien à Istanbul avait été placé en détention provisoire après son arrestation dans le cadre d'une enquête sur l'assassinat d'un dissident iranien en Turquie en 2019, avait rapporté l'agence de presse étatique Anadolu. (AFP, 13 octobre 2021)

Erdogan coopérera avec la Russie pour la construction d'avions de combat

La Turquie pourrait coopérer avec la Russie pour la construction d'avions de combat et de sous-marins, a annoncé le président turc Recep Tayyip Erdogan, selon des propos rapportés jeudi par l'agence étatique turque Anadolu.

A bord du vol présidentiel rentrant mercredi de Sotchi, station balnéaire de la mer Noire où il a rencontré son homologue russe Vladimir Poutine, le chef de l'Etat turc a évoqué devant des journalistes les nouveaux projets de coopération militaire avec la Russie.

"Nous avons parlé de ce que nous pourrions faire concernant la construction des moteurs d'avions et à propos des avions de combat. (...) Un autre domaine dans lequel nous pouvons agir ensemble est la construction de navires. Si Dieu le permet, nous pouvons même prendre des dispositions communes pour des sous-marins", a déclaré M. Erdogan.

Pour le chef de l'Etat turc, pas question de faire un "pas en arrière" concernant la livraison d'une deuxième batterie du système de défense antiaérienne russe S-400. Au contraire, les deux leaders ont parlé de "comment porter à un plus haut niveau" la coopération militaire turco-russe, a-t-il ajouté.

Ces déclarations risquent de tendre encore plus les relations d'Ankara avec Washington, qui a imposé l'année dernière des sanctions envers la Turquie pour l'achat du système de défense antiaérienne russe S-400.

Les Etats-Unis ont aussi exclu Ankara du programme de fabrication de l'avion furtif F-35, faisant valoir que les missiles russes pourraient en percer les secrets technologiques et étaient incompatibles avec les dispositifs de l'Otan.

Lors de son entretien avec des journalistes, M. Erdogan a aussi évoqué cette exclusion et a appelé les Etats-Unis à "livrer les avions ou à rembourser" le paiement de 1,4 milliard de dollars effectué par Ankara pour les F-35.

Plusieurs sujets de désaccord opposent Ankara et Washington. Les relations avec le président américain Joe Biden "n'ont pas "bien commencé", avait déclaré le chef de l'Etat turc la semaine dernière.

La construction de deux nouvelles centrales nucléaires en Turquie, en coopéreration avec la Russie, a aussi été au programme des discussions, a annoncé M. Erdogan.

La première centrale nucléaire de Turquie est en cours de construction par la société russe Rosatom et devrait être opérationnelle pour le centenaire de la république turque en 2023.

La Russie et la Turquie entretiennent des relations complexes partagées entre rivalités régionales et intérêts économiques et stratégiques communs.

Elles soutiennent ainsi des camps opposés en Syrie, dans la région d'Idleb où se trouvent des combattants pro-Ankara et qui échappe au contrôle de Damas, soutenu par Moscou.

 Les deux puissances ont parrainé en 2020 un accord de cessez-le-feu dans cette région.

M. Erdogan n'a pas donné de détails sur les discussions des deux leaders concernant le nord de la Syrie, où des raids russes contre des combattants pro-Ankara se sont intensifiés ces dernières semaines.

 "On ne peut nier que des problèmes surviennent parfois dans les régions dont on assure la sécurité à Idleb. (...) Nous soulignons l'importance d'agir ensemble à ce sujet", a déclaré le chef de l'Etat turc.

De son côté, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a souligné jeudi la nécessité de "mettre en oeuvre" l'accord de cessez-le-feu, "en termes d'éviction des éléments terroristes d'Idleb". (AFP, 30 septembre 2021)

Chypre et la Grèce / Cyprus and Greece

Enérgie: signature d'un accord entre l'Egypte, la Grèce et Chypre

L'Egypte, la Grèce et Chypre ont signé mardi à Athènes un accord de transfert d'énergie électrique dans le cadre du renforcement de la coopération énergétique des pays de la Méditerranée orientale.

Ce memorandum "concerne l'interconnexion de nos pays visant au transfert d'électricité", a indiqué le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis à l'issue de la signature d'un protocole avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et le président chypriote Nicos Anastasiades.

"Au moment de diversification des sources énergétiques, l'Egypte pourrait devenir un fournisseur de courant électrique, qui sera surtout produit par le soleil et la Grèce deviendra une station de distribution vers l'Europe", a souligné Kyriakos Mitsotakis.

De son côté, le président égyptien a affirmé que "l'intention de cet accord était de renforcer la coopération énergétique" et souligné "l'importance de la signature du protocole d'accord sur l'interconnexion électrique tripartite".

 Selon une déclaration commune "cette interconnexion renforce la coopération et la sécurité énergétique non seulement entre ces trois pays mais aussi avec l'Europe" et "elle sera un moyen de transfert de quantités importantes d'électricité depuis et vers la Méditerranée orientale".

Les trois pays, qui participent aussi au Forum du gaz de la Méditerranée orientale avec six autres pays du pourtour méditerranéen (dont la France, l'Italie, l'Israël et la Jordanie), ont également exprimé leur "intention de renforcer leur coopération en matière d'exploration et de transfert de gaz naturel, un catalyseur pour la stabilité dans la région".

La coopération énergétique des pays de la Méditerranée orientale irrite toujours la Turquie voisine, qui convoite les gisements de pétrole et de gaz naturel dans la région.

"Malheureusement Ankara ne comprend pas les messages de l'époque et ses aspirations au détriment de ses voisins sont évidemment une menace pour la paix dans la région", a estimé Kyriakos Mitsotakis.

Les relations entre la Grèce et la Turquie sont traditionnellement difficiles. L'été 2020 cette tension avait atteint un pic au sujet des gisements de pétrole en Méditerranée orientale.

"Il n'est pas possible pour les pays de la Méditerranée orientale de coopérer étroitement et d'être des pylônes de stabilité et de paix alors que la Turquie toute seule perturbe le droit international pour ses propres raisons", a déclaré le président chypriote Nicos Anastasiades.

Les relations entre Chypre et Ankara sont également tendues surtout sur la question de l'occupation d'une partie du nord de l'île par la Turquie depuis 1983. (AFP, 21 oct 2021)

La Grèce renforce ses effectifs à la frontière avec la Turquie

Le ministre grec de l'Intérieur a annoncé dimanche le déploiement de 250 gardes supplémentaires à la frontière terrestre avec la Turquie, par laquelle des milliers de migrants ont essayé de pénétrer l'an passé.

"Nous sommes prêts (...) et nous renforçons nos forces avec 250 nouveaux gardes-frontières pour soutenir la police grecque", a déclaré dans un communiqué Takis Theodorikakos, en déplacement à Kastanies.

En février 2020, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait annoncé qu'il laisserait passer les migrants désireux de se rendre dans l'Union européenne.

Des dizaines de milliers de personnes avaient alors afflué en direction de la Grèce, au poste-frontière de Kastanies (Pazarkule, côté turc) où des échauffourées avaient eu lieu pendant plusieurs jours.

Tirant les leçons de ces incidents, la police grecque avait ensuite acheté du matériel ultra-moderne pour empêcher de nouvelles tentatives massives dans la région de l'Evros, le fleuve qui marque la frontière terrestre entre la Grèce et la Turquie: caméras, radars, canons à sons, clôture d'acier de 40 km de long et 5  mètres de haut. (AFP, 10 octobre 2021)

Pour la Turquie, l'accord entre Paris et Athènes menace "la paix régionale"

La Turquie a dénoncé vendredi le "partenariat stratégique" de défense conclu mardi entre Paris et Athènes, affirmant qu'il menaçait "la paix et la stabilité régionale".

"La poursuite par la Grèce d'une politique d'armement et d'isolement de la Turquie, au lieu de la coopération, est problématique et de nature à lui nuire à elle-même ainsi qu'à l'Union européenne et à menacer la stabilité et la paix régionale", a estimé le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué.

Il s'agit de la première réaction officielle de la Turquie à la vente de trois frégates françaises à Athènes.

La France a signé mardi un accord en ce sens et en vue de l'établissement d'un "partenariat stratégique" entre Paris et Athènes en Méditerranée, conclu selon le président français Emmanuel Macron au nom d'une nécessaire Europe de la défense.

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a affirmé que l'accord n'était "pas antagoniste" envers la Turquie, tandis que M. Macron a souligné qu'il devrait permettre à Paris et à Athènes d'agir ensemble "pour la paix et la sécurité en Méditerranée, au Moyen-Orient, en Afrique et dans les Balkans".

L'accord prévoit en effet une clause d'assistance mutuelle par "tous les moyens appropriés" si les deux pays "constatent conjointement qu'une agression armée survient contre le territoire" de l'un des deux.

Les tensions entre la Turquie et la Grèce, deux pays voisins et membres de l'Otan aux relations historiquement délicates, se sont aggravées ces dernières années autour de forages gaziers effectués par la Turquie dans des eaux grecques en Méditerranée orientale.

Les deux pays sont aussi en désaccord concernant la délimitation de leurs frontières maritimes.

"Les allégations maximalistes de la Grèce concernant les zones maritimes et aériennes sont contraires à la loi internationale", a affirmé le ministère turc.

Ankara a aussi accusé la Grèce de poursuivre un "rêve vain" en tentant de "faire accepter ses revendications à la Turquie" par le biais des "alliances militaires bilatérales". (AFP, 30 septembre 2021)

Immigration / Migration

Dutch police arrest Turkish-origin man for plotting attack on PM Rutte

A man of Turkish origin has been arrested in the Netherlands on the grounds of plotting an assassination attempt on Dutch Prime Minister Mark Rutte and government officials, BBC's Turkish service reported on Oct. 13, citing the Dutch media outlets.

According to the indictment, the 22-year-old man known as Yavuz O. posted inciting messages in various Telegram groups, also asking where he could find weapons and shooters.

According to the indictment, the man talked about “storming the parliament,” “letting that damn gang bleed” and “shooting Rutte when he goes outside on his bicycle.”

Upon a Telegram user's remarks of “The Netherlands is really screwed up because of them [politicians]," Yavuz O. wrote: “Absolutely. And I will change this. A majority of the Dutch hate Rutte. Would you want to shoot all of them? And just from a car. Open the window, take out the gun outside and fire.”

In another Telegram message, Yavuz O. said that he was “looking for people who will undertake attacks.” “I am looking for people who are serious about doing something, not just any fighter. I am not looking for protestors. I am looking for revolutionists. Shooters, weapons, violence. Everything is free,” he said in his message.

The prosecutor's office said that a court hearing is scheduled for next week with regards to the case in The Hague. Yavuz O. is facing charges of threats, incitement with terrorist intent and gathering intelligence in preparation for an assassination attempt.

Last month, Rutte had received heavy security due to a threat of attack and kidnapping. The prosecutor's office said that those measures were not related to the case of Yavuz O., as they were related to threats coming from a cocaine mafia. (Duvar, October 13, 2021)

L'Exécutif des musulmans de Belgique dans la tourmente

A
ccusé de manque de transparence, abus de pouvoir, détournement de fonds, liens avec un centre propagateur « de l’extrémisme » auprès de jeunes : l’Exécutif des musulmans de Belgique (EMB), l’instance représentative du culte islamique et de la communauté des musulmans, est dans le viseur de la justice belge, de la Sûreté, et de l’exécutif. Même en interne, le feu couve.

 
Depuis plusieurs années, l’EMB est en proie à des tensions internes, nées entre autres de pressions de différents pays musulmans, Maroc et Turquie en tête. Trois membres de l’Exécutif ont saisi le Tribunal de l’entreprise de Bruxelles afin qu’il désigne un administrateur provisoire en raison « de nombreuses fautes dans l’exercice du mandat » des administrateurs. Ils demandent également que des élections soient organisées. Après avoir dénoncé la situation auprès du ministre de la Justice, les trois membres ont adressé plusieurs mises en demeure au printemps 2021 au Collège. Ils se sont finalement tournés vers la justice belge fin septembre.
 

 
Mehmet Üstün, qui est à la fois président de l’Exécutif et du Collège des musulmans de Belgique, conteste les accusations de contrôle et d’abus de pouvoir ainsi que les irrégularités. Il justifie le report des élections de mars 2020 en raison des mesures coronavirus. Il dit « espérer » la tenue des élections et la mise en place de la nouvelle équipe « pour la fin de l’année ».

L’EMB et d’autres structures qui lui sont liées doivent également faire face à de sérieux coups de pression venus du monde politique. Le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne (OpenVLD), n’en fait pas un secret depuis son arrivée au poste : il dit vouloir mettre de l’ordre au sein des instances dirigeantes du culte musulman et les immuniser contre toute influence étrangère. Pour ce faire, il manie depuis le début de son mandat davantage le bâton que la carotte : suspension de la demande de reconnaissance de la grande mosquée de Bruxelles, gel d’une subvention de 250.000 euros destinée à l’Afor (ASBL créée par l’EMB) pour la formation des imams… La lune de miel entre la Justice, sous Koen Geens, et l’Exécutif semble terminée.
 
Ce n’est pas tout. Voilà maintenant que l’actuel président de l’EMB, Mehmet Üstün, se trouve mis à mal par les conclusions d’un rapport de la Sûreté de l’État. Dévoilés ce mercredi par De Morgen et la VRT, des extraits de ce document l’épinglent en tant qu’administrateur de la mosquée Sultan Ahmet, à Heusden-Zolder, dans le Limbourg. L’un des imams de cette mosquée reconnue par l’État belge serait lié à l’organisation religieuse Millî Görüs, jugée proche de l’AKP, parti du président turc. Selon les informations avancées par nos confrères, la Sûreté mettrait aussi en lumière les liens entre la mosquée et une ASBL locale responsable de « propagation d’idées extrémistes ». Ni une ni deux, le ministre réclame dans la foulée une enquête approfondie sur l’EMB.

Signé Mehmet Üstün, un communiqué démentait mercredi les informations dudit rapport. « Comment donc expliquer ces fuites systématiques lorsqu’il s’agit des rapports sur les musulmans et leurs institutions ? Nous ne pouvons cacher notre vive inquiétude quant à cette pratique qui est inconcevable dans un Etat de droit. » Pour rappel, en décembre, c’est l’ex-vice-président de l’EMB, Salah Echallaoui, qui quittait son poste en claquant la porte alors qu’un rapport de la Sûreté venait de l’identifier comme agent au service du Maroc.
 
Quelques jours seulement après la citation des trois membres de l’Exécutif, le ministre met également en demeure l’EMB d’organiser une élection interne. « Sur l’organisation en tant que telle de ces élections, on n’a rien à dire et ils organisent cela de la manière qu’ils veulent. Mais la seule chose que l’on constate, c’est que des élections doivent avoir lieu », affirme-t-on à son cabinet. Une « ingérence inacceptable, anticonstitutionnelle et en violation flagrante avec les principes de séparation entre l’Eglise et l’Etat », selon l’EMB. (Le Soir, 7 octobre 2021)

Allemagne: un Turc en détention pour soupçons d'espionnage

Un ressortissant turc a été arrêté dans un hôtel de Düsseldorf, en Allemagne, soupçonnéd'espionnage du mouvement Gülen au profit de la Turquie, a annoncé le Parquet fédéral allemand vendredi. 

L'homme, présenté comme Ali D. et interpellé le 17 septembre, fait l'objet d'"uneprocédure préliminaire (...) soupçonné d'activités d'agent des services secrets ainsi que d'infraction à la loi sur les armes", a précisé le parquet chargédes affaires d'espionnage.

L'homme collectait des informations sur le réseau du prédicateur Fethullah Gülen, bêtenoire du président Recep Tayyip Erdogan, dans la région de Cologne, selon la même source. 

L'objectif ensuite était de transmettre les informations recueillies aux services derenseignement turcs MIT.

Selon le quotidien allemand Tagesspiegel, qui cite les autorités de l'Etat régionalde Rhénanie du Nord-Westphalie où se trouvent Düsseldorf et Cologne, il est possible qu'il ait préparé une attaque visant des membres du réseau Gülen.

Des sources sécuritaires ont également indiqué au journal que Ali D. est un extrémistede droite turque, recruté par les services de renseignement turcs.

 L'homme, âgé selon des médias allemands de 40 ans, a été arrêté après qu'un employé de l'hôtel a trouvé une arme dans sachambre et prévenu la police.

La justice lui reproche en outre d'avoir été en possession de 200 cartouches àballe réelle.

Selon le quotidien Bild, des forces spéciales allemandes, déployées en nombre, ontpris d'assaut l'hôtel pour arrêter le suspect. L'arme découverte par l'employé de l'hôtel n'était toutefois qu'un pistolet d'alarme.

Le réseau Gülen est accusé par les autorités turques d'être à l'origine du coupd'Etat manqué contre M. Erdogan en 2016.

Depuis, le chef de l'Etat turc a lancé une répression implacable contre les partisansprésumés de M. Gülen, qui s'est élargie à l'opposition pro-kurde et à la société civile. 

Depuis 2016, plus de 300.000 personnes ont été interpellées dans le cadre de la luttecontre le mouvement de M. Gülen et près de 3.000 condamnées à la prison à vie, selon les autorités. 

Les autorités allemandes ont accusé à plusieurs reprises la Turquie d'espionnagepar le biais de ses services de renseignement ou d'imams installés dans le pays.

Ce dossier est venu s'ajouter à une série de contentieux qui ont contribué àenvenimer les relations entre les deux partenaires de l'Otan ces dernières années. (AFP, 1 octobre 2021)

Une présence controversée au drink du PS bruxellois

Safa Akyol, bras droit d’Emir Kir et figure connue du lobbyisme pro-Erdogan, était présent au drink de la fédération du PS bruxellois. Une présence qui n’est pas passée inaperçue pour l’Observatoire de l’extrême-droite belge ResistanceS.

Ce dernier s’interroge sur la tolérance du PS à l’égard de ces idées politiques.

Dans une photo prise lors de son drink de rentrée ce mercredi, le président du PS bruxellois Ahmed Laaouej paraît avec Safa Akyol, membre de la mouvance nationaliste islamo-conservatrice turque. (La Capitale, 30 septembre 2021)


 informations du mois passé click Informations of the past month
Toutes les informations depuis 1976 click All informations since 1976

flashfondationeditorsbulletinspublications